Aller au contenu
  • entries
    6
  • comments
    4
  • views
    2,144

Les aventures d'Emilie - Chapitre 3 - Une journée pleine de surprises!

Aureus

467 vues

Réunion dans 10 minutes, Emilie rassembla les dossiers relatifs à sa réunion qui trainaient sur ton bureau, prit un bloc note et un stylo. En se levant, elle prit de nouveau soin d'ajuster sa jupe, malgré tout, elle avait toujours l'angoisse que quelqu'un puisse voir quelque chose. Elle prit la direction de la salle de réunion, une salle plutôt grande, une grande table ovale en son centre, elle s’installa sur un des côtés, faisant face à la fenêtre et laissant le mur derrière elle, la réunion risquait d'être ennuyeuse, alors dans la mesure du possible autant profiter du paysage.

Les derniers participants attendus entrèrent et s'installèrent, la dernière personne à entrer était une jeune femme dans les 35 ans, Emilie ne la connaissait pas vraiment si ce n'est par sa réputation, elle s'appelait Angélique, une aguicheuse de premier ordre colportant la plupart des rumeurs qu’on pouvait entendre dans les bureaux. Elle devait mesurer dans les 1m70 plutôt fine, une belle poitrine elle aussi, elle portait un tailleur rouge bien cintré, dont la jupe lui arrivait à mi-cuisses et bien que sa réputation la précédât toujours, elle ne laissait aucun homme insensible. Tout le monde fut installé, c'était parti pour 2 heures de « calvaire ».

Au bout d'une heure, Emilie avait décroché. Doucement mais surement, elle avait fini par s'installer confortablement, bien appuyée sur le dossier de son fauteuil, elle regardait le paysage, échappant à la dure réalité du travail, elle n’entendait même plus ce qui se disait dans la pièce. Elle pensait à la fin de la semaine qui approchait, à son mari qui était encore en déplacement et surtout elle pensait à ce rendez-vous, et au fait qu’elle ne savait toujours pas quoi faire.

Quelques minutes plus tard, Emilie reprit ses esprits, ses yeux parcoururent la pièce et s'arrêtèrent un instant sur l'horloge, la plus grande des aiguilles lui indiquait qu’il ne restait plus que 15 minutes normalement, car ce genre de réunion avait toujours tendance à déborder un peu sur les horaires prévus. Le regard d’Emilie fit un tour de table, quelques uns de ses collègues semblaient avoir des discussions houleuses, c'était toujours la même chose, certains sont pour, d'autres contre, mais pour ou contre de quoi, elle n’en avait pas la moindre idée, en fait, elle n'avait rien suivit des débats. Angélique était toujours en face d’elle, elle jouait avec son téléphone, de temps en temps son regard croisait le sien, lui faisant un petit sourire, à chaque fois Emilie avait détourné le regard faisant semblant de suivre la fin de la réunion qui finit par arriver à son terme, l’horloge indiquait 11h20.

En se laissant aller à rêvasser durant la réunion, Emilie avait fini par être plus allongée qu’assisse dans son fauteuil, ce qui avait eu pour effet de faire remonter sa jupe bien au-delà de la limite acceptable, elle constata que le haut de ses bas étaient visibles. Elle réajusta rapidement sa jupe et se leva. Sa tenue ne laissait pas non plus ses collaborateurs indifférents, elle sentait certains regards la déshabiller des yeux, ce qui n’était pas forcément pour lui déplaire, tant que cela en restait là.

De retour dans son bureau, elle consulta rapidement ses mails, rien de bien important ni d'urgent au final, ce qui l’arrangeait bien car l'heure de la pause déjeuner approchait. Le téléphone fit retentir la mélodie habituelle annonçant un appel interne, Emilie décrocha:

"Allo"

"Bonjour Emilie, c’est Angélique"

"Angélique, que puis-je pour toi?"

"J’aurais besoin de ton aide sur un dossier, peux-tu venir me voir dans mon bureau ? "

"Ca ne peut pas attendre cet après-midi?"

