Aller au contenu
  • billets
    39
  • commentaires
    139
  • vues
    20 567

À propos de ce blog

Billets dans ce blog

 

Le Subspace

Pour celles et ceux qui se demandent comment je peux supporter " tout ça" :   Le subspace est un état intensif physique et psychique atteint par la personne soumise pendant ses interactions avec son dominant. Cette interaction va au delà des plaisirs physiques et psychologiques habituellement éprouvés. Pendant cet état, le sub expérimente une surdose chimique d’endorphines. La quantité d’endorphines secrétées intensifie la circulation sanguine généralement. Les sensations que les subs ressentent sont purement le plaisir, donc n’importe quelle douleur infligée (c.-à-d. des flagellations, des coups, l’électricité, etc.) est alors transférée à leur cerveau comme du plaisir. Pendant cet état de subspace de différents niveaux, le sub peut ou ne peut pas pouvoir dire son veto ou même ne pouvoir articuler des mots. Le sub sera dans un état de transe, incapable de distinguer le danger. La confiance est un ingrédient principal dans la réalisation du subspace, la communication entre le dom et le sub est importante et doit être précise. S’ils sont cependant incapables de communiquer, la confiance devient le facteur principal. La méthode la plus souvent utilisée est celle du fouet progressif, pour permettre à l’endorphine de transformer la douleur en plaisir. L’intensité des coups sera alors augmentée progressivement pour garder le seuil de plaisir. La progression des coups s’obtient par la diversité des instruments utilisés en partant de martinet doux à fort, battoir (paddle) doux à fort, pour terminer optionnellement avec une cravache ordinaire, une canne ou une cravache à fil. La personne en subspace n’a plus la moindre idée du temps écoulé. Elle n’arrive plus à dissocier le passé du présent. « … quand il m’a dit que la scène avait duré plus de deux heures et demi, j’ai cru qu’il plaisantait. Pour moi, elle avait duré un court moment. J’avais perdu la notion du temps. J’aurais voulu que ça dure plus longtemps… » Si vous lui posez une question, elle aura le plus grand mal à répondre d’une façon logique car elle souffre à ce moment précis d’une forme d’amnésie qui dissocie ses souvenirs. « … ce que je ressens, ce sont des sensations douces, sensuelles, chaudes… Je me sens très vulnérable, très petite, très féminine. Mes paupières sont lourdes, ma voix hésitante, mes gestes lents. Je plane doucement, calmement… » D’autres se ferment entièrement, entrant dans un état de transe dans lequel elles ne sont plus conscientes de leurs actions, leurs expériences et leur environnement.
Dans ce cas, le subspace peut être considéré comme un état dissocié.
Tout ou partie des émotions sont dissociées de la conscience. Si vous interrogez quelqu’un ayant expérimenté le phénomène, les mêmes mots reviennent : ‘Je flotte, je suis bien, je suis perdu dans les sensations, je suis déconnecté du monde réel. Je suis dans un état second. Et lorsque vous observez une personne en subspace, vous ne pouvez vous y tromper. Elle est hébétée, les yeux fixes, sans éclat, son élocution est très lente et laborieuse, voire impossible, ses gestes d’une extrême lenteur. Comme quelqu’un ayant subi un choc ou sous l’emprise d’une drogue. Et le fait est qu’il s’agit bien de cela. Un cocktail chimique se déclenche dans le corps. Les endorphines, la dopamine, l’adrénaline et bien d’autres substances se précipitent dans le cerveau et modifient l’état de conscience. A moins d’avoir fait un mauvais ‘voyage’ la première fois, toutes les personnes ayant expérimenté le subspace veulent y retourner. Le phénomène d’addiction existe comme pour toutes les drogues, et le subspace est pour bon nombre de masochistes le but recherché.     Ce texte n'est pas de moi, je l'ai trouvé sur le net , ce que je peux dire c'est que j'ai connu des subspaces extraordinaires, qu'effectivement c'est très addictif , que parfois je vis des subspaces plus "légers" mais que la douleur, quand on l'érotise se transforme rapidement en plaisir. Sinon on peut ressentir des sensations assez identiques dans les cordes, toutes les soumises "voyagent" quand elles sont dans les cordes , pour moi c'est comme une sorte de cocon, je m'y sens bien, apaisée , protégée, hors du temps.

Amarylis

Amarylis

 

Les Mains de Mon Maitre

Tantôt douces, tendres, caressantes, enveloppantes, relaxantes ...
Tantôt fermes dans mes cheveux, sur ma nuque, sur mon cou, agrippant mes seins, mes fesses, mon sexe ...
Que j'aime cela , ce mélange délicieux d'un D'hom tendre et câlin mais aussi ferme et sauvage.
Ces mains je les vénère car je sais qu'elles se poseront toujours sur moi , qu'elles me relèveront si jamais je tombe et qu'elles ne m'abandonneront jamais.

Amarylis

Amarylis

 

Petite ...

Petite chienne ...
Petite salope ...
Petite putain ...
Petite catin ...
Petite trainée ... Petite chérie ...
Petit amour ...
Petite fragile ...
Petite ange ...
Petite princesse ... Je suis pour Mon Maître toutes ses "petites" aimée, rassurée, protégée, choyée, aux creux de ses bras ou a ses pieds

Amarylis

Amarylis

 

Toujours vivante et je vais trés bien !

J'ai reçu des notifs donc j'ai vu que ça bougeait un peu sur FI , je suis "partie" loin de cette contrée, continuant mon chemin, vivant des aventures de plus en plus BDSM ( si, si c'est possible lol ), depuis un peu plus de 2 mois, après plusieurs histoires où j'ai vécu de beaux et intenses moments mais qui se sont toutes terminées, je L'ai enfin trouvé, mon nouveau "Il", Mon Maître, Mon Amour , bref tout va bien dans le meilleur des mondes !

Amarylis

Amarylis

 

