Aller au contenu
  • entries
    9
  • comments
    6
  • views
    2,727

About this blog

Entries in this blog

 

Le bal (fin)

Je finis de remonter sa robe, elle se retrouve maintenant nue, coucher sur le banc. Son corps divin m'apparais dans toute sa splendeur. Son regard est intense, je peux y lire son amour et son désir. Ses tétons pointent et je peux observer sa poitrine qui se soulève au rythme Je retire moi-même mon haut, puis je viens embrasser ma tendre. Notre baiser est encore une fois fougueux, nos langues s'entremêlent. Mes mains se font baladeuses, je caresse son corps, je tourne autour de ses seins, je couvre son cou puis poitrine de baiser. De ma langue, je joue avec ses tétons, les aspire. Vaeniss pousse de petits soupirs de satisfaction. Je continue ma descente et m'amuse avec son nombril en tournant autour, puis je dépose un baiser dessus. Mes mains caressent maintenant ses cuisses, je prends soin d'éviter son mont de vénus. Je sens son excitation et aussi sa frustration, car elle ondule et ouvre encore plus les cuisses, m'invitant à venir boire à son calice. Je ne peux refuser une telle invitation, mais je prends mon temps, je fais rapprocher mes doigts de son sexe doucement, je frôle ses lèvres et son petit bouton. Je sens que cela l'électrise, elle mouille abondamment, je pause mes lèvres sur les siennes, et je commence à la lécher. Elle pousse un petit gémissement, d'un doigt, je viens doucement masser son petit bouton. Son odeur et le goût de sa cyprine m'enivrent. J'inverse maintenant mes doigts et ma langue, je suçote son clitoris, je le lèche, le mordille. Dans le même temps, mes doigts entrent et sortent de son abricot, ils sont trempés. Vaeniss ondule de plaisir, un coup d'œil sur son visage me permet de voir qu'elle masse ses seins. Elle gémit de plus en plus. Je retourne avec ma langue dans sa grotte et je m'applique à redécouvrir chaque centimètre de ce trésor enfoui. Sous ce traitement de choc, Vaeniss joui abondamment dans un long gémissement. Moi, je déguste ce nectar, je n'en perds pas une miette et pendant qu'elle reprend ses esprits, je m'applique à nettoyer son petit abricot. Puis je me relève et je viens l'embrasser. Ce baiser est sensuel et nous savourons ce moment. Un long moment est déjà passé depuis notre départ du bal, nous décidons de nous rhabiller, et de retourner au bal, mais pas sans échange quelques baisers. Nous savons tous les deux qu'une fois dans notre chambre, les festivités reprendront de plus belles. Mais ceci est une autre histoire.

kireas

kireas

 

Le bal (partie2)

Le fond de l'air est frais, mais loin d'être désagréable. Vaeniss est collée à moi, sa tête repose sur mon épaule droite, un de mes bras entoure ses hanches. Le parc est calme, ce dernier luxuriant est immense, nous n'aurons aucun mal à trouver un petit coin tranquille. D'ailleurs, au bruit que l'on peut entendre aux alentours, nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée. Alors que nous passons à côté d'une petite fontaine, je sursaute un peu lorsque je sens la main froide de Vaeniss s'insérer dans mon pantalon et masser mes fesses. Un frisson d'excitation me parcourt. Je dirige mon regard vers elle, et j'aperçois dans ses yeux bleus, cette lueur coquine qui veut tout dire, je ne suis pas au bout de mes peines. Nous arrivons enfin dans un endroit éloigné dans le jardin, un cul-de-sac pour être précis, un banc trône au milieu d'un parterre de fleurs, entouré de grandes haies, l'endroit rêvé pour être à l'abri des regards indiscrets. Je me tourne vers elle et viens chercher ses lèvres, nos langues s'emmêlent. Tout en s'embrassant ses mains se baladent sur mon corps, me caressent sous mes vêtements, je sens mon sexe qui gonfle. Elle vient poser une de ses mains dessus et le sent fier. Elle me dit doucement, "c'est moi qui te fait cet effet-là?". Puis promptement, elle glisse sa main dans mon pantalon et commence à me masturber. Une vague de plaisir me parcourt et je réponds difficilement un petit oui. Elle me pousse sur le banc, elle vient s'agenouiller devant moi et baisse mon pantalon, libérant mon sexe qui se dresse fièrement. Elle le prend délicatement avec sa main et commence un va-et-vient. Puis elle approche doucement ses lèvres et dépose un baiser sur le gland. Je sens maintenant sa langue le lécher, se l'approprier. J'ai des frissons de plaisir qui parcourt mon corps, ses caresses sont divines. Je ferme les yeux afin de savourer ce pur moment de bonheur. Vaeniss gobe maintenant mon sexe dans sa bouche, sa langue joue toujours. Elle me fixe de son regard et je la fixe moi aussi. Elle continue sa douce torture pendant plusieurs minutes, je me sens venir, ma respiration s'accélère, elle s'en aperçoit et amplifie son mouvement. Je lui dis que je vais venir, et je la vois enfoncer encore plus mon sexe dans sa bouche, elle me lance un dernier regard qui me fait chavirer et dans un râle, je jouis . Elle ne semble en perdre aucune miettes. Une fois, tout avalé et nettoyé, elle vient se lover contre moi et me demande s'il cela m'a plus. Évidemment que cela m'a plus, mais je ne veux pas en rester là, aussi, je l'allonge sur le banc, et mes mains, tout en caressant des jambes remontent sa robe. Son petit abricot apparaît, il semble bien mure et moi, j'ai faim...

