Aller au contenu

Luce

  • entries
    28
  • comments
    102
  • views
    11,655

Amour Caramel

Invité

778 vues

Amour Caramel, deux mots simples...

Amour : Sentiment d’attachement envers une chose, une personne. Il nous pousse à se rapprocher, physiquement, psychiquement, sexuellement …

Caramel : Confiserie obtenue à partir de la cuisson du sucre.Ces deux mots réunis, ont un sens particulier pour moi ! Il est synonyme de plaisir, de gourmandises…

Le hasard ou le destin, fait que tu n’es pas loin de chez moi.

Que fait-on ? Doit-on se rencontrer ? Je ne réfléchis pas, je viendrai te rejoindre.

J’ai répondu trop vite, je ne peux plus reculer ! J’ai besoin de te voir, j’ai besoin de comprendre ce qui m’arrive, ce qui nous arrive.

Les questions fusent dans ma tête :Vais-je lui plaire ? Va-t-il me plaire ? Que va-t-il se passer ? Qu’allons-nous faire ?....

Je manque d’air, je prends mon téléphone, j’appelle ma meilleure amie, lui raconte ma rencontre future avec toi, qui me trouble depuis des mois.

Comme toujours, elle trouve les mots qui me rassure, me disant, qu’il faut que je vive cette histoire jusqu’au bout, que je ne suis pas folle. Nous devons trouver nos réponses, pour avancer. Je raccroche à demi rassuré.La nuit porte conseille, dit-on !!!

Est-ce vraiment raisonnable ?

Au petit matin, je n’ai pas plus de réponse ?

Je ne reculerai pas, je viendrai !

Mais toi, viendras-tu ?

Les doutes s’installent, puis la raison reprend le dessus, il viendra, je le sais.Il me reste 6 jours avant de te rencontrer, que vais-je mettre ?

Je t’avais fais une promesse, je la tiendrai.J’ouvre mon armoire et réfléchis à ma tenue. J’opte pour ma jupe courte à carreaux, celle qui a une fermeture éclair sur le devant, un collant opaque chocolat, un col-roulé chocolat.

Tu avais choisi, Amour Caramel, parmi tous les modèles, c’est celui-ci qui a retenu ton attention. Tu me sais gourmande !

Je le porterai pour toi.Je t’écris pour te dire que j’ai obtenu ma journée de congé. Tu es ravi, mais je sens derrière tes mots que tu n’es pas plus rassuré que moi.Nous ne pensions point que cette rencontre allait se faire dans un laps de temps aussi court. Tout nous pousse l’un vers l’autre, nous ne pouvons reculer, nous le savons tout deux.

Des gens œuvrent pour nous sans le savoir, ce sont tes mots, mon cœur.Nous n’avons rien planifié, nous avons toujours gardé la même ligne conductrice, "On verra" Si l’on a des doutes, nous en parlerons comme toujours.Le weekend est passé, sans anicroche… Certains doutes se sont envolés pour laisser la place à d’autres !

Et si nous nous trompions ! Si notre rencontre était une erreur.

Je me raisonne, me dit que c’était ainsi, qu’il ne pouvait en être autrement. Je te fais part de mes doutes, comme toujours, mes doutes sont les tiens aussi.

On se rassure mutuellement, on se promet de ne rien précipiter.

Comment allons-nous nous reconnaître ?

Tu me réponds simplement, nos regards suffiront pour nous reconnaitre.Sans que je m’en rende compte, nous sommes mercredi, veille de notre rencontre…

Je t’envoie un message pour te dire que se sera le dernier. Je ne veux pas faire monter la pression, j’ai besoin de me retrouver au calme. Tu m’écris la même chose.

Ce sera le silence, jusqu’à Jeudi 9h15

Jeudi matin, Jour J :Bizarrement, je me sens calme, ma tenue est prête. Je caresse du bout des doigts, Amour Caramel, j’aime toucher la dentelle. Je souris, je passe sous la douche, me maquille, me voici prête.Un dernier message, de ma meilleure amie, pour me rassurer. Je monte dans le train.

