Aller au contenu
  • entries
    37
  • comments
    182
  • views
    32,543

Jour de match

codem

789 vues

Ecrit à quatre mains avec Joliette

Il s'en passe des choses dans les vestiaires

Posté par codem :

JOUR DE MATCH - 1ère partie

Dans les tribunes, l’humeur est enthousiaste. Sur le terrain, le match est viril ce qui ne tarde pas a tourné aux règlements de compte.

A la 50ème minute du match, coup de sifflet ! Carton rouge ! Pour qui ?

- Oh ! s’exclame Anne, dans les tribunes en voyant son chéri se faire expulser du terrain. Piteusement, la tête basse, Luc, reconnaissant sa faute, regagne les vestiaires. Anne, dépitée, quitte sa place et dégringolant les marches des gradins, se faufile au milieu des supporteurs indifférents.

Déjouant l'attention des vigiles, plus préoccupés des échos du match qui leur parvient que d'assurer la surveillance des locaux pour l’heure, désertés et pénètre dans les longs couloirs qui mènent aux vestiaires de l’équipe locale.

La porte du vestiaire est entrouverte, Anne la pousse. Personne ? Elle entend couler l’eau des douches.

Elle veut retrouver son beau sportif pour le réconforter. Elle sait qu’il doit être terriblement déçu de n’avoir

pas pu terminer le match, risquant de faire perdre cette finale à son équipe.

La belle supportrice, le cœur battant, s’avance vers les douches. Personne d’autre dans les vestiaires.

L’idée de revoir son amoureux l’excite déjà, penser à son corps nu et musclé sous l'eau ruisselante, à ses baisers ardents, à ses bras musclés étreignant son corps ...

La suite ....

Posté par joliette :

La jeune femme abandonne ses chaussures aux vestiaires et rentre sous la douche pour surprendre Luc, insouciante de la pluie tiède qui ruisselle, commence à tremper ses cheveux et ses vêtements, les plaquer sur son corps, dessinant ses formes.

Le visage et le corps couverts de mousse, Luc écarquille les yeux avec difficulté, croyant rêver. Mais oui ! C’est bien elle, son aimée, ruisselante comme une sirène, qui lui sourit malicieusement!!!

Il ne peut détacher son regard d’elle, sa présence illumine soudan cette journée maussade.

Il contemple les hanches magnifiques d’Anne, ondulant maintenant sous le jet d’eau. L'eau a collé le tissu du chemisier sur la peau, et les tétons durcis pointent avec insolence. Les yeux clairs de la belle, viennent se noyer dans les yeux de Luc. Leurs lèvres se cherchent, fiévreuses, se joignent dans un baiser ardent. Leurs langues se mêlent. Les mains de Luc, tremblantes, dégrafent les boutons du chemisier, l'écarte, lui offrant les beaux seins lourds, ronds et fermes. L'étreignant passionnément, il la saisit aux hanches caressant d'une main son cou qu’il parsème de baisers, de l'autre effleurant ses hanches, ses fesses, son ventre, ses seins. Luc goute ses tétons tendus par l’excitation montante, les fait rouler sous sa langue, les tete doucement.

Anne aussi à besoin de sentir la peau sous sa main, du beau corps de Luc, douce et dorée. Les yeux fermés, tous ses sens en éveil, elle redessine les contours de ce corps qu’elle aime tant. Le souffle

devenu haletant de Luc l'encourage à pousser plus loin ses caresses. Les soupirs du beau mâle captif entre ses mains la pousse à explorer toujours plus loin cette terre inconnue, qui l'a si souvent fait fantasmer, et qui se trouve à présent à sa portée.

Elle ose poser une main frémissante sur le membre qui s'est durci, sa main se referme dessus. Elle commence à le câliner doucement de ses deux mains, un soupir de Luc répond à sa caresse. Comme dans un rêve elle se laisse glisser à terre, et s enhardissant, elle ose le prendre dans sa bouche, le tétant doucement, flattant le gland de sa langue. Luc a glissé ses mains ds les cheveux blonds d'Anne, la pressant plus fort contre lui. L'eau des douches les enveloppe comme une pluie tiède, créant autour d'eux un nuage irisé, faisant écran à la lumière crue des néons.

Anne s'applique à sa tâche, attentive à donner du plaisir, encouragée par les gémissements de Luc. Sa langue s'active, titille le gland, parcourt la verge. Sa main masse doucement les bourses gonflées. Quand elle se détache enfin de lui, Luc lui tend les mains pour la relever, et, la plaquant sur la paroi carrelée des douches, pose ses lèvres sur les siennes pour un baiser ardent, les dévorant

voluptueusement, longuement. Ses mains qui parcourent tous son corps, ses seins, son ventre la brule. Quand enfin elles se posent sur son intimité, Anne se tend vers elles, s'ouvrant sous la douce caresse, à cette main qui l'envahit, qui titille son clito. Anne a noué ses bras autour du cou de Luc, ses jambes ne la soutiennent plus.

