Aller au contenu
  • entries
    4
  • comment
    1
  • views
    1,693

About this blog

Recueil en tout genre

Entries in this blog

 

Rencontre entre deux Finautes

Cette histoire est ce que je pense imaginer de la rencontre entre deux Finautes. Leur coup de foudre virtuel eu lieu rapidement. Lui à la recherche d’une femme à la fois épineuse et douce qu’il aimerait dominer et lui qui était tout ce qu’elle désirait, un homme à la fois capable de la traiter comme elle se doit lui faisant oublier son passé pendant quelques instants. Cela faisait maintenant quelques mois qu’il jouait sur internet à ce petit jeu de la soumission. Lui voulait que cette histoire, qui manquait cruellement de cet instant si tactile que notre écran ne peut combler, aille plus loin mais son cœur à elle était déjà pris par un autre homme. Finalement, il arriva à la convaincre en lui expliquant que malgré son rôle de maître, elle aurait le pouvoir de dire stop à tout moment. Elle se dit être folle pour accepter cela et comment pourrait elle encore regarder son homme dans les yeux après cela. Le Week-end arrive et elle profita du déplacement de son mari pour faire de même pour prendre le train elle aussi pour une direction qui ne pouvait que l’amener dans les bras de son maître. Son maitre avait été clair, elle devait porter un long pardessus et ne porter qu’un porte-jarretelles et une guêpière. Dans le train, elle était terriblement mal à l’aise mais malgré cela son entrejambe était en feu et elle sentait son string se mouiller de plus en plus. Elle voulu aller aux toilettes se soulager mais son maître avait été on ne peut plus précis : Il sera le seul à pouvoir combler son corps et lui seul. Elle passait son temps à resonger à cette phrase et ne pouvait s’empêcher de sautiller sur son siège. La voila à la gare et sa chaleur n’a fait qu’empirer, elle doit récupérer une clé dans un casier de la gare et se rendre à l’hôtel qu’il lui a indiqué.Elle récupère la clé et se retrouve à l’hôtel. Devant la porte, elle recule, se retourne et va pour partir mais son corps veut qu’elle reste. Elle tape alors à la porte, une voix lui répond et lui dit de rester là immobile et de fermer les yeux. Elle obéit et elle sent la porte s’ouvrir, aussitôt elle se retrouve les yeux bandés et son maître l’incite à rentrer en lui prenant la main. La porte se referme et elle sait qu’un seul mot de sa part et le jeu s’arrêtera. Son maître lui ôte son pardessus et d’un geste brusque l’envoie sur le lit. Là voilà dans sa belle tenue sur le lit. Ses mains se retrouvent rapidement ligotées au lit ainsi que ses jambes. Elle est à sa merci et c’est ce qu’il veut depuis le début. Elle sent une caresse mais ce ne sont pas ses mains, une fois près de son visage elle reconnait l’odeur. C’est bien une rose que son maitre utilise. Finalement pour quelqu’un qui se dit être assez épineuse, le maitre se rend compte qu’il y a beaucoup de douceur chez cette femme. Il dégrafe alors son porte-jarretelle et lui arrache son string. Elle aime ce côté bestial et tendre qu’il a déjà eu l’occasion de lui faire ressentir à maintes reprises. Elle ne peut rien faire mais son corps est entrain de bouillir. Elle sent alors une bouche qui remonte le long de sa cuisse et qui finit son chemin sur son bouton de plaisir, cela a pour effet de lui faire pousser un cri de soulagement. Cela faisait des heures que son corps attendait cela. Son maitre redouble de coups de langue et elle ne tarde pas à jouir. Elle sent alors près de sa bouche un sexe, son maitre veut son plaisir à lui. Elle ouvre la bouche et reçoit en elle