Aller au contenu

debo Blog

  • billets
    4
  • commentaires
    14
  • vues
    3 373

À propos de ce blog

fantasmes

Billets dans ce blog

 

un vendredi parfait suite

Sa langue descend délicatement vers mes tétons durcis par l'excitation. Je lui dis dans un souffle de les mordre (j'adore !!) il s'exécute, faisant ainsi accélérer notablement ma respiration.Il se retire, déboutonne son jean, et se met complètement nu face à moi. Sa verge est d'une taille moyenne, ni trop grosse ni trop fine, il n'est pas très poilu, et cela me plait. JE suis son mouvement et retire ma jupe et mon boxer, je le pousse à s'asseoir à son tour, j'entame alors une fellation d'enfer, je m'efforce de le regarder en même temps que j'aspire son gland, que je lèche sa queue bien dure, que j'aspire une de ses boules...Sa respiration est saccadée, il ne veut pas me laisser en reste et m'allonge délicatement, il vient sur moi, m'embrasse, puis descend lentement, le long de mon ventre, jusqu'à mon mont de vénus. il entame un cunni de fou, je n'arrive plus à respirer, il me doigte à deux doigts en même temps, je sens l'orgasme monter ... oui il est là, c'est lui. J'expire le plaisir qui m'a pris d'un coup !!!!Je lui fais ensuite signe de venir plus près de mon visage, j'ensserre sa verge entre mes seins, il fait des vas et viens, j'ouvre et ferme mes seins à chaque mouvement, le plaisir se lit sur son visage, je donne des petits coups de langue sur le gland en même temps. Il remonte un peu plus et me baise litérallement la bouche, c'est la première fois qu'on me fait ça et je dois dire que j'aime ça !!!! JE manque de m'étouffer et il se retire.D'une voix rauque je lui dis de venir en moi, il me pénètre et entame des mouvements de plus en plus rapide, je l'encourage, mes mains sur ses fesses fermes. Il jouit d'un coup en moi, se retire et sur le côté, continue à me caresser.Son regard est si profond, il n'arrête pas de me répéter à quel point je suis magnifique, le moment est parfait.Nous discutons, les mains baladeuses, sa queue est encore toute dure, je ne peux m'empêcher de lui demander s'il a jouit, mais oui, c'est juste qu'il arrive à rester dur !! Pourquoi gâcher cela, je me positionne au dessus de lui, m'empale, et ondule du bassin, mes seins bougent et il les malaxe fiévreusement.Je m'amuse à contracter mon vagin pour lui faire ressentir toute la force de mon minou.il me retourne, se remet au dessus de moi, et me lance des coups de boutoirs mais en finissant sur le côté, je n'arrive pas à expliquer mais disons que ma chatte n'a jamais connu de sensations aussi fortes !!!!!! Nous nous embrassons passionément.Il finit par jouir à nouveau, et décide de me faire jouir une dernière fois avec son cunni et ses doigts de magicien.L'après midi s'est terminée après de longs baisers, de tendres calins, et il m'a raccompagné.Il m'a appelé hier soir, juste pour me voir, a fait 15 minutes de voiture pour me voir un petit quart d'heure, il est attentionné, charmant, et très bon amant !! Je sens que je vais passer de bonnes futures semaines !!!En espérant que cela vous a plu !

debo

debo

 

un vendredi parfait !