kireas

kireas

 

Le bal (partie 1)

Le bal durait depuis deux heures maintenant. Vaeniss est enlacée autour de moi, nous dansons au centre de la terrasse, sa tête est posée sur mon épaule et nous enchaînons les pas. Nous nous mouvons entre les autres couples de danseurs mais il ne fait aucun doute que nous sommes le point de mire des convives installés autour. Il faut dire qu'il y a de quoi, Vaeniss est en fait la fille de l'impératrice et nombreux sont les hommes qui aimeraient être à ma place et avoir ses faveurs. Surtout que ce soir, elle ressemble à une déesse réincarnée. Elle porte une robe blanche qui contraste avec ses cheveux noirs. À son cou, un petit collier en argent orné d'un saphir, d'une couleur aussi intense que ses yeux. Pour toutes personnes extérieures, nous ressemblons à un couple simplement entrain de danser. Mais collée contre moi, je peux ressentir toutes les émotions contradictoires qui traversent ma bien-aimée à cet instant précis. Car ce que personne ne sait, c'est que j'ai offert à Vaeniss, un petit objet magique qu'elle porte en ce moment même dans un endroit très intime. Cet objet en forme d'œuf, je suis le seul à pouvoir l'activer, et lorsque que c'est le cas comme maintenant, il vibre avec plus ou moins d'intensité. Je sens contre ma poitrine, ses seins pointer d'excitations, elle commence à rougir, d'une main, je remonte son menton et je viens chercher sa bouche. Notre baiser est ardent, la savoir dans cette situation m'excites aussi beaucoup et je sens mon sexe gonfler. Elle revient loger sa tête dans mon cou, je peux écouter sa respiration s'accélérer. J'intensifie les vibrations de l'œuf, je sens ses bras se resserrer autour de mon cou, et j'entends un petit soupir suivi d'un "encore". Avant d'exhausser son souhait, je remets bien mes mains autour de ses hanches afin de la soutenir. Puis j'active l'œuf à son maximum. Je la sens pris d'un spasme, ses mains se crispent dans mon dos, elle me griffe presque. Je viens l'embrasser, nos langues se mélangent, je la porte maintenant. Enfin, pendant que je la serre encore plus fort contre moi, elle enfouit une nouvelle fois sa tête dans mon cou, je la sens défaillir. Je sens les spasmes qui traversent son corps et en disent long sur son plaisir. La musique s'arrête au même moment et je nous décale sur le côté. Vaeniss est toute rouge, autant essoufflé par la danse que par son orgasme. Un convive s'approche l'air inquiet. "- Est ce que tout vas bien, la princesse semble être mal. - N'ayez crainte, elle est juste un peu essoufflée, la journée à été rude, un peu d'air frais lui fera du bien." Sur ces paroles, nous nous dirigeons Vaeniss et moi vers les jardins main dans la main, je prends soin d'appliquer une aura de dissimulation afin que l'on puisse être tranquille et que notre départ passe inaperçu. Vaeniss me susurre : " une fois au calme, je te remercierai à ma façon, mon amour." La soirée ne fait que commencer...

kireas

kireas

 

un petit poème

Tu es si fine, mais tellement divine. Je veux être celui qui te protégerea, celui qui te rendra heureuse. Celui que l'on enviera, et qui rendra joyeuse. Je veux que tu sois la femme, a qui ouvrir mon âme. Celle avec qui je pourrait être moi même, et dire "je t'aime.

