Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    107946

L'Initiation (seconde partie) Satyne

Mariveau

245 vues

lc3a9onor-fini-histoire-d-o-1975pauline-reage-pseudonym-for-dominque-aury-1.jpg

Satyne s’arrêta au seuil de la grande porte, et laissa passer devant elle Fleur et Amarante. A l’intérieur, une femme d’une grande beauté les attendait, elle guida les deux amantes vers les étages vers leur chambre. Un vieil homme les suivait pourtant leur valise.

M …….. rejoignit Satyne, il sourit intérieurement, en observant son regard de fauve, se posant sur Fleur. Les yeux de Satyne brillaient d’envie, elle déshabillait du regard celle qu’elle avait désigné comme sa proie. M et Satyne croisèrent leur regard, comme deux carnassiers se jaugeant, qui auraient la primeur de cette proie.

M….. s’adressa à la maitresse des lieux,

« Chère amie ne vous inquiétez point, elle est à vous »

« Mon ami, sachez que je suis partageuse aussi………

Satyne était une femme d’une beauté sauvage, aux courbes attrayantes, envoutantes, une trentaine d’année, peut être plus. Ses yeux brillaient telles les flammes de l’Enfer. Elle respirait le désir le plaisir, l’envie.

Elle était aussi une femme libre, mais elle avait un Maître , celui là même qui lui avait offert ce manoir. Cet homme l’avait initiée à des plaisirs des plus subtils vantés par le Divin Marquis.

Comment avait elle basculait dans ce monde, elle s’en souvenait encore.

Cette invitation ce soir de Noël, cinq ans plutôt. Elle était venue avec un amant d’un soir, découvrir le monde du Marquis. Elle avait découvert ce monde en le lisant, mais il était facile de se représenter ce monde de fouet, de scènes de sodomie où les marquises arborent des loups sur le visage et des mouches sous la dentelle du décolleté. Ce monde de vierges avides de sexe et d’apprentissage, ce monde de jardiniers ou de serviteur extraordinairement membrés, des vît aux dimensions incongrues.

Pour Satyne, ce monde là ne l’excitait pas, mais elle était si curieuse, qu’elle accepta ce soir là de suivre son amant.

Elle portait des bottines de cuir à lacet, des bas de soie noire, maintenus par un délicat porte jarretelles en dentelle. Sous sa robe stricte elle avait mis un corset mettant en valeur sa poitrine fière et puissante.

Ils arrivèrent au manoir, celui là même où elle vient de recevoir Fleur et Amarante.

La demeure était superbe, se dévoilant derrière une allée de hêtres, il offrait une vue majestueuse sur un parc aux essences des plus orientales.

Ils avaient été accueillis par une soubrette qui les avait conduits vers leur chambre. Une immense chambre où dans une impressionnante cheminée brulait un feu de bois digne des buchers de l’Inquisition . La chambre s’ouvrait par de grande baie sur le parc recouverte de neige. La lumière Diaphane de l’astre de la Nuit transformait les arbres du parc en des créatures irréelles.

Son amant la laissa s’apprêter, elle descendit peut après et entra dans la pièce principale.

Moins d’une dizaine de personnes s’y étaient regroupées. Toutes d’une manière ou d’une autre, étaient occupées à une activité sexuelle. Son amant était en train de se faire sucer par la soubrette qui les avait accueillis, pendant qu’il devisait avec une femme à la chevelure d’or. Cette dernière, tout en parlant s’adonnait aux plaisirs de Sodome par un homme grand et chauve. Plus loin sur un canapé une femme seule se touchait doucement, les jambes généreusement écartée, en buvant un verre de Sherry . Sur un fauteuil le plus proche d’elle un homme assis faisait l’amour à une femme en lui tétant les seins.

Une musique douce s’échappait de quelque part. Satyne sentit sa tête tournait un peu.

Alors qu’elle observait la scène, elle senti une main se poser sur le creux de ses reins.