Je tremble, je mets de la musique pour me détendre.

Je regarde mes messages, pas de message…Mes doutes reprennent au galop : Et s’il ne venait pas ????

Je me dis que lui pense probablement la même chose. Nous sommes allés trop loin pour reculer.9h13, le train entre en gare…j’ai les joues en feu, mon cœur bat à la chamade. Je ne reculerai pas. Je suis le flot des passagers, je regarde le Café, lieu où nous devons nous rencontrer…

Je n’entre pas !Je fais le tour, pour me donner du courage…Mon cœur s’affole, je respire un grand coup, j’entre.Je regarde à droite, à gauche, devant, derrière.

Je te vois, tu avais raison, on s’est reconnu, juste nos regards ont suffit.Nous voici, face à face. Nous ne savons que nous dire, on se regarde, tu me souris…Je prends un café, toi, un noisette.

Il fait froid dans ce Café. Nous discutons, de la pluie, du beau temps… Je te demande, ce que tu as envie de faire, tu ne connais pas ma région. Tu me laisses choisir.

Tu me dis que j’ai des yeux de chat, c’est la première fois que l’on compare mes yeux verts à ceux d’un chat. C’est amusant, troublant même. J’aime ton regard, tes yeux aussi sont vert mais avec un mélange de couleur en fonction du temps. J’aime ton regard d’homme sur la femme que je suis !

Un peu troublé par tes mots, je décide donc, de te faire connaître un de mes villages préférés, de notre beau vignoble. Tu me sais amoureuse de ma région. Tu t’émerveilles de la beauté, du paysage, des maisons à colombages, des vignes etc…

Nous parlons beaucoup, mais il y a aussi ses silences ou nos regards ne mentent pas.

Nous sommes tout deux émus d’être ensemble. Pourtant, nous ne précipiterons rien, nous ne voulons pas gâcher cet instant.

Par moment, tu t’arrêtes émerveillé par la beauté du paysage. Moi, non plus je ne me lasse pas devant la beauté, les richesses de ma région.

Puis vient cet instant, ou nos regards se croisent à nouveaux, mais il est différent des autres. Nos mains se rejoignent. Tu déposes un baiser sur le dos de ma main, nos regards se croisent à nouveau, tu m’attires vers toi, m’enlace.

Je sens toute la chaleur, la douceur de tes bras. Puis vient notre premier baiser, tes lèvres sont douces, elles ont le goût de la cerise. Je suis plus que troublé, perdu aussi. Tu le sens, et m’enlace à nouveau.

Je suis bien dans tes bras, j’ai l’impression d’avoir toujours connu tes bras, tes baisers.Nous décidons, de rebrousser chemin, je te propose d’aller dans un endroit, un peu plus tranquille. Nous nous retrouvons, dans un endroit isolé. Nous avions besoin d’être seuls.

Nous discutons un peu, puis très vite, les mots sont remplacés par nos baisers, nos caresses.

Tu ouvres mon manteau, m’enlaces, m’attires vers toi. Je dois te lancer un drôle de regard, car tu me demandes si je vais bien. Je réponds que j’ai peur tout simplement, tu me réponds que toi aussi.

Mais nous ne pouvons résister, nos lèvres se rejoignent à nouveau, nos mains entames, la danse des caresses.Je te caresse le visage, tu m’embrasses à nouveau. Je sens ta main qui cherche le chemin vers mes seins.

Tu me regardes à nouveau, me demande : "Tu portes Amour Caramel", je souris et acquiesces, tu souris, me réponds " je le savais, tu me l’avais promis" J’aime ton sourire.

Tu le découvres, le trouve magnifique, me caresse les seins à travers la dentelle. Mes yeux se ferment de plaisir. Nous ne contrôlons plus rien, la fièvre du désir, nous emporte. Tes mains se font exploratrices. Je ne peux que soupirer, me soumettre au plaisir, à la gourmandise de tes lèvres.Je dégrafe mon soutien gorge, tu t’empares de mes seins, les mordilles, les malaxe, suçote mes tétons gonflés de désir, sous ta langue experte.