ce sexe et se met à le lécher comme elle peut. Son maitre lui libère une main et la voila maintenant entrain de sucer son maitre, elle l’aspire, le pompe, le lape comme jamais tout en le branlant mais une main lui prend la tête et la repousse et elle se retrouve attaché comme au début. Ce n’est pas à elle de décider comment et quand son maitre doit jouir. Ses pieds sont finalement détachés mais vite fait elle se retrouve les pieds attachés avec les mains. Il se rappelle quand elle se vantait de sa souplesse. Elle sait que dans cette position tous ses orifices se trouvent à sa merci. Une langue se remet à lécher son entrejambe mais aussi son œillet qui aime ce genre de tendresse. Elle dégouline comme jamais et son maitre s’en sert pour lubrifier les deux antres de sa soumise. Elle commence à sentir des doigts en elle de toute part. Que c’est bon mais elle veut un sexe d’homme. Son maitre retire ses doigts et se remet à la lécher. Mon dieu mais pourquoi ne me pénètre t’il pas se dit elle mais c’est lui qui décidera du moment. Brusquement il s’arrête et elle entend le déclic d’un appareil. Mais il prend des photos, pourquoi fait-il cela. Elle ne veut pas que des clichés existent de ce moment mais elle n’arrive pas à dire le mot qui ferait arrêter cela, l’excitation a pris le dessus. Elle sent qu’il pose l’appareil mais il ne revient pas vers elle. Elle entend alors un bruit qu’elle ne connait pas comme si il s'harnachait. Ses orifices sont toujours aussi dilatés et alors qu’elle perd espoir de se faire prendre, elle sent un sexe artificiel qui inonde son vagin. Il est imposant mais elle est tellement trempe qu’il se met à rentrer tout seul. Alors qu’il rentre de quelques centimètres, elle sent cette fois-ci le sexe turgescent de son maitre qui appuie contre son anus. D’un coup sec, les deux sexes rentrent en elle, elle se tord de douleur sous cet assaut qu’elle ne connait pas mais la douleur se transforme en plaisir. Elle se fait totalement dominer par les deux sexes imposants. Son maitre la pilonne comme il peut et elle subit tant bien que mal ce nouveau plaisir. Jamais elle n’aurait imaginé se faire remplir de la sorte mais que cela était bon. Il n’y avait plus aucune limite et elle le savait mais cela lui était égal, elle avait même oublié son mari qui ne pouvait imaginer ce que sa femme était entrain de subir. Voila maintenant un moment qu’elle était remplie comme jamais quand elle sentit un autre sexe qui venait appuyer contre sa bouche. Non ce n’était pas prévu qu’il y ait un autre homme mais elle était tellement excitée qu’elle ne voulait pas arrêter la chose donc elle ouvrit la bouche pour prendre ce sexe en elle. Là voilà entrain de sucer un homme et se faire prendre par son maitre en même temps. Elle suce abondamment ce sexe et imagine que c’est son maitre. Elle pompe alors comme jamais mais cet homme lui attrape la tête se et met à lui « baiser » la bouche comme il en a envie. Elle est soumise et se doit de satisfaire son maitre et son hôte. Elle sent la fin proche car ce sexe en bouche gonfle de plus en plus et se met alors à exploser en elle mais à ce moment son maitre se met lui aussi à déverser son nectar en elle. Elle est remplie de toute part et ses amants se retirent alors. L’homme retire le sexe de sa bouche et vient l’embrasser. Mais elle connait cette bouche, une main lui enlève alors son bandeau et elle se retrouva face à la personne qu’elle n’aurait jamais pu imaginer : l’homme de sa vie !! Merci aux deux protagonistes d'avoir accepter cette histoire qui est le fruit de mon imagination (je tiens à préciser) ;-)