-Entrez ma chère, ne soyez pas timide

Il avait une voix grave et douce.

-Je suis le maître des lieux

Deux des femmes se levèrent et s’approchèrent de Satyne, elles la conduisirent au milieu de la pièce.

Satyne était troublée mais son envie de découvrir était plus forte qu’elle.

Les deux femmes furent rejointes par la soubrette, elles entreprirent alors de déshabiller Satyne, sous le regard du Maitre, de son amant et des deux autres hommes.

Satyne frissonna , sentir ces six mains féminines glisser sur son corps, effleurant ses pointes déjà dardées, effleurant son sexe totalement rasé.

lc3a9onor-fini-histoire-d-o-1975pauline-reage-pseudonym-for-dominque-aury-2.jpg

Elle se laissa conduire, après avoir eu les yeux bandés avec un fouloir de soie. Elle se laisse poser autour de son cou un collier de cuir. Puis la voix chaude du Maître retentit

« Satyne agenouillez vous », elle comprit et accepta cet ordre de cette voix suave, elle se fit féline canine se déplaçant autour des convives. Elles sentaient leurs mains leurs doigts, leurs lèvres l’effleurer.

« Laissez vous faire »

La soubrette se glissa derrière Satyne, et d’une langue douce et ferme, elle ouvrit la les portes de Sodome , Satyne tremblait, une des femmes lui plaqua sur son visage son sexe trempé.

« Lèche moi » Satyne aimait les étreintes saphiques, et elle s’appliqua avec délice ;

Le Maître donna un objet dans un écrin à la soubrette, il s’agissait d’un bijou d’or un Rosebud se terminant par une queue de cheval. Avec délicatesse la jeune femme força la dernière porte de la cité maudite arrachant un cri de plaisir à Satyne. La première femme laissa la place à la verge de l’amant de Satyne, puis se succédèrent, les invités.

Le Maître la fit relever et elle fut conduite vers une croix de St André. Elle se laissa soumise attacher, elle ressentit une douleur qui se transforma en plaisir lorsque l’une des convives lui attacha les seins.

Elle fut pour le reste de la nuit le jouet du Maître et de ses invités, se soumettant à ses caprices ses envies ses désirs.

Puis elle se retrouva seule avec le Maître, et elle ainsi avec lui. Elle découvrit ce monde et elle en devint une des reines.

M…….. avait rencontré Satyne, lors d’une soirée au château. Elle n’avait pas compris pourquoi le Maître avait invité cet homme sombre, qui avait passé la soirée à regarder et écrire. Mais il dégageait un tel magnétisme. Elle s’approcha de lui féline, se frottant contre ses jambes, ronronnant.

A son grand étonnement, M…….. prit la main de Satyne, la fit s’allonger sur le sofa, elle posa sa tête sur ses cuisses. M…….. la caressa avec douceur et sensualité lui racontant de sa voix chaude ce qu’il avait écrit. Satyne ressentit chaque mot décrivant ses étreintes avec plus d’intensité que ce qu’elle avait eu en accomplissant les désirs de son Maître.

104056549687424.jpg

Satyne se laissa aller à la jouissance et à l’orgasme des mots, sous le regard de son Maître.

Ce dernier s’éclipsa laissant Satyne et M…… faire l’amour.

Depuis Satyne aimait le recevoir, il lui racontait ses aventures avec des femmes avides de nouveaux plaisirs érotiques, ils faisaient l’amour, puis ensemble ils les conduisaient vers de nouveaux rivages de l’extase amoureuse.

Ce soir Satyne possédera Fleur, Amarante jouera avec Fleur et Satyne, M…….. observera ce sabbat lesbien , puis…………

(A suivre)

Source :

  • Like 3


2 Commentaires


Recommended Comments

A peine un tout petit bondage.... Eh ben j'en connais une qui va morfler demain !!!! :D

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.