Halo

Tu sais que c'est pour toi ...   Remember those walls I built
Well, baby they're tumbling down
And they didn't even put up a fight
They didn't even make up a sound I found a way to let you in
But I never really had a doubt
Standing in the light of your halo
I got my angel now It's like I've been awakened
Every rule I had you breakin'
It's the risk that I'm takin'
I ain't never gonna shut you out Everywhere I'm looking now
I'm surrounded by your embrace
Baby I can see your halo
You know you're my saving grace You're everything I need and more
It's written all over your face
Baby I can feel your halo
Pray it won't fade away I can feel your halo halo halo
I can see your halo halo halo
I can feel your halo halo halo
I can see your halo halo halo Hit me like a ray of sun
Burning through my darkest night
You're the only one that I want
Think I'm addicted to your light I swore I'd never fall again
But this don't even feel like falling
Gravity can't forget
To pull me back to the ground again Feels like I've been awakened
Every rule I had you breakin'
The risk that I'm takin'
I'm never gonna shut you out Everywhere I'm looking now
I'm surrounded by your embrace
Baby I can feel your halo
Pray It won't fade away I can feel your halo halo halo
I can see your halo halo halo
I can feel your halo halo halo
I can see your halo halo halo I can feel your halo halo halo
I can see your halo halo halo
I can feel your halo halo halo
I can see your halo halo halo Halo, halo Everywhere I'm looking now
I'm surrounded by your embrace
Baby I can see your halo
You know you're my saving grace You're everything I need and more
It's written all over your face
Baby I can feel your halo
Pray it won't fade away        
Souviens-toi de ces murs que j'ai construit
Eh bien bébé ils sont en train de s'écrouler
Et ils ne tentent même pas de résister
Ils n'ont même pas fait un bruit
J'ai trouvé un moyen de te laisser entrer
Mais je n'ai jamais vraiment eu de doutes
Me tenant dans la lumière de ton auréole
J'ai mon ange maintenant C'est comme si j'avais été réveillée
Tu brises chaque règle que je m'étais fixée
C'est le risque que je prends
Je ne t'interdirai jamais d'entrer Où que je regarde à présent
Je suis entourée de ton étreinte
Bébé je vois ton aura
Tu es mon sauveur
Tu es tout ce dont j'ai besoin et plus
C'est écrit partout sur ton visage
Bébé je ressens ta présence
J'espère qu'elle ne faiblira pas Je sens ton aura, aura, aura
je vois ton aura, aura, aura Ca m'a frappée comme un rayon de soleil
Brûlant pendant mes plus sombres nuits
Tu es le seul que je veuille
Je crois être dépendante de ta lumière
J'ai juré de ne plus rechuter
Mais ça ne ressemble même pas à une chute
La gravité ne peut oublier
De me ramener de nouveau à terre C'est comme si j'avais été réveillée
Tu brises chaque règle que je m'étais fixée
C'est le risque que je prends
Je ne t'interdirai jamais d'entrer Où que je regarde à présent
Je suis entourée de ton étreinte
Bébé je vois ton aura
Tu es mon sauveur
Tu es tout ce dont j'ai besoin et plus
C'est écrit partout sur ton visage
Bébé je ressens ta présence
J'espère qu'elle ne faiblira pas Je peux sentir ton aura x3
Je peux voir ton aura (x3)
aura ouh ouh Je peux sentir ton aura, aura, aura
Je peux voir ton aura, aura, aura (x2)
aura ouh ouh (x3) Où que je regarde à présent
Je suis entourée de ton étreinte
Bébé je vois ton aura
Tu es mon sauveur
Tu es tout ce dont j'ai besoin et plus
C'est écrit partout sur ton visage
Bébé je peux sentir ton aura
J'espère qu'elle ne faiblira pas
J'espère qu'elle ne s'éteindra pas

Beyoncé

Amarylis

Amarylis

 

L'innamoramento

« L'Amour naissant, L’Innamoramento italien. L’étincelle dans la grisaille quotidienne. Le bonheur mêlé d’inquiétude parce qu’on ignore si ce sentiment est partagé. Un état transitoire qui débouche parfois sur l'amour. Un phénomène comparable aux mouvements collectifs révolutionnaires ». Voilà l’édito de l’album, une citation du livre Innamoramento e amore du sociologue italien Francesco Alberoni. Ce mot Innamoramento provient de l’italien : la traduction française la plus proche serait « L'Amour naissant », « s’énamourer » ou « l’acte ou sensation de tomber amoureux »   Toi qui n’as pas su me reconnaître
Ignorant ma vie, ce monastère, j’ai
Devant moi une porte entrouverte
Sur un peut-être
Même s’il me faut tout recommencer Toi qui n’as pas cru ma solitude
Ignorant ses cris, ses angles durs. J’ai
Dans le cœur un fil minuscule
Filament de lune
Qui soutient là, un diamant qui s’use...
Mais qui aime J’n’ai pas choisi de l’être
Mais c’est là, "L’Innamoramento"
L’amour, la mort, peut-être
Mais suspendre le temps pour un mot
Tout se dilate et cède à tout
Et c’est là, "L’Innamoramento"
Tout son être s’impose à nous
Trouver enfin peut-être un écho Toi qui n’as pas vu l’autre côté, de...
Ma mémoire aux portes condamnées, j’ai
Tout enfoui les trésors du passé
Les années blessées
Comprends-tu qu’il me faudra cesser... Moi qui n’ai plus regardé le ciel, j’ai
Devant moi cette porte entrouverte, mais
L’inconnu a meurtri plus d’un cœur
Et son âme sœur
On l’espère, on l’attend, on la fuit même
Mais on aime

http://www.dailymotion.com/video/xbxb1x_mylene-farmer-innamoramento-live_music  

Amarylis

Amarylis

 

Mon copain "Junior"

Un texte encore plus ancien toujours de mon ancien profil.   « Junior » c’est le ptit nom que Chéri a donné à mon vibromasseur violet en jelly tout doux …Et c’est lui qui me comble quand une envie soudaine me prend alors que Chéri est absent ! Je regarde alors une scène de film X , ou alors je lis des confessions sur CI ( hi, hi ,hi !) ou encore tout simplement , je laisse mon esprit vagabonder vers mes fantasmes les plus fous… Je vais alors dans la chambre , me déshabille et m’allonge sur le lit … Je prends « Junior » en main , le lèche en prenant soin de bien le recouvrir de salive , puis le glisse entre mes jambes … Je le passe d’abord plusieurs fois tout le long de mon sexe ,de haut en bas puis de bas en haut , d’un part pour bien humidifier celui-ci , et d’autre part parce que cela m’excite beaucoup ! Ensuite je l’attarde un peu sur mon clitoris , je fais des mouvements rotatifs avec le bout de mon « Junior » ce qui a pour effet de m’arracher mes premiers gémissements de plaisir… Puis de nouveau , je le reprends dans ma bouche et le suce pour encore mieux l’humidifier et le replonge ensuite entre mes cuisses … Je le place délicatement à l’entrée de mon sexe , je prends mon temps , laissant le désir monter en moi… et je l’enfonce très doucement , centimètres par centimètres , jusqu’au plus loin ou je le puis … Commence alors un doux va et vient que je contrôle , bien évidement , comme je veux… Je vais donc d’abord lentement , savourant le plaisir de sentir cet objet doux et dur à la fois aller et venir en moi… Mais rapidement , très excitée , j’en veux plus ! Et mes mouvements , presque inconsciemment s’accélèrent rapidement… Après avoir mouillés deux doigts de mon autre main, je les glisse sur mon clitoris , que je masse lui aussi avec de plus en plus d’entrain… Et au fur et à mesure que je sens le plaisir monter en moi , « Junior » me pénètre de plus en plus fort et rapidement et mes doigts s’activent de plus belle sur mon bouton de plaisir… L’orgasme arrive , intense , je sens les muscles de mon vagin se contracter sur mon brave « Junior » , qui a une fois de plus bien fait son travail ! Je l’ôte de mon sexe et le pose à côté de moi , je ne manque pas de lécher mes doigts qui dansaient sur mon clitoris quelques instants plus tôt afin de goûter à ma sève , humm ! Je reste quelques minutes allongée , savourant l’instant , puis je me rhabille , me lève et reprends le cours normal de ma journée !