Alaundo34

Alaundo34

 

Rencontre à la plage II

Toujours mon sexe à la main, je vois que Cécile tourne la tête vers moi. Elle ne se sent pas du tout gênée d'être surprise par un inconnu. Au contraire je la vois me faire un signe de la tête m'invitant à les rejoindre. Laure est toujours à son affaire sur les deux antres de sa tentatrice. Cécile met son doigt sur la bouche afin que je ne fasse pas de bruit en venant. Laure ne se doute pas de mon approche et je me retrouve donc face à ses fesses avec Cécile juste en dessous qui lui lime son derrière avec son tube de crème. De loin je n'avais pu me rendre compte mais les fesses de Laure sont d'une beauté étourdissante. Je n'en crois pas mes yeux mais Cécile enlève le tube de crème et se met à tendre les fesses de Laure et m'indique l'entré de cette intimité si bien dilatée. J'ai le bas ventre en feu et je sais que seul cette endroit pourra réconforter mon sexe. Je décide d'y aller d'un grand coup et ne pense pas une seconde au risque de douleur que cela risque d'engendrer, je suis devenu un animal. Je rentre d'un coup sec dans ses fesses et l'effet est instantané, Laure s'arrête et tourne la tête vers moi. Ca y est j'ai été bête, je viens de couper la magie du moment avec ma folle envie. Bien au contraire, Laure se mord les lèvres pour ne pas crier mais elle me fait un clin d’œil et m'invite à reprendre de plus belle. Me voilà donc à la conquête de ce cul pendant que Cécile se met à m'aspirer tendrement mes petites bourses gorgées de nectar. Quelle vue imprenable, je n'arrive pas à croire ce que je suis entrain de faire. Cécile m’agrippe alors les fesses et me lance dans un rythme effréné, je ne vais pas pouvoir tenir longtemps mais elle a du le sentir et elle me fait accélérer le rythme. Laure n'arrive même plus à lécher sa bien-aimé. Je viens et me déverse ainsi dans l'antre de Laure qui ne peut se retenir et lâche un cri qui résonne dans cette crique. Je reste en elle quelques secondes car je ne cesse de me vider en elle. Je n'ai jamais autant joui, j'ai même l'impression que cela ne va pas s’arrêter. Je sors délicatement et ma semence commence à couler hors de son antre. Cécile se met alors à boire mon nectar tout en caressant cette orifice qui vient de subir mes assauts. Mon sexe débande pour se retrouver comme il est à son habitude mais elles n'en ont pas fini avec moi. Je sens que Cécile me veut aussi. Elle me projette au sol et me saute dessus pour s'occuper de rendre toute sa vigueur à mon anatomie. Voir deux femmes se mettre à entremêler leurs langues avec mon sexe au milieu me redonne rapidement de la vigueur. Une vigueur qui me rend même étonné car j'ai l'impression que mon sexe est beaucoup plus gros qu'à son habitude. Je ferme les yeux et savoure ce moment. Je ne sais même plus qui me fait quoi. Deux bouches avides me suce, m'aspire, me gobe et m'embrasse. Je suis au paradis mais pas question de partir trop vite, je me dois de les combler. Toujours les yeux fermés, je ne sens plus qu'une bouche sur mon sexe. Je décide de garder les yeux fermés. La bouche se retire et une main me décalotte jusqu'au maximum.Je sens alors une douceur infinie et me décide d'ouvrir les yeux. Cécile est sur moi et moi je suis en elle. Son sexe est trempe comme jamais. Elle se met à bouger au dessus et j'empoigne ses seins à pleine main et je me mets à lui sucer ses tétons durci de plaisir. Laure est derrière et je la vois prendre ce fameux tube de crème qui lui a tend rendu de plaisir. Elle salive dessus et l'introduit directement dans le petit œillet de Cécile. Celle-ci s'allonge sur moi et devient folle de désir. Elle a en elle deux objets de plaisir et on voit que cela lui plait. Laure continue son petit jeu et descend jusqu'à mon sexe avec sa bouche. Cécile est tellement violente qu'il m'arrive de sortir mon sexe de son vagin. Laure en profite alors pour me mettre des coups de langue. Je suis tellement bien que j'aimerais que cela ne finisse jamais. Voila Cécile qui se relève et c'est au tour de Laure de venir sur moi. Je ne sais pas combien de temps cela dure mais nous ne sommes plus que tous les trois au monde et nous enchainons les positions, je n'arrive même plus à savoir qui je pénètre, qui me suce et il m'arrive même de m'arrêter pour admirer mes deux amantes entrain se faire plaisir mutuellement. Alors que nous sommes déjà entrain de croitre dans le plaisir, je sens que mes deux demoiselles sont sur le point de jouir, je me mets donc à redoubler d'effort pour les rendre aussi heureuse que ce que je le suis. Ca y est mes deux coquines jouissent à l'unisson, faut dire que pendant que je pénétrais Cécile, j'utilisais ce magnifique tube pour que Laure puisse avoir son objet de désir en elle. Elle se retourne alors vers moi qui n'est toujours pas joui . Elles me plaquent au sol et me prennent en bouche. Mon sexe est brulant, je commence à même avoir un peu mal mais leur bouche est tellement douce et soyeuse que la douleur s’estompe rapidement. Je ne vais pas tenir longtemps et malgré mes signes de la tête, je vois qu'elles ont décidé de ne pas me laisser respirer. Les voilà telle des succubes entrain d'aspirer mon sexe qui ne tarde pas à lâcher son nectar. Cécile me prend seul en bouche et aspire mon sexe comme jamais mais que c'est bon, je me vide en elle mais seulement peu de temps car Laure s'empresse de prendre mon sexe en bouche et de le branler afin de récupérer elle aussi son dû. Elles n'en perdent pas une miette et se mettent à s'embrasser afin d'échanger mon nectar. Je me lève et me met à les embrasser afin de sentir à quel point elles viennent de me combler. Nous nous allongeons tous les trois sur la plage et nous mettons à regarder le soleil se coucher et la mer qui vient lécher le sable fin de cette belle crique. Nous restons silencieux savourant ce moment que nous venons de vivre. -Tu sais, depuis le début on savait que tu étais là?.......

