Aller au contenu
  • entries
    37
  • comments
    182
  • views
    32,572

Carnets intimes

codem

1,177 vues

Les "carnets" ... sont  une série de confessions intimes  que  j'ai noté pour vous les faire partager.

 

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

 

Les confidences de Marie

 

J'ai eu une expérience à trois, cela remonte à mes 20 ans. Pas un trop bon souvenir, un peu frustrant, même si j'ai eu du plaisir. La chose s'est passée presque naturellement ou alors je me suis fait piéger.

Je préparais mon B.P à Bordeaux où je partageais un studio avec la copine Faby que j'ai connu pendant les cours de l'an dernier.

 

Nous avions vite sympathisé. Elle était rigolote et aimait s'amuser et faire la fête.

Un jour de fiesta, nous sommes rentrées un peu éméchées, ce qui nous avez rendu très gaies.

Elle s'est mise à se déshabiller devant moi, chose qu'elle n'avait pas l'habitude de faire les autres fois.

Je n'avais jamais été très attirée par des filles avant mais là j'ai eu subitement eu envie d'elle, de la toucher, de lui faire l'amour.

Son corps était superbe. Je l'ai enlacé par la taille comme pour m'amuser avec elle. Je me suis surprise à lui faire plein de petits bisous partout. L'alcool s'en doute !

Elle se retourna et me poussa sur le lit, puis s'est couché sur moi et a commencé a m' embrasser avec fougue comme l'aurait fait un mec. C'était devenu très chaud. Je la laissais faire, impuissante, mais bien contente qu'elle me donne du plaisir. Je sentais des fourmillements dans le bas de mon ventre. Quand elle m'a passé sa main dans ma culotte, elle était déjà toute mouillée. Nous avions fait l'amour une bonne partie de la nuit. Nous nous sommes endormies toutes les deux, épuisées, sur le canapé.

 

Faby était tombée amoureuse d'un type d'une trentaine d'année, marié, pas mal, un beau mâle. Un soir, Faby avait invité Christian à venir diner avec nous, avec mon consentement bien sûr. Un repas, une fois de plus, bien arrosé. Faby ingurgitée pas mal d'alcool , bien plus que moi. Elle riait, s'excitait toute seule, l'alcool aidant!

 

C'est là que tout a commencé. Étaient-ils complices? Faby est venue vers moi et devant son copain, m'a pris le visage entre ses mains et m'a donné un baiser torride. Puis en se retournant vers son mec, elle lui dit :

 

- elle est belle ma copine!

 

J'aimais cette situation. Elle a passé sa main dans mon chemisier, après avoir défait les deux premiers boutons et a commencé à me caresser les seins devant son mâle. J'appréciais la douceur de ses caresses. Ensuite elle est allée vers son chéri qu'elle a commencé à caresser partout, ainsi que son sexe à travers son pantalon. Je voyais bien que le mec bandait fort. Son jean était tout déformé. Ensuite tout a été très vite, le chéri s'est retrouvé la queue à l'air et bien tendue. Faby se pencha pour le sucer devant moi. Je commençais à être sérieusement excitée. Elle s'est mise en position de levrette. Le type s'était mis derrière elle et moi à côté pour guider sa queue dans la chatte de ma copine. Je m'amusais à faire glisser sa bite sur la fente ruisselante de Faby, à lui caresser son petit trou avec le gland de Christian.

Faby gémissait.

 

Quand son sexe a disparu dans les entrailles de ma colocataire, je me suis éloignée pour m'installer dans le fauteuil. Les jambes bien écartées, je me caressais en les regardant faire l'amour. Quand Christian gicla sur les fesses de la belle Faby, j'avais envie qu'il me prenne aussi mais il était déjà tout mou. Je l'ai masturbé un peu mais ça ne revenait pas bien vite. J'ai été un peu déçu de ne pas avoir pu mieux profiter de sa belle queue.

 

Voila mon premier trio.

 

 

Source :

 

Les confidences de Corinne

 

Une amitié sincère s’est transformée en passion pour Hélène. Nous nous rencontrions régulièrement à la sortie des écoles. Nos filles étaient les meilleures copines de classe. Nous avions vite sympathisé et nous nous sommes découvert les mêmes centres d’intérêts. Toutes nos conversations étaient passionnées.

 

Hélène était infirmière mais elle a arrêté son activité pour se rendre disponible pour l’éducation de sa fille.

 

Je ne travaillais plus, moi aussi. Mon travail était à 60 km de mon village, et ça me posait des problèmes pour m'occuper de ma fille.

Mon mari s’absentait souvent pour son travail et restait quelques fois une ou deux semaines sans rentrer.

 

Un soir j’ai gardé Hélène pour le diner car elle aussi se retrouvait seule à cette période. Son mari a dû s’absenter pour remplacer le chef d’équipe qui avait eu un accident sur un chantier en Allemagne, .

 

Tout a commencé ce soir là! Hélène me regarda d’une drôle de façon toute la soirée. J’en ai été très troublée. J'ai ressenti dans son regard comme un message. Quand nous nous sommes quitter elle m’a fait une bise plus appuyée que les autres fois, frôlant même mes lèvres et me serra contre sa poitrine un court instant que mon cœur s'était mis à battre.

