Aller au contenu
  • entries
    12
  • comments
    22
  • views
    1,079

About this blog

Tout est dans le titre...

Entries in this blog

 

Forteresse...

L'amour donne des ailes, disent certains... D'autres disent qu'il pousse à la tendresse, l'attention et les câlins... Mais l'amour, c'est plus que ca... L'amour, c'est quand on découvre pour la première fois, à tâtons, les joies de l'amour... L'amour, c'est quand on sait que quoi qu'on fasse, l'autre est là pour mous... L'amour, c'est quand l'autre nous quitte et nous laisse au point le plus bas... L'amour, c'est quand déjà à terre, il invite le hazard à nous rajouter une couche... L'amour, c'est quand pendant des années, on tatonne, butinant de gauche à droite, recherchant non seulement le corps, mais aussi le coeur... L'amour, c'est les réussites qui se transforment en échecs, parce que ni toi ni l'autre n'avez d'idée claire de comment manipuler avec précaution les sentiments... L'amour, c'est se faire à la fatalité... L'amour, c'est transformer cette fatalité en force, en forteresse, pour se cacher, se protéger... L'amour, c'est ne pas savoir ves qui se tourner pour sortir de sa forteresse, mais toujours recevoir de temps en temps quelques signaux de ceux qui tiennent à vous! L'amour, c'est voir quelqu'un vous approcher sans rien vouloir de vous, et qui vous donne finalement de l'amitié... L'amour, c'est voir cette personne vous inciter à vous relever, à marcher droit de nouveau... L'amour, c'est finalement, malgré le fat que l'on veut rester derrière les murs de sa forteresse, accepter de sortir par la grande porte et de finalement véritablement se rencontrer... L'amour, c'est finalement tomber sur la personne à qui on confie ce autour de quoi on a construit la forteresse pour la protéger... L'amour, c'est laisser cette personne prendre soin de ce trésor inestimable et mettre cette forteresse désormais à son service... L'amour, c'est quand cette personne laisse entrer la lumière dans vos sombres couloirs et vos pièces fermées... L'amour, quand vous avez enfin trouvé celle à qui vous voullez offrir votre royaume... L'amour, c'est quand tout ca est dit dans un simple "Je t'aime!", que l'autre le sait, et vous répond en connaissance de cause "Moi aussi!"

Sam Swell

Sam Swell

 

L'amour (de) fou...

J'ai eu envie de changer un peu de registre cette fois... Un peu plus d'humour et un poil moins de romantisme, ou l'un au service de l'autre... On verra ce que ca donne... Et si un fou tombait amoureux, ça donnerait quoi? Chez le Psy Docteur Pote...
Ah, bonjour M. Grand.

Bonjour Docteur Pote.

Alors, comment allez vous aujourd'hui?

Ben bien, jai rencontré la femme de ma vie il y a deux semaines.

Ah bon ?

Mais oui ! Et croyez le ou pas, ce fut le coup de foudre des deux cotés !

Ah, c'est beau l'amour réciproque...

Hein ? Mais qui vous parle de ça ? Non, non, je voulais juste dire par là que quand je l'ai abordé à ce moment là, alors qu'elle marchait dans la nuit d'un pas peu rassuré, moi la suivant dans mon long parka, elle à sorti son tazer et m'a tazé avec...

Houlà... Mais, pardonnez moi si je chipote, ça fait qu'un « coup de foudre » unilatéral ça...

Ben figurez vous qu'une autre femme est apparu quand j'allais mieux derrière moi. Et quand je me suis relevé et retourné vers elle, elle m'a tazé aussi...

Ah oui, d'un coup, ca fait bien plus logique...

N'est-ce pas...

Mais alors vous avez fait quoi ?

Ben une fois remis de mon second coup de tazer, j'ai vu un policier venir vers moi, accompagné de cette seconde femme...

Ah ?