Alaundo34

Alaundo34

 

L'auditrice

Voici ma première histoire, j’espère que vous serez indulgents. Je suis comptable dans un petit cabinet et tous les ans c'est la même rengaine. Les commissaires aux comptes arrivent et c'est l'effervescence. Je ne suis jamais content de leurs venues mais cette fois ci c'est différent. Chaque année j'ai droit à un homme désagréable au plus haut point. Alors qu'il est déjà 10h00, quelqu'un tape à ma porte. Ca y est il est là et va encore me saouler. -"Entrez" -Bonjour, Monsieur, je suis Marion votre auditrice pour cette année." Je reste bouche bée et je pense qu'elle se rend compte de ma surprise totale car à la place d'un homme, je me retrouve face à une charmante demoiselle d'à peine 25 ans en face de moi. J'enchaine rapidement pour ne pas trop passer pour un psychopathe. Je lui dis donc de rentrer et de venir s'asseoir. Nous entamons la discussion (et je vous passe les détails concernant le travail). Je ne peux m'empêcher de la détailler sans être trop insistant. Elle est magnifique avec de longs cheveux noirs, des yeux d'un vert à couper le souffle et que dire de son corps : une merveille de la nature. Elle porte un tailleur, de magnifiques talons aiguilles. Je ne vois pas le temps passé et il est presque midi et nous nous devons d’arrêter. Elle prend donc congés en venant me serrer la main et sa main est douce et glacée (que j'aimerais la réchauffer à ce moment là!) Je la laisse donc partir avec regret mais je sais que je la reverrai rapidement. Je ne peux m’empêcher de la regarder s'éloigner et admirer son déhancher tellement hypnotisant. A ce moment je me rends compte que mon pantalon est un peu à l’étroit donc je rentre vite à mon bureau me changer les idées. Vivement cette aprés midi que je puisse la revoir. Vers 15 heures, elle revient à mon bureau, nous entamons le contrôle mais je lui dit de venir de mon côté de mon bureau pour regarder en même temps sur mon logiciel de comptabilité. Mon bureau n'étant pas immense, elle s’assoit assez proche de moi et nous nous mettons à travailler. Mes yeux ne peuvent s'empêcher de regarder son décolleté et je sens que mon sexe ne tient plus en place. Je suis fou car si elle le voit je suis vraiment mal. Déjà une heure qu'elle est à côté de moi et mon sexe me brule. Et là arrive un truc incroyable, elle tombe son stylo et après l'avoir ramassé, elle me fixe du regard et devient tout rouge. Je viens de comprendre, elle a vu mon érection. On se fixe comme cela pendant une bonne minute( qui en parait 5 au minimum). -Excusez moi je suis désolé. -Pourquoi cette excuse? Ah quoi joue t'elle, il est évident qu'elle a vu mon érection! -Vous êtes une très belle jeune femme et d'être si proche de vous à eu tendance à faire monter le plaisir en moi. je suis marié et je devrais pas faire cela -Ce n'est pas grave Au même moment elle pose sa main sur ma cuisse. Mais c'est fou ce qu'il se passe. Mon sexe tape de plus en plus fort et je comprends que cette jeune femme me désire. Nous sommes figés dans le temps et pouvons être surpris à n'importe quel moment. Je pose ma main sur la sienne et sa main qui était glacé ce matin et devenu incroyablement chaude. Malgré son jeune age, cette demoiselle sait ce qu'elle veut. Alors que nous sommes dans notre propre monde, nous sursautons car quelqu'un tape à la porte. Nous retirons nos mains desuite et essayons de nous calmer. Entrez. Monsieur E , je souhaiterai vous voir dans mon bureau d'ici 5 minutes (mon patron qui me sauve la mise^^) Pas de soucis Monsieur, je finis