Je sens ta main prendre le chemin de mon mont vénus. Tu m’attires vers toi, m’embrasse avec gourmandise. Nous jouons avec nos bouches, nos langues, je laisse peu à peu le désir, s’emparer de moi. Je t’attrape par le col de ta chemise, t’embrasse avec fougue, ma main libre descend vers ton torse, j’ouvre les boutons de ta chemise, pose ma main sur ton torse et laisse courir ma main, mes doigts sur celui-ci, tu soupires de plaisir.Tu en profites pour glisser tes mains dans mon dos, et promène tes mains, sur celui-ci.

Tes mains, remonte ma jupe, descendent mon collant. Mon mont vénus, est gonflé de désir, tes mains caressent mes fesses à demi-nu. J’en profite pour descendre ma main, vers ton phallus encore emprisonné dans ton boxer, dans ton jeans. Je bataille un peu pour ouvrir ton jeans, je caresse ton sexe à travers le tissu de ton boxer.

Tu en as profité pour descendre mon string, et te rapprocher de mon puits d’amour.Je libère ton phallus de sa prison, le prends en main, j’entame de lent va et vient, nos bouches continuent la valse des baisers, nos langues se mêlent, s’emmêlent pour notre plus grand plaisir. Nous nous arrêtons un court instant pour reprendre notre souffle.

Tu m’embrasses, me titille avec gourmandises les seins du bout de la langue. Je suis à l’apogée du plaisir. Lentement tu descends vers mon bouton d’amour, tes premiers coups de langue laisse exploser tout mon désir, je m’ouvre à ta langue, douce et chaude. Je m’ouvre à tes doigts, qui plongent en moi, m’arrachant un petit râle de plaisir. Je te caresse les cheveux. Je suis à la merci de ta langue divine. Je ne contrôle plus rien, je sens déjà l’orgasme arrivé, il sera intense.

Je tente d’attraper ton phallus, je fais de lent va et vient, mais cela m’est très difficile, je ne peux résister à tes coups de langue, à tes doigts en moi. Je me laisse totalement submerger par le plaisir que tu me procures.Je sens la vague du plaisir arriver mes jambes tremblent, je me suis totalement abandonné à toi, j’ai perdu le contrôle. Je reprends peu à peu mes esprits…

Nos bouches se mêlent à nouveaux, mes mains explorent, ton corps. Ma bouche quitte la tienne pour descendre lentement le long de ton torse, ma main s’empare de ton phallus, reprends ses va et vient. Je sens ton souffle, s’accélérer. Ma bouche descend lentement, un premier coup de langue, puis un second…Tu soupires de plaisir, ma bouche, descend le long de ton sexe, remonte, redescend. Puis ma langue tournoie, autour de ton gland, je le suçote, tu râles de plaisir.

Tu passes la main dans mes cheveux.Ma bouche, fait des va et vient le long de ton sexe, j’aime son goût. J’aime le sentir gonfler dans ma bouche.Ma bouche emprisonne ton sexe, avec force et douceur. Tu pousses des râles de plaisir, je sens que ta jouissance est proche, aussi, j’accélère mes mouvements. Je te sens te cambrer, tu te laisses emporter par ta jouissance.Nous venons de vivre un intense moment de plaisir…

Je suis totalement bouleversé par ce que je viens de vivre.Cette rencontre était comme des retrouvailles, comme si nous avions toujours été ensemble.

  • Like 3


10 Commentaires


Recommended Comments

Simplement magnifique... :roll:Ca en est presque émouvant... Bravo Luce :)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Luce, tu m'as fait vibrer de plaisir à la lecture de ce récit!!:wub:, j'adore ce genres de sensations que tu décris avec tant de talent, bravo, bravo, c'est magnifique :) :)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Un vrai régal, merci Luce pour ton post !!!

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.