Aller au contenu
  • entries
    6
  • comments
    4
  • views
    2,144

Les aventures d'Emilie - Chapitre 2 - Les Jours Passent

Aureus

575 vues

Emilie était sortie de la pièce, avait refermé la porte derrière elle, avant de retrouver le monde extérieur elle avait réajusté une dernière fois sa jupe et sa veste.

Une fois sur le trottoir, elle prit la direction de la gare de RER. Dans sa tête beaucoup de choses se bousculaient, elle ne réalisait pas vraiment ce qui venait de se passer, pourquoi avoir accepté ce rendez-vous avec un inconnu qui lui avait fait découvrir de nouvelles sensations ?

Elle se demandait encore comment elle en était arrivée là, mais c'était pourtant évident, elle l'avait voulu, elle avait accepté de répondre à un mail reçu de la part d'un inconnu, d'échanger avec lui et de fil en aiguille avais fini par accepter ce rendez-vous. Peut-être par envie, ou par simple curiosité qui sait, sur le moment elle n’y avait pas vraiment réfléchi, mais au final elle s’y était rendue à ce rendez-vous et elle en était sortie à présent.

Durant le trajet en RER, Emilie repensa à cette feuille de papier pliée en quatre qu’elle avait rangée dans son sac à main, à ces questions, à la suite à donner à tout ça, elle ne savait pas vraiment quoi faire, répondre, ne pas y répondre, laisser tomber toute cette histoire...

Toutes ces idées faisant leur chemin, elle arriva enfin à son arrêt, descendit du RER et finit son chemin pour rentrer chez elle, fatiguée par une longue journée.

Dans la soirée, juste avant de se coucher, elle décida finalement de prendre le temps de répondre rapidement aux questions, après tout un mail de plus ou de moins ne changerait pas grand chose au final.

Par la suite, les journées défilèrent les unes après les autres, sans aucune nouvelle de cet inconnu. Au bout d'une semaine, elle pensait même qu’elle n'aurait plus jamais de ses nouvelles. Peut-être n'avait-il pas apprécié les réponses aux questions qu’elle avait fournies, au fond d’elle cela la frustrait un peu. D'un côté elle souhaitait que cela s'arrête, mais d'un autre, le fait de se sentir désirée était un sentiment bien plus fort et bien plus enivrant.

Le lendemain, sa journée de travail se déroula comme à l'habitude, de la paperasse, des dossiers à traiter, une réunion à laquelle elle aurait préféré échapper, et la pause déjeuner pointa son nez. Emilie profita de ce petit moment de calme pour consulter ses mails privés, quelques nouveaux messages étaient là, un peu de publicité, quelques notifications en provenance de divers forums auxquels elle était inscrite, et au milieu de tout cela un mail de la part de son inconnu. Surprise mais curieuse aussi, elle l'ouvrit pour en lire le contenu:

Ma chère Julie,

Désolé de ne pas vous avoir donné de nouvelles plus tôt, je ne vous ai pas oubliée, et n'ai surtout pas oublié notre dernière entrevue. J'espère ne pas vous avoir troublée ni fait peur et que vous accepterez un nouveau rendez-vous ce jeudi soir. Je tenais aussi à vous remercier pour avoir répondu aux trois questions, je vous rassure, tout cela restera confidentiel.

Je vous attendrai donc à la même adresse que la dernière fois à la même heure en espérant vous voir.

...

Ainsi il désirait la revoir, même endroit, même heure c'est à dire à la sortie du travail et c'était pour demain soir. Ses yeux parcoururent une nouvelle fois l'ensemble du mail pour vérifier qu’elle n’avait rien raté. Y aller, ne pas y aller, accepter ou refuser l'invitation, la question se posait dans sa tête, elle avait beaucoup apprécié le premier rendez-vous, dans le fond, il avait été très gentil, doux et prévenant, mais qu’en serait-il de la suite. Sur le moment, elle se dit qu’elle avait du temps pour y réfléchir après tout ce n'est que pour demain en fin de journée et il n'était pas demandé à ce qu’elle confirme le rendez-vous.

L'après-midi se déroula comme à son habitude, enfin presque, Emilie ne cessa de penser à ce nouveau rendez-vous et se demandait ce qu’elle comptait faire. La fin de journée arriva, étrangement elle quitta le bureau la dernière, elle rangea son bureau, enfila sa veste et quitta le bureau en direction de la gare de RER.

Emilie marchait lentement, perdue dans ses pensées, seul le bruit de ses talons sur le trottoir arrivait à ses oreilles. Son regard s’attardait par moment sur les vitrines de certains magasins. Elle finit par s’arrêter devant une vitrine, celle d’un magasin de lingerie, des mannequins arboraient toute une collection de lingerie fine à faire pâlir n'importe quel homme, son attention fut particulièrement attirée par un mannequin dont les jambes étaient galbées de bas noirs, sur le moment elle repensait à ce que son inconnu lui avait dit lors de leur première rencontre, sur le fait qu’il préférait les bas aux collants. Emilie resta quelques minutes immobile devant le magasin, hésitante, finalement elle entra dans la boutique et en ressortie quelques minutes après avec un petit sac à la main. En sortant du magasin, Emilie souriait, ce petit plaisir serait certainement un beau cadeau pour son inconnu et quitte à se rendre à ce rendez-vous elle se voulait sexy et désirable.