Oui, et il m'a demandé ce qui s'était passé, et pourquoi sa sœur, la femme à ses cotés, avait été obligé de m'appeler... Je lui ai alors expliqué la situation.

Et il a réagi comment ?

Eh bien il a dit que donc je m'étais pris deux coups de tazer sur un malentendu, sur quoi je lui ai répondu « Oui, c'est bien ça, un par cette femme, et un par ta Zeur... »

Euh...

Il m'en à alors administré un troisième pour blague médiocre qu'il disait...

Comme je le comprends...

Dans tous les cas, j'ai revu cette Femme le jour suivant, mais en plein jour cette fois ci. Et elle était beaucoup moins effrayé bizarrement...

Vous portiez encore votre parka ?

Non, pourquoi ?

Juste pour savoir...

Bref, Nous avons fait connaissance, et elle m'a avoué qu'elle souffrait d'une rare maladie mentale...

Ah bon ?

Oui, elle m'a dit qu'elle souffrait d'un besoin compulsif de gratter des testicules en cas de stress... Si elle avait été un homme, m'a-t-elle dit, ça ne poserait pas tant de soucis que ça...

Logique... Et donc ?

Eh bien je peux dire que j'ai plus vraiment besoin de me gratter les testicules moi-même...



Je vois que vous en êtes bouche bé...

On peut dire ça comme ça...

Bref, après quelques rendez-vous, nous avons passé notre première soirée ensemble hier soir...

Racontez un peu pour voir ?

Eh bien, nous sommes allés au Restaurant, et en suite, elle m'a invité à prendre un verre chez elle...

Classique pour l'instant...

N'est-ce pas ? En suite, nous avons parlés toute la nuit autour d'un verre... On refaisait le monde... C'était incroyable, elle n’arrêtait pas d'être d'accord avec moi... Elle devait se sentir fortement stressée, car elle n’arrêtait pas de toucher à mes testicules... Mais de manière désordonnée, comme si elle voulait m'arracher le sexe, ou quelque-chose comme ça... Et puis en même temps, elle se grattait elle même aussi...

Euh...

Je sais, incroyable...

Oui, c'est le mot que je cherchais...

Enfin, je suis resté Gentleman, et j'ai continué à faire la conversation, normalement, comme si de rien n'était, pendant qu'elle commençait visiblement à s'impatienter de quelque-chose... Je ne saurais comment le décrire... Apparemment elle voulait jouer à a dada sur mon bidet, parce qu'elle s'est assise sur moi de son propre chef... Ça lui plaisait visiblement, puisqu'elle n’arrêtait pas de dire que c'est bon...

Seigneur, c'est incroyable... Vous êtes vraiment imperméable parfois...

Ah ben je peux arrêter de porter mon parka alors ?

Je pense, oui, bien que je ne serais pas venu à cette conclusion à partir de ce constat...

Bref, elle s'amusait bien apparemment, et la discussion semblait l'enthousiasmer...

Ouais...

Ah ben oui, même qu'elle a commencé à être très enthousiasmé lorsque nous avons abordé le sujet de la politique... Elle criait déjà son acquiescement avec mes idées, mais là, elle à commencé à l'hurler, carrément...

Vous m'étonnez tiens... (se retient de rire)

Dans tous les cas, à la fin, vers environ 4 heures du matin, elle m'a dit qu'elle avait passé les meilleures 5 heures de sa vie en ma compagnie...

Aussi incroyable que ça puisse paraître, je vous crois sur parole...

Enfin, je pense que je ne vais pas plus vous embêter avec mon Bonheur, en tant que Psy, vous êtes surtout là pour mes malheurs...

Détrompez vous M. Grand, je suis aussi là pour écouter vos bonheurs, ça ne me dérange pas du tout, et ça ne peut vous faire que du bien...

Ah...

Mais malheureusement, votre séance s'achève, et nous allons devoir attendre deux semaines avant de nous revoir...

