Aller au contenu
  • entries
    37
  • comments
    182
  • views
    32,540

Ma première exhibition

codem

725 vues

Ma première exhibition

 

A cette époque j'habitais dans le centre de la France dans un adorable petit village. J'étais déjà un jeune homme  curieux et coquin.

 

Ce jour là,  quand  j'ai ouvert  les volets de ma chambre, j'ai découvert un  ciel  bien dégagé.

Ce ciel bleu présageait une belle journée et  cela me mettait  de suite de bonne humeur,

 

J'ai  décidé donc de descendre au bord de la rivière pour pêcher quelques ablettes, goujons et autres. petits poissons.

Je reviendrais surement bredouille comme d'habitude , mais  qu'importe, c'était surtout pour passer un bon moment.

 

J’ai emprunté un petit chemin de terre, bordé de chaque côté de quelques jardins potagers et de vergers.

Il n’y a jamais personne dans ce coin à cette heure très matinale.

Plus d’une heure s’était écoulée,  je n’avais eu aucune touche comme je le pressentais . Je commençais à trouver le temps long.

 

J’ai abandonné ma canne à pêche sur la berge pour satisfaire une envie pressante. Un bruit de froissement de  branchage  attira mon attention. Un chien errant peut-être?

 

Non ! J' ai aperçu  une silhouette   dans un jardin voisin,  à une dizaine de mètre,  entrain d'épier à travers  les feuillages.

La couleur jaune que je voyais à travers les branches ne passait pas inaperçue. Je devinais  une  forme féminine avec de longs cheveux blonds.

 

Volontairement,  je  restais dans la même position. Cette situation m’avait quelque peu excité. Mon sexe s’était mis à gonfler et j’ai commencé à entreprendre des va- et- vient .

 

J'ai observé  à mon tour  la personne, qui ne se faisait plus très discrète derrière son camouflage de verdure. J'ai  regardé avec insistance dans sa direction tout en continuant de me masturber.

Je l’ai vu sortir de sa cachette, comprenant que je l’avais repéré. 

 

J'ai reconnu  ma gentille voisine, une  petite blonde  d'une quarantaine d’année. Un peu boulotte, juste les rondeurs qu’il faut, pas trop souriante, souvent triste, avec de beaux yeux bleus, ses cheveux étaient un peu en désordre. Elle avait une robe jaune à fleurs  avec un boutonnage devant jusqu'à la ceinture. Son décolleté  laissait deviner une poitrine généreuse.

Elle habitait à trois maisons à côté de chez mes parents.

 

Elle  arrivait vers moi,  timidement  en regardant un peu partout sauf vers moi. Je la sentais gênée. Je continuais  avec un certain plaisir cette exhibition devant cette femme qui avait le double de mon âge. Je ne savais pas trop quel comportement avoir mais j'étais décidé  d'aller jusqu'au bout !

 

Elle était mariée et mère de trois enfants. Son mari, un homme brutal, pas très malin. Le genre à tirer son coup en  trois, quatre  minutes sans un câlin et s’endormir tout de suite sans prononcer le moindre mot d'amour.

 

Je  voyais bien que cette femme était malheureuse. Elle me le confirma plus tard que j’avais bien compris la mentalité de ce rustre. Elle n’avait jamais de distraction, ne sortait que pour aller au supermarché ou dans son jardin. Pas d'amis.

 

Elle s’est avancée jusqu'à moi, d’un air timide  et  gênée , et  me dit :

 

- Tu t'es fais  mal ?

 

Je ne comprenais pas trop le sens de sa question mais ça n’avait aucune importance.

Elle était là, sans bouger,  me regardant  ses yeux grands ouverts, entrain de me masturber.

Un long silence s’était installé. Nous étions tous les deux embarrassés par cette drôle de situation.

Personne ne prenait d’initiative.

 

Alors au culot je lui ai dit:

 

- Vous aimez ?  Vous pouvez  toucher !

 

Sans me répondre elle a tendu, timidement, sa main et empoigna mon sexe. Très excitée, elle s’est mise à me branler avec application. Je sentais mon plaisir monter.

Ma jouissance n'était pas loin. Je  demandais a ma voisine de ralentir le mouvement.  J'avais  résisté pour faire durer cet instant incroyable!

 

N'y tenant plus, je l’ai entraîné derrière des bosquets  a l'abri  d'éventuels  promeneurs . J’avais défait les premiers boutons de sa robe pour caresser ses gros seins. Je  jouais avec  ses tétons. 

Mes doigts  tournaient autour de ses aréoles et pinçais doucement ses pointes. Elle semblait apprécier!

 

J’ai osé lui demander :

 

- Vous aimez  sucier ?

 

Et toujours sans dire un mot, elle prit mon sexe dans sa bouche et commença une  superbe fellation.

Je croyais rêver. Ma voisine aimait visiblement ça. Elle semblait très soumise.

 

Je me souviens , je me suis risqué de passer une main sous sa robe. J’ai caressé ses fesses bien rondes et chaudes. Un vrai plaisir. Puis ma main a glissé vers son sexe. 

Je devenais de plus en plus hardi. Mes doigts caressaient son minou à travers le tissu. Je devinais les formes de son sexe sous le bout de mes doigts. 

Je cherchais son clitoris, la titillant avec beaucoup d’application et en  observant l’expression de son visage. Je voyais qu’elle appréciait cet instant. J’ai commencé à la tutoyer, à lui dire des mots crus. Elle semblait adorer ça. Je sentais son souffle s’accélérait. L’excitation était a son paroxysme.

 

J’ai joui  sur son bras. Elle lâcha mon sexe pour poser sa main contre  sa chatte  en appuyant très fortement  et se mit à accélérer le mouvement. Ses frottements sur son sexe étaient de plus en plus rapides.Soudain ses yeux ce sont révulsés. Elle a eu un râle bruyant suivi de gémissements bruyants. J'ai été impressionné.  Elle était essoufflée. 

Elle ne semblait plus être avec moi. J’avais compris que ma voisine venait d’avoir un puissant orgasme. Elle me fit une bise et me quitta rapidement d'un pas pressé, sans un mot, sans doute gênée par ce qui venait de se passer.

 

Lorsque se croisait dans le village nous faisions comme si rien ne s’était passé entre nous.

 

Merveilleux souvenir

revu et corrigé le  02 mars 2018

  • Like 1

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.