kireas

kireas

 

Instant brûlant

Suite à un petit défi du au jeu action/vérité qui était de poster un poème voic ma composition Tu n'es plus que feu et passion, Tu te délectes de mon action, Ma tête est dans tes cuisses, Et je goûte avec délice, À la source de ton désir. Tu hurles maintenant ton plaisir. Tes seins, je viens caresser, Et de mes doigts te titiller, Enivrante est ta jouissance, Qui est maintenant abondance. Et dans un râle soupirant, Tu te libères en explosant.

kireas

kireas

 

Un seigneur naufragé : fin

Partie 4 : fusionnel Leur baiser est passionnel, il la retourne doucement sur les couvertures, puis doucement vient faire glisser ses mains sur ce corps divin, il vient de nouveau jouer avec ses seins, il suce ses tétons exquis qui pointent de plaisir. Il continue sa descente, ses mains caressent ses hanches, sa peau est si douce, si belle, sa langue vient goûter son nombril, sous l'effet de surprise, vaeniss se cambre et laisse échapper un petit gémissement. Il arrive maintenant à ses cuisses, il ne cesse de la couvrir de baiser et ses mains se font baladeuses, mais il prend soin d'éviter son saint-graal, pas encore, pas tout de suite. Il poursuit ainsi sur ses jambes, les effleure de ses doigts, vient jouer de sa langue dessus. Elle soupire sous ses caresses, mais elle en veut plus, aussi écarte-t-elle les jambes comme une invitation, son regard brûle de désir, elle est folle de cet homme. Il ne peut qu'accepter une telle invitation, son sexe complètement rasé est luisant de son plaisir, il l'effleure de ses doigts, celui-ci est brûlant, un frisson parcourt néanmoins vaeniss. Il dépose un baiser sur ses lèvres, l'odeur de son mont de vénus l'enivre. Il ne résiste plus à cette envie, et vient boire à sa fontaine de jouvence. Sa cyprine est un doux nectar sucré, il n'en perd pas une goutte, sa langue fouille chaque recoin. Elle lève les yeux au ciel, son corps ondule de plaisir, ses gémissements raisonnent maintenant dans le temple, elle se délecte de cette douce torture. Elle sent maintenant un doigt titiller son petit bouton, tandis que sa deuxième main masse sa poitrine, cela en est trop dans un hurlement, elle jouit, son corps est parcouru de spasme. Lui, ne perd pas une seule goutte de son plaisir. Elle se sent si bien, de ses mains, elle prend le visage de son amant et l'embrasse, sentir le goût de sa jouissance ravive ses sens. Elle veut maintenant le remercier à sa façon. Elle le fait se coucher, et réclame de nouveau ses lèvres, de sa main droite, elle attrape son sexe, il est gorgé de désir, elle commence à faire des va-et-vient, puis telle une panthère, elle recule féline en ne lâchant pas sa proie, elle le regarde dans les yeux, elle peut y lire son envie. Doucement, elle dépose un baiser puis remonte vers le gland qu'elle enrobe de sa langue. Elle entend sa respiration s'accélérer, elle le gobe maintenant et de sa langue le suce. Elle continue ce supplice divin pendant plusieurs minutes, mais sentant son désir approchait, elle arrête cette délicieuse gâterie à son grand regret, mais en regardant dans ses yeux, il comprend et sourit. Elle s'approche doucement de son oreille et lui susurre " Prend moi". Délicatement, il la retourne sur le dos, et s'insère en elle, elle est tellement mouillée que son sexe n'a aucun mal à entrer. Sa grotte est si chaude et humide. Elle referme ses jambes comme si elle avait peur de le perdre. Il se couche sur elle, et leur bouche fusionnent encore une fois, leurs bassins commencent à bouger. Leurs corps dansent maintenant ensemble, ils ne font plus qu'un bougeant dans une parfaite symbiose. Ils laissent libre cours à leur plaisir, ils emplissent de leurs cris, le temple. Puis dans une ultime passe, ils explosent ensemble. Elle le libère enfin et il vient chercher sa bouche. Ils restent ainsi enlacés, à s'embrasser pendant plusieurs minutes, puis s'endorment dans les bras de l'autre, épuisés, mais tellement heureux.

kireas

kireas

 