 

Le soir dans mon lit, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à elle. J'ai imaginé un tas de choses un peu folles que je m'en suis senti honteuse. J'ai senti mon corps réagir. Je passais ma main entre mes cuisses et commençais à entreprendre des caresses intimes, m'imaginant que c’était sa main. Je n’avais jamais eu de rêves comme ça auparavant.

 

Quelques jours plus tard, en début d’après midi, Hélène me demanda si je voulais faire un tour en vélo avec elle.

J’étais d’accord. La journée était ensoleillée, pas de vent, idéale pour une promenade à bicyclette.

 

Nous avions pris une petite piste cyclable qui longe la forêt pas loin de la mer. L'endroit était agréable et ombragé.

 

Au bout de quelques kilomètres, Hélène me voyant un peu essoufflée, me proposa de faire une halte.

 

Nous nous sommes assises dans l'herbe pas loin de la petite route.L’endroit était calme. Hélène me passa sa main dans mes cheveux et me dit, en les ramenant en arrière:

- Tu es belle comme ça, le front dégagé !

 

Je l’ai remercié pour ce gentil compliment.

 

Elle continua à jouer avec ma chevelure. Quand elle s’est arrêtée, elle me regarda fixement dans les yeux et son visage s’approcha doucement du mien et me donna un petit baiser sur mes lèvres. Je la regardais à mon tour,  sans aucune réaction, un peu surprise et troublée.

Elle recommença par un baiser plus mouillé.  puis un autre. Ses baisers qui ne laissaient aucun doute sur ses intentions. Ce n’était plus des bisous d’amitié ou de tendresse, mais bien des baisers qu’une amante aurait donné à sa maitresse. Ce n'était pas désagréable ! Je me laissais faire en repensant à mon fantasme de l’autre nuit.

Hélène continua a m'embrasser. J’ai osé répondre à ses baisers et ma langue commença à chercher la sienne. Je sentais la chaleur m'envahir. Je ne savais plus ce qu'il m’arrivait. Elle me caressait partout. Sa main s'était glissé dans mon chemisier pour caresser mes seins qu'elle embrassa, lécha, et suça mes tétons qui pointaient sous ses coups de langue.

Elle avait pris possession de mon corps. Je me laissais faire, les yeux fermés.

 

Au loin une voiture arrivait a petite allure, Hélène arrêta ses caresses et me dit:

- Rentrons vite chez moi!

 

Hélène ne perdit pas une seconde, à peine la porte franchit, elle me plaqua contre le mur du couloir,  se colla contre moi et reprit ses baisers et ses caresses avec encore plus d’ardeur. Son corps était chaud. Elle semblait très excitait.

 

Elle me prit la main et m’attira vers sa chambre.

Elle me poussa sur le lit et là elle se déchaina! Elle prit ma main pour se caresser. Elle me demanda de la pénétrer avec mes doigts. J'étais plutôt maladroite dans mes caresses.

Elle mouillait abondamment. Cela m'avait encore plus excité.

Elle m’allongea sur le dos et m’écarter les jambes et commença un cunnilingus qui me rendit folle de plaisir. Elle continua à me sucer tout en me pénétrant un doigt dans mon anus.

Elle tendit sa main vers le tiroir de sa table de nuit et en sortie un gode-ceinture.

Elle se comporta comme un homme. J'ai adoré!

 

Après plusieurs orgasmes qu’elle m’avait procuré, je lui demandais si elle était habituée à faire l’amour avec des femmes.

 

Elle m’avoua que c’était la deuxième fois mais qu’elle s’était rendu compte qu’elle était attirée de plus en plus par des relations saphiques.

 

-Cette envie est devenu très forte au fur et à mesure de nos rencontres.

 

Nous ne pouvions plus rester éloigné l’une de l’autre. On se retrouvait souvent pour nous aimer.

 

Nous nous sommes vraiment aimés.

 

Quelques années plus tard son mari a été envoyé en Afrique pour un énorme chantier qui devait durée trois ans. Je n’ai plus eu de ses nouvelles mais je pense toujours à ces moments merveilleux passé avec Hélène.

 

 

Source :

 

Les confidences de Stéphanie

 

J’ai perdu ma virginité pendant les grandes vacances de 1998.  J’avais 17 ans et ne savait pas grand chose sur la sexualité, sauf ce que me racontaient mes copines au lycée ou  ce que je lisais.

Mes parents ont une villa à Lacanau-océan  en Gironde.

Nous avions profité d’une belle journée de septembre pour aller toute la famille, sur la plage. A cette période, il y a moins de monde et c’est plus agréable.

 

Après avoir fait les fous dans l’eau, mon grand cousin, Jacques 26 ans,  dit a mes parents :

- Je vais marcher le long de la plage.

 

J'avais décidé de marcher avec lui.

 

- Attends-moi, Jacques, je viens avec toi .

 

Nous voila parti tous les deux, les pieds dans l'eau. En chemin, nous croisons quelques couples et des personnes isolés faisant du nudisme.

