Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    107945

Le Pochon de Chocolatines

Mariveau

234 vues

Le soleil est déjà haut de matin, lorsque je rentre de mon footing vers notre nid d’amour sur le Causse de Vayrac

En traversant le petit village niché sur une boucle d’un affluent de la Dordogne, je suis attiré par cette odeur caractéristique de viennoiserie, j’entre dans cette boulangerie

Pétulante est la boulangère, aux seins généreux comme une miche de pain, qui dont rendre heureux son petit mitron, je m’étonne à imaginer cette femme, vénus callipyges , subissant avec plaisir les assaut de son amant, les seins dessinant sous les va et viens des arabesques érotiques dans la farine.

Oh bonjour Monsieur Mariveau, dit elle minaudant et rougissant un peu, aurait elle deviné mes pensées , que prendrez vous ce matin ?

Comme chaque matin, chère madame, ces petits pains au chocolat ne demandent qu’à être mangé, je prends le tout.

Habituellement vous ne prenez pas tant me dit elle, auriez vous des amies en votre gîte;

Oubliant ma réserve et avisant deux nouvelles clientes entrant dans le magasin, je lui répond que la nuit passée a été des plus intenses avec celle que j’aime, et qu’elle aura surement faim de nourriture terrestre après une nourriture extatique.

Ne boutant point mon plaisir, je devine la réprobation des deux clientes, et les picotement dans le corsage de la belle boulangère dont les pointes dardent à travers l’étoffe , telles des fraises sur une pâtisserie.

Dehors le soleil brille, comme mon âme, avec elle, mon pessimisme et ma noirceur ont disparu, elle est l’astre de ma vie.

Encore une montée, que je monte avec rapidité, je la devine encore lascivement allongée, seulement couverte par sa sensuelle beauté.

Cette nuit a été des plus intense, nous nous sommes aimés nous avons joué.

Hier soir, quelle n’a pas été sa surprise de découvrir les petits cadeaux libertins que je lui ai offert

Oh m’a t elle dit, découvrant ce joli We Vibe, et quelle ne fut pas son excitation en découvrant ce joli rosebud Swarosky

Ce n’était pas tout, elle était arrive en fin d’après midi à l’aéroport de Brive, et je lui avait préparé son dessert préféré : des crêpes au Nutella et à la chantilly.

On s’adonna à une sarabande érotique et gourmande, goutant aux douceurs sucrées sur nos corps excités.

La soirée s’annonçait torride, et nous prîmes la direction de la douche, où sans attendre sous la caresse de l’eau chaude, nous nous abandonnèrent à deux nouveaux plaisirs avec la douche téléphone que j’avais installé la veille pour elle.

Tu es un diable et j’aime çà, me dit- elle, jouant avec la paume de douche, décalottant son bourgeon et glissant ses doigts dans son intimité. Une nouvelle étreinte, de nouveaux orgasmes nous emportèrent dans le pays du plaisir des sens;

Intense fût son regard, quand elle me dit attends moi je vais me préparer. Je n’attendis point longtemps lorsqu’elle apparut totalement nue vêtue de son nouveau bijou.

Nous étions emportés dans le plaisir érotique, jouant maintenant par le Vibe, ce n’était pas le trio à deux dont tu rêvais mais pratiquement un quatuor amoureux.

Enlacés, nous nous sommes endormis, et je t’ai quitté au matin pour parcourir le causse la tête remplie de passion et de sensations.

Soudain, tu te reveilles et tu me souris, comme tu es mignon avec ton pochon de chocolatines……

Source :



0 Commentaire


Recommended Comments

Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.