Un seigneur naufragé : partie 3

Partie 3 : Découverte Ils se retrouvèrent dans une petit salon pour dîner, un feu crépite au milieu, des couvertures répandues au sol, pour éviter la froideur de la pierre. Kireas, et Vaeniss se racontèrent leurs aventures , tout en mangeant, il appris qu'il se trouve sur le continent d'Erion, et elle sourit tendrement quand il lui annonce qu'il est un paladin de l'ordre d'Eos, un puissant mage guerrier qui maîtrise la magie et de nombreux arts du combat. Le dîner de quelques fruits, un peu de viandes réchauffées et une rasade de vin. Une complicité s’installe , ils se trouvent tant de points communs . Ils ne se quittent plus du regard et sans même sans rendre compte, ils se rapprochent l'un de l'autre. Jusqu'au moment où ils s'embrassent passionnément, leur langue fouillant la bouche de l'autre, leur salive se mélangeant. Leurs mains aussi s'activent, il lui caresse les cheveux et le dos, il peut sentir la chaleur de sa peau à travers sa robe. Puis doucement tout en s'embrassant, il l'allonge sur les couvertures. Il se retire de sa bouche avec regret pour la contempler, qu'elle est magnifique. Elle aussi veut caresser son amant, elle le fait mettre sur le côté et commence à caresser son torse, son visage, elle veut connaître chaque centimètre de sa peau, aussi retire-t-elle sa chemise. Au contact de ses doigts, il frémit, elle caresse lentement sa cicatrice, puis vient de nouveau chercher sa bouche, elle ne peut se passer de l'embrasser. Il vient avec ses mains baisser les bretelles de sa robe, libérant ainsi ses seins, puis il se met à les caresser doucement, que sa peau est douce, en passant sur ses tétons, il remarque qu'ils sont gonflés d'excitation, il les pince doucement, alors Vaeniss pousse un petit gémissement de plaisir. Il ne résiste pas à l'envie de les goûter. Il commence ainsi à jouer avec ses tétons, à les sucer, les lécher puis même à les mordre légèrement. Elle est aux anges, sous ce traitement, son plaisir ne fait qu'augmenter, mais elle ne veut pas perdre totalement le contrôle. Avec ses mains, elle vient chercher sa tête afin de l'embrasser de nouveau, puis renverse la position afin de se retrouver au-dessus. Sur sa cuisse gauche, elle peut sentir à travers son pantalon, la bosse et ce pic plein de désir pour elle. Mais ils ont tout leur temps. Aussi, vient-elle comme son amant, sucer ses auréoles dressées et caresser de nouveau son torse. Visiblement, de ce qu'elle peut sentir sur sa cuisse, il aime ça, elle aussi vue qu'elle sent son entres jambe devenir plus qu'humide. Elle descend maintenant vers ses jambes tout en continuant de le lécher et de le caresser, maintenant son pantalon la gêne, qu'à cela tienne, elle le retire, libérant ainsi la virilité de son amant. Elle fait glisser sa robe , découvrant ses hanches . . Il lui coince son visage entre ses mains et le raméne vers le sien , elle remonte donc doucement afin d'échanger un nouveau baiser ardent, Ils peuvent chacun sentir la chaleur et le désir de l'autre .Leurs peaux se rencontrent sans obstacles et aprennent à s'aimer ...

kireas

kireas

 