Le lendemain matin, après une bonne nuit de sommeil et une bonne douche chaude, Emilie sortit de la salle de bain, nue, assise sur son lit, elle se demandait toujours si elle allait accepter ce nouveau rendez-vous ou pas. Mais quoiqu’il en soit, si elle devait s’y rendre, elle devait impérativement faire un choix sur sa tenue vestimentaire maintenant. Elle sortit alors du sac la paire de bas achetés la veille, elle les enfila, l’un après l’autre en prenant soin de ne pas les abimer. Emilie se leva afin de se placer devant le grand miroir qui trônait dans un coin de la chambre. Elle ajusta ses bas, constatant qu’ils arrivaient tout de même assez haut, un peu plus haut que mi-cuisse avait-elle estimé. Se dirigeant ensuite vers son dressing, elle fit le choix d’une jupe, ni trop courte ni trop longue, une jupe à volants noire, qui une fois enfilée lui permit de constater qu’elle était assez longue pour qu’en théorie personne ne remarque qu’elle portait des bas, après quelque allers-retours devant le miroir elle était rassurée. Elle fit le choix d’un soutien-gorge noir, un de ceux dont elle savait qu’il avait la faculté de mettre sa poitrine en valeur. Un pull blanc vint recouvrir tout ça, il était loin d'être transparent, mais elle vérifia une fois de plus dans la glace que l'on ne voyait pas son soutien-gorge noir au travers.

Sept centimètres, c’était la hauteur des talons de bottes noires qu’elle avait choisie de mettre avec son ensemble, estimant que ce choix était judicieux afin de se mettre en valeur. Emilie avait appris à marcher avec des talons assez jeune, et sept centimètres n’était pas encore son record absolu, mais elle adorait ces bottes.

Prête à partir, elle enfila son manteau, prit son sac et fila vers la station de RER à grande enjambées, le prochain train était dans dix minutes et elle était déjà en retard.

Sur le quai, Emilie attendit l’arrivée de son train, d’après l’écran, plus que trois minutes, les gens affluent de tous côtés, et les places en bord de quai commencent à se faire rares. Placée en tête de quai, Emilie qui n’avait pas pour habitude de se mettre souvent en jupe ressentit la fraicheur matinale et une petite brise caressant ses bas, passant parfois sous sa jupe lui rappelant que le haut de ses cuisses est à l’air libre. Cependant, elle sentit que la fraicheur de cette brise atteignait aussi son intimité, elle réalisa d’un seul coup qu’elle ne portait rien sous sa jupe, trop concentrée le matin-même sur ses bas, le choix de sa jupe, son pull et le reste, elle en avait oublié une chose essentielle pour elle, mettre un string. Pendant un instant qui lui parut une éternité, elle se repassa toutes les images qui lui revenaient lorsqu’elle s’était habillée, comment ai-je pu oublier se demanda-t-elle, c’était la première fois que cela lui arrivait, et pour elle c’était impossible !

Se sachant nue sous sa jupe, Emilie avait l’impression que tout le monde la regardait, comme si en un instant tout le monde avait su qu’elle n'avait pas de string. En réalité il n'en était rien, reprenant ses esprits et mesurant ce qu’elle appelait « la gravité de la situation » dans sa tête, elle constata que tout le monde était comme à l’habitude, certains lisaient le 20 minutes, d’autres Metro, d'autres jouaient sur leur téléphone portable…

Le train arriva à quai, elle monta dans la rame de tête, d’habitude elle cherchait à trouver une place assise, mais aujourd’hui, elle préféra rester debout de peur qu’une fois assise quelqu’un puisse s’apercevoir ce qui était pour elle un drame.

Au fil des minutes, elle finit par s’y faire, et trouva la sensation plutôt agréable après tout. Et puis, elle finit par se convaincre qu’il n’y avait pas de raison que quelqu’un s’en aperçoive à moins qu’elle ne le fasse exprès.

Son bureau n’est plus qu’à quelques minutes de marche, Emilie salua les filles de l’accueil et monta au 4ème étage par l’ascenseur. Arrivée dans son bureau, elle ôta son manteau dévoilant tout le charme de sa tenue, qui ne manqua pas de faire réagir sa collègue de travail lorsqu’elle passa pour la saluer, « tu es élégante et ravissante ma belle aujourd’hui » lui avait-elle alors dit. Emilie avait apprécié le compliment, sur le moment elle avait pensé « et encore, elle ne sait pas que je n’ai rien sous ma jupe sinon ce serait la cerise sur le gâteau ».

Elle s’installa à son bureau prenant soin lorsqu’elle fut assise de vérifier que sa jupe soit bien ajustée et consulta son planning de la journée, ne sachant toujours pas si elle comptait se rendre à ce deuxième rendez-vous, mais après avoir consulté son planning, une chose était certaine, elle avait une réunion dans 20 minutes et là elle n’avait pas le choix!

  • Like 2

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.