Aller au contenu
  • entries
    8
  • comments
    8
  • views
    8,122

About this blog

Errances...

Entries in this blog

 

"Automne 1986..."

Automne 1986 Une petite histoire sans prétention...Entre réalité et fictions...Bonne lecture...^^ Le ciel s'était subitement obscurcit de gros nuages noirs,pourtant en début de journée il avait fait plutôt sec et doux,même le soleil avait pointé le bout de son nez en ce jour d'automne. Écartant le rideau en voile blanc de ma chambre je fis la moue en voyant,derrière la vitre,les premières gouttes de pluie tomber. "Arf! Celle là je vais me la prendre sur le dos pour aller rejoindre les potes,grrr!" Je râlais déjà en pensant que mes cheveux allaient être mouillés,j'avais passé une demi heure à essayer de dompter ma crinière permanentée façon Joey Tempest.Futile me direz vous sans doute,"que nenni" vous répondrai-je,je déteste ça! J'enfilais à la hâte un pantalon serré en toile noir,un sweet,mon blouson de cuir noir sans oublier ma Kutte (veste à patch pour les non initiés lol) tout en regardant l'heure affichée au réveil posé sur la table de nuit. "Merdoum! Il faut que je file" On s'était donné rendez vous dans dix ans....Heuuuu ça va pas non?! s'pas ça,tssss!.... Nous avions convenu auparavant de se rejoindre tous au parc pas très loin de chez moi,oui je dis tous parce que j'étais la seule nana du groupe,étrangement ou pas mes amis,mes potes n'étaient que des mecs,je n'avais jamais vraiment "copiné" avec des nanas,à part une ou deux exceptions,pas plus maintenant d'ailleurs.C'est comme ça... Nous devions discuter de la soirée du lendemain il y en avait plusieurs d'organisées dans le coin,il fallait choisir ou on allait aller,qui passerai prendre qui etc... Le parc était à cinq minutes à pied,marchant d'un bon pas,tout en pestant contre ce temps pourrit,je me dépêchais d'y arriver. Pascal,Marc,Eric et Bruno étaient déjà là,sous l’abri bus,leur moto garée non loin côte à côte. Je ne l'avais pas vu de suite,caché derrière le mètre quatre vingt de Pascal,se tenait quelqu'un que je ne connaissais pas et que je n'avais jamais vu. -"Salut!" -"Salut Eve" dirent-ils en cœur -"Je te présente James,un pote à moi" me dit Pascal -"On s'est connu lors d'un concert,tu te rappelles? Je t'en avais parlé,il monte du matos pour les concerts,les festivals etc" -"Aaah oui c'est vrai je m'en rappelle" Il était vêtu de noir,sous son blouson il portait un tee shirt à l’effigie d'un groupe,ses cheveux d'un noir de jais lui tombait sur les épaules et des yeux couleur noisette. Nos regard se sont croisés l'espace d'un instant,furtivement,timidement,ce qui pour moi ne me ressemblais pas du tout,habituellement j'étais celle qui étais sûre d'elle,qui n'avais peur de rien,qui fonçais sans réfléchir,là j'étais plutôt troublée et apparemment vu le rose qui lui montait aux joues je n'étais pas la seule. Tout en discutant avec les uns et les autres nos yeux se rencontraient puis se fuyaient aussi vite. Sans vraiment comprendre le comment du pourquoi ni le pourquoi du comment (yep! je l'aime bien celle là ^^) je sentais au fond de moi une attirance toute particulière envers lui.Comme si c'était inné,comme si c'était une évidence. Après avoir longuement discuté sur la soirée du lendemain nous nous étions tous mis d'accord pour se retrouver vers 22h00 au Queen,petit bistrot qui ne payait pas de mine mais qui diffusait de la bonne musique et le taulier était plutôt sympa. Pendant ce temps la pluie avait cessé,j'en profitais donc pour rentrer chez moi après avoir salué tout le monde. Bien évidemment ma nuit fut agitée,je n'arrivais pas à trouver le sommeil car je ne cessais de penser à lui,à ses yeux,ses gestes,le son de sa voix,la façon dont il bougeait,riait...Oui tout chez lui me faisait craquer!... Comme nous l'avions convenu la veille tout le monde se retrouva au Queen,enfin tout le monde...non,il manquait une personne et cette personne était James. Je demandais donc à un de mes potes,d'un air innocent,ou était il et me répondit que James avait été retenu par un repas de famille de dernière minute mais qu'il n'allait sûrement pas tarder. En effet,à peine un quart d'heure plus tard je le vis pousser la porte du bistrot. Pascal lui fit un signe de la main pour qu'il se joigne à notre table.En s'avançant vers nous et voyant que j'étais là un sourire timide se dessina sur ses lèvres. La soirée s’avançait,on parlait de tout et de rien,de musique,de