Amarylis

Amarylis

 

Trio en noirs et blanche

qui est donc la suite de "Dans le métro"   C’est donc avec l’un de chaque coté de moi et les deux me tenant une main que l’on se dirige vers la sortie du métro, c’est celui qui était devant moi dans la rame qui prends la parole : _J’habite pas très loin, tu viens boire un verre à la maison ? dit-il en se marrant .Au fait je m’appelle Judicaël et lui c’est Raphaël et toi ? Je leur dit mon prénom et en profite pour, enfin, regarder le fameux Raphaël, qui est bien mignon lui aussi, d’une certaine façon il ressemble à son pote, lui aussi est grand et bien fait, évidement son visage est différent mais tout aussi charmant sinon ils ont la même carrure et le même look cool et simple et aussi le même délicieux sourire .C’est alors que justement Raphaël prend la parole en me regardant lui aussi : _Alors tu viens avec nous , jolie rouquine ? _Ben qu’est ce que je suis entrain de faire là à votre avis ? répond-je en leur souriant et en les regardant tout a tour . _Génial ,s’exclame Judicaël _Cool , on va bien s’amuser , reprit Raphaël en me couvant d’un regard plein de désir . On se dirige dons vers , ben je sais pas ou , mais je les suis, toujours main dans la main tout les trois , les gens qu’on croisent nous regarde bizarrement mais je m’en fiche et eux aussi apparemment .Ils s’arrêtent au bas d’un immeuble . _ On y est , dit Judicaël et il me lâche la main pour sortir des clés de sa poche et ouvrir la porte . C’est au 4éme étage et il n’y a pas d’ascenseur , il va falloir faire un peu d’exercice , beauté , je passe devant mais Raphaël peut t’aider à monter j’en suis sûr ,ajoute-t-il en faisant un clin d’œil à son copain . Et il commence à grimper devant moi , je le suis et Raphaël derrière moi , décidément ! En montant je regarde les jolies petites fesses de Judicaël moulées dans son jean pendant que Raphaël « m’aide » en effet à monter en caressant les miennes de fesses sous ma robe . _Bienvenue chez moi , déclare-t-il en pénétrant à l’intérieur. Je me retrouve au milieu d’un petit appartement simple mais propre , apparemment c’est un studio . _Asseyez vous ,continue Judicaël , je nous sers à boire et j’arrive , du coca ,beauté , ça t’iras ? me demande-t-il en me souriant . _ Oui , oui , c’est bien . Je vais donc m’asseoir au milieu du canapé 3 places qui se trouve dans le coin salon , suivi par Raphaël qui s’installe à coté de moi tandis que Judicaël revient déjà du coin cuisine avec une bouteille de coca et trois verres , il s’assoies de l’autre coté de moi , pose les verres sur la table de salon et nous sers , puis il me donne mon verre : _Tu dois avoir soif non ? me demande-t-il en riant _Oui merci , dis-je en prenant mon verre avant d’en boire une bonne gorgée. Ils boivent aussi et en même temps chacun d’eux en profitent pour poser une de leur main de chaque coté sur mes cuisses , on repose nos verres en même temps sur la table , et un silence s’installe quelques instants , je suis ,certes , excitée , mais aussi un peu gênée , Judicaël se penche vers moi et dépose un baiser dans mon cou , je frémis , Raphaël me regarde intensément dans les yeux et me demande : _Tu es sûre de vouloir continuer ? On ne veux pas faire quelque chose dont tu n’as pas vraiment envie . Je n’hésite qu’un quart de seconde : _Oui , je veux . Alors Raphaël se penche à son tour vers moi et commence à m’embrasser langoureusement ,tandis que Judicaël continue ses baisers dans mon cou et le lèche du bout de la langue .Je réponds avec fougue au baiser de Raphaël ,je glisse une de mes mains derrière son cou et l’autre derrière celui de Judicaël ,pendant ce temps leurs mains parcourt mon corps , j’ai l’impression qu’elles sont partout , sur mon visage, mon cou , mes seins , mon ventre , mes cuisses , je suis terriblement excitée et je gémis de plus en plus contre les lèvres de Raphaël Judicaël me fait tourner la tête pour m’embrasser à son tour ,tandis que Raphaël sors mes seins de ma robe et de mon soutien gorge pour les caresser , les presser , les malaxer et bientôt se pencher vers eux pour lécher mes tétons ,les suçoter , les mordiller , il me rend totalement folle ! Tout en continuant de m’embrasser Judicaël remonte ma robe pour caresser mon sexe à travers son string déjà bien humide ce qu’il remarque bien évidement , il quitte mes lèvres quelques instants : _Humm , tu es toute mouillée , ça te plait ce qu’on te fait ,ma rouquine ? Je n’arrive qu’à gémir : _Oui , oui , ho oui !!! Alors il me caresse de plus belle ,frottant mon clitoris au travers du tissu et bientôt il pousse celui-ci sur le coté afin de pouvoir accéder à ma peau et pendant qu’il caresse et titille divinement mon clito , Raphaël continue ses délices sur mes seins . Quand à moi , chacune de mes mains caressent ce qu’elle peuvent de leur corps , le dos de Raphaël , trop penché sur moi pour que j’accède à une autre partie , et de l’autre main le torse de Judicaël , main qui descend ensuite caresser la bosse , que je découvre de taille plutôt impressionnante , qui s’est formée dans son jean . Nous continuons ainsi nos caresses pendant quelques instants puis Raphaël abandonne mes seins pour se déshabiller rapidement , je découvre avec envie son beau corps musclé juste ce qu’il faut et surtout sa queue , belle queue de taille plus qu’honorable, tendue vers moi .Et alors que Judicaël glisse du canapé jusqu’entre mes jambes , me faisant lever les fesses pour ôter mon string , et pose sa bouche sur mon sexe trempé , Raphaël s’installe à genoux sur le canapé et présente son chibre raide à ma bouche gourmande : _Suce moi , ma beauté, me souffle-t-il Je ne me fait pas prier et après avoir quelque peu lécher son gland avec le bout de ma langue , je l’enfonce avec délice dans ma gorge chaude et commence de longs va et vient le long de sa hampe , lui glisse sa main derrière ma tête tout en poussant de léger râles de plaisir . Pendant ce temps Judicaël me torture de ses doigts et de sa langue , il lèche mon clitoris , le suçote, le mordille alors qu’un et ensuite deux de ses doigts vont et viennent dans ma fente trempée , il me rend totalement folle , ce qui me fait sucer Raphaël avec encore plus de passion et ça le rend fou ,de ses deux mains il emprisonne ma tête , ses doigts glissés dans mes cheveux qu’il tire un peu , pour imprimer lui-même le rythme et baiser ma bouche . Judicaël abandonne mon sexe pour se redresser et lui aussi se déshabiller , je ne le vois que du coin de l’œil mais j’apprécie également la beauté de son corps et surtout la belle taille de sa queue que je suis empressée , et un peu inquiète aussi , de sentir au fond de moi . Je le vois prendre un préservatif et l’enfiler puis il s’accroupi de nouveau entre mes jambes ,que j’écarte autant que je peux , il pose son sexe contre le mien et le frotte