Aller au contenu
  • entries
    59
  • comments
    151
  • views
    22618

Depuis : Petit jeu entre nous - Suite et fin

Cora

333 vues

Chers amis, enfin! Suite et fin :)

« Nous arrivons à la dernière étape de notre jeu.

Prépare toutes tes réalisations (croquis, histoire, liste), ton casque mp3 et ton masque. Allonge toi sur le lit. Dépose tes réalisations près de toi. Mets ton casque sur les oreilles avec la musique suffisamment forte pour te couper des sons extérieurs. Mets ton masque pour ne pas voir ce qui se passe autour de toi.

Installe toi confortablement et commence à te caresser en pensant à moi.

N’oublie pas de déverrouiller la porte d’entrée et ne laisse pas la porte de la chambre ouverte. »

Le temps qu’il me rejoigne arrive enfin !

Je dépose mes croquis et mon histoire sur le bord du lit et attrape mon masque de sommeil dans le tiroir. Quelques secondes pour connecter mon casque à mon téléphone, mais cela me semble interminable. Que vais-je donc choisir pour me mettre dans l’ambiance ? Une des voix masculines qui me font rêver, bien sûr !

Je suis alors tentée de mettre le son très bas et de tricher pour l’entendre arriver et deviner ce qui va se passer. Mais je décide de jouer le jeu jusqu’au bout et je m’allonge sur les draps frais, me mettant à l’aise, le masque sur les yeux et la musique plein les oreilles. Installée, je remonte juste le masque pour envoyer mon message et me remets en place.

« OK FAIT »

Il fait frais dans la chambre et l’odeur des bougies parfumées emplit peu à peu mes narines. La musique m’envahit elle aussi, alors que mes mains glissent du masque que je viens de mettre en place vers ma poitrine. Mes tétons sont durs et sensibles et la sensation de la nuisette sur ceux-ci continue de me causer une douce chaleur dans le bas ventre. Une décharge me traverse alors que je pince mes tétons du bout des doigts, et comme toujours cette douce excitation vient me réchauffer.

La musique commence à me faire perdre mes repères. L’une de mes mains descend vers mon bouton d’amour, caressant mon ventre et mon mont de vénus au passage. L’autre main continue d’agacer mes seins, d’abord douce et légère puis plus ferme et directe.

Je décide alors de jouer un peu plus, attrapant l’anneau de mes dociles boules de geisha et tirant d’un coup sec pour expulser la première. Mon corps sursaute et frissonne en réponse à cette furtive sensation. Mes doigts s’égarent sur mon clitoris, virevoltant autour de lui et le pinçant parfois, me provoquant quelques gémissements. Je sens mon humidité s’amplifier alors que je pince doucement un téton d’une main tandis que je replace cette précieuse boule près de sa jumelle. Je contracte mon vagin au rythme des caresses de mes doigts sur mes lèvres et égare parfois un doigt vers mes fesses.

J’ai tellement envie qu’il me rejoigne là tout de suite et qu’il me prenne sans me demander mon avis, être sa chose et subir ses sensuels assauts qui me font tant vibrer.

Je ne sais pas depuis combien de temps je suis allongée ici. Mes jambes s’écartent pour me permettre de jouer avec mes boules de geisha, les poussant un peu plus en moi ou les sortant à des rythmes différents. Je suis de plus en plus excitée de cette situation, est-il là à m’observer ? Que fait-il ?

Alors que je repose les doigts sur mon mont de vénus, je sens le lit bouger. Il est enfin près de moi ! Malgré les yeux bandés et la musique, j’essaie de sentir sa présence mais je n’y arrive pas. Et soudain, la délivrance ! Ses mains parcourent mes cuisses, me griffant ça et là, remontant vers mon sexe ouvert. Je garde le silence et laisse en place ce qui bloque deux de mes sens. Un coup de dent au creux de ma cuisse puis rien !

Où s’est-il sauvé, je n’en peux plus ! Alors que je m’apprête à parler, je sens sa main chaude sur ma joue, rassurante, guidant mon visage vers lui. Naturellement, je m’apprête à recevoir un baiser mais c’est son sexe que je trouve au bout de mes lèvres. Un frisson me parcourt de la tête aux pieds et ma langue ne tarde pas à venir titiller ce sexe déjà bien dur. Ce goût, je l’ai toujours adoré ! De mon côté, je continue à dégouliner de désir et le traitement qu’il inflige à mes seins ne vient pas m’aider à me calmer. Je sens monter le plaisir en moi et chaque pincement plus intense sur mes tétons me pousse vers le point de non-retour. Je ne veux pas aller trop vite et j’essaye de me concentrer sur ma langue, la faisant danser le long de sa verge et virevolter autour de son gland. D’une main, je caresse ses bourses, son ventre, ses fesses. Oui, il est déjà nu comme un ver et l’imaginer me rend folle ! Alors que je donne de petits coups sur son frein, il vient me caresser les cheveux s’appuyant un peu plus sur mes lèvres, lui non plus n’est pas loin de craquer…

