Aller au contenu
  • entries
    17
  • comments
    98
  • views
    8280

Depuis : Ligotée et attachée au lit, la belle Lucie était à ma merci !!! (la suite - 2)

bigbi33

487 vues

un petit peu de rab??? allez, ce soir, c'est cadeau ;-)

Prisonnier consentant, entre les mains de ma geôlière, je me laissai entraîner dans les brumes délicieuses d'une soirée enchantée...la sorcière vaudoo avait fait de moi son complice et le serpent agile qui frétillait entre ses doigts de charmeuse ne cessait de grossir, fasciné par le rythme sensuel et chaud d'une chanson diabolique … :twisted:

La main de Lucie ne se contentait pas de me saisir, on aurait dit qu'elle cherchait à estimer la taille de la bête, à en évaluer l'étendue des pouvoirs : sa main descendait doucement jusqu'à la racine et elle se permit même d'en soupeser les bourses, puis revint à son extrémité pour jouer avec la rondeur d'un gros gland lisse qui semblait étirer son œil de cyclope étonné ! :oops:

« Ma chère Lucie, j'ai moi aussi une promesse à tenir ! » lui dis-je en souriant, et je la quittai juste le temps d'aller checher dans mon sac de bagage deux ou trois petites choses que j'avais prévues afin d'embellir notre rencontre : tel un pretidigitateur, je dépliai un , deux puis trois et quatre longs foulards de soie colorée : Quel lapin ou colombe allai-je faire surgir en un coup de main ? Ces accessoires, ce soir méritaient un autre usage ! ;)

Je lui demandai de s'allonger sur le lit et entrepris de l'attacher aux quatres coins avec un foulard d'une couleur différente : ma proie était à présent offerte à toutes mes envies les plus folles.

Mais je n'en avais pas encore terminé avec ma pauvre victime qui semblait attendre le supplice de l'écartèlement ! De ma manche (oui, je sais ! Il faut le faire lorsque l'on est tout nu mais ce sont les mirages de l'illusion), je dépliai un cinquième foulard, le plus beau, le plus vif et m'en servis pour cacher à la belle la dureté de ce qu'elle aurait à supporter .

Mon œuvre était complète : la vue était superbe, sa nudité magnifique semblait s'étirer avec des prolongements de couleur et son visage et ses cheveux de jais étaient bandés par un ruban d'un pourpre vif : Lucie était totalement à ma merci!!!

Je rejoignis ma victime sur le lit, implacable bourreau, prêt à accomplir mon office :

« Lucie, superbe Lucie, je vais te faire subir les sévices de l'amour, des supplices du plaisir, la torture des sens, le martyre de la jouissance »

Tels furent les mots que j'allais lui chuchoter le plus bas possible, tout prêt de son oreille.

Mon premier jeu consistait à me promener sur la surface complète de son corps et d'en repérer les endroits les plus parfumés, jardinier des sens, je m'étais fixé comme objectif d'aller cueillir, des senteurs les plus fragiles aux fragrances les plus fortes, toutes les fleurs dont sa peau blanche et chaude avait été marquée sous les aspersions de son parfum subtil. :aime2:

Je me suis longuement attardé dans son cou, un massif complet s'y trouvait, je trouvai un bouquet que je cueillis du bout du nez sous sa poitrine fémissante, quelques fleurettes poussaient encore au bas de ses hanches, j'en trouvai même une brassée près de son sexe en partie épilé, mais à cet endroit, d'autres odeurs se mélaient, des arômes plus sauvages, fleurettes plus épicées, mais pas moins attirantes...

alors que je musardais sur son corps parfumé, j'entendis les premiers soupirs de ma jolie suppliciée. Je décidai alors de passer à une exploration tactile et usai de mes doigts pour dessiner toutes les lignes, courbes superbes, extatiques contours, sillons en partie dissimulés, tracés divins qu'un dieu probablement artiste avait achevé en un coup de génie ! Mes doigts allaient et venaient sans jamais hésiter, sur des itinéraires précis pour atteindre des objectifs définis !

C'est ainsi que mes mains vinrent envelopper ses deux seins qui hurlaient en silence cette envie d'être saisis, mes doigts jouèrent sans excés avec l'érection de ses tétons avides. Puis je repassai sur son ventre plat comme pour en enlever des grains de sable invisibles, et j'atteins afin le petit buisson qui ne cachait plus l'entrée d'un puits à l'entrée duquel on devinait une trace d'humidité. Je décidai de vérifier tout de suite et mon inspection fut vite récompensée par la promesse d'une source mais sutout par un gémissement qui venait de bien plus haut...

Je décidai donc d'aller m'enquérir des volontés de ma patiente, ou serait-il peut-être plus juste de l'appeler mon "impatiente", à présent, et l'embrassai délicatement sur les lèvres pour lui apporter un peu de soulagement !

Me voici donc à la partie orale de mon examen : je baisai ses lèvres palpitantes puis m'attardai à nouveau dans la chaleur sèche et parfumée de son cou, j'en profitai pour cueillir quelques cris et gémissements.

Je descendis jusqu'à sa poitrine qui se soulevait sous les soubresauts de son cœur emballé, et , en gourmand accompli, en dégustai les rondeurs exquises, en gourmet épaté, me régalai des baies rouges qui pointaient.

Lucie ne cessait d'exprimer de nombreux sons, et je décidai d'abréger ses souffrances en allant plus directement au but : je revins à la source magique pour me désaltérer abondamment, découvris un bouton bien plus qu'éclos, me baignai dans une eau plus qu'exquise et lorsque je lappai pour apaiser ma soif, je sentis la belle se cambrer avant d'exprimer une complainte orgasmique

Il vous faudra patienter encore un peu pour savoir en quoi consitera le prochain supplice !!! Bonne nuit ! ;) ;)

Source :



0 Commentaire


Recommended Comments

Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.