bouquins,de films à voir,on écoutait et riait des blagues à deux balles de Marc,des réflexions salaces d'Eric et des dernières mésaventures sentimentales de Bruno tout en sirotant quelques bières. Après quelques verres James semblait plus téméraire et lui qui au début de la soirée se contentait d'écouter les autres était maintenant un vrai moulin à paroles,on ne l'arrêtait plus. Ce qui n'était pas pour me déplaire,bien du contraire,je buvais ses paroles,regardais ces gestes,ses yeux qui plongeait dans les miens avec plus d'audace et d'insistance auquel je répondais de la même façon,c'était le jeu du chat et de la souris,j'étais au taquet,j'avais le cerveau en ébullition. La soirée était vraiment bien entamée maintenant et après ces verres un besoin naturel et urgent se fit sentir,je me dirigeais donc vers les toilettes. Mon besoin terminé,j'ouvris la porte et me lavais les mains puis me retourna pour reprendre le couloir exigu qui menait à la salle du bistrot. J'eus le souffle coupé suivi d'une bouffée de chaleur en voyant James qui se tenait derrière moi le regard profond et sombre comme si il allait me dévorer. Sans un mot,aucun,j’avançais vers lui le regardant dans les yeux et vu l'étroitesse de ce fameux couloir je ne pu faire autrement que de frôler son corps. A ce moment tout est allé très vite...Je ne réfléchissais plus,tout bouillonnait en moi et pourtant tout mes sens étaient en éveil. Me collant à lui,mes lèvres prirent les siennes auquel il répondit,celle ci étaient douces et chaudes,nos baisers étaient à la fois fougueux mais aussi très tendre,nos lèvres se cherchaient,les miennes descendaient le long de son cou,le mordillant du bout des dents,je le respirais,des frissons apparaissaient sur sa peau ainsi que sur la mienne quand ses mains se mirent à me caresser le bas du dos sous mon sweet. Mes mains s'égarèrent sous son tee shirt,un sursaut le parcouru suivi d'autres frissons...Nous nous embrassions de plus belle. Doucement et tout en continuant nos baisers je le guida vers la porte des toilettes et en ferma le verrou. Abaissant l’abattant sur la cuvette je le fis s'assoir,là dans un murmure il me dit... -"Je n'ai jamais..." -"Chuuuut! Laisse moi faire" lui dis je,en lui mettant le doigt sur la bouche. Sur ces mots je repris ses lèvres tendrement,mes mains se glissèrent à nouveau sous son tee shirt,lui caressant le dos,le torse,remontant aux épaules et redescendant...Je voulais connaître et sentir du bouts des doigts les moindres recoins de sa peau. Je mis les siennes sur mes seins qui à leurs contact se tendirent,mes tétons se firent érectiles et sensibles. James s'en empara,tel un guitariste passionné jouant avec les cordes de sa gratte. L'effet fut immédiat,de petits cris s'échappèrent de ma gorge,une humidité commençait à perler entre mes jambes. De mes mains j'entrepris de dégrafer la ceinture de son jeans la faisant glisser doucement dans ses passants,fis sauter ce bouton et glisser cette braguette qui me gênait. Sortis son sexe tendu d'excitation et le porta à ma bouche. J'allais et venais de mes lèvres chaudes et humides sur son membre qui se tendait davantage,ma langue le goûtait,s'enroulait autour de son gland. Il gémissait,son souffle ce faisait plus court,plus rapide tandis que je reprenais sa longueur à pleine bouche. Ne pouvant plus attendre et voulant apaiser le feu qui me brulait le bas ventre j’ôtai mon pantalon et me plaça au dessus de lui. Je pris tout mon temps pour m'empaler sur sa verge,je voulais en ressentir chaque instant,chaque centimètre,l'un après l'autre ce qui me fis gémir plus fort. James,les yeux mis clos laissait échapper,lui aussi,de sa bouche légèrement entrouverte de petits râles de plaisir. J'ondulais sur ses cuisses,montais,descendais,remontais,redescendais toujours plus profondément sur ce glaive qui m'arrachait de plus en plus des petits cris de plaisir. James se cambra en rejetant la tête en arrière,tout ses muscles étaient à présent tendus à l’extrême,il laissa s'échapper un râle profond tout en déversant sa semence au fond de mon être,sa jouissance laissa éclater la mienne tel un coup de tonnerre,on aurait pu sentir la terre vibrer,mes mains s'accrochèrent aux siennes et il me regarda ainsi jouir. *** Je n'ai pas vraiment de fin...Si fin il doit y avoir...Alors je m'arrête là... C'est une histoire qui aurait pu se passer...ou qui c'est passée... Je vous laisse libre de le deviner...^^ Eve.