"A vrai dire, c'est plutôt important."

"Bien, j'arrive,"

"Merci, je t’attends."

Sur ce, elle raccrocha le téléphone, et prit la direction du bureau d’Angélique, il se trouvait au même étage mais à l'opposé du sien, tout au fond d'un couloir.

La porte était ouverte. Etant attendue, Emilie entra directement.

"Angélique?"

"Entre Emilie, tu peux fermer la porte derrière toi au passage"

Elle referma la porte. Le bureau d’Angélique était de taille moyenne, une grande baie vitrée laissait pénétrer la lumière du jour. Angélique était assise derrière son bureau.

"Alors Angélique, qu'y a-t-il de si urgent?"

"Eh bien, passe derrière mon bureau, j'ai quelque chose à te montrer sur mon ordinateur"

Emilie contourna le bureau pour se placer juste à côté d'elle afin d'avoir une vue sur son écran. L’écran affichait un dossier avec des fichiers, au premier coup d’œil Emilie avait remarqué qu’il s’agissait de photos. Angélique en sélectionna une et l’ouvrit en plein écran.

"Plutôt réussi, je ne savais pas que tu t'adonnais à ce genre de petit jeu, venir au bureau nue sous ta jupe, je ne t'imaginais pas comme cela, enfin pas tout à fait comme cela devrais-je dire".

La photo était sans équivoque, elle avait été prise sous la table de réunion, montrant ses jambes quelque peu écartées, sa jupe remontée, dévoilant le haut de ses bas et surtout son intimité. Sur le coup de la colère et de la surprise, Emilie lui répondit sèchement.

"Je m'adonne pas à ce genre de jeu, d'une part je n'ai pas d'explication à te donner et d'autre part tu vas me faire le plaisir d'effacer ces photos, d'ailleurs comment les as-tu eues ?"

Angélique lui montra alors son téléphone "Tu vois ceci, c'est un petit bijou de technologie, il prend de magnifiques photos même dans les lieux assez sombres, faut dire que la réunion était plutôt chiante alors je me suis occupée un peu!"

"Peu importe, efface-les tout de suite!"

Angélique ne semblait pas perturbée par le ton employé par Emilie

"Ma chère Emilie, je vais t'expliquer quelque chose, sur ces photos, on te reconnaitra parfaitement, d'ailleurs j'ai aussi une photo qui montre l'autre moitié des fois qu’il y aurait un doute sur ton identité"

"Et alors, qu'as-tu l'intention d'en faire?"

"Eh bien tout dépendra de toi ma chère Emilie. Tout d'abord va fermer la porte et donne un tour de clé s'il te plait, les murs ne sont pas épais et je n'ai pas envie que des curieux viennent voir ce qui se passe ici."

Sur ce point, Emilie se disait qu'elle n'a pas tout à fait tort, il ne manquerait plus que les bureaux mitoyens entendent cette discussion. Elle alla jusqu’à la porte et fit un tour de clé, s’assurant en actionnant la poignée qu’elle était bien fermée.

"Emilie, tu ne voudrais pas que tout le monde voie cette photo et tu sais à quel point je suis douée pour faire circuler ce genre de choses, je dois t’avouer que le spectacle que tu m’as offert durant la réunion m’a quelque peu excité, et j’ai envie de l’être un peu plus...", en disant cela, Angélique se leva de son fauteuil. Emilie ne put s’empêcher de la parcourir des yeux tant il est vrai que son tailleur rouge tailleur rouge lui allait à merveille, mettant toutes les courbes de son corps en valeur.

"Approche Emilie, n'aie pas peur je ne vais pas te manger, enfin pas aujourd'hui. » Angélique avait esquissé un sourire en disant cela, Emilie s’'approcha, Angélique commença à se caresser doucement, ses mains parcourant son corps, elle fit remonter sa jupe, la remontant lentement, laissant dévoiler ses charmes au fur et à mesure, elle portait des bas clairs couleur chair qui galbaient ses jambes avec beaucoup de charme et la paire d’escarpins noire qui la perchait sept centimètres au-dessus du sol la rendait encore plus désirable.

