Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    107931

Les mémoires d'un rasoir.

Mariveau

159 vues

31 décembre 2012,

media_xl_870832.jpg

C’est le réveillon et nous avons décidé avec quelques amis de passer les dernières heures de 2012 ensemble.

Nous sommes tous membre d’un forum, où nous racontons nos aventures, du moins celles de nos propriétaires.

Mais je manque à tous mes devoirs et je vous présente les convives.

Vous connaissez déjà peut être le Tabouret qui se délecte du contact de la peau des magnifiques fesses des modèles de son propriétaire photographe.

Le transat dont le teck frémit du contact de la peau bronzée de sa propriétaire, une femme mature coquine à souhait.

Mais voilà la cabine d’essayage, qui subit régulièrement les secousses amoureuses de jeunes couples en manque de contacts.

Elle papote avec la douche, elle en a vu celle là des choses, elle a eu aussi une et aventure avec le téléporteur. Celui là l’air de rien en profite car à chaque téléportation, il passe son temps à mater sa propriétaire et ses amants d’une nuit.

Au fond du living le lit à eau disserte sur l’utilisation de la valve avec les lits jumeaux spécialistes du grand écart amoureux.

Mais de nouveaux membres sont ce soir parmi nous, l’épilateur laser, un amateur éclairé, un épilateur à cire , un we vibe , un rosebud et ses deux acolytes les boules de geisha et l’œuf vibrant et un dernier invité le rasoir.

A la différence de certain de nos propriétaires, le rasoir est loin de l’être et nous attendons avec impatience qu’il nous raconte ses expériences .

La soirée s’avançant et les bouteilles se vidant, les langues se délient.......

Et comme dans toutes réunions coquines, nous commençons à parler de ce que nous aimons : les sexes féminins que nous croisons dans nos vies d’objets

Le tabouret vante la douceur d’un sexe épilé sur le cuir de son siège, un délice dit il de sentir l’humidité du contact des lèvres imberbes des maitresses de mon photographe.

Le transat préfère quant à lui le ticket de métro de sa propriétaire.

Le we vibe opine de la tête, oui dit il je préfère un sexe totalement rasé, je n’aime pas avoir un cheveu sur la langue.

Les boules de geisha surenchérissent, oui moi et mes sœurs nous n’aimons pas nous perdre dans une forêt vierge.

Le Rosebud vante quand à lui la douceur du chemin vers le sein des seins de Sodome, un chemin sans un seul obstacle. Il est un esthète et le poil dit il , il ne me sied pas à la beauté de mon bijou. Je me souviens un jour l’horreur, le trouble qu’avait un ami en découvrant les poils hirsute du cul certes bien accueillant mais si touffu de sa nouvelle propriétaire.

L’œuf vibrant en rajoute, ce que je n’aime pas dans les poils, c est que lorsque je vibre cela fait de l’électricité statique et des éclairs.

Entendant cela l’épilateur laser se réveille, vantant les qualités de la technologie, l’épilateur à cire mielleusement vante la délicatesse de la cire.

Assis dans le fond de la salle, le rasoir écoute et soudain, il lance, toi le Dark Vador des poils, que trouves tu d’agréable que de transformer le sexe d’une femme en étal de volailler, avec cette odeur de poulet grillé. Et toi avec ta cire, crois tu que les cris que tu entends ce sont des cris de jouissance, alors que ce sont des cris de souffrance.

Moi j’adore ma maitresse, je la kiffe grave, lorsque dans sa salle de bain, elle demande à son confident en sms, s’il préfère le ticket de métro en vrai parisienne qu’elle est, ou le V de la victoire ou simplement s'il l'aime totalement rasée.

Chacun des convives s’installent confortablement et le rasoir raconte.

Ma maitresse est une femme si belle, avec ses longs cheveux blonds, ses hanches accueillantes, ses seins lourds, mes lames frémissent quand dans ses mains elle prend mon manche tremblant de bonheur.

La voilà qui pose son portable et s’empare d’une bombe de mousse à raser Veet et fait délicatement gicler la douce mousse sur ses doigts. Quel décile de la voir se caresser son sexe devant son miroir.

Puis avec délicatesse, douceur, application, elle joue de mes lames, les faisant glisser de ses poils pubiens à l’intimité de ses lèvres. Elle ne laisse aucune chance à aucun de ses poils, ils n’ont même pas le temps de se rétracter. J’aime le bruit de mes lames sur ses poils soumis aux désirs de ma maitresse.

Elle fait maintenant couler le jet chaud de sa douche sur son sexe maintenant totalement imberbe. Elle joue de ses doigts agaçant son bourgeon, ouvrant ses lèvres, s’enfonçant en son écrin, allant et venant en elle. Elle jouit sur ses doigts et les portes à sa bouche non sans avoir envoyé une photo à son ami.

Dans l’assistance le silence est lourd, et ce qui devait arriver arriva, les couples se firent et défirent, des trios, des deux plus deux, toutes les combinaisons possibles de l’art érotique furent le but de toutes les attentions de nos coquins objets.

Mais ceci est une autre histoire.

Nous avons décider de faire venir régulièrement notre ami le rasoir, car nos soirées ne sont plus les mêmes lorsqu’il nous raconte ses ébats avec sa maitresse.

poil-17573047de.jpg

Source :



0 Commentaire


Recommended Comments

Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.