Eve59

Eve59

 

Damage Inside

The bell tolls on as the rain comes down On my face, the drops, they sound I slowly melt into grey abyss Depression and her endless kiss I hope to feel the life again End the numbness, living in I sit in silence, deaf to all And I can't look you in the eye I don't want you to see the damage inside I've been gone for so long My demons pull me into the hole To dance with leaches that drink my soul The violins play the endless song From hearts broken everlong I can't look you in the eye I don't want you to see the damage inside I've been gone for so long and I can't look you in the eye I don't want you to see the damage inside I've been gone for so long

Eve59

Eve59

 

"Chaos"

Je t’observais….là….tapie dans l’ombre,il faisait nuit… Nuit noire, enveloppant de ses ténèbres chaque parcelle de ce monde, de cette ville pourrie et puante ou se mêlait la misère,la violence,la souffrance et la débauche.Cette ville qui autrefois respirait le bonheur,ou il faisait bon vivre avec ses maisons fleuries et colorées,ou les gens travaillaient, s’entraidaient, riaient,étaient heureux….avant. Ce monde, cette ville n’existe plus aujourd’hui…..Ce jour-là le ciel s’est obscurcit, d’immenses nuages épais et sombres sont venus engloutir le ciel bleu azur, balayé le soleil, les éléments se déchainèrent dans un vacarme infernal… Il faisait plus chaud presque brûlant, il n’y avait plus de vent, plus de saison, plus de couleur, tout n’était que rouille et grisaille, il n’y avait plus de jour…il n’y avait plus que la nuit, et cette humidité permanente qui flottait dans l’air la rendait plus pesante encore. Les gens…eux aussi avaient changés…aussi instantanément que le ciel s’était obscurcit….Ils erraient le regard vide et lointain…ou hurlaient en se tortillant agités par des spasmes incontrôlables…Les femmes offrirent leur vertu et s’adonnèrent à tous les plaisirs de la chaire,les hommes se mirent à boire,à voler,à se battre,à dormir à même le caniveau,s’énivrant d’alcool et de sexe. Oui…L’enfer…L’enfer était remonté des entrailles de la terre….libérant toutes ses créatures et ses démons…Démons tourmentant avec délectation tous ces humains aux cerveaux embrumés….Violant ce qui leur restait d’âme….les plongeant dans la noirceur pour l’éternité… Et il y avait toi !....Toi qui résistais….mais résisterais tu encore longtemps ?... Tu sortais d’un de ces bars infâme ou tu étais partis noyé ta souffrance, ta solitude et ton désespoir pensant sans doute que ceux-ci s’amoindrirait, que tu pourrais mieux les combattre et y résister plutôt que de sombrer dans ce monde cauchemardesque. J’en ricanais….. Tes cheveux d’un noir de jais tombaient sur tes épaules et se balançaient à chacun de tes mouvements,tes yeux autrefois vert-noisette étaient à présent sombres, tu étais vêtus d’un pantalon de toile noire et d’un tee shirt noir à l’effigie d’un groupe que tu écoutais jadis. Je te voyais…presque titubant remonter cette avenue qui fut en son temps la plus belle avenue du monde…ce n’était plus le cas…mais le chaos… Je te suivais…Tu t’arrêtas devant une maison dont la peinture était écaillée et défraichie, grimpa les marches qui menaient au perron, sortis un trousseau de clefs de ta poche et ouvris la porte… J’étais déjà là…. Tu ôtas le tee shirt qui te collait à la peau par cette chaleur étouffante, le jeta négligemment sur une chaise, ôtas tes chaussures et te dirigeas d’un pas traînant vers le sofa qui te servait de lit,tu t’y allongeas en laissant échapper un profond soupir. J’étais toujours là… J’attendis…patiemment…que ta respiration se fasse plus profonde…que tu t’endormes d’un demi sommeil …que tu sois entre rêve et réalité…pour mieux te piéger… J’avançais….glissant dans une brume vaporeuse…je m’approchais silencieusement…Je regardais ton torse glabre monter et descendre sous l’inspiration et l’expiration de l’air nauséabond qui emplissait tes poumons… Tu ne bougeas pas quand je fis glisser ta ceinture hors de ses passants…ni quand j’entrepris de faire sauter un à un les boutons de ton pantalon…Je fis glisser la pointe de mon ongle sur ton torse en y dessinant des arabesques…contournant tes tétons qui se dressèrent…Tu eu un léger soubresaut…mais ne bougeas point. Je fis la même chose du bout de la langue…de ta bouche sorti un petit gémissement…je me mis à te lécher les lèvres,celles-ci étaient bien dessinées et charnues …. Tes yeux étaient toujours clos….alors je continuais … Je caressais maintenant tes épaules,douces,chaudes et musclées…tu remuas un peu, mes mains descendirent sur ton torse,m’attardant sur ton bas ventre,sur les courbes que faisaient tes abdominaux, le souffle de ta respiration se fit un peu plus rapide…je descendis doucement ton pantalon…ton caleçon…tu grognas un peu… Je découvris ta verge…ma main l’entoura en la saisissant…je la fis coulisser…de haut en bas…tu te réveillas…. Surpris tu écarquillas les yeux, relevas la tête…me voyant à peine dans la pénombre, tu devinais pourtant mes contours…Tu balbutias… « Mais que !....que faites-vous ?... »….Je te répondit « Chutttttt !!!... » Tout en continuant de doux aller-retour sur ton sexe déjà dressé...Tu rejetas la tête en arrière et un râle s’échappa de ta gorge… Je t’aurai…. Ma bouche s’approcha de ta hampe,mes lèvres se posèrent sur ton gland,je me mis à le suçoter,le lècher,l’agacer faisant tournoyer ma langue dans un tourbillon de salive…J’allais et venais sur toute la longueur de ton sexe qui se gonflait de désir.Tes halètements se faisaient plus rapides,de petits cris sortaient de ta bouche… Je vais t’avoir… Mon corps se glissa sur le tien, tu étais brûlant…des perles de sueurs parcouraient ton torse, tes cheveux se collaient à ton front et pourtant…des frissons affleuraient sur ta peau. Je vins me placer au-dessus de tes cuisses, introduisis ton membre érectile au fond de mon puits et commençai de langoureux mouvements ondulatoires du bassin…Tu émis un « hannnnn… » de plaisir…Tes mains s’accrochèrent à mes hanches tu cherchais à aller plus loin au plus profond de moi…je te laissai faire…. J’ondoyai de plus en plus fort,de plus en plus vite dans une sarabande infernale…tes yeux étaient mi-clos,révulsés, la bouche entrouverte émettant des gémissements saccadés et répétés…Cette danse effrénée pris fin quand tu libéras ta semence en une longue éjaculation et laissant s’échapper de tes entrailles un cri bestial… Je t’ai eu… A ce moment je plantai mes crocs dans ta gorge et bus ton sang jusqu’à la dernière goutte laissant ton cadavre…là… asséché dans ce vieux sofa…dans cette ville pourrie…dans cet enfer… Je t’avais eu…… Eve.