Emilie n’avait jamais été réellement attirée par les femmes, même si elle avait eu une expérience il y a quelques années de cela avec une amie après une soirée un peu arrosée, sur le moment elle s’était laissée aller un peu aidée par les quelques verres de vodka orange qu’elle avait bue. Bien qu’elle ait toujours était attirée par les hommes, elle dû se convaincre intérieurement que regarder Angélique se dévoiler ainsi ne la laissait pas indifférente, elle commençait à sentir la chaleur monter en elle. Son mari était absent depuis quinze jours maintenant et il est vrai qu’elle se sentait un peu en manque de sexe.

La jupe d’Angélique remontait toujours plus, elle la remontait avec beaucoup de délicatesse et de douceur. Son intimité se dévoilait petit à petit, puis elle put la voir dans son intégralité.

"Tu vois Emilie, tu n'es pas la seule à ne rien porter sous ta jupe, j'adore ne rien mettre en ce qui me concerne, sentir la brise caresser mon sexe cela me donne des frissons si tu savais, alors comment trouves-tu la vue?"

"Tu es vraiment très jolie Angélique, mais...", Emilie n’eut pas le temps de finir sa phrase.

"Approche-toi, j'ai envie de sentir ta main caresser mon sexe".

Emilie se sentait prise au piège, Angélique avait les cartes en mains, et elle avait un sacré jeu ! Elle ne savait que faire, elle se sentait attirée par le corps de cette femme qui semblait vouloir se donner à elle. Elle se rapprocha d'elle, avançant avec hésitation sa main vers cette intimité dévoilée. Angélique lui saisit alors la main pour la guider et la posa délicatement sur le bas de son ventre. Emilie ferma les yeux comme pour tenter d’échapper à cette réalité et à cette épreuve imposée. Les souvenirs de sa première fois avec une femme resurgissaient, le contact de sa main sur ce corps doux et chaud faisait remonter en elle un désir qu’elle n’avait pas ressenti depuis longtemps.

Les premières minutes furent les plus difficiles pour Emilie, mais le désir avait pris le dessus sur la peur et l’hésitation. Maintenant ses deux mains caressaient le corps d’Angélique, ses hanches, ses cuisses, ses fesses. Sa main passa alors entre ses cuisses, Angélique écarta les jambes comme pour ouvrir le chemin, sa main se trouva au contact de son intimité et commença à la caresser avec douceur. Emilie ouvrit les yeux constatant les effets qu’elle produisait sur sa collègue de bureau, elle comprit rapidement qu’elle avait à présent repris le contrôle, Angélique se laissait faire, elle ne tenait plus, elle ne te dirigeait plus rien.

"Tu m’épates, je ne te pensais pas si adroite, et tes mains sont d'une douceur, humm".

Emilie la fit reculer, sa jupe était remontée au maximum, elle la fit s’asseoir, lui écarta les jambes pour les faire reposer sur les accoudoirs du fauteuil. Dans cette position elle offrait une vue imprenable sur son sexe, et la position dans laquelle elle se trouvait à présent, plus que suggestive excita Emilie encore plus.

Elle s'avança pour se positionner entre ses jambes, accroupie, sa tête se trouva à quelques centimètres de son intimité, elle commença par déposer quelques baisers sur le haut de ses cuisses, puis sur le bas de son ventre se rapprochant inexorablement de son intimité. Angélique avait la tête renversée en arrière, des soupirs sortaient de sa bouche, elle semblait prendre beaucoup de plaisir. Les baisers se posaient maintenant sur le haut de son sexe, puis plus bas, toujours plus bas.