de haut en bas puis d’un coup de rein puissant s’enfonce en moi jusqu’à la garde .Je crie , cris étouffé par la queue de Raphaël qui baise toujours ma bouche ,alors que Judicaël commence à se mouvoir dans mon ventre , d’abord lentement , il s’enfonce et se retire de toute sa longueur ce qui provoque de divines sensations dans mon vagin , puis il accélère le rythme , s’accrochant à mes cuisses ou malaxant mes seins . Après plusieurs minutes ainsi ,Raphaël dit : _ Je veux la prendre aussi maintenant . Et il quitte ma bouche tandis que Judicaël sort de moi . _Mets toi à quatre pattes sur le canapé , tu veux ? me demande Raphaël Je ne répond pas , je m’exécute simplement , me débarrassant rapidement au passage de ma robe et de mon soutien gorge ,Raphaël enfile à son tour un préservatif et se glisse derrière moi , il pose sa queue à l’entrée de ma fente et s’enfonce lentement en moi , c’est une sensation terrible , encore plus dans cette position , il me semble tellement gros et grand et je le sens tellement bien ! Il s’accroche à mes hanches et commence doucement à bouger , tandis que Judicaël se débarrasse lui de son préservatif , s’installe devant moi à genoux sur le canapé et pose sa queue contre mes lèvres . Je le prends dans ma bouche alors que Raphaël amplifie ses va et viens et encore une fois tandis que l’un baise ma bouche ,l’autre baise mon ventre .Je suis au paradis , c’est tellement bon ! Et eux aussi prennent du plaisir à en croire les râles qui sortent de leur bouche respective et puis c’est tout ce que j’aime , sauvage et doux à la fois , Judicaël caresse mes cheveux d’une main tout en me maintenant fermement ma nuque de l’autre et Raphaël caresse mes hanches , le haut de mon dos et mes fesses , leur donnant aussi quelques fois de légères claques .Soudain , je sens un doigt se poser sur ma rondelle et pousser un peu , je ne bronche pas , je me cambre même un peu plus , bien que je sois un peu inquiète , mon passage secret n’ayant pas l’habitude d’être souvent visité et encore moins par un sexe de cette taille ! Mais je suis tellement excitée et j’avoue que j’en ai vraiment envie .Néanmoins Raphaël doit sentir ma légère réticence ou avoir l’habitude et me dit doucement : _Ne t’inquiètes pas , je vais y aller lentement , tout en douceur . Et en effet , il prend son temps pour me dilater lentement , humidifiant plusieurs fois son doigt avec sa salive , il le fait pénétrer petit à petit , sans forcer , me laissant m’ouvrir à lui .Ses efforts et sa patience ont leurs effets , bientôt c’est un deuxième doigt qu’il peut glisser dans mon passage plus si étroit jusqu’à finalement les faire aller et venir entièrement sans que je ne ressente aucune douleur . Alors il pose son gland contre mon anus et pousse , celui-ci pénètre , je gémis un peu contre la queue de Judicaël toujours dans ma bouche , il s’immobilise , après quelques secondes il pousse de nouveau , j’ai un peu mal , mais je le sens s’enfoncer doucement , il s’immobilise de nouveau , il est tout au fond de moi , il attend encore un peu puis il commence à bouger lentement .Au début j’ai mal , mais assez rapidement , alors qu’il bouge un peu plus rapidement , la douleur s’efface pour laisser place au plaisir et bientôt il va et vient de toute sa longueur dans mon petit cul , il glisse une main sur mon sexe pour caresser mon clitoris et arrive ainsi quelques minutes plus tard mon premier orgasme , empalée entre ses deux queues . Ils sont contents , ils sourient , enfin je vois Judicaël sourire et je suppose que Raphaël sourit aussi .Mais ils ne comptent pas en rester là , ils veulent m’achever je crois ! Judicaël dit : _ Moi aussi j’aimerais bien prendre ton petit cul , rouquine . Alors Raphaël me demande : _Et si on te prenait tout les deux ensemble , tu aimerais ? Heu ! Une double pénétration ?! J’ai jamais fait ça moi , et en plus avec deux engins pareil ! Mais l’excitation est tellement forte … _Bah , on peut essayer . _Ok ! l’essayer c’est l’adopter , me répond Raphaël en me regardant et se marrant ,lève toi . Et il s’assoies sur le canapé _Viens sur moi , ma belle Je m’installe sur lui et prenant sa queue dans ma main , la guide en moi et m’enfonce sur elle . _Humm , bouges un peu . Je lève et baisse mes fesses et fais ainsi quelques va et vient délicieux qui m’arrache des gémissements. _Bien , il me sourit , viens Jud , faisons la partir au septième ciel ! Et il prend ma tête entre ses mains pour m’embrasser passionnément . Juste avant qu’il m’embrasse j’ai vu que « Jud » avait enfiler un nouveau préservatif . Tout en continuant à m’embrasser Raphaël nous amène sur le bord du canapé , en appuyant doucement sur le creux de mes reins , il me fait comprendre de me cambrer , ce que je fais . Je sens le sexe du Judicaël se poser contre mon cul , il pousse et me pénètre sans aucune résistance . Waouhh !! Et pour l’instant , ils ne bougent pas ! C’est indescriptible cette sensation d’être ainsi remplie devant et derrière , c’est juste Waouhh !!! Raphaël commence à bouger en premier , il me fait soulever un peu les fesses et débute ses va et vient , puis Judicaël bouge lui aussi . Purée !! C’est extraordinaire , puissant , extrême , terrible , terriblement bon , c’est mieux que ça , je sens leurs deux queues bouger en même temps à l’intérieur de moi , je suis en transe , je quitte les lèvres de Raphaël pour enfoncer ma tête contre son épaule et hurler mon plaisir ! Mais c’est sans compter sur Judicaël qui m’attrapant par les cheveux tire ma tête en arrière : _Cries , vas y , cries ! On veux t’entendre , ma rouquine ! et en même temps son autre main s’écrase en une claque sur mes fesses , alors que Raphaël saisit mes seins et les malaxe sauvagement . Ha , je ne les déçois pas , pour crier ça oui , je crie , alors que Judicaël me fesse et qu’ils me pillonent tout les deux , mes cris vont crescendo en intensité , je ne suis plus moi , je ne suis que plaisir , plaisir immense , intense , inouï de ces deux queues qui me remplissent totalement et me comblent de bonheur . Je sens l’orgasme monté , vague déferlante qui va bientôt me faire chavirer : _Je vais … je vais …, je ne réussis pas à en dire plus . _Oui , jouis , jouis , ma beauté , nous allons venir avec toi , me dit Raphaël _ Oui , viens , princesse , continue Judicaël Et c’est la bouche contre celle de Raphaël , nos langues mêlées , que l’orgasme le plus intense que j’ai jamais connu me submerge ,alors que perdue dans mon plaisir , quelque part je les entends et les sens jouir également , je m’effondre contre le torse de Raphaël , qui doucement caresse mes cheveux , Judicaël sort de moi , se débarrasse de son préservatif et s’installe prés de nous. Raphaël me glisse dans ses bras , pour en faire autant puis vient nous rejoindre et ils me câlinent tout deux pendant un long moment.