Pour se calmer, il s’éloigne et je le sens alors se glisser entre mes jambes, remontant légèrement mes pieds vers mes fesses pour avoir un meilleur accès à mon jouet toujours en place. Un coup de dents sur ma cuisse me surprend et je laisse alors échapper un cri de plaisir. Je sens ses mains partout sur moi, mes cuisses, mon ventre, mes seins…

Sa langue parcourt lentement le chemin le rapprochant de mon sexe qui ne demande qu’à subir ses assauts. Alors que je profite de toutes ces attentions, il tire d’un coup sec sur mes boules de geisha expulsant la première et m’arrachant un soupir à la hauteur du plaisir que je viens de ressentir. Encouragé par cette réaction, il fait de même avec la seconde et ne me laissant pas le temps de me remettre de cette nouvelle décharge au fond de moi, il les remplace de ses doigts. Je n’en peux plus, je brûle au fond de moi, je le veux au plus profond pour ressentir son envie de moi. Alors que j’entrouvre la bouche pour lui demander d’abréger mon supplice, il me coupe la parole saisissant mon bouton entre ses lèvres. Ses coups de langue viennent rejoindre le rythme de ses doigts et il entame une danse diabolique pour faire tomber mes dernières barrières. Je n’en peux plus, je me cambre, me tortille, agrippant les draps, attrapant son bras. Je n’entends plus rien, ne voit rien et ne ressens plus que cette explosion en moi. Je m’imagine rompre le silence de la chambre avec force, à la hauteur des spasmes traversant mon bas-ventre et plantant mes ongles dans son bras crispé par la douleur.

Quelques secondes durant, je ne suis plus là, déconnectée de ce qui se passe autour de moi, et me régalant de ces divines sensations. Pendant ce temps, il regarde mes croquis et lit l’histoire qu’il m’avait demandé d’écrire plus tôt. Je le sens s’allonger près de moi, son envie toujours bien présente contre ma cuisse. Il retire mon casque et fait glisser mon masque. Plongeant son regard dans le mien, il me sourit fier de lui et, se rapprochant de mon oreille, me murmure : « Tu as eu beaucoup d’imagination cet après-midi. Je suis content de toi, tu as suivi les instructions à la lettre. A toi maintenant de me faire plaisir ! »

Il ne faut pas me le dire deux fois ! Je le prends alors dans mes bras, le rapprochant de moi pour accéder à son cou et croquer cette infime partie de peau : mon péché mignon. Je le torture à mon tour, y glissant la pointe de ma langue, y plantant les dents, y passant lentement les doigts pour de douces caresses. A chaque mouvement, je sens monter en lui le plaisir, ce que trahit son souffle de plus en plus saccadé. Pendant ce temps, il ne me laisse pas en reste et taquine à nouveau mes seins du bout des doigts. Connaissant mon point faible, il promène alors sa main de mon sein à mon épaule, de mon épaule à mon cou, y dessinant des volutes tendres et légères. J’en frissonne ! A la vue de mes tétons toujours plus durs, il prend l’initiative de retirer cette nuisette pour nous mettre presque sur un pied d’égalité : « Nous pourrions être nus tous les deux, mais tu peux garder tes bas ! »

Je le pousse sur le côté, l’allongeant sur le dos. Alors, à califourchon sur lui, j’entreprends de recouvrir son torse de baisers faisant innocemment glisser nos sexes l’un contre l’autre. Ses soupirs se font de plus en plus forts et son sexe se dresse au parfait timing lors d’un de mes mouvements de bassin. Cette entrée inattendue me cause alors un violent bien-être, et ce frisson qui remonte le long de mon échine vient mourir dans ma gorge lors d’un cri de surprise. Il m’attrape les hanches, accompagnant mes mouvements. C’est à mon tour de lui faire l’amour et c’est à lui de subir mes assauts. Je me penche vers lui et dévore ses lèvres continuant cette chevauchée qui m’emmène à nouveau vers l’extase. Il ferme les yeux, s’agrippe, râle et se contracte. Je sens en moins ces douces pulsations et son nectar qui m’envahit. Les yeux dans le vague, mon amoureux est vaincu et se tord sous mes baisers, le plaisir laissant sa peau encore trop sensible pour de nouveaux assauts. Fière de moi, je m’allonge à ses côtés reprenant mon aussi mon souffle. Me sachant aux portes du plaisir, il plonge alors sa tête entre mes seins et sa main sur mon bouton. Il me faut peu de temps pour jouir à nouveau, incapable de résister à ses caresses, ses morsures… Je m’agrippe à lui et me cambre sous un puissant spasme envahissant tout mon être, emplissant de nouveau la pièce d’un son divin.

La tête posée sur son torse, ma peau contre la sienne, je profite de ce moment de répit et des câlins que j’aime tant. Il se fait tard, peut-être devrions-nous sortir du lit et manger ? Peut-être est-il trop tôt pour en sortir, la nuit étant déjà bien avancée ?

« Mon chéri ? Je rejouerais bien, à quand notre prochaine partie ? »

Source :

  • Like 3


2 Commentaires


Recommended Comments

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.