Bien, alors à dans deux semaines...
Une fois M.Grand sorti, une Femme entre dans le cabinet du Psy...
Bonjour Mme Tampin.

Bonjour Docteur Pote.

Alors, quoi de neuf depuis la dernière fois ?

Oh, vous n'allez pas me croire, j'ai rencontré un Homme il y a deux semaines...

Ah ? Vous aussi ? Ma foi, ça fait beaucoup de monde amoureux parmi mes patients, c'est positif ça...

Ah ben je suis heureuse pour votre autre patient. Excusez moi, vous savez comme je deviens facilement nerveuse... Je peux ?

Euh, vu les circonstances, je vous suggère cette fois ci d'utiliser votre Gode-Michet cette fois ci... Je sais que ce ne sont que des Testicules en plastique, mais ca devra faire l'affaire cette fois...
C'est fou comment il est facile pour certains de se trouver sans le savoir... :D

Sam Swell

Sam Swell

 

Protection Angélique...

Je suis devant le bourreau. J'ai arrête de compter le nombre de fois qu'il à tenté de me décapiter. À chaque coup, la lame à rebondie, de plus en plus brisée, mais jamais détruite, et une des silhouettes bavantes et avides de spectacle a péri à la place. Cette foule vient d'elle, mais cette invulnérabilité vient de toi. Je ne sais pas combien de temps je survivrais, la foule semble si nombreuse...

Sam Swell

Sam Swell

 

L'acte d'amour

Au détour d'une discussion théorique sur le sexe avec Miss Bouby, nous avons "pondu" un point de vue commun sur l'acte d'amour. Je me permets donc, avec son autorisation, de partager ce point de vue avec vous: Ce sentiment d'etre là où il faut, d'etre bien. heureux, épanoui. ... Le plaisir de donner, et de recevoir en récompense ce qu'on donne... Et d'etre excité par ce qu'on donne... ... Le désir de donner toujours plus, en reconnaissance... Le plaisir de la jouissance de l'autre... Sa voix... Son corps... Son regard heureux et épanoui... ... La sentir vibrer... Accepter tes caresses... Et au final prendre ton plaisir en lui donnant le sien... ... j'aime aussi celle de l'homme surtout quand je la lui donne en m'occupant de lui en le léchant, le suçant, le sentant s'abandonner à mes caresses entendre les respirations, les soupirs... regarder l'envie, le désir.... ... Le plus grand cadeau, c'est quand on peut atteindre cette jouissance ensemble... Le plaisir d'arriver en même temps au nirvana... Cette parfaite harmonie... Cette union si magnifique, couronnée par ce final à l'unisson... Puis expirer son dernier souffle dans un "je t'aime" au creux de l'oreille, tel un remerciment profond pour ce divin et sublime don de soi... ... Oui........

Sam Swell

Sam Swell

 

Chéri, j'ai rétréci...

Je me bats avec mes mots pour te dire d'encore bien d'autres manières ce que mon cœur te crie... Je ne saurais taire sa rage, sa solitude, sa tristesse, et encore moins son amour... Rien ne me vient, aucune parole, aucune phrase, aucune syllabe... Je ne peux rien faire, je suis impuissant, désemparé... Ma main se tend vers toi, cherche à t'atteindre... Ton nom franchit mes lèvres en silence... Tu est hors de ma portée, par ma faute... Je m'étouffe dans mes remords... Je n'ai plus le droit... Je t'aime... Pardon...

Sam Swell

Sam Swell

 

Des Maux différents pour une fois...

L'amour n'est bas que bonheur, il est parfois douleur aussi. Alors ceci est dédicacé à tous ceux qui ont déjà eu des mots de coeur. Cœur, tais toi, je ne supporte plus ta voie. Cœur, tais toi, ton écho raisonne en moi. Cœur, laisse moi, je ne veux plus que tu me lie. Cœur, laisse moi, je ne veux plus de souffrance dans ma vie. Cœur, quitte moi, j'ai perdu mon âme trop souvent, Dans l'illusion d'un amour, chéri trop ardemment...