Amarylis

Amarylis

 

Dans le métro

Encore un de mes anciens récits ...
  C’est l’été , il fait chaud , mais ça va encore en cette journée , seulement aujourd’hui j’ai un rendez-vous et je dois prendre le métro et là il fera très chaud . Je n’aime pas le métro , étant légèrement claustrophobe ,c’est presque une épreuve pour moi , qui plus est quand il fait chaud , mais je n’ai pas le choix , le lieu du rendez-vous est loin et je n’ai pas le permis ,heureusement le métro de Lille ce n’est pas celui de Paris , je me rassure en me disant que la rame ne devrait pas être trop bondée. Je pars donc , vêtue simplement d’une petite robe légère histoire de tenter de vaincre la chaleur .J’arrive devant les portes du métro et attends ma rame qui arrive ,pleine à craquer !!!! Et merde ! Les portes s’ouvrent , je me faufile tant bien que mal à l’intérieur . Ha , quelle chaleur ! Je sens que le voyage va être long ! Quand on entre dans le métro , on se dépêche avec la seule idée en tête de pas louper la rame et que les portes se referment pas sur nous , je n’ai donc pas fait attention entre qui je me suis faufilée , et c’est maintenant que je le remarque . Je suis entre deux hommes , deux blacks , ensemble apparemment , des potes . Je lève les yeux sur celui qui est devant moi , il me sourit d’un air gêné voulant dire « désolé d’être serrés comme des sardines » je lui rend son sourire et il continue de discuter avec son copain . Je l’observe du coin de l’œil , il est mignon , la petite trentaine donc sûrement un peu plus jeune que moi , plus grand d’une tête , un beau visage , bien bâti et des fringues simples mais sympas , ils discutent tous les deux d’un film qu’apparemment ils sont allés voir au cinéma . Je ne vois pas celui qui est derrière moi mais je sens que lui aussi est plus grand que moi et qu’il semble lui aussi « bien fait ». Un tournant , la rame vacille et moi je pars un peu en arrière me retrouvant totalement collée contre celui qui est derrière moi , mes fesses collées pile poil contre son entre jambes et là je sens …une bosse ! Surprise , je regarde son pote devant moi et je le vois tout sourire venir se coller lui aussi contre moi ! Je sens une main , celle de celui qui est derrière se poser sur le haut de ma cuisse et je le sens clairement accentuer la pression contre mes fesses !Celui de devant glisse subrepticement une de ses mains sur mon sein , se penche vers mon oreille et me murmure : _Tu veux qu’on arête beauté ? !!! … Et là je ne sais pas ce qui me prend ,enfin si le désir mais je ne veux pas me l’avouer , je murmure à mon tour : _Non , et je frotte doucement mes fesses contre la grosse bosse qui se trouve entre elles . Ils ne leur en faut pas plus , alors celui qui est derrière moi pose sa deuxième main sur mon autre cuisse , me serrant ainsi encore plus contre son sexe et se frotte lui aussi entre mes fesses et celui qui est devant glisse son autre main discrètement entre mes jambes ,alors que l’autre me murmure à son tour à l’oreille : _Humm, une jolie rousse à la peau claire et aux formes généreuses , on en a de la chance ,et il souffle doucement dans le creux de mon cou . Je sais ,j’ai bien déjà remarqué que je plais aux blacks et eux ne sont pas pour me déplaire non plus …au contraire . Celui qui est derrière moi continue de plus belle à se frotter entre mes fesses , tandis que celui de devant caresse mon sein à travers ma robe et mon sexe à travers mon string et moi tout en me frottant également , je m’efforce de ne pas gémir en me mordant les lèvres ,ce qui fait sourire mon compagnon de devant qui me fixe dans les yeux avec un regard plein de désir alors que l’autre dépose un léger baiser dans mon cou , c’en est trop , un léger gémissement s’échappe de mes lèvres , quelques personnes , les plus proches , tournent leurs têtes vers nous , on est gaulés , je vire au rouge ce qui fait rire mon beau black de devant qui dit ensuite tout bas : _Je pense qu’on ferait mieux de sortir de ce métro , il commence à faire trop chaud ici , tu viens avec nous beauté ? Et à la station suivante , sans même attendre ma réponse , qui de toute façon est positive , ils me prennent chacun par une main et m’entraînent hors de la rame …

Amarylis

Amarylis

 