Un seigneur naufragé : partie 1 et 2

Partie 1 : rencontre Voilà maintenant une heure, qu'il avait pénétré dans cette ville moyenne, il se faufilait à travers les passants, il ne devait pas rester trop longtemps dans la ville, juste de quoi acheter des provisions puis repartir. En effet, ici tout lui est inconnu, le naufrage avait été terrible et il n'avait pas retrouvé toutes ses forces. Enfin, le marché, le voyageur se dirige vers un étal et commence à faire ses emplettes, les habitants de ce continent parlent aussi le commun, mais il y avait de grosses différences avec celui de son continent, valdennia; aussi use-t-il discrètement de magie pour faire passer ses pensées et se faire comprendre. Il navigue d'échoppe en échoppe pour acheter tout ce dont-il a besoin, lorsque soudain, il se fige, son regard se plante sur une personne, une femme. Il se trouve subjugué par l'aura qu'elle dégage, il n'a malheureusement pas le temps de la détailler, le marchand le ramenant à la réalité et le temps qu'il finisse ses achats, celle-ci avait disparue. C'est troublé qu'il reprend sa route vers le nord. Après plusieurs heures de marche, des cris, non , des grognements arrivèrent à ces oreilles. Un combat est en cours contre des gobelins. En moins de temps, qu'il n'en faut pour le dire, le paladin qu'il est sort , ses 2 épées, et se rue vers le combat. Là, à sa grande surprise, la femme du marché encerclée d'une vingtaine de gobelins, bâton de mage en main, les tient à distance grâce à plusieurs sorts puissants. Plusieurs sont déjà étalés morts par terre, gelés ou calcinés. Mais ils sont trop nombreux .L'un d'entre eux s'approche par-derrière et la blesse à la jambe. Celle-ci crie de douleur, mais se retourne et l'envoie valser avec son bâton. Notre paladin, s'élance alors et prend par surprise 4 gobelins, d'une épée, il en embroche un, de l'autre, il en éventre 2, le 4ème ainsi que 3 autres sont envoyés à trépas par une boule d'énergie. Le reste des gobelins prient de peur face à un tel guerrier et s'enfuient en courant. Il se retourne vers la femme et peut enfin la détailler, de toute évidence, c'est une prêtresse, un visage d'ange, les cheveux noirs comme la suie, les yeux bleus, une poitrine petite mais bien ronde. Mais voici qu'elle s'évanouit et s'écroule par terre, notre paladin remarque la blessure à sa cuisse, un liquide noir semble être mélangé à son sang. La lame du gobelin était empoisonnée... Partie 2 : le bain Avec difficulté ses yeux s'ouvrent sur plafond d'une petite chambre où le mobilier tout poussiéreux . Des tapis délavés, un brasero sur le côté répandait une douche chaleur. Mais où était-elle et combien de temps avait-elle dormi ? Elle avait du mal à rassembler ses souvenirs . Des images lui reviennent . Les gobelins, cette affreuse douleur à la cuisse . Puis ce guerrier sorti de nulle part. Enfin cette nausée et son corps qui la lâche . Après avoir enfilé, sa robe qui était posée sur une chaise à proximité, elle sortit de la pièce en boitant, sa blessure à la cuisse lui fait encore souffrir, mais le bandage si net lui fait comprendre la voie de la guérison. Une rapide observation lui permit de déduire qu'elle se trouvait dans un ancien temple. Elle sentait une présence non loin d'ici, et sans crainte, elle s'y dirige. Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir des bains, et fonctionnels de surcroît puisqu'ils s'en dégagent de la vapeur, des parfums enivrants . Elle s'approche et là au milieu, le guerrier qui l'a sauvée, l'eau à la taille ce torse musclé sur lequel les gouttes dessinent chaque muscle . D'un mouvement brusque, elle fait demi-tour sur elle même, génée, la chaleur montant à son visage . Puis elle entend : "- Ah, vous êtes enfin réveillée, cela fait 6 jours que vous étiez endormie, j'ai bien cru que le poison allait vous tuer." - Le poison ? - Oui, le poison, qui était présent sur la lame du gobelin. Vous pouvez, vous retournez maintenant." Elle se retourne, et en effet, il avait enfilé un pagne, elle put enfin le détailler, il est beau et dégage quelque chose de mystérieux, les cheveux blonds vénitiens (si si ça existe ^^), les yeux noisette, ses muscles tendus et une cicatrice barre son torse en diagonale . Il s'approche d'elle et lui sourit. "- Je vois que votre jambe se porte mieux, comment vous appelez-vous ? - Je m'appelle Vaéniss Grackïs et vous ? - Mon nom est kireas Chariakïn, bon je vais vous laisser vous laver. - Oui, je crois que j'en ai besoin" Alors qu'il s'apprête à partir, elle lui attrape la main , le tire vers elle et prend son visage dans une main venant déposer un baiser sur sa bouche.( Peut-être sa façon de dire "merci" se dit-il ) . Son visage libre , un peu décontenancé, il prend congé de la dame . Vaeniss, commence à se déshabiller et plonge dans le bain, cette rencontre la laissait tout en émois, de petits papillons dans son ventre. La chaleur du bain augmentant cette sensation, elle se laisse aller et commence à se caresser un sein. Rapidement, son autre main glisse le long de son ventre et vient jouer entre ses cuisses. Elle vient titiller son petit bouton, après quelques instants à se faire du bien, elle insère un doigt puis deux en elle , ses mouvements sont rapides, sa respiration s'accélère, et Vaeniss se voit prise d'un orgasme fulgurant. Se remettant rapidement de ses émotions, elle finit de se laver puis de se rhabiller avant de retourner à sa chambre ...

kireas

kireas

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.