suite de une baise inattendue :Le soir même un garcon m'appelle, il me dit être le cousin. Choquée que ce type ai donné mon numéro, je répond un peu sèchement au cousin.Mon amant de l'aprem, appelons le R, m'appelle juste après et je lui dis mon ressenti : que j'ai eu l'impression d'être une pute. Il me répond :"tu m'as dis aimer les beaux gosses et que peu d'hommes aimaient les rondes, je t'en ai trouvé un parfait"Je décide d'accepter de voir son cousin et lui dit de lui dire de m'appeler.Jusqu'au vendredi pas de nouvelles. Vendredi matin, alors que j'allais à la salle de sport, le cousin K m'appelle. Il me propose qu'on se voit, peut passer me chercher... Je lui dis de venir d'ici une heure et demi, le temps de faire mon sport et de rentrer me laver.Je l'attend au bout de ma rue, et là je vois débarquer un jeune homme de 26 ans, légèrement timide, très charmant, dans une camionnette.Il me demande où je veux aller et je lui dis seulement quelque part de discret.Il m'emmène boire un verre dans une sorte de complexe en plein air, on se gare au parking du sous sol et on s'installe à la terrasse.LA discussion va bon train, il est drôle, s'intéresse à moi, me parle de lui... Il a un accent tunisien craquant !Je regarde ma montre, vérifiant l'heure, sachant que je ne pouvais pas rentrer plus tard que 15h30 à la maison, il est 13h45. Il me demande étonné pourquoi je regarde ma montre, ce sur quoi je lui dis ma contrainte."dommage je pensais t'amener au cinéma"Je comprends alors qu'il ne pensait pas du tout sexe, mais seulement faire connaissance avec moi en premier lieu. Seulement moi, excitée comme une puce, j'avais vraiment vraiment envie de coucher.Je veux quand même mettre au clair que je ne cherche pas une relation amoureuse, seulement une relation de sexe. Il est très étonné d'entendre parler une fille de sexe aussi ouvertement mais la suite le choque encore plus :Je lui demande l'air de rien : ta camionette est vide ?lui : oui pourquoi ?Je ne réponds pas, je veux qu'il comprenne seul.Il finit par comprendre et me dis que oui, on se lève, il règle et on se dirige vers le parking.lui : "tu ne veux pas aller à l'hôtel"moi : regardant ma montre "on aura pas le temps, laisse tomber"Il est de plus en plus étonné,"mais tu aimes le sexe tant que ça ?"moi : "oui !!!!"On descend au parking, il m'a passé le bras autour des épaules et m'embrasse avant d'arriver à la voiture. Le genre de baiser tendre, qui vous décris la personne.Il décide de bouger la camionnette de place, nous allons donc vers un endroit plus discret.On sort et entrons dans l'arrière, très spacieux, vide, le sol un peu rembouré, c'est parfait.Il y a deux petits strapontins sur les côtés et on s'asseoit l'un en face de l'autre. On continue de parler, quand il se met à genous devant moi et m'embrasse, ses mains sont douces, sa langue joue avec la mienne. Il m'enlève mon teeshirt, moi le sien. On j'ôte mon soutien gorge, nous sommes torse nus.

debo

debo

 

