Aller au contenu

Luce

  • entries
    28
  • comments
    102
  • views
    11,655

Depuis : Luce, la Bibliothécaire (la suite)

Invité

634 vues

Elle n’a pas remarqué, l’homme qui la fixait, il a une vue imprenable sur son shorty…

Il se demande ce qui peut faire rougir autant, la sage bibliothécaire. Elle n’a pas remarqué sa présence, il n’ose bouger, à peine respirer. Il aime ce qu’il voit.

Il trouvait la bibliothécaire très jolie femme, très professionnelle, elle a toujours su lui trouver les ouvrages qu’il souhaitait, lui mettant même de côté ceux qui seraient susceptibles de l’intéresser.

Mais la voir, ainsi, cuisses écartées, laissant apparaître la dentelle blanche de son shorty....Le laissait pantois !

Elle portait un jupon blanc, avec un joli top mauve, qui mettait en valeur une jolie poitrine. Les cheveux relevés et attaché d’un crayon, il trouvait ça si sexy lorsqu’elle enlevait le crayon de sa chevelure pour noter l’ouvrage qu’il lui demandait. Ses long cheveux bruns, descendait en cascade…Il avait du mal à contenir ses émotions. Il a si souvent voulu, l’inviter…Sans oser le faire !

Mais, la jolie lui offre un spectacle délicieux.

Il jette un œil aux alentours, personne, il n’y a qu’elle et lui. Jusqu’ou va-t-elle aller !

La main de Luce, commença par remonter vers sa nuque, puis descendre vers ses seins… Elle soupire, pense à Victorine. Elle se cale bien dans son fauteuil. Lentement, elle se caresse les seins, la sensation est si intense, qu’elle en poursuit la cajolerie. Elle se mord la lèvre de plaisir. Son esprit a enregistré la scène de la toilette intime. Sa main, descend langoureusement vers son shorty.

Il n’en croit pas ses yeux, la délicieuse bibliothécaire, se caresse devant lui…Sait-elle que je suis là ? Que je l’observe ? Il dégluti lorsqu’il vit la belle, se caresser les seins. Elle semble si absorbé par ce qu’elle lit.

Sa main arrive enfin, elle sent la dentelle, l’humidité du désir…Sa main sur l’étoffe, lui procure un plaisir immense. Elle remonte, glisse sa main dans le shorty. Elle ressent la chaleur de son sexe, ses lèvres gonflées de plaisirs. Elle entreprend alors de faire sa "toilette intime" comme Mme Fernande l’a fait à Victorine. Elle caresse ses lèvres, les écartant délicatement, elle est mouillé à souhait.

Je rêve, non, je ne rêve pas…Elle est là, m’offre un spectacle magnifique.

Puis, elle se met en quête de ce petit bouton, dès l’effleurement, de celui-ci, Luce ne peut contenir ce :

375]- Hummmmmmmmm de plaisir

Elle caresse ce petit bouton, qui la fait vibrer, trembler…

375]- Oh Dieu que c’est bon, s’échappe de sa bouche !

Elle veut plus de plaisir, un doigt caresse, masse ce petit bouton, un autre se dirige vers son puits, qui dégouline de cyprine.

Luce se demande jusqu’ou ce plaisir va la mener.

Je me sens de plus en plus à l’étroit, dans mon jean. J’ai les neurones en feu, si je bouge, elle va me voir. Je suis hypnotisé par son plaisir. Je vois sa main à travers son shorty, j’ai cru défaillir lorsque j’ai entendu son soupir de plaisir. Je voudrai pouvoir poser ma langue, ma bouche, pour m’abreuver à la source.

Sa main, ses doigts, lui procurent un bien être inouïe. Comment est-elle passée à côté d’un tel plaisir !

Son majeur fouille son puits, puis revient sur son bouton, puis retourne vers son puits puis reviens sur son bouton en dessinant de petits cercles.

Le livre tombe…

Son autre main, malaxe ses seins, pendant que l’autre main continue, ses caresses. Elle est totalement absorbé par la découverte de ce plaisir. Elle est entrain de perdre pied. Elle halète, souffle, sent une chaleur monter, ses jambes se mettent à trembler, son cœur s’emballe. Elle se mord la lèvre, laisse exploser ce fulgurant plaisir, qui la laisse pantelante. Elle se laisse submerger par l’intensité de cette troublante jouissance. Elle reprend lentement ses esprits, ses cuisses se referment sur sa main, pour contenir encore un peu ce bonheur, cette découverte…Lentement, sa respiration s’apaise.

Ses yeux s’ouvrent peu à peu, la panique la gagne, en voyant les rayons de livres... Son regard balaye la pièce, pour tomber sur lui. Elle n’ose plus bouger…

Qu’elle est belle, c’est tout ce que j’arrive à me dire, lorsqu’il l’a vu jouir sous mes yeux. Je ne peux bouger, son plaisir m’a hypnotisé…Je croise son regard, je lit l’affolement d’avoir été surprise. Je lui souris, pose le livre, m’éclipse....

Source :

  • Like 3


4 Commentaires


Recommended Comments

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.