Un charmant gynécologue

Je vais récupérer les écrits de mon ancien profil pour les remettre sur celui ci, ils sont de moi les textes même si ils datent j'ai le droit lol ^^   Aujourd’hui j’ai rendez-vous chez mon gynécologue. On ne va jamais chez le gynéco le cœur en joie, un examen gynécologique n’étant pas un moment très agréable à passer donc mais c’est important pour être sure que tout va bien, bref c’est donc un peu à reculons que je me rends à mon rendez-vous. Heureusement j’aime bien ma gynécologue et puis surtout c’est une femme et je préfère me faire examiner par une femme, je serais trop gênée que ce soit un homme. J’arrive donc au cabinet et vais me présenter à la secrétaire : _Bonjour, j’ai rendez-vous à 14 h. _Bonjour, Mademoiselle, il faut que je vous prévienne Madame … est malheureusement souffrante, c’est donc un remplaçant qui assure ses consultations mais ne vous inquiétez pas c’est également un très bon docteur. _ Ha, heu … d’accord Ho non ! Elle a dit « un » !!! .Je vais m’asseoir dans la salle d’attente mais en vérité j’ai juste envie de me sauver à toutes jambes, je n’ai pas du tout envie d’être auscultée intimement par un homme, sinon je n’aurais pas choisi une femme comme gynéco ! Mais ça fait longtemps que je n’ai pas eu ce type d’examen, il ne serait donc pas sérieux de partir. J’en suis là, perdue dans mes réflexions, à me demander si je reste ou pars, quand une voix m’interpelle : _Mademoiselle … c’est à vous. Je lève la tête … et reste quelques secondes sur le choc. Ha oui c’est un homme, et un homme très charmant en plus ! Beau brun, yeux bleus, grand, teint bronzé, la quarantaine, avenant, très séduisant et qui me regarde avec un sourire à tomber ! C’est médusée que je le suis dans le cabinet, là c’est bon je suis vraiment totalement gênée, je vais devoir me faire ausculter par un homme qui en plus me plait et maintenant plus moyen de faire machine arrière. -Asseyez-vous, je vous en prie, alors pourquoi venez-vous me voir ? Ho là là, ce sourire, je sais, je sens que je rougis et, c’est étrange, mais j’ai l’impression que ma gêne lui plait bien et qu’il sourit d’encore plus belle. _ Au fait, j’espère que cela ne vous dérange pas que je remplace le Docteur…, elle est tombée malade et le remplacement c’est fait si rapidement qu’on n’a pas eu le temps de prévenir les patientes. _ Heu, non, enfin si à vrai dire un peu, je préfère les gynécologues femmes, mais bon ce n’est pas grave. « Ce n’est pas grave mais je ne fais pas la fière en ce moment » j’ajoute dans ma tête. _Ne vous inquiétez pas, tout vas bien se passer. « Oui, oui c’est ça » encore dans ma tête et ce sourire, c’est votre sourire normal et normalement charmeur ou je rêve mais vous me draguez ? _Bon, j’ai regardé votre dossier, vous venez pour un examen de routine, c’est ça ? _Oui, oui, c’est ça, « bon sang, arrête de sourire comme ça » _Bien, par contre, ça fait bien longtemps que vous n’avez pas été auscultée, ce n’est pas bien vous savez je devrais vous grondez, et en même le voilà qui lève son doigt et l’agite d’un air réprobateur avec un sourire de plus en plus séducteur qui me fait littéralement craquer. Je ne réponds rien, je suis bien incapable de répondre de toute façon, je suis trop occupée à boire ses yeux et son sourire et j’ai vraiment l’impression qu’il s’en rend compte, mais l’air de rien il continue. _ Vous pouvez passez derrière le paravent, vous vous déshabillez, passez sur la table et vous me dites quand vous êtes prête. Aie ! Tout d’un coup je redescends de mon petit nuage, et oui c’est vrai c’est pour ça que je suis là, cet examen va être atroce, je le sens bien, mais pas atroce comme d’habitude, je vais devoir me faire intimement touchée par un homme qui me plait énormément et c’est ça qui est atrocement gênant ! Bon, je respire un grand coup, c’est un docteur, un professionnel, ça ne dure pas longtemps, ça va aller vite et tout va bien se passer ! C’est en essayant tant bien que mal de ma rassurer avec ces paroles mentales que je commence à me déshabiller. _Mademoiselle ? Ca va ? Vous n’y arrivez pas ? Vous voulez de l’aide ? Petit rire. Hein ? Je rêve ? Il le fait express ou quoi ? Mais oui il le fait express, il se moque et profite de mon trouble, grrrrr. _Non, ça va, merci, j’ai presque fini, aie ! ma voix tremble beaucoup, beaucoup trop ! Respire, respire, je finis donc d’ôter mes vêtements et vais m’installer sur la table de « torture » _Voilà, je suis prête, là j’ai presque réussi à contrôler ma voix, ouf ! Je l’entends se lever et approcher alors je tourne la tête pour ne pas croiser son regard. Il est maintenant tout prés de moi, je ne le regarde pas, mais je sens que lui me regarde qu’il me regarde entièrement ! Ce n’est pas normal ça ? Si, pour son travail ? _ Humm, agréable patiente. Hein ! Ha là non ce n’est pas normal du tout ! Mais il continue : _Bon, je vais commencer par examiner vos seins, on y va Et là commence le malaxage pas agréable du tout d’un examen des seins, bon c’est normal il cherche à détecter une éventuelle grosseur suspecte, donc il appuie, malaxe, et moi je me rassure, c’est un examen tout à fait normal, du coup je pousse un petit soupir et commence à me détendre. _Ca va ? _ Oui, oui J’apprendrais plus tard qu’il avait mal interprété ce soupir car petit à petit, il me semble que cet examen deviens douteux, les fortes pressions se font de plus en plus légères et commencent à ressembler de plus en plus à des caresses, j’ose un : _ Heu, qu’est ce que vous faites ? Sans toute fois tourner la tête et le regarder. _J’examine vos seins, pourquoi ? Il sourit, même la tête tournée je le vois bien. _Non, non, pour rien. Voilà maintenant qu’il prend mes seins en coupe dans ses mains et qu’il remonte lentement ses doigts sur mes tétons qu’il commence à légèrement pincés entre ses doigts ! Et moi, moi, un petit gémissement sors d’entre mes lèvres ! _ Et là vous faites quoi ? _ Je teste la réactivité de vos tétons, ça ne vous plait pas ? Vous voulez que j’arrête ? Et bien voilà on y est, là c’est clair, on est sorti du cadre de l’examen gynécologique et là ce qu’il me demande c’est si je veux qu’il continue hors de ce cadre .Je ne réfléchis que quelques secondes et j’ose alors tourner la tête pour rencontrer son sourire et son regard empli de désir. Si, ça me plait et non je ne veux pas que vous arrêtiez. _C’est bien ce qui me semblait, dit-il en se penchant vers moi. Et il m’embrassa, un baiser passionné, plein de fougue, de désir qui ne fit qu’amplifier le mien de désir. Tout en continuant de m’embrasser avec de plus en plus d’avidité, il continuait à caresser mes seins, à jouer avec mes tétons, les faire glisser entre ses doigts, les pincer, et mon excitation ne cessait de grimper, je gémissais contre ses lèvres, mon corps se tortillait tout seul et je sentais l’humidité croissante entre mes cuisses. Je glissais une de mes mains sur sa nuque pour la caresser et pour qu’il continue son baiser et de mon autre main je caressais son torse à travers sa chemise, qu’au bout de quelques instants, je commençais à déboutonner afin de pouvoir toucher sa peau. Une de ses mains quitta mes seins et descendit en douce caresses le long de mon ventre et se posa sur mon sexe. _Humm, tu es toute mouillée, petite coquine, ça te plait ce que je te fais, hein ? Et encore on n’est qu’au début ! L’un de ses doigts se posa sur mon clitoris qu’il se mit à doucement caresser, mes gémissements s’intensifièrent de plus belle, un autre doigt le rejoint pour pincer délicatement mon bouton d’amour et le faire glisser entre ces deux doigts. Pendant qu’il jouait à me rendre folle à titiller mon clito , je continuais mes caresses sur son torse mais assez vite ma main descendit pour se poser sur la bosse de taille très honorable qui déformait son pantalon , je caressais vivement cette jolie bosse ,la pressant dans le creux de ma main , il ne supporta ce traitement que quelques instants , abandonnant mon corps , il enleva précipitamment chemise , pantalon, caleçon et tout le reste pour présenter devant mes yeux mais surtout mes lèvres son bâton de chair tendu comme un arc. _Suces moi ! C’est avec gourmandise que je m’exécutais, gobant sa belle queue raide entre mes lèvres, je le suçais avec entrain, alternant les coups de langue sur son gland et les vas et vient de ma bouche de long de sa hampe. Pendant ce temps ses mains avaient repris possession de mon corps, l’une caressant de nouveau mes seins et mes tétons, leur faisant subir milles délices et l’autre de nouveau entre mes cuisses, ses doigts agaçants mon clitoris, puis l’un de ses doigts s’enfonça au plus profond de mon sexe trempé et débuta un délicieux va et vient. Il me rendait folle et je m’activais de plus belle à ma fellation ,d’une main je caressais ses testicules et de l’autre je branlais son sexe tout en suçant son gland , ce qui devait lui plaire fortement au vu des râles qui sortaient d’entre ses lèvres et du fait qu’un deuxième doigt vint bientôt rejoindre le premier à l’intérieur de moi , mais au bout de quelques instants encore une fois il m’abandonna : _Ne bouges pas, je reviens ! Bouger ? Je n’en avais nullement l’intention et de toute façon je ne pensais pas en être capable vu mon état ! Il retourna vers son bureau, je l’entendis ouvrir un tiroir, il cherchait quelque chose mais quoi ? _Fermes les yeux ! _Pourquoi ? J’étais tout de même légèrement inquiète . _Fermes les yeux, tu ne le regretteras pas, fais moi confiance ! _Voilà, et je m’exécutais Je l’entendis revenir prés de moi, il déposa un léger baiser sur mes lèvres puis se redressa et je sentis sa queue contre mes lèvres, je le repris dans ma bouche et recommençais à le sucer, l’une de ses mains se reposa sur mes seins mais je ne savais ou était l’autre. Puis je sentis quelque chose se poser à l’entrée de mon sexe, je sentais que ce n’était pas un de ses doigts, il poussa sur cette « chose » qui me pénétra lentement, un godemiché ! Ho ! le coquin ! Il l’enfonça le plus profondément possible, m’arrachant un petit cri, puis lentement se mit à le faire bouger en de divins va et vient _ Tu aimes n’est ce pas ? _Ho, oui c’est bon ! _Tu vois, j’avais raison ! Il continua à jouer avec le gode alors que je le suçais encore pendant quelques minutes , puis il m’enleva sa bonne queue de la bouche et viens s’assoir sur son tabouret qu’il plaça entre mes jambes et là tout en continuant de faire aller et venir le gode en moi , il posa sa langue sur mon clitoris et le lécha , le lapa puis avec ses lèvres le suçota , l’aspira et avec ses dents le mordilla , en bref il me rendit complètement dingue , je gémissais , criait , me tortillait , ondulait du bassin et plus il me voyait manifester mon plaisir plus il intensifiait ses différentes caresses , si bien que peu après un puissant orgasme me submergea me laissant haletante. Il me sourit : _C’était bon ? _Oui , Ho que oui ! _Bien, prête pour le final ? _Oui, oui, bien sur ! Une fois encore il retourna dans son bureau, chercha dans un tiroir, mais là je savais ce qu’il cherchait, il revint en effet quelques secondes plus tard en ayant enfilé un préservatif. Il vira le tabouret d’un coup de pied, se plaça entre mes cuisses, posa son gland contre mon sexe et le frotta langoureusement de long de celui-ci. Humm, que c’était bon et que cette situation, cette position était excitante. Il poussa lentement, me pénétrant à peine et il resta comme ça, le sourire réapparut sur ses lèvres. _Tu veux que je te prenne ? _Oui ! _Alors dit le, demandes le moi ! _Prends moi ! _Mieux que ça ! Qu’est ce que tu veux ? Et dis s’il te plait ! _Je veux que tu me prennes, que tu me baises, s’il te plait ! _Ok, et il s’enfonça brutalement au plus profond de mon ventre ! J’hurlais et ne cessait ensuite de crier alors qu’il entamait un va et vient frénétique. En même temps qu’il me prenait tantôt il caressait mes seins, jouait avec mes tétons, serait ma taille, enfonçait deux doigts dans ma bouche pour que je les suce et moi je criais, envahie par le plaisir, les mains accrochées aux cotés de la table d’examen. _C’est bon ? _Oui ! _Ça te plait de te faire baiser par ton gynéco hein ? _Oui, oui, c’est bon j’aime ça ! _T’es une bonne petite salope ! Et tu vas jouir ma petite salope, tu vas jouir maintenant ! Sur ces paroles, il accéléra encore le rythme de ses vas et vients et un de ses doigts vient se poser sur mon clitoris pour le titiller. Je sentis la vague du plaisir monter en moi et l’orgasme me submergea, intense, alors que lui aussi jouissait dans un puissant coup de rien et qu’un râle tout aussi puissant sortait de ses lèvres. Nous reprîmes lentement nos esprits, il me sourit : _J’aime les patientes comme toi ! Bon, il faut quand même que je te fasse l’examen c’est important et c’est mon boulot ! _Oui, je me doute, vas y Il me fit donc l’examen « classique » qui après coup reviens tout à fait normal , puis ensuite nous discutâmes un peu , nous accordant sur le fait que si nous devions nous revoir un jour , ce serait dans les mêmes conditions , à savoir quand il remplacerait ma gynéco , on se quitta sur un petit bisou sur les lèvres car il avait d’autres patientes qui attendait leur tour et depuis chaque fois que je prends rendez-vous chez ma gynécologue je ne manque pas de demander si c’est elle ou son remplaçant mais malheureusement la situation ne s’est pas encore représentée…