Jacques était un bel homme, souriant, grand  et musclé. Tout pour plaire!

 

J'avais remarqué que mon cousin mater ouvertement une jeune femme nue. Elle était très belle avec un superbe corps, bien bronzé. Je la trouvais un peu exhibitionniste. On voyait qu'elle était sûr de sa beauté et faisait tout pour attirer le regard des promeneurs.

Elle avait remarqué que Jacques la dévisageait. Il me proposa de faire une pause, comme par hasard, non loin de cette beauté. J’acceptais évidemment !

Mon cousin était un grand coquin, avec son regard vif et son petit sourire charmeur, ça ne faisait aucun doute. Ce n'était pas pour faire un peu de marche mais plutôt pour draguer qu'il s'était éloigné de la famille.

Il s'allongea sur le ventre, vue sur la belle créature.

Je me sentais un peu bête dans cette situation. J'avais l'impression de gêner.

 

J'ai dit à Jacques :

- Bon je vais te laisser draguer, je ne veux pas te gêner!

 

Jacques me répondit, d'une voix autoritaire :

 

- Non , reste !!!

 

il ajouta :

 

- Regarde la fille , là, elle est belle ! Elle ne t'excite pas, toi ?

 

- Si, j'avoue ! Elle est belle, elle ne me laisse pas indifférente.

 

Mon cousin se retourna vers moi et s'allongea sur le dos.

Très surprise, je me suis aperçu qu'il avait une sacrée érection. Une énorme bosse déformait son maillot de bain et qu'une partie de son sexe dépassait par dessus la taille.

 

Il me dit :

- On va allumer la fille à notre tour ! Mets moi nue!

 

Je ne m'étais jamais mise nue devant un garçon et encore moins devant mon cousin.

Mais, tellement excitée et ne voulant pas passer pour une gourde aux yeux de mon cousin que j'admirais beaucoup, j'ai donc osée le faire !

 

Mon cousin commença a me caresser les seins tout en continuant de regarder la fille, du coin de l’œil.

Elle, aussi, nous regardait, maintenant, avec beaucoup d' assurance. Comme pour nous provoquer, elle se mit en position assise, les jambes pliées vers le ventre, légèrement écartées et, commença a se caresser  d'une main, ses seins. L'autre main glissa sur son bas ventre puis frotta gracieusement son sexe avec les doigts

joints. Elle les déplia ensuite et les glissèrent sur sa fente toute lisse. La femme se branlait, sans complexe, devant nous.

Jacques ôta son maillot. Son sexe m'impressionna. Il était énorme ! Je n'en pouvais plus ! J'étais ruisselante par toutes ses visions érotiques.

Jacques glissa sa main entre mes cuisses et commença a caresser mon intimité que j'avais épilé le matin même. Ses doigts s’enfoncèrent délicatement dans mon vagin.

- Hummmm ! 

C'était trop bon, je me laissais faire. Ses doigts allaient et venaient doucement le long de ma raie fessière.

 

Jacques me souleva et m'allongea sur lui. Je sentis son sexe chaud et dur sur mon ventre puis sans attendre entre mes cuisses. Il se mit a me frotter avec son gland. A chaque passage sur mon clito, je poussais des gémissements. Soudain je sentis son sexe s'enfoncer en moi. C’était une première pour moi. Je n'ai rien dit  sur ma virginité ! Je l'ai laissé faire. On entendait les gémissements de notre voisine de plage. Nous étions tous les trois, visiblement, très excités par cette drôle de situation !

J'ai eu un formidable orgasme que je n'oublierai jamais.

 

Jacques a été dire quelques mots à la fille. Je pense , sans doute, qu'il a du lui donner un rendez-vous, le coquin.

 

La fin de cet été 1998 a été formidable. Avec Jacques nous en avions profité au maximum. Nous avions même revue notre belle inconnue de la plage.

 

Quand Jacques, nous a quitté, une larme a coulé sur mes joues. Je ne le reverrai pas avant l'été prochain maintenant.

J'ai su qu'il avait une copine sur Paris où il travaillait et qu'il allait se marier l'année prochaine. Cette nouvelle m'attrista beaucoup.

 

J'avais eu tort de m’inquiéter. Quand il est revenu l'été suivant, nous rejoindre avec Florence, son épouse, rien ne l'avait changé, Jacques était resté le coquin que je connaissais. Nous avions pu nous isoler quelques fois tous les deux pour faire l'amour.

 

 

Source :

 

 

  • Like 2


2 Commentaires


Recommended Comments

:shok: honte à moi j'avais jamais lu tes textes... 

Bon en même temps en 2012 j’étais dans ma bulle :) 

 

j'aime bien le concept et puis ça se lis vraiment bien...  

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

:shok: honte à moi j'avais jamais lu tes textes... 

Bon en même temps en 2012 j’étais dans ma bulle :) 

 

j'aime bien le concept et puis ça se lis vraiment bien...  

On ne peut pas tout lire ni  tout voir ...

Merci pour ton commentaire Mélia

J'ai d'autres confidences mais pas eu le temps de les travailler un peu pour les poster

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.