Aller au contenu
  • entries
    12
  • comments
    47
  • views
    6,911

Plaisir au chantier "fantasme"

melia

869 vues

Cela faisait plusieurs semaines que j'étais sur ce chantier...

La chaleur était insupportable et le port du blanc de travail encore pire..

En fin de matinée j'étais partie me désaltérer et rafraîchir ma peau brûlante et coulante de sueur. Peindre dans ces conditions était un supplice, mais le supplice était encore plus grand quand débarquait le client, aille aille, un homme d'une allure à faire tourner la tête des filles sur son passage. Huuum :wacko:

Grand, brun, yeux noisette, petit accent du sud... Rien que d'y penser j'en avais la chair de poule et pas que.. :blink:

Je défis ma combi, et nouai les manches à ma taille, un simple débardeur recouvrait le haut de mon corps, un soutien gorge sous cette chaleur, impensable...

Je fis couler l'eau dans mes mains et m'aspergeai le visage, la nuque, le cou.. L'eau dégringola entre mes seins, cette sensation de fraîcheur les fit sortir de leurs cachettes. Je fis descendre les brettelles le long de mes épaules et continuai à humidifier ma peau. Mes mains sur ma poitrine me procuraient une douce sensation, c'était bien la première fois que j'avais envie de me faire du bien sur mon lieu de travail. Mais étant seule, je me suis dit, pourquoi pas, allons donc..

Continuant mes caresses, je n'entendis pas que quelqu'un était arrivé entre temps, (évidemment, c'est uniquement dans ces moments là, qu'on se fait déranger, mais je ne le savais pas encore) ;

Ma respiration s'accélérait, mon corps en demandait plus.. Je m'installai sur le bord de la baignoire, enlevai le nœud fait plus tôt et fis descendre la fermeture éclair en un tour de main afin d'avoir un plus libre accès à mon intimité.

Fermant les yeux, je me voyais avec mon charmant client, huuuum...

Une de mes mains écarta ma culotte afin de laisser passer la seconde à l'intérieur. Mes doigts vinrent trouver mon clitoris déjà bien gonflé, et ne demandait qu'a être soulagé. Je ne le fis pas attendre, une caresse, puis une seconde, des frissons me parcouraient déjà tout le dos, je me pinçais les lèvres afin d'éviter de me faire surprendre, mais trop tard...

Un homme m'observait dans l'ouverture de la porte, que j'avais malheureusement ou heureusement oubliée de fermer derrière moi..

De son côté, il ne perdait évidemment pas une miette du spectacle que je lui offrais «pour son plus grand plaisir ». Son sexe avait pris une telle proportion dans son pantalon, qu'il le libéra. Celui-ci dans sa main, il la fit descendre de haut en bas et de bas en haut, plus sa main faisait ce chemin, plus son membre prenait de l'ampleur. Depuis le début des travaux il espérait en secret pouvoir me prendre et me faire jouir.

Quelle ne fut pas sa surprise en me découvrant dans sa future salle de bain à moitié nue alors que je me faisais du bien.

Mes mains toujours dans mon intimité, entamaient une danse des plus exquises, la jouissance était proche, le rouge me montait aux joues et je me mordis les lèvres afin d'étouffer cet orgasme qui allait bientôt exploser...

Mais à ce moment j'entendis un raclement de gorge et un « besoin d'aide peut-être ?» suivit.

Je sursautai et j'essayai tant bien que mal de me cacher mais c'était trop tard.

Dans l'entrebâillement de la porte, il était là, lui. :eek:

Je ne savais plus ou me mettre, j'étais là, limite offerte à lui, et je n'avais nul envie de me rhabiller ni de partir. J'avais envie de lui.. Là maintenant tout de suite et le voir là face à moi. Huuuum

Son sexe fièrement dressé, me fit devenir tigresse « Je ne sais pas si c'est moi ou vous qui avez besoin d'aide ? » il remarqua tout de suite à quoi je faisais allusion, il n'eut pas le temps de réagir que me voilà à quatre pattes devant lui, me saisissant de ce morceau de chair entre mes mains, mes mains coquines et investigatrices de son membre. Elles ne se firent pas prier et l'encerclèrent afin de lui prodiguer le meilleur des supplices. Sa respiration s'accéléra à chaque passage de mes mains sur son bâton de chair.

Je l'entendais gémir, le signal était donné afin de continuer ma mise en bouche et quelle mise en bouche ! Mes lèvres s'ouvrirent et vinrent se placer à l'extrémité de son sexe. Sans effort je le fis rentrer dans ma bouche, je jouai avec ma langue afin de le faire frémir de plus en plus.

Vu comment il réagissait, je savais que c'était gagné d'avance..

Il ne me laissa pas finir, à mon plus grand regret, il le remarqua dans mes yeux, mais me fit comprendre que c'était à mon tour.

Il me fit m'installer devant le lavabo et écarta mes jambes, mais la combinaison gênait, il la fit descendre, prit une jambe après l'autre afin de me libérer de ça ainsi que de ma culotte qui ne ressemblait évidemment plus à grand chose.

Me voilà enfin offerte à lui, il s'agenouilla à son tour et commença à caresser ma vulve des ses doigts, ma cyprine coulait encore, il se délecta de ce jus en mettant son doigt dans sa bouche.

Cette bouche qui visiblement en demandait plus, il écarta plus mes jambes afin d'avoir un meilleur accès à mon intimité. Sa langue trouva le chemin et se délecta de mon clitoris, lorsque je le sentis faire des mouvements dans le sens des aiguilles d'une montre, je faillis défaillir, mes jambes tremblaient. De temps en temps, il allait s'abreuver à la source de mon puits d'amour et il revenait sur mon petit bourgeon fièrement dressé.

Je n'en pouvais plus, je sentais qu'un orgasme était sur le point d'arriver, il le sentit aussi et accéléra ses mouvements, je me cramponnai au lavabo et criai ma jouissance.

Il se releva et vint derrière moi, je n'eus pas le temps de reprendre mon souffle qu'il s'enfonça déjà en moi en un coup de reins.

La surprise passée, il fit coulisser son membre en moi, je sentais ses couilles claquer sur mes fesses, nous étions entrain de prendre un pied d'enfer. Il me fit basculer en arrière afin d'avoir accès à mon clitoris par l'avant. Nos regard se croisèrent dans le miroir, nous avions dans les yeux cette étincelle du désir qui en disait long sur la suite des évènements.

Ses mouvements de va et vient continuèrent dans ma vulve pendant que sa main titillait mon clitoris. Une décharge électrique me traversa tout le corps, je criais telle une affamée, lui demandant de me prendre comme la vilaine que j'étais et qui méritait d'être punie

Il ne se fit pas prier, il continua encore et encore jusqu'à l'explosion finale où cet orgasme commun vint nous surprendre. Il s'écroula sur moi, nous reprîmes notre respiration avant de nous séparer. Un petit brin de toilette plus tard et nous revoilà entrain de faire le point sur l'avancée des travaux, comme si de rien était.

La fin de journée terminait, et un dernier orgasme avant de se quitter et de remettre ça le lendemain. :eek:

  • Like 1


2 Commentaires


Recommended Comments

Un fantasme très bien écrit, je ne te cache pas qu'il a su réveiller en moi quelques envies ;)

Merci et Bises

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Je veux être chef de chantier (ce n'est peut-être pas un travail pour les dames ?) ...

Tous ces hommes vigoureux...

Je fantasme...

Merci pour ce récit un peu chaud !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.