Sam Swell

Sam Swell

 

La peur de revenir...

Lourd, mon cœur, en revenant après si longtemps... Riche, les souvenirs de toi, en osant franchir le « pas de la porte »... Rassuré, à ta vue me recevant avec amitié. Repentant, de mes erreurs passées... Soulagé, de recevoir ton pardon. Incertain, de le mériter... Heureux, de te reprendre dans mes bras. Inchangé, ces sentiments qui refont surface en moi. Comblé, mon cœur, de te retrouver enfin un peu... Inachevé, cette histoire, dont la suite reste encore à voir...

Sam Swell

Sam Swell

 

Amour, amour...

L'amour est un animal sauvage, il te respire, il te recherche, Fait son nid sur un cœur brisé, part en chasse par baisers et lueur de bougie, Se colle à tes lèvres, creuse des galeries à travers les cotes, Se laisse tomber, doucement comme la neige, D'abord il fait chaud, puis froid, puis il fait mal... Amour, amour, Tous ne veulent que t'apprivoiser... Amour, amour, En fin de compte, Prisonnier de tes crocs. L'amour est un animal sauvage, il me mord, me griffe, me frappe des pieds, Me retient de mille bras, le traine dans son nid d'amour, M'avale entièrement et me recrache après un temps, Se laisse tomber, doucement comme la neige, D'abord il fait chaud, puis froid, puis il fait mal... Amour, amour, Tous ne veulent que t'apprivoiser... Amour, amour, En fin de compte, Prisonnier de tes crocs. Amour, amour, Tous ne veulent que t'apprivoiser... Amour, amour, En fin de compte, Prisonnier de tes crocs. L'amour est un animal sauvage, il te respire, il te recherche, Fait son nid sur un cœur brisé, part en chasse par baisers et lueur de bougie, M'avale entièrement et me recrache après un temps, Se laisse tomber, doucement comme la neige, D'abord il fait chaud, puis froid, puis il fait mal... Amour, amour, Tous ne veulent que t'apprivoiser... Amour, amour, En fin de compte, Prisonnier de tes crocs. L'amour est un animal sauvage, Tu tombes dans son piège, Elle te fixe dans les yeux, Ensorcelé par son regard... L'amour L'amour est un animal sauvage, Tu tombes dans son piège, Elle te fixe dans les yeux, Ensorcelé par son regard... Par pitié, empoisonne moi! Par pitié, empoisonne moi! Par pitié, empoisonne moi! Par pitié, empoisonne moi! Traduit d'après les paroles de la chanson de Rammstein, "Amour".

Sam Swell

Sam Swell

 

Conte d'une Statue...