rêve d'un soir

j'y suis, 33 rue... C'est bien là. Je suis en bas de chez elle, je sens le stress monter à son paroxysme, elle est là, elle m'attend, et moi je suis en plein moment de doute, je monte, je m'en vais, je ne sais pas. Mes sentiments pour elle se sont tellement développés depuis deux mois, chaque jour j'attend son mail plein de tendresse, d'excitation.Et là, enfin je vais pouvoir la prendre dans mes bras, sentir ses lèvres sur les miennes, son corps tout chaud...Ca y est, c'est décidé je sonne. J'entend sa douce voix demander qui est ce. Comme si elle ne le savais pas!! Je répond que c'est moi, elle m'ouvre, je monte. J'arrive enfin devant la porte, elle est ouverte, elle m'attend. Vêtue d'une mini jupe en jean, d'un tee shirt moulant blanc col v. Je vois ses seins à travers. Elle a une petite poitrine qui tient très bien sans soutien gorge, elle peut donc se permettre de laisser sa poitrine libre. A voir ses tétons pointer mon entrejambe se mouille.Oh ma belle E!! Elle est comme je la voyais en photo, même plus belle je dirais. Désirable en tout point. Je m'approche timidement pour lui dire bonjour. Je m'apprête à lui faire la bise, je suis un peu gênée, surtout que j'aperçois N derrière. Il a son manteau, je sais qu'il doit partir, c'est prévu. Il a dit vouloir nous laisser une après-midi entre nous. Elo tourne son visage et capte mes lèvres, les siennes sont si douces, je lache mon sac et encadre son visage de mes mains, je l'embrasse passionemment. Je finis par abandonner cette bouche si appêtissante et entre dans leur appartement. N vient m'embrasser lui aussi. Sa bouche a un goût très agréable, bien que très différent. Celui d'un homme. Nous échangeons quelques banalités sur mon voyage puis Nico s'en va. A peine E a refermé la porte que je m'approche d'elle, dans son dos, je l'enlace, l'embrasse dans le cou, fais glisser mes mains sur son corps, descend le long de sa gorge, jusque dans l'échancrure de son décolleté. Je frôle ses tétons déjà bien durs. Je passe les mains sous son tee-shirt, oh la douceur, la chaleur de son ventre, je frémis de plaisir à l'idée de manger ce corps. Je la retourne, la plaque contre le mur.Certes elle est plus expérimentée que moi, mais j'aime ce côté un peu masculin de pouvoir en moi. Je veux la faire crier de plaisir, la faire jouir par mes mains, ma bouche.Elle me fait face, on se regarde, je relève délicatement son haut, faisant apparaître au grand jour ce qu'on ne faisait que deviner avant. Sa poitrine se dresse fière, des tétons bien volumineux comme je les aimes, je les effleure de ma langue tout en la regardant. Je dessine son auréole, puis prend entre mes dents ces magnifiques bourgeons. Je les mordille légèrement. Elle gêmit. Je réitère mon mouvement sur l'autre sein, elle attrappe mes longs cheveux, passe ses mains dedans, me presse contre sa poitrine. Je descend lentement le long de son ventre, le couvrant de baiser jusqu'à sa jupe.Je remonte et lui propose à l'oreille de se diriger vers le lit, afin d'être plus à l'aise.Arrivées dans la chambre, je descends lentement sa jupe en jean le long de ses longues jambes ciselées, elle ne porte pas de culotte comme à son habitude. Elle s’allonge sur le lit, telle une princesse égyptienne et me regarde. Elle me dit de sa douce voix chargée de désir de me déshabiller. J’exécute cet ordre puis je m’approche d’elle, je suis à quatre pattes sur le lit, au dessus d’elle, cette fois ci je commence par ses chevilles, je les embrasse délicatement dans le creux, puis remonte lentement le long de son mollet dessiné par sa visite hebdomadaire à la salle de sport. Mes mains précèdent ma bouche, je continue ma lente ascension vers son antre de plaisir, je la sens frissonner. Je veux la faire languir, j’évite contentieusement le cœur de son entrejambe et remonte sur son ventre. Je ne néglige aucune zone érogène et je vois sa chatte luire de désir et de plaisir face à la douce torture que je lui fais subir. J’arrive à sa poitrine, ses tétons sont d’un dur, je frotte les miens tout contre. Ma poitrine est très différente, très grosse, elle est lourde, ne tient pas très haut et mes tétons sont plus larges que long mais je sens ses mains passer de mon dos à mes seins. Elle les passe entre nos deux poitrines et me caresse de la paume, faisant naître des sensations jusque dans ma chatte toute trempée.Je reste au même niveau, je commence à l’embrasser et entre temps ma main glisse lentement vers son intimité brûlante, je sais comment la faire monter au paroxysme de son plaisir, je suis clitoridienne moi-même. Je commence par frôler son bouton d’amour avant de descendre mouiller ma main au cœur de son vagin, un doigt entre, deux, je la pénètre profondément, ressort et retourne à son clito. Je le pince, le fait rouler entre mes doigts, le frotte. Il est si dur, il est sorti de sa cachette et j’entame une danse endiablée entre lui et mes doigts. E crie, elle se tord sur les draps, je descends et ma langue prend la relève. Hummm, son odeur, sa chaleur, son goût… Je ne me lasserai pas de la lécher. Ma langue lui fait encore plus d’effet, elle agrippe les draps à deux mains, se cambre, crie, et je sens son jus d’amour couler dans ma bouche.Suite à cet orgasme violent, E s’effondre sur les draps sans forces, je remonte lentement le long de son corps, jusqu’à ses lèvres que j’embrasse tendrement. Elle me dit alors vouloir me rendre la pareille, me fait m’allonger la où il n’y a encore que quelques