Aller au contenu

Luce

  • entries
    28
  • comments
    102
  • views
    12,065

Depuis : Luce, la Bibliothécaire (la suite)

Invité

611 vues

Désolé pour le contre-temps...D'autres idées me sont venues, j'ai effacé ma première suite... ;-)

J'espère que la suite vous plaira.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il m’a vu, il me sourit… Je le vois quitter la pièce, tout simplement.

Depuis combien de temps était-il là ?

Qu’a-t-il vu ? Que va-t-elle faire la prochaine fois qu’il va venir, elle n’osera le regarder, ni s’occuper de lui !! Elle a reçu l’ouvrage qu’il attendait, l’a averti par mail.

Elle se précipite au vestiaire, pour reprendre ses esprits, tenant précieusement Esparbec, contre elle !

Elle se laisse descendre le long de son casier, comment a-t-elle pu aller aussi loin juste en lisant quelques chapitres ! L’esprit brouillé, elle se relève, se rafraîchit, constate qu’elle est totalement débraillé ; se rajuste, laisse Esparbec dans son vestiaire. Il est plus sage de le laisser ici, s’en retourne à son poste…

Elle croise Mr Bigbi, qui lui demande ou en est le futur rayon , elle bafouille, bredouille…Que c’est en cours, elle lui transmettra son projet d’ici 2-3 jours. Elle s’éclipse, non sans se regarder le miroir du couloir.

Mr Bigbi, l’a trouvé fort distraite, une étrange étincelle dans le regard…En plus, il a remarqué qu’elle avait omis de fermer 2 boutons de son haut. Il a pu voir la naissance de ses seins.

375]
- Il se dit "Reprend-toi mon vieux, tu as des hallucinations"

Il avait été plus que troublé lorsque Luce a proposé de s’occuper de ce rayon. Elle était toujours si réservé, mais si souriante, serviable…Néanmoins, il savait que le rayon serait bien tenu, elle a toujours été si consciencieuse.

375]
- "Donc impensable, qu’elle ait omis de fermer les boutons…Pourtant, son regard était si différent"

Il tente de se concentrer en vain. La vue que lui avait offert Luce, le troublait. Finalement, c’était un oubli, il en était sur ! A moins que….

Deux boutons de son top sont ouvert, on voit la naissance de sa poitrine. Elle sourit, mais ne les referme pas !!

Instinctivement, elle repense à lui, son regard, son sourire…Il a été le complice, de sa jouissance. Ses joues rosissent à nouveau !

Dehors, il ne cesse de penser à elle…Que lisait-elle ! Il revoyait, la sage bibliothécaire, se caressant les seins, puis la main dans son shorty…Il s’est retenu de la rejoindre, d’écarter la fine dentelle, afin d’y poser sa langue, la goûter, la savourer.

375]-
Merde, Ken….Calme-toi !

Il s’engouffre dans sa voiture, se sent si à l’étroit dans son jeans. Il ne peut retenir, de se caresser. Lentement, il monte et descend sa main, le long de son jeans. Ses yeux se ferment. Il revoit sa main, sa nuque, ses seins…

Il ouvre les boutons de son jeans… Son sexe gorgé de désir, se déploie un peu plus, sa main, parcours cette bosse. Ses pensées ne sont que pour elle. Il libère son phallus, le prenant avec douceur. Sa main, l’entoure avec force et douceur. Il commence de doux va et vient.

Il voit sa bouche gourmande, sa lèvre mordu de plaisir, ses mains parcourant ses seins, puis descendre jusqu’à son mont vénus.

Il entend son soupir. Sa main accélère, les va et viens…Il sent la jouissance monté en douceur. Ses cheveux dont il a eu si souvent envie de glisser ses doigts, ses fesses qu’il contemplait lorsqu’elle se penchait…

Sa main accélère, ses yeux verts, si innocent mais si coquin… La jouissance est là, il se laisse emporter, son cri rauque de plaisir est pour elle. Ses yeux se ferment pour savourer cet instant.

Il n’avait pas l’air offusqué de la voir ainsi. Bien au contraire, il semblait apprécier.

Comment cela pouvait-il, qu’un homme puisse prendre du plaisir en regardant une femme se donnant du plaisir ?

Peut-être trouverait-elle la réponse dans le livre d’Esparbec ! Ce livre, est troublant, envoûtant…

375]- Bon, Luce, concentre-toi, sur ton rayon, tu as promis à Mr Bigbi, un projet d’ici quelques jours….

375]- Mr Bigbi, aimerait-il me regarder comme cet homme !!!!!!

Elle ne contrôle plus ses pensées, sent son shorty s’humidifier à nouveau.

Une collègue la tire brutalement de sa rêverie, en posant une pile de livre à étiqueter avant de les mettre en rayon.

Machinalement, elle s’occupe des livres, renseigne les usagers ; mais surtout s’occupe de donner vie au nouveau rayon…

Elle dresse une liste de ce que pourrait contenir le rayon mis à part, de la littérature, en faisant des recherches sur google…des ouvrages de Kamasutra, sur le plaisir solitaire, sur les différentes pratiques, des revues, des livres illustrés, des peintures érotiques, des hentaïs et ainsi de suite. Sa curiosité est en éveil…

Le coin lecture pourrai être cosy, avec un canapé ou deux fauteuils, une lumière douce. Elle se rend dans la remise pour se faire une idée.

Lorsqu’elle entre dans la pièce, elle fait un rapide tour du regard pour imaginer, son projet…La pièce avait déjà été débarrassé. Dans un coin, elle voit un canapé, un fauteuil :

375]- Parfait se dit elle. Je les mettrai par là, pour que les lecteurs puissent lire en toute discrétion.

Les rayons seront contre le mur de gauche, une ou deux tables en biais pour ceux qui souhaitent prendre des notes ; son bureau, sera mis de façon à avoir une vision globale.

Satisfaite, elle s’installe sur le canapé et décide de soumettre son projet demain à Mr Bigbi. Il est moelleux, elle a envie de s’allonger comme elle le fait, si souvent chez elle.

Son esprit vagabonde, elle pense à Victorine, à lui, à ce qu’elle a lu, vu sur internet…Elle se laisse glisser à nouveau, vers le plaisir.

Une idée lui vient en-tête. Son crayon quitte ses cheveux, elle le prend en bouche, le suçote, puis dessine des cercles sur ses seins du bout du crayon. Il, se promène sur son corps, dessine le contour de sa silhouette, puis remonte le long de ses cuisses. Ses yeux se ferment…

Le grincement de la porte la tire brusquement de sa rêverie ! Sa collègue l’appelle, lui dit qu’une fois encore, elle a oublié de partir à l’heure.

Luce se redresse rapidement, se dirige vers le vestiaire ; récupère son sac, son livre pour rentrer. Ce soir, elle compte bien poursuivre sa lecture.

Qui sait, jusqu’ou Victorine, Mme Fernande, Gustave et les autres personnages du livre vont l’emporter !

Source :



3 Commentaires


Recommended Comments

Et bien l'attente en valait la peine :) vivement la suite

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Guest Librine&Fred

Posté(e)

En effet...!!

"Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage...!!" (La Fontaine)

:)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.