avec Marion et j'arrive Une fois mon chef parti, je me retourne vers Marion: Finalement c'est mieux que nous ayons été surpris car je ne sais pas où cela nous aurait amené, vous êtes incroyablement séduisante mais je me dois de rester professionnel. Pas de soucis on se revoit donc demain et pour travailler comme il se doit. Cette phrase sonne faux de sa part, je la sens déçu mais qu'aurions nous fait, je n'aurais pas pu la prendre comme cela sur notre bureau. Je la remercie et lui souhaite une bonne soirée. Saleté de réunion, il est déjà 19h et je suis encore au bureau mais il va arrêter de parler je veux rentrer chez moi et prendre une douche bien fraiche car je ne cesse de penser à Marion. Enfin 19h30 ça y est c'est fini. Je repasse vite fait à mon bureau. Il y a un mot sur le bureau de ma secrétaire en me disant qu'elle a laissé les clés à Marion qui avait besoin de vérifier des dossiers. Cela arrive souvent et je ne m'en alerte pas. J'ai toujours un double de clé avec moi et j'ouvre donc mon bureau. J'allume la lumière de mon bureau et là je crois être dans un autre monde, un lieu de fascination, d'extase et de plaisir. Marion se tient face à moi en tenue d'Eve. Je reste bouche bée et je ne peux la quitter du regard Je reste plantée là et j'en tombe même mes clés. Je vais pour les ramasser et elle se baisse pour les prendre à ma place. Marion mais que... Elle me met un doigt sur la bouche. Je suis noyé dans ses yeux Ce matin, vous m'avez rendu folle Comment ça? Laissez moi parler Mon dieu mais quelle autorité, je suis en feu au fond de moi et je pense que mon boxer va exploser. Comme je disais ce main, j'ai vu que vous ne pouviez détacher vos yeux de mon corps et cela m'a terriblement excité. Je n'ai cessé de penser à vous entre midi et deux et je suis revenu cette aprés midi en espérant une réacton de votre part. J'ai senti votre déception et je me suis dit que je ne pouvais vous laisser comme ça. En disant cela son regard se baisse vers ma ceinture et ses mains suivent. En deux trois mouvements, elle se baisse et libére mon sexe qui a passé une journée bien longue. Elle se met à l'embrasser tendrement puis sans crier gare, elle le met au fond de sa gorge. Mon dieu mais quelle fait ça bien. Je ne sens plus mes jambes. Elle suce comme jamais je ne l'ai été. Une vrai succube prête à aspirer toute l'énergie de mon corps. A ce rythme, je ne vais pas tenir longtemps, je retire mon sexe de sa bouche mais ni une ni deux elle vire mes mains et reprends tout en bouche. Ses lèvres sont douces et sa langue oh sa langue quel délice. Ca y est ma résistance est achevé et ce qui devait arrivait arriva. Je me vide en elle mais elle ne se retire pas bien au contraire, elle enfonce mon gland le plus loin et je sens mon sexe qui tape au fond d'elle. Elle n'en perd pas un goutte. Je la soulève d'un seul coup et je l'embrasse à pleine bouche. Je peux sentir mon sperme dans sa bouche et j'avoue que j'aime cela. Je ne peux la laisser comme ça. Elle mérite qu'elle soit comblée. Je la soulève donc et la prends dans mes bras. Je la pose sur mon bureau et l'allonge sur le dos les cuisses bien relevées. Je continue à l'embrasser et commence à lui prendre les seins en main. Ils sont ni trop gros ni trop petit. Ils sont parfaits et durs comme jamais. Je les prends délicatement et commencer à lui pincer les tétons, elle soupire. Je décide donc d'aller m'occuper du reste de son corps. Je descends donc jusqu'à ses seins, je passe ma langue sur ses auréoles et je mets à lui mordiller le bout des seins. Mes