Accroupie devant elle, Emilie avait elle aussi envie de prendre du plaisir, les gémissements d’Angélique avaient fini par la faire trembler de désir, étant accroupie, elle n’eut aucun mal à faire remonter sa jupe afin d’écarter les jambes pour laisser le passage à sa main gauche sui se positionna sur son sexe qui était déjà bien trempé. Emilie s’occupait de son intimité, sa langue avait trouvé le chemin du clitoris d’Angélique, elle le sentait gonflé, plein de désir. Sa langue passant dessus à maintes reprises, tournant autour, l'aspirant de temps en temps du bout de ses lèvres.

Angélique se contractait de temps de temps signe du plaisir qu’elle ressentait, elle semblait se retenir de crier de plaisir, il faut dire que si elle avait crié et même avec la porte fermée, cela se serait entendu dans tout l’étage.

"Humm continue c'est trop bon, tu es une reine avec ta langue mais j'ai envie de sentir tes doigts aussi".

Emilie ne se fit pas prier, sa main gauche étant déjà occupée, c’est l’index de sa main droite qui passa dans le sillon de ses lèvres, se plaçant devant l'entrée de sa grotte, avec les assauts et les coups de langue qu’avait donné Emilie, l’entrée était trempée, son doigt entra avec une facilité déconcertante et elle entreprit un va et vient, sa langue continuant son office sur le clitoris.

"Oh oui, c'est bon avec un doigt, mets en un autre!".

Angélique était complètement détendue à présent, un deuxième doigt rejoignit le premier accentuant encore plus le plaisir, les doigts d’Emilie semblaient être comme aspirés par cette chatte en feu. Les vas et viens continuèrent, et sans qu’Angélique ne demande quoique ce soit, elle en rajouta un troisième estimant que cela n’en serait que meilleur. Angélique avait du mal à retenir ses cris, ses râles de plaisir se faisaient plus intenses à présent, "oh oui... continue, je vais jouir ma belle, continue!".

Il en était de même pour Emilie, sa main gauche qui ne cessait de caresser son clitoris depuis le début la faisait arriver à l’orgasme. Quelques secondes plus tard c’était au tour d’Angélique, son corps se tétanisa, les contractions de son intimité sur les doigts d’Emilie ne faisant que confirmer que la fin était proche. Elle venait d’atteindre l’orgasme. Quelques secondes plus tard, Angélique se redressa et remit sa jupe en place, elle aida Emilie à se relever et déposa rapidement un baiser sur ses lèvres.

"Merci ma belle Emilie, c'était un moment bien agréable, je dois avouer que tu m’as épatée, je ne te pensais pas aussi experte !".

Emilie était en train de reprendre ses esprits, de revenir à la réalité qu’elle avait quittée lorsqu’elle entreprit de se laisser aller à ce petit jeu.

"Tout ce que je veux maintenant c'est que tu effaces ces photos !" dit Emilie sur un ton plutôt calme.

"Je vais le faire, tu m'as donné un tel plaisir que je ne peux te refuser cela"

Elle se replaça devant son ordinateur laissant à Emile le soin de vérifier qu'elle effaçait bien les photos, car effectivement elle en avait plusieurs. Emilie jeta rapidement un coup d’œil sur l’heure qu’indiquait l’ordinateur, il était 12h10.

"Bien, je dois y aller Angélique, je suis déjà en retard pour mon déjeuner"

"Emilie, la prochaine fois, c'est moi qui m'occuperai de toi"

"Même si j’ai pris beaucoup de plaisir, je ne suis pas certaine qu’il puisse y avoir une prochaine fois."

"On verra bien, qui sait !"

Emilie quitta le bureau. A cette heure-là, quasiment tout le monde était parti déjeuner, elle fit une halte aux toilettes pour se laver les mains et se passer un peu d’eau sur le visage, elle s’observa dans le miroir, son visage était encore sous le coup de l’émotion, toujours un peu rouge au niveau des joues. Elle prit le temps de reprendre ses esprits, passa à son bureau prendre ses affaires, et alla déjeuner.

  • Like 2

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.