Aller au contenu
  • entries
    17
  • comments
    98
  • views
    8315

Depuis : Ligotée et attachée au lit, la belle Lucie était à ma merci !!! (le rêve de Lucie)

bigbi33

455 vues

Le rêve de Lucie

Cette partie me fut directement inspirée par la superbe personne qui vit avec moi et à qui je fis lire une partie de ce récit ! Il s'agit de l'épisode sur la dégustation de ce breuvage écossais qui lui fit dire que je n'en avais pas assez dit à ce sujet et, comme elle est beaucoup plus coquine que moi, elle me donna quelques pistes...

Alors que Lucie laissait ce délicieux feu plein d'arômes lui brûler la bouche, son esprit divagua jusqu'à ces fameuse collines qui font la beauté de cette contrée :

Ce ne fut pas un, mais deux et enfin trois solides gaillards qui surgirent devant elle alors qu'elle cherchait son chemin : trois robustes highlanders qui devaient l'avoir vue égarée dans la bruyère. Enveloppés dans leur plaids colorés, ils devaient se demander ce que faisait cette jeune femme complètement nue dans cette région quasi désertique :

« hey lass, ye got lost ? » questionna le premier, un charmant guerrier à la chevelure de feu, avec cet accent rustique typique.

Lucie tenta vainement de se cacher en croisant les bras devant son ventre blanc et répondit :

« je ne comprends pas, je suis française, je ne parle pas votre langue, please, help ! »

Sous le regard interloqué de ses deux compères, le grand guerrier roux attrappa Lucie dans les bras comme s'il se fut agit d'une brindille et la transporta ainsi.

Elle fut ramenée dans une maison de pierre dissimulée dans une petite vallée et la déposèrent près de l'âtre d'une cheminée après l'avoir couvert d'une couverture en laine !

Elle les regarda qui s'assayaient à une lourde table en bois, causant toujours ce langage dont elle ne comprenait goutte. C'est alors qu'elle remarqua avec étonnement que celui qui était assis en face d'elle et qui la regardait en souriant de son beau visage juvénile, avait écarté ses jambes sur le banc et cette position lui permit de vérifier ce que l'on disait sur ces hommes du nord : « Mais que portent-ils dessous leur kilt ? »

Lucie était à présent renseignée et cela lui fit monter le rouge au visage d'autant plus que ce jeune guerrier avait des prédispositions, avouons le, remarquables ! D'autant plus que cela ne semblait pas du tout le gêner, bien au contraire, il devait trouver beaucoup d'attrait à la belle Lucie, étant donné l'état d'excitation dans lequel il se trouvait et rien dans son vêtement ne l'embarassait !

Il n'était pas le seul car lorsque le grand guerrier roux se pencha vers Lucie pour lui donner à boire, celle-ci remarqua instantanément la grosse bosse qui se dessinait sous son plaid !

Quant au troisième gaillard, sans aucune fausse pudeur, il s'était dévêtu pour étendre sa grande couverture pour la mettre à sécher près du grand feu qui n'était plus la seule cause d'une hausse rapide de la température...

Cette nuit-là fut mémorable pour notre belle égarée : elle connut des plaisirs que jamais elle n'aurait osé rêver :

Alors que son transporteur avait été le premier à lui faire les honneurs de l'hospitalité écossaise et démontrer que le manque de générosité n'était qu'une légende absurde, elle se laissa caresser par son jeune admirateur . Celui-ci prit grand soin à lui embrasser, lécher sa poitrine offerte pendant que l'autre la besognait dans une levrette endiablée ! Lucie était aux anges, elle avait déjà laissé exploser un orgasme et se laissait aller sous les coups de boutoir de son terrible assaillant qui ne cessait de la faire tressaillir de plaisir ! C'est alors que le troisième compère, un grand costaud aux cheveux longs et noirs comme la nuit vint se positionner pour échanger avec son compère celte. Ce dernier relâcha « sa prise » mais il se saisit de la consentante Lucie pour qu'elle s'empale, à cheval sur lui, autorisant ainsi son invité à pénétrer par la seule issue qui lui restait ! Lucie fit mine de protester mais entre les bras musclés de son puissant amant, elle ne put résister longtemps !

Le grand brun fut très doux et attentif à ne pas blesser la jeune femme : il fit en sorte que son engin qu'elle ne pouvait voir (heureusement pour elle!) s'insère progressivement, sans hâte !

Lucie sut ainsi ce qu'était être possédée : manipulée par ses deux lanceurs de troncs, elle se plut à imaginer qu'ils étaient venus avec leurs jouets tant elle se sentait remplie... les deux membres de ses hôtes qui se mirent en action, régulièrement, graduellement pour, dans un tempo impeccable, l'amener dans une gigue plus qu'agréable et qui l'amena à gigoter, maintenant détendue. Le jeune garçon attendait patiemment son tour et elle eut pitié de lui en l'invitant à se présenter au seul orifice qu'il lui restait disponible ! ...et c'est ainsi que dans un joli manège celtique, notre splendide vestale gratifia ses trois sauveurs des soins les plus doux pour les remercier !

Lorsqu'ils déversèrent, les trois en même temps, leur jouissance abondante, Lucie sourit en réalisant qu'elle était pleine de l'esprit sacré de ce pays...

Lucie rouvrit les yeux en réalisant qu'elle venait juste d'avaler la dernière goutte de ce nectar qui lui avait été offert : elle comprit alors la puissance mystérieuse de son pouvoir. :twisted: :twisted:

Source :


×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.