Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    111299

Titelilie et Mariveau en croisière, un quatre mains sans bouée

Mariveau

214 vues

43060107.jpg

Accoudée à la rambarde

L’homme l’a regarde

Elle le sait

Et de ses formes elle joue avec excès

Elle regarde les vagues

Et son esprit divague

Elle s’appuie et se cambre

Elle devine son membre se tendre

Venez cher Monsieur

Installez vous au mieux

Je vous invite au voyage

Baisez moi sans ambages

J’aime sentir votre envie

Glissez en moi votre vît

Oui j’aime vos mains sur mes hanches

Putaiiiiiiin que c est bon de recevoir votre manche

Pour moi point de panique

J’aime quand tu me niques

J’aime quand vous me prenez le fion

J’ai bien fait de ne pas prendre l’avion

Devant moi s’étale la mer

Que c est bon de s’envoyer en l’air

Enfoncez-moi dans le cul votre bite

Oui j’aime quand on m’agite

Oh regardez monsieur ce bel iceberg

Le votre est pas mal mon cher amant

Ne craignez rien madame nous ne sommes pas sur le Titanic

Oh oui mon chéri j’aime quand on me nique

Voulez vous que je prenne la barre

Bien entendu je vous prends le dard

Celui-ci nous évitera peut être l’échec

Et vous pourrez me prendre le chneck

Je vois que vous aimez les mâtures

En ce quoi je vous baise bâbord amure

Sentez mon artimon

Que je vous enfonce le con

L’air marin est vraiment propice

A vous comme à moi aux vices

Regardez droit devant

Au fond de ma gorge, vous verrez votre gland

Arrimez-vous à ma bite

Attention il va y avoir de la gite

Pas besoin d’un amiral

Je vais jouer dans l’anal

Allez-y, fouillez-moi bien

Venez me tripoter les seins

Comme on dit, larguez les amarres

Et laissez faire votre braquemard

Pas besoin de s’appeler Kersauson

Pour voir que vous n’avez mas de toison

Qu’elle est douce et lice

Votre chatte en laquelle je glisse

Ecoutez ! Le vent s’affole

Pendant que je vous suce Popol

Même la nature pourtant discrète

S’excite en voyant votre quequette

Ce bateau est plus stable qu’un optimiste

Ainsi je peux mieux vous donner du fist

Et encore moins un porte avions

Même si vous aimez que je vous enfile mon avion

Je ne m’appelle par Surcouf

Mais j’aime pirater votre touf

Je ne m’appelle pas Nelson

Et pourtant en votre cul ma bite raisonne

J’aime le grand bleu

Parce que dessus je vous bourre de ma queue

Oui j’aime l’océan

Quand je vous défonce le séant

Vous me sortez votre cigare à moustaches

Et je n’attends pas, je me lâche

Je prends avec fougue votre biroute

Pour ainsi décoller la moindre croûte

Attention les vagues nous éclaboussent

A fond je vous trousse

Il n’y a pas que l’eau qui mouille

Votre chatte me trempe les couilles

C est vraiment une croisière de rêve

Où j’ai goûté avec délice votre sève

Je n’ai jamais voyagé sur un si gros bateau

Et je n’ai jamais vu un aussi gros zozio

J’ai rêvé du Vendée Globe

Et voilà que je suis enfilée de votre zob

Quel bonheur, ouiiiiiii je jouis !

Quand vous trempez votre biscuit ……

Allons, rentrons dans votre cabine

J’ai envie que vous me suciez la pine

A moins que vous préfériez ce canot

Pour que je vous défonce le pot

N’attendons pas l’escale

Pour que je vous empale

A l’horizon point de tempête

Je vous prends en levrette

N’oubliez pas votre gilet

Je pas tarder à vous en mettre une giclée

Vive les gaités de la Marine

Ah que j’aime quand je vous burine

Restons donc sur le pont

Pour me récurer le trognon

Il ne manquerait plus qu’on soit en double cabine

Et qu’on vous relique la pine

Tiens au loin, j’aperçois le sémaphore

Hummmm, c’est bon, je vous perfore

A moins que cela soit le phare

Oui pompez moi le dard

Par ce vent arrière

Je vous bouffe le derrière

Et sur le gaillard d’avant

Je vous fourre plus en dedans

Si pour certain la croisière s’amuse

Et qu’à excès ils en abusent

Moi pendant la croisière votre cul je manipule

Car sur ce paquebot je vous encule

Personne à perte de vue

Ouiiii profitez, bouffez moi le cul

Avant que le Commandant arrive

Mouillez moi bien de votre salive

Appuyez vous sur cette porte étanche

En votre trou je m’épanche

Aucun risque qu’il se s’aborde

En votre cul mon sperme déborde

Je ne baisse pas le pavillon

Je suis si bien dans votre troufignon

Et pas besoin de s’appeler Di Caprio

Car je me sens Titan quand je vous nique

523606_108746212620682_1918713111_n.jpg


×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.