Il était une fois, une tortue de mer, qui avait parcouru bien des océans. Elle aimait bien la pierre de manière générale. Dans l'eau elle était rapide, mais sur terre... Du coup elle ne s'aventurait quasiment jamais sur terre, c'était trop difficile, trop embêtant... Elle attendait que les vagues des plages amènent les petits cailloux, ou nageait près des abysses sous marines...Un jour alors qu'elle sortit par hasard la tète de l'eau, elle aperçut une silhouette au loin, sur une plage. Une silhouette étrange... On aurait dit un oiseau qui écartait ses ailes... Mais il ne bougeait pas. Il était comme figé.Intriguée par cette silhouette, la tortue décida de nager jusqu'à elle, mais prudemment, afin de ne pas prendre trop de risques... elle ne sortit sa tète que de temps en temps de l'eau, pour vérifier qu'elle nageait bien dans le bon sens, mais replongeait quasiment aussi tôt sous l'eau pour se cacher.Au fur et à mesure que la tortue se rapprochait de la silhouette, elle vit que ce n'était pas un oiseau... On aurait dit un de ces créatures qui se déplacent sur ces trucs énormes en métal ou en bois, qui nagent maladroitement, bizarrement quand ils sont dans l'eau, et qui ont l'air de rien... en tout cas pour une tortue...La tortue savait d'expérience que certaines de ces créatures ne faisaient pas de mal aux tortues... mais parfois si... et celle ci était plus bizarre encore que la plupart de son espèce, car elle avait des ailes... et puis elle était sur une plage, donc sur terre... Raison de plus! Alors elle décida de faire demi tour et de partir, laissant la créature là...Quelques temps plus tard, la tortue, par hasard, retourna près de cette plage pour y récupérer des cailloux. Elle sortit par hasard le tète de l'eau et vit la créature toujours au même endroit, toujours dans la même position... Intriguée, elle décida d'aller voir la créature de plus près.Elle entama donc ce « voyage », lentement, très lentement, faisant attention aux oiseaux et autres prédateurs pour ne pas se faire manger.Le trajet lui prit toute la journée, tellement elle était lente. Plus elle avançait, plus la créature lui semblait étrange... Elle n'avait pas un teint de peau normal. En tout cas, la tortue n'en avait jamais vu de cette couleur... Et puis pourquoi était elle recouverte partiellement de plantes? La tortue trouva cela étrange. Une fois arrivé près des pieds de la créature, elle décida de la dévisager un instant... Son visage était clairement tourné vers elle. Elle se tenait les épaules, et semblait profondément triste... La tortue était intriguée: Elle aurait du la voir arriver, et donc, réagir, d'une manière ou d'une autre. Pourquoi ne bougeait-elle toujours pas, cette créature? La pluie commença à tomber, elle venait de la mer et était presque diagonale... Le vent soufflait, mais les ailes de la créature ne bougèrent pas. Comme si elle ignorait totalement l'influence de ce qui l'entourait...Soudainement, la tortue avança la tète et mordit le pied de la créature, las de son indifférence face à tout. Elle retira sa tète presque aussi tôt. Ce gout! On dirait de la pierre!!! Elle avança sa tète de nouveau et tira la langue pour gouter. Sapristi, oui, c'était de la pierre! Mais pourquoi cette pierre avait elle l'apparence d'une de ces créatures étranges, et avec des ailes d'oiseau qui plus est?La tortue regarda de nouveau le visage de la statue. La pluie tombait et n'épargnait en rien cette pierre. Les goutes coulant de son visage lui donnaient l'impression qu'elle était en train de pleurer. Le cœur de la tortue, à ce spectacle, s'emplit de plus en plus de tristesse lui même, jusqu'à en devenir douloureux, et elle se mit à pleurer elle même...Elle retira alors sa tète sous sa carapace et y resta durant tout le temps de pluie. Le lendemain, la pluie avait cessée. La tortue sortit doucement de sa carapace et regarda de nouveau le visage de la statue. Les dernières goutes de pluie perlaient de ses joues. La tortue ne put détacher son regard d'elle, et n'entendit l'oiseau qui s'était posé sur la branche de l'arbre tout près que lorsque celui ci émit un son. La tortue tourna la tète et regarda l'oiseau. C'était un bel oiseau, un plumage incroyablement coloré et un chant si mélodieux. L'oiseau chantait, de toute sa voie, mais ses notes étaient elles aussi empreintes de tristesse. Il semblait presque adresser son chant à la statue, comme une complainte et une tentative de réconfort... La tortue, affectée, détacha son regard de l'oiseau et fit lentement le tour de la statue. Lorsqu'elle eut presque fait le tour de celle-ci, elle vit soudainement une fissure de son coté gauche. La tortue regarda de nouveau le visage de la statue. L'oiseau cessa de chanter, prit son envol et vint se poser près de la tortue. Il la regarda avec des yeux tristes lui aussi. Puis il posa une aile sur la statue, près de la fissure. La tortue le regarda faire. Puis le regarda dans les yeux.Quelques instants passèrent ainsi. La tortue se mit alors de nouveau en mouvement et arracha toutes les plantes autour de la pierre qui l'envahissaient. Une par une, elle les arracha pour qu'elles ne repoussent pas et qu'elles ne puissent plus cacher la statue. Cela lui prit des jours, pendant lesquels soleil et pluie se succédèrent... Une fois terminé, la tortue retourna du coté de la fissure. Elle avait grandie. La tortue regarda le visage de la statue. Une goute perlait de sa joue. La tortue se remit à pleurer en silence et cacha sa tète sous sa carapace. Elle y passa toute la nuit.Le lendemain, à la levée de l'aurore, la tortue sortit de sa carapace. Elle regarda la statue encore une fois. Elle ne pleurait pas, Mais la tristesse était encore visible sur son visage. La tortue se dirigea lentement vers la fissure et commença à creuser le sol un peu devant la fissure, Un faible sillon en arc de cercle. Une fois qu'elle eut fini, elle s'installa de coté dans ce sillon, contre la statue, et enterra la partie de sa carapace qui touchait le sol. Elle cachait ainsi la fissure de son propre corps. Elle rentra ses membres et sa queue, puis regarda une dernière fois le visage de la statue. Le soleil se levait dans son champ de vision et faisait jouer des ombres sur la statue. Elle semblait sourir tendrement...La tortue rentra alors sa tète et ne la ressortit plus.Lorsque l'oiseau vint ce jour là, il ne trouva pas la tortue tout de suite. Lorsqu'il la vit, il sourit lui aussi. Sur une pierre plate à coté, il vit des vers et quelques insectes. La tortue les avait laissé là pour lui, le « fruit » de ses fouilles.Et si elle n'a pas disparue, qui sait, peut-être la tortue est elle encore aujourd'hui aux pieds de cette statue d'ange...Ce conte est dédié à deux personnes: l'une qui saura ce que veut lui dire cette histoire, peut-être, et l'autre à qui je rends hommage par l'un de ses protagonistes, et qui m'a inspiré ce soir...