Amarylis

Amarylis

 

Le Tigre et la gazelle

Tu m'as donné l'idée d'en faire un récit, fallait pas amour, fallait pas ou bien il fallait ... Il était une fois un Tigre et une gazelle.
Un Tigre fort, puissant, Dominant.
Et une gazelle frêle, innocente et sans défense ( quand elle veut bien mdr).
Le Tigre voulait jouer avec la gazelle alors ... Il attrapa la gazelle par la nuque et l'attacha sur une table, une table pas trop large, la gazelle était terrorisée par la peur de se faire dévorer, attachée ainsi sur le ventre, bras et pieds entravés , les yeux bandés, elle sentait le Tigre roder autour d'elle.
Il la frôla , elle sursauta, il caressa ses cheveux, son visage, dessina le contour de ses lèvres avec son index.
Puis Il l'embrassa, sa langue explorant sa bouche, longuement, passionnément, intensément.
Il se redressa , la gazelle sentait son odeur puissante, muscé.
Elle sentit son sexe buté contre son menton, elle garda ses lèvres closes,refusant sa bouche.
Le Tigre empoigna ses cheveux mais elle résistait encore.
Alors il saisit l'un de ses tétons et tira dessus fort.
La réaction de la gazelle fut d'ouvrir la bouche en un cri de plaisir et douleur mêlés.
Le tigre en profita pour s'enfoncer dans sa bouche, tout au fond de sa gorge.
Il ne s'enleva que quand la gazelle était prête à s'étouffer.
Il lui ordonna de ne plus lui refuser sa bouche.
Elle ne répondis pas.
Il recommença encore plus loin et encore plus longtemps.
Quand il s'enleva elle manquait d'air.
Il répéta l'ordre, elle marmonna un "oui" vaincue.
Alors il baisa sa bouche, claquant le cul de la gazelle en même temps, la bouche de la gazelle formait un Ô parfait autour du bâton de chair du Tigre.
Quand enfin il la libéra , la salive dégoulinait de sa bouche.
Le tigre embrassa le visage de la gazelle, il lécha ses larmes, ses lèvres et il l'embrassa de nouveau.
Il caressa son papillon dans son dos et sourit à l'ironie, elle était comme lui, piégée dans sa toile. Le tigre passa une baguette de bois sous les seins de la gazelle.
Puis elle l'entendit rôder , elle perçut des bruits, il fouillait , il cherchait quelque chose ...
Tout d'un coup une sensation puissante mélange de plaisir et de douleur foudroya un de ses tétons, il venait d'y placer une pince.
La même sensation fut infligé à l'autre téton.
Il s'enfonça de nouveau dans sa gorge tout en tirant sur les pinces.
Elle était tétanisée.
Et il l'embrassa de nouveau toujours avec autant de fougue, d’ardeur et de passion.
Puis il bougea , elle se sentit un peu soulevée, il venait de glisser un coussin sous ses fesses, ainsi elle était dans une position encore plus obscène.
Elle le sentit bouger de nouveau, il était derrière elle, mais il ne la touchait pas.
Elle se dit que peut être il l'admirait alors elle tortilla ses fesses pour le sortir de sa rêverie et l'inciter à la toucher.
Le tigre saisit les fesses de la gazelle à pleines mains , ils les malaxa, les pinça rudement.
La gazelle émis des grognements de plaisir.
Une claque s'abbatit sur ses fesses, elle se tendit, une salve d'autres claques suivirent, elle criait.
Il enfonça un doigt en elle, ça lui coupa le souffle.
Elle entendit un bruit de succion , il suçait son doigt, il grogna.
Puis il revint à sa bouche, lui fit sucer son doigt également et l'embrassa encore une fois.
Il repassa derrière elle, elle était en fusion.
Quand la langue du Tigre entra en contact avec son clitoris, elle émit un son proche d'un feulement.
Il la dévora , la lapant, la suçotant, la mordant.
Quand la gazelle sentit les doigts du Tigre s'insinuer en elle, elle perdit le peu de raison qui lui restait.
Elle lui dit d'y aller encore plus fort, plus profondément et de claquer ses fesses en même temps.
Quand le Tigre frotta son sexe contre le sien, elle haletait comme une chienne.
Et quand il lui dit qu'elle était une Salope cela ne dit que décupler ses halètements.
Le Tigre baisa la gazelle fort, vite , loin , longtemps.
Les mots sortant de la bouche de la gazelle étaient totalement obscènes.
Quand il claqua de nouveau son cul elle crut mourir de plaisir.
Et quand il tira sur les pinces , attrapa ses cheveux et mordit son dos , elle quitta terre.
Un orgasme d'une puissance inouïe la déchira en deux.
Le Tigre vint se rependre dans sa bouche, il lui donna sa vie.
Puis il détacha la gazelle, la porta dans ses bras.
Il la cajola , apaisa ses blessures, ses brûlures.
La gazelle souriait béatement dans les bras de son Tigre.
Il lui murmura des mots d'amour, de réconfort et de fierté.
Il lui dit qu'il l'aimait et qu'elle pouvait dormir qu'il veillait sur elle.
Et la gazelle s'endormit, épanouie, heureuse et vivante comme jamais.  

Amarylis

Amarylis

 

Une cabine d'essayage...