Eve59

Eve59

 

Regarde-moi...

Regarde-moi dans les yeux… Vois-y ce que je veux… Approche-toi plus près… Tous mes sens sont aux aguets… Caresse mon corps de velours… De dentelle sont vêtus mes contours… Si ferme et fragile à la fois… Effleure-moi du bout des doigts… Enivre-toi de mon parfum… Respire moi jusqu’à la fin… Goute ma peau de ta langue… Jusqu’à ce que mon corps tangue… Exprime-moi tes désirs… Afin que je puisse les assouvir… Attarde-toi en mon coeur… N’ai plus de crainte ni de peur… Ouvre-moi la porte de ton âme… Pour que jamais je ne me fane… Eve.

Eve59

Eve59

 

Chuuuuut!...Chuuuuut!...

Chuuuut....Chuuuut... Écoutes... Laisses la pénétrer en toi... S'immiscer...Entrer... Ressent là... Vibrer le long de ton corps... Plus profondément en toi... Laisses toi submerger... Laisses la t'entraîner... Atteindre ton âme... Au plus profond de toi... N'écoutes plus qu'Elle... Chuuuut... Tu l'entends?... Oui...Laisses toi faire... Envahir... Même meurtrir... Mais c'est si bon... Toujours plus profond...Chuuuut... Des émotions... Un frisson... Touchant... Oui vibres...vibres avec moi... Oui...hurles...hurles avec moi... Laisser sortir tes cris De douleurs... ou de joies... Laisses la s'emparer de toi... Encore et encore... Tourbillon des sens... Elle est en moi...Elle est en toi... Fusion des corps et des sons... Si fort...Si puissant... Attendre le bon moment... Là!...Tu le sens?... Viens...Viens avec moi... Explosion... Libération... Jouissance ultime... Plénitude... Chuuuut... J'aime ça...!... Eve59

Eve59

Eve59

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.