Sam Swell

Sam Swell

 

Un vœux devenu réalité...

Quand j'étais petit, j'ai fait un vœux.Le vœux de bonheur...Le vœux d'harmonie...Le vœux d'être enfin un...Aujourd'hui, j'ai grandi.Tu fais mon bonheur.Tu est mon équilibre.Nous sommes deux.Quand j'étais petit, j'ai fait un un vœux...Aujourd'hui, tu t'est réalisée.

Sam Swell

Sam Swell

 

Il y a des jours comme ça...

Il y a des jours comme ça,Où je me dis que la vie est belle.Il y a des jours comme ça,Où tu m'ensorcelles.Il y a des jours comme ça,Où je n'arrête pas d'être heureux.Il y a des jours comme ça,Où, même dans la foule, nous ne sommes qu'a deux.Il y a des jours comme ça,Où mon cœur chante ton nom.Il y a des jours comme ça,Où l'amour à un son.Ces jours là, ton souffle coupe ma respiration.Ces jours là, ton corps vole ma raison.Ces jours là, l'importance du temps est éclipsée.Ces jours là, j'en viens à souhaiter l'éternité.Il y a des jours comme ça,Où les questions se bousculent en moi.Il y a des jours comme ça,Où la réponse, c'est toi!

Sam Swell

Sam Swell

 

Un léger regard derrière les coulisses...

Il m'arrive d'avoir des envies parfois, comme tout le monde... Et comme tout le monde, ça commence ainsi...Mais je ne dirais pas comment cela finit, je laisse votre Imagination prendre le relais, c'est plus amusant... -_^(Remerciments à quelqu'un qui se reconnaitra peut-être pour m'avoir expliqué comment poster une Photo ou un Blog ici XD)

Sam Swell

Sam Swell

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.