Soudain, il s'écarte d'elle, et la prenant sous les épaules et sous les cuisses, la soulève sans effort.

-Viens! lui souffle-t-il.

Elle se laisse emporter, s'abandonne dans ses bras, s'imaginant gazelle emportée par le lion qui va la dévorer dans sa tanière.

suite...

Source :

JOUR DE MATCH - 1ère partie :

Posté par codem :

L’INTRUSE - 2ème partie

Luc allonge délicatement la belle Anne sur un des bancs du vestiaire. Ses tétons qui pointent derrière son tee-shirt mouillé, excitent le beau sportif. Il se penche sur elle, lui soulève le tissu qui lui colle à la peau, ses lèvres gobent les pointes érigés de ses seins, tour à tour. Les gémissements de la jeune femme encouragent Luc dans ses caresses.

Au loin la foule hurle, siffle. Le match semble houleux. Tina, abandonnée par sa copine Anne, commence à s’inquiéter de son absence. Elle dégringole à son tour les marches des gradins à la recherche de son amie. En passant près d'amis communs, elle quête un renseignement pour savoir si quelqu’un l’aurait aperçu. Patrick lui indique du doigt l’entrée des vestiaires.

Tina esquive le gardien, trop absorbé par le match pour prêter attention à elle, et se faufilait dans les longs couloirs obscures qui mènent aux vestiaires. Elle a comprit les intentions d’Anne, de venir rejoindre Luc dans les vestiaires.

Tina tend l’oreille pour percevoir quelques conversations. Des chuchotements la guide vers les vestiaires des

visiteurs.

Curieuse, Tina s’arrête devant une porte légèrement entr’ouverte d’un vestiaire. Elle s’immobilise en voyant sa copine à moitié dévêtue, allongée sur un banc et Luc, penché sur son corps, la couvrant de tendres baisers. Ses mains parcourent la magnifique silhouette d’Anne.

Tina assiste à un festival de caresses érotiques. Elle est là, retenant sa respiration, regardant les doigts de Luc parcourir l'intimité d’Anne. Cette vision excite Tina, qui se fige sur place. Un peu honteuse de mater le couple enlacé. Machinalement sa main glisse sous sa robe. Elle se caresse par-dessus le tissu de sa culotte. Elle observe tous les gestes de Luc et les réaction d'Anne. Cette situation la trouble énormément. Elle ne quitte plus des yeux le beau sportif, tout en muscles, soulever les jambes de sa copine. Il glisse son visage entre ses cuisses et entame un cunni passionnément. Tina n’en peut plus. Elle voudrait tant être à la place d’Anne. Ses doigts s’agitent fébrilement dans son minou trempé. Elle frotte son clitoris en accélérant le mouvement, essayant d'étouffer ses gémissements pour ne pas attirer l’attention.

Le sexe de Luc est tendu vers la belle bouche de sa copine, pour une invitation à une fellation.

Anne ne se fait pas prier. Tina entend Anne, réclamer maintenant une pénétration. Luc s'exécute aussitôt.

Une ombre attire l'attention de Luc, il vient de remarquer la présence de Tina mais fait semblant de l’ignorer.

A présent, tout ce qu’il fait, c’est dans le but d’exciter la belle voyeuse. Tina ne voit plus rien, ses yeux se troublent, son plaisir est divin. Elle savoure cet instant. Elle ferme les yeux, se laissant aller contre le mur où elle s'appuie en s'abandonnant a ses caresses intimes.

Anne pousse des petits soupirs de plaisirs. Son corps se raidit, ses yeux se révulsent. L’orgasme est proche. Luc, très excité par cette situation, accélère les va-et-vient. Son souffle devient haletant. Il maintient les hanches de sa partenaire, la pilonnant à grand coup de reins. Lui-même sent sa jouissance monter. Il ne peut plus la contrôler tellement son excitation est à son extrême limite. Au moment d’exploser, il entend, à l'unisson, les petits cris de jouissances des deux femmes.

Anne ne semble toujours pas avoir remarqué la présence de sa copine, qui vient de quitter discrètement les lieux pour regagner sa place dans les gradins.

Luc prend Anne dans ses bras, la couvre de tendres et doux baisers puis la revêt de son survêtement, bien trop grand pour elle, pour qu’elle puisse rejoindre sa place plus décemment.

Ils se sont donnés rendez-vous pour ce soir.

Luc crie à Anne :

- Et si tu demandais à Tina de venir avec toi ?

Mais cela est une autre histoire...

Source :

  • Like 1


1 Commentaire


Recommended Comments

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.