Un court texte que j'avais écris en réponse à un sujet du forum , je me suis dit tant qu'à faire je vais le publier sur mon blog ! Lors de ma 1ere rencontre avec mon 1er Maitre nous sommes allés nous promener dans Euralille (un immense centre commercial pour ceux qui ne connaissent pas ) à un moment donné mon Dom est entré dans une boutique de prêt à porter féminin ( je ne me rappelle plus quelle enseigne mais genre "Camaieu" ) ,je l'ai sagement suivi ,il est allé vers des imperméables/trenchs m'a demandé quelle taille je faisais ,je lui ai répondu et j'ai commencé à essayer de lui dire un truc du genre mais vous allez pas m'acheter un manteau quand même, mais je n'en ai pas eu le temps ,il a pris un trench à ma taille ,me l'a tendu et m'a dit d'aller l'essayer. J'ai obéis ,je suis allée jusqu'aux cabines d'essayages , il m'a suivi mais m'a d'abord laissé entrer seule , ha oui il y a une chose qu'il faut que j'explique , à ce moment là je ne portais sur moi qu'une paire de bas et mon manteau ce qu'il savait parfaitement vu que c'était lui qui m'avait fait enlever ma robe plus un peu plus tôt dans les toilettes d'un café et qu'évidement j'étais venue à notre RDV sans culotte ni SG sous ses ordres , bref , je suis donc entrée dans la cabine j'ai enlevé mon manteau et enfiler le trench ,j'allais lui dire que j'étais prête mais je n'en ai encore une fois pas eu le temps , il est entré dans la cabine ,m'a dit de me coller contre le mur du fond ou il y avait la glace , de poser mes mains sur ce mur et de ne pas bouger ,ce que j'ai fait , il s'est collé derrière moi à soulever le bas du trench et à enfoncer 2 de ses doigts en moi , un devant , un derrière et il a dit " Je voulais juste vérifier quelque chose"... Ca n'a duré que quelques secondes ,avant que j'ai eu le temps de dire ouf il avait déjà enlever ses doigts m'avait dit un truc du genre " Finalement ce trench ne te vas pas , changes toi je t'attends dehors " et été ressorti de la cabine... J'ai enlevé le trench ,j'ai remis mon manteau et je l'ai rejoins , en sortant de la cabine j'ai bien vu qu'une vendeuse qui était prés des cabines avait bien du capter quelque chose vu la façon dont elle m'a regardé mais en fait je m'en foutais un peu lol Voili ,voilou , ce fut court ,intense , je ne m'y attendais pas du tout mais j'ai adoré et ça reste un très très bon souvenir

Amarylis

Amarylis

 

L'amour n'est rien

Obsédée du pire Et pas très prolixe Mes moindres soupirs Se métaphysiquement... J'ai dans mon ciel Des tonnes de célestes M'accroche aux ailes... Et tombe l'ange Gabriel ! Obsédée du pire Un peu trop physique... L'envie de frémir Est pharaonique ! ..fi de l'ascèse ! Ma vie s'enténèbre Moi sans la langue Sans sexe je m'exangue ! L'amour, c'est rien ! Quand c'est politiquement correct On s'aime bien, On n'sait même plus quand on se blesse L'amour n'est rien Quand tout est sexuellement correct On s'ennuie bien On crie avant pour qu'ça s'arrête La vie n'est rien... Quand elle est tiède ! Elle se consume et vous bascule Le sang en cendre de cigarette La vie est bien Elle est de miel ! Quand elle s'acide de dynamite Qui m'aime me suive ! Obsédée du pire Et pas très prolixe Mes moindres soupirs Se métaphysiquement... J'ai dans la tête Des tonnes de pirouettes Le saut de l'ange N'a pour moi rien d'étrange Obsédée du pire Et pas très prolixe Partager mes rires Plutôt plutoniques J'ai dans ma sphère Un effet de serre Mon sang bouillonne Je bout de tout, en somme

Amarylis

Amarylis

 

Pornographique

Mon coeur est rempli, Mais mon corps s'ennuie Tes jeux délibérés avec un dé, Des dés pipés, des dés pipés Des dés pipés Je veux savoir où naît le vent J'ai l'âme inerte en même temps Il y a de l'uniformité partout De la pensée en boîte et c'est bien tout ! Mon coeur est rempli, Mais mon corps s'ennuie Je t'ai montré mon arrière-train Mon céans, mon céans, mon céans L'océan Et quand ma langue se délie... C'est l'éloquence de mes silences Là, sur ton orifice ami... Je m'immisce dans ta pénombre. Et, là, je fais le tour du monde Mon coeur est rempli, Mais mon corps s'ennuie Les poupées qui disent "oui et non " Qu'on écu de la même... Façon, je dis non, je dis non, Je dis non, je dis non, Je dis non ! Je dis non ! Mon coeur est rempli, Mais mon corps s'ennuie Tes jeux délibérés avec un dé, Des dés pipés, des dés pipés Des dés pipés Je dis qu'il n'y a pas d'porno chic Mais bien que des porcs au sens strict Primo, deusio, tertio, c'est le chaos J'ai bien le coeur sur le bord du billot Mon corps est rempli Mais mon coeur s'ennuie Et plus le corps est entravé Plus l'esprit est "libre", Est "libre", est "libre"...

Amarylis

Amarylis

 

Flashs de scéance

Sa main se pose sur mon cou : _Mets ta main entre tes cuisses, plus je serre plus tu accélères et quand je desserre tu arrêtes tout ... IL se saisit d'un de mes seins ,l'empoigne ,le serre, le malaxe ,fort très fort ,je geins ,Son autre main tires mes cheveux en arriére , Il mords mon cou sauvagement , deux de Ses doigts se saisissent de mon téton , Il serre , Il tire , Il tourne ... D'une main Il bloque mes bras dans mon dos : -Ne bouges pas Je suis sur le ventre, Sa main s'abat sur une de mes fesses : _20 coups, comptes Je compte, la chaleur envahit ma peau mais 20 claques sur les fesses c'est largement supportable, je suis arrivé à 20 : _Je n'ai pas entendu ! _Merci Maître Il glisse Sa main entre mes cuisses _Ça te fait toujours autant mouiller petite salope... Ses doigts s'enfoncent en moi , il les fait tourner , il les ouvrent ,les referment , souvent je ne sais pas vraiment ce qu'il fait je sais juste ce que je ressens , tant de sensations ,de plaisir ,tellement de zones sensibles et différemment sensibles selon la façon dont il m'explore ,aucun homme ne m'avait jamais fait ça avant , il ne me doigte pas , il me fouille , il me masse de l'intérieur et il n'inonde, ce qu'il aime me dire et ce que j'aime entendre : _ Tu mouilles comme une chienne en chaleur Il suit mes courbes avec la bout de la cravache , je frémis , plus tôt il a attaché mes mains jointes aux barreaux du lit , il fait claquer l'air au-dessus de moi puis la cravache s'abat sur ma peau ,j'aime la cravache, particulièrement, sa brulure vive sur quelques centimètres de peau bien différente du martinet que je crains beaucoup plus . La cravache continue de tomber, tantôt dans mon dos, tantôt sur mes fesses, mes cuisses puis il la glisse entre mes jambes : _Ecartes, dit-il en donnant un coup léger sur l'intérieur d'une de mes cuisses joignant le geste à l'ordre Il fait coulisser le manche de la cravache tout le long de mon sexe entre mes lèvres contre mon clitoris tel un violoniste avec son archer : _La cravache va être toute mouillée tu la nettoieras en la léchant après. Et sans prévenir, bien sûr, la languette s'abat sur mon clitoris, humm, ça aussi c'est bon, ça aussi j'aime terriblement. Il donne plein de petits coups vifs, rythmés, répétitifs et moi tel un violon je joue ma propre musique ... Il me regarde : -A genoux mains derrière le dos J'obéis -Ouvres la bouche, tires la langue, ne bouges pas Il caresse ma joue puis mes lèvres glisse un doigt puis deux dans ma bouche, je les suce. -Regardes moi dans les yeux Il tire ma tête en arrière en empoignant mes cheveux -Maintenant suces

Amarylis

Amarylis

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.