deux mains caressent ses seins mais je sens une pression de sa part. Elle me pousse vers le bas avec ses mains. C'est un appel, une supplication de sa part. Elle veut ma langue plus bas. A vos ordres Mademoiselle, je descends, passe son Mont de Venus (une petite touffe de poil descend jusqu'à son antre et j'aime cela) Mon dieu mais elle est trempe, c'est incroyable. J'enfourne alors ma langue d'un seul trait, je la sens sursauter, je relâche mon étreinte mais elle me prends la tête à deux mains et me colle contre elle. Je suis fou, je la lèche comme jamais, je lui aspire délicatement son petit bouton et à sa façon de gémir je sais qu'elle aime ça. Avec mes doigts je lui écarte tout doucement sa grotte de plaisir pour y introduire ma langue au plus profond, elle frissonne et je continue mes efforts. Je sens mon sexe qui reprend de sa vigueur. Ta langue est merveilleuse mais depuis que je t'ai pris en bouche, je ne rêve que de sentir ton sexe en moi. Mon sang ne fait qu'un tour, je me relève et la pénètre d'un seul trait. Elle fronce les yeux. Je me retire pensant lui avoir fait mal. L'excitation m'a fait perdre le plus important. Non vas y reviens en moi, tu ne m'as pas fait mal mais je l'attends depuis ce matin et je suis enfin comblée. J' y retourne alors et commence à la prendre comme jamais je ne l'ai fait. Le bureau bouge sous mes assauts et la coquine se pince les lèvres afin de ne pas hurler. Il est certes tard mais on ne sait jamais. Je la prends déjà depuis un petit moment et je sens que je vais encore venir, je ralentis mais elle me serre contre elle et accelere le mouvement avec ses hanches. Ca y est je viens et comble du plaisir je sens qu'elle jouit en même temps que moi. Elle tremble de tout son corps. Je l'embrasse à pleine bouche et je reste en elle. Je la regarde dans les yeux de longues minutes. Je me retire totalement épuisé. Nous décidons de nous rhabiller et de partir au plus vite. Tu es incroyable Marion , tu es une femme comme j'en ai jamais connu. Merci Yann, j'ai aimé ce que tu m'as fait. Va falloir se mettre au boulot dès demain car sinon on ne finira pas Elle me dit ça avec un clin d'oeil qui en disait long et il est vrai que nous avons passé une semaine très studieuse où j'ai découvert toutes les parcelles de son corps mais cela sera une autre histoire.

Alaundo34

Alaundo34

 

Rencontre à la plage partie I

C'était un soir d'été comme je les aime. Il faisait chaud et pour me rafraichir je décidais de marcher le long de la plage les pieds dans l'eau. Divaguant dans mes pensées, je ne me suis pas rendu compte de la distance que je venais d'effectuer et je me rendis vite compte que le lieu où je me trouvais me paraissait inconnu. La vue que j'avais était d'une beauté sans nom. Je restais bouche bée devant un tel spectacle : le soleil à l'horizon, le reflet sur les rochers et cette mer d'un bleu turquoise. Un bruit me fît sursauter et ma seule réaction fut de me blottir contre un rocher afin de ne pas être surpris et de déterminer l'origine de ce bruit. Quelle ne fut pas ma surprise quand je vis sortir de l'eau, deux magnifiques femmes seulement vêtue d'un bas de maillot. L'une était brune avec de longs cheveux et une poitrine qui aurait fait frémir n'importe quel homme. L'autre demoiselle était tout aussi charmante, blonde avec des petits seins mais qui pointaient fièrement. Je décida de rester bien caché et d'assister à ce spectacle digne des plus beaux films. Elles se mirent sur leur serviette. L'eau coulait le long de leur corps pour venir s’arrