Aller au contenu
  • entries
    55
  • comments
    129
  • views
    15859

Soirée à la bougie (Fantasme) Part IV et Fin

Ryushijou

461 vues

Le doigt lui descendait. Il arriva à l'orifice vaginal. Faisant d'abord tout le tour, à plusieurs reprises, pour laisser le temps à la bouche d'arriver sur le pubis et commencer une série de petit baisers... Et d'un coup, la main dans les cheveux de l'homme se serra. Le doigt avait pénétré l'entrée du vagin et progressait doucement. L'homme savait combien elle s'excitait quand il prenait son temps pour ce genre de chose. La bouche descendit et s'occupa à son tour du clitoris. Mais le doigt ne resta pas inactif. Il commençait déjà les va et vient en elle. Alternant les longues et courtes sorties, la profondeur à laquelle il entrait et la vitesse. Aucune logique, un hasard total. Mais les râles que lâchaient la femme lui firent comprendre que cela lui plaisait énormément. Un deuxième doigt s'ajouta à l'intérieur de la femme. Augmentant le rythme, la grosseur des va et vient. La femme n'en pouvait plus. Se sentant partir, un petit cri lui échappa et son bassin eu des tressautements faisait bouger son bassin involontairement.La femme, après avoir repris contenance, s'échappa, et replaça son homme dans le fauteuil. Elle défit le bouton de pantalon. Et descendit sans plus de cérémonie le pantalon et le boxer de cette homme. Déjà à genou, elle n'eut plus que peu à faire pour satisfaire la verge qui se présentait face à elle. Elle la saisit à pleine main... Commençant de langoureux va et vient, insistant bien à chaque montée et descente pour maintenir une bonne poigne dessus. Au grand plaisir de l'homme, la bouche remplaça la main. La langue sortante doucement, léchant le gland avant de passer aux lèvres. Et enfin la pleine bouche. Elle aimait cette pratique, et son homme les sensations que cela procurait.Mais elle n'en resterait pas là. Après quelques minutes de jeu, elle se leva, redressa le sexe, le colla contre son sexe à elle, et s'assit. Enfonçant la chair en elle. Ce petit bout de chose tendu d'excitation et de désir pour cette femme. Le voilà en elle. Elle aimait ce contact. Sentir palpiter cette chose au même rythme que son intimité. Humide et chaud. Voilà ce qu'éprouvait cet homme en elle. Il ne demandait pas mieux. Il la serra contre lui, empalée sur son sexe. L'embrassant encore plus fort. Elle, elle bougea doucement, lentement le bassin. Commençant à chauffer encore plus son homme.Elle se dégagea de son étreinte. Et monta avant de redescendre sur cette verge érigée. Elle bougea encore plus, plus vite, allant au plus profond que cela était possible. Elle bougeait vite, ne sentant plus ses jambes alors qu'elle bougeait à grande vitesse.L'homme, au bout d'un moment, l'arrêta, il la remit dans le fauteuil, mais cette fois, elle était dos à lui, jambes écartées sur les accoudoirs et les bras sur le dossier du fauteuil. Il s'approcha doucement, frottant le bout de son gland humide sur son sexe également humide. En levrette. Voilà donc son plan. La femme se cambra pour mieux présenter son sexe à son homme. Les mains sur ses hanches, il la saisit et la posséda. Il la prit en levrette effectivement, et le fait qu'elle se soit cambrée ajoutait à la profondeur de pénétration. Il s'en donna à cœur joie. Il donnait de gros coup de reins. Claquant contre la peau de sa femme. Tout doucement au départ, espacé et calme, doux. Puis au fur et à mesure du temps, les coups de reins accélérèrent, allant de plus en plus fort et plus rapide.Après un petit moment, l'homme se retira, la femme se retourna, elle connaissait ce qui allait se passer, la table était là, derrière eux, elle allait être mise sur le dos, offerte, et ils allaient venir à deux. Elle ne se trompait pas. L'homme la saisit et doucement la coucha sur la table. Le contact un peu frais la fit frissonner, mais augmenta son excitation. Elle eut du mal à croire à cela. Mais elle l'apprécia énormément.Son homme revint, et sans ménagement, signe qu'il allait craquer sous peu, il lui leva le bassin et revint en elle. Ses coups de reins reprirent. Et de plus belle. Tout en lui tenant le bassin, une autre main s'occupait de sa poitrine. Sa femme râlait. Elle tenait le bord de la table à pleine main. Elle n'en pouvait pas de le voir la regarder ainsi. Visage rouge de plaisir, poitrine gonflée de désir et d'excitation. La bouche déformée par des spasmes... N'arrivant pas à garder ses gémissements, elle décida de se laisser aller. Et les gémissements devinrent de petit cris.L'homme accélérait. Elle savait bien ce que ça voulait dire. Il allait venir bientôt mais se retenait pour attendre sa femme. Elle ne se retint donc plus et cria. Agrippant autant que possible les bords de la table. Son bassin tressautait, il bougeait seul et sans aide. Elle sentit que ça montait en elle. Elle se retint mais ne put le garder longtemps. Elle partit. Criant, elle se cambra. L'homme lui se cambra aussi peu après et partit en elle.Ils étaient essoufflés, haletants. L'homme releva la femme qui ne tenait qu'à peine debout. Il se mirent dans le grand canapé et firent un câlin tout en amoureux. Susurrant des mots d'amour et des je t'aime par centaine.La femme était heureuse de cette surprise, et se demandait, quelle allait être la suivante.

  • Like 1


3 Commentaires


Recommended Comments

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.