Aller au contenu
  • entries
    574
  • comments
    526
  • views
    107931

Murielle, du rêve à la réalité, de la réalité au rêve

Mariveau

248 vues

Murielle est une femme sensible au charme sensuel, elle est là comme chaque soir devant son écran avec un homme et ses mots qui la transportent dans un univers de rêves, de sensations et de plaisirs.

Il est tard, elle va se coucher, elle laisse glisser le long de son corps sa chemise de nuit en satin rouge, découvrant ainsi un corps sublime et merveilleux.

Elle se glisse nue sous sa chaude couette, et elle s’endort immédiatement.

Son sommeil est troublé par une sensation de chaleur, une légère brise marine éveille la pointe de ses seins sublimes. Elle se réveille.

L’homme est là marchant à coté d’elle sur cette plage océane.

« Je suis charmé que vous ayez accepté de m’accompagner sur cette plage » .

« Monsieur j’ai accepté car j’ai ressenti à travers vos mots que je ne risquerai rien avec vous »

« Cette nuit j ai rêvé de ce prolongement de mes mots par mes doigts dans le creux de cette dune »

Murielle se laisse aller à ses rêveries

Des
images, des sensations,
des mots, des effleurements, des caresses.

De la chaleur, une légère brise marine, le bruit du ressac, des sternes volant au dessus des vagues des baisers subtils, des caresses mutines.

Ses fruits merveilleux sont offerts aux butinages des lèvres de son poète.

Sa coupe d amour dont la corolle s ouvre au contact de sa bouche de sa langue, son corps se cambre et s’offre aux éléments.

Des gémissements s’échappent entre ses lèvres entrouvertes, que le vent emporte vers l’océan.

Caresses, baisers, effleurements se succèdent, s’entremêlent.

Ses lèvres s égarent, ses doigts vagabondent se glissant dans l’antre d amour de sa muse.

Sa langue caresse, ses lèvres suçotent, aspirent, sa langue devient verge, il la goute, il la boit, il se rassasie de son nectar d amour.

Tout bascule en elle .

Les yeux mis clos elle regarde le ciel, les nuages laiteux se succèdent au rythme des spasmes qui s’emparent de son corps

Elle gémit son chant d amour.

Elle se donne au soleil qui réchauffe son corps.

Ses mains rejoignent celles de son amant et elle entame une danse de ses doigts sur son corps se caressant.

Les doigts des amants se rejoignent se croisent et s'aiment.

La bouche entrouverte elle susurre à son poète embrasse moi.

Il s’approche d’elle elle aime son parfum.

Sa bouche se dépose sur la sienne.

Elle ressent l’humidité de ses lèvres encore chargée de son nectar, elle est troublée, elle lui offre sa bouche, les langues des amants se trouvent, se découvrent et s aiment.

Prends moi lui dit- elle.

Précédé par son désir de chair, il se présente à elle.

La muse prend cette lance dans sa main et le conduit en elle.

Il glisse dans ce fourreau humide chaud et soyeux.

Elle gémit son plaisir lorsque lentement il pénètre en elle.

Elle se cambre pour le recevoir.

Leurs langues s’aiment fougueusement.

Il est en elle, il ne bouge pas, il sent les battements des muscles intimes de sa maitresse.

Elle le retient.

Il entame un doux va et vient.

Les jambes de son aimée enserrent les hanches de l’amant.

Son va et vient suit le rythme des vagues.

Ils sont seuls au monde sur cette plage.

Ils s aiment pour la première fois et comme si cela devait être la dernière fois.

Il se retire se met en tailleur, elle a compris, elle vient à lui s'empalant sur son pieu de plaisir.

Ils sont face à face.

Le soleil descend sur l’horizon.

L’océan a pris ces vêtements d’argent.

Le ciel rougeoie.

Les amants s’aiment s'embrassent
;

Ses seins délicieux se frottent contre la poitrine de son amant.

Il sent couler sur sa hampe le nectar de sa belle.

Pubis contre pubis, il est en elle au plus profond d’elle.

L’instant est magique, sublime.

Les amants de la dune sont unis dans une étreinte irréelle.

La tension est à son comble.

Il sent les spasmes dans son ventre, elle l’a comprit elle resserre ses muscles sur sa hampe et il inonde de son écume cette matrice sublime.

Elle crie son amour, il gémit sont désir.

Ils restent là face à la mer face à face se caressant.

Ils s endorment blottis l’un contre l'autre au creux de cette dune.

Murielle se réveille, son corps est brulant, entre ses cuisses coulent son nectar.

A t elle rêvé, oui elle est dans son lit .

Son ordinateur est encore allumé, elle sourit, j aime ses mots sourit elle, elle se retourne elle est troublée, à coté d'elle se trouve une
rose
, une plume et un petit tas de sable.

Source :

  • Like 2


3 Commentaires


Recommended Comments

Ha la "rose" rouge ?

joliiiiiiiiiii encore

  • Like 2

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.