min, elle criait de plaisir.Je sens ses douces mains et sa bouche explorer les moindres recoins de mon corps en ébullition, elle s’allonge face à moi, presse sa chatte contre la mienne et entreprend de faire gonfler mon clito si tant est qu’il est possible de le faire plus gonfler, en frottant sa chatte . Ses mouvements de vas et viens, simulant une pénétration qui reste pourtant externe font grimper le plaisir en moi.Mes muscles se contractent, mon ventre se serre face à la fulgurante montée de plaisir qui jaillit tel un puits de lave en moi. L’orgasme n’est pas encore terminée que je sens sa langue entre mes jambes, l’orgasme redouble d’intensité au contact de sa langue sur mon clito rendu tellement sensible et je me cambre violemment, tandis que 3 orgasmes prennent le contrôle de mon corps, l’un à la suite de l’autre. J’en ai la respiration coupée, je suis en sueur, et je n’ai plus de force.E remonte lentement vers moi et viens s’allonger tendrement dans mes bras le temps que nous reprenions des forces. Nous nous assoupissons.C’est le bruit des clefs dans la serrure qui nous réveille. N vient de rentrer, il apparaît dans l’encadrement de la porte et nous regarde une lueur coquine dans le regard. L’air un peu frais de la chambre fait que nos poitrines pointent, je regarde E, elle dort encore. N s’approche pour m’embrasser et me demande si je suis en forme pour le faire participer à nos jeux !Toute ragaillardie face à cette proposition, je lui demande de m’attendre 5min le temps de prendre une douche. E dort toujours, elle est si belle, dans le repos du juste. N propose de m’accompagner à la douche prétextant qu’étant un peu cassée je risque d’avoir des problèmes à m’en servir.Evidemment j’accepte après avoir bien légèrement prétexté que je ne voulais surtout pas le déranger. Nous nous dirigeons donc vers la douche, je rentre dans la cabine bien large et commence à faire couler l’eau sur moi le temps que N se déshabille. Il me rejoint alors dans ce cocon en verre qui commence déjà à disparaître sous la buée. Je met un peu de savon dans mes mains et commence lentement à savonner N, lui fait de même, et je ne tarde pas à remarquer l’excitation de ce cher N pointer du doigtOh que vous dire de sa queue ? un objet d’art, une vingtaine de cm, facilement 5 cm de circonférence, vierge de tout poil et dur comme du bois. Rien que de la voir je me sens devenir toute humide et croyez moi, ce n’est pas dû à la douche.Mes seins se dressent malgré la chaleur ambiante, mes mains se font plus pressantes le long de son sexe, l’excitation monte et mon désir de sentir cette queue en moi n’en devient que plus violent.Je rince son sexe et m’agenouille. Je commence par délicatement effleurer son gland déjà décalotté du bout de ma langue, un frisson le parcourt. Puis je deviens plus avide, je lèche sa verge de toute sa longueur, sentant le moindre renflement de la peau, je suis face à une glace et telle une enfant en manque je lèche ma friandise dans tous ses recoins.Je me décide à l’enfourner, pressant mes lèvres tout le temps de ma descente sur ce pic afin de lui faire ressentir la pression de ma bouche. Je remonte avec une lenteur exagérée, et là je sais qu’il est à bout, il plaque sa main derrière ma tête, essaie de m’imposer un rythme plus rapide, et j’obtempère. Toutefois je gère le rythme, alternant vitesse et ralentissement. Je l’entends me dire je vais venir, je me redresse alors afin de faire redescendre la pression. Je n’ai aucune envie que ça se termine. Je me plaque contre N, et lui susurre à l’oreille que je rêve qu’il me prenne bien profond, qu’il me bourre, comme on en a tant de fois parlé par mail.Il me retourne sauvagement contre la vitre, les seins plaqués. Je distingue alors E à travers qui, assise sur le toilette, se masturbe tout en nous regardant. JE plonge mes yeux dans les siens au moment même où N me pénètre d’un coup d’un seul. Pas de lente pénétration, non, une envie mutuelle d’aller au plus vite au plus profond des choses. Je pousse un cri à la fois d’étonnement et de plaisir. Je n’ai jamais ressenti un tel remplissage, mon trou semble avoir été comblé dans tous ses recoins. Moi qui devais contracter mon vagin au max pour sentir une queue en moi, cette fois je ressens un plaisir intense.N commence les vas et viens, chaque mouvement à l’intérieur de moi me fait expirer un gémissement de plaisir. Je ne lâche pas E des yeux, elle a accéléré la main sur son clito et a attrapé un gode qui traînait dans la salle de bain. Elle se pénètre face à moi.Alors que N accélère lui aussi ses mouvements (on peut vraiment dire qu’il me pilonne maintenant) je fais signe à E de nous rejoindre. Elle entre dans la cabine de douche et se plaque derrière son homme. Je sens ses mains rejoindre celles de N sur mes hanches. Puis elle attrape mes seins, pince mes tétons.Je hurle de plaisir, le combiné tétons et pilonnage me fait exploser, l’orgasme est fulgurant, je me cambre, tous mes muscles se contractent et le plaisir jaillit. Je m’effondre contre la vitre.N se retire et E s’agenouille, le prend en bouche et mêle sa salive à mon jus ruisselant sur la longue verge de N. Elle le pompe goulûment pendant quelques minutes, jusqu’à qu’il éjacule son plaisir dans la bouche de sa tendre.Nous nous essuyons les uns les autres et nous dirigeons, emmitouflés dans des peignoirs vers la salle à manger prendre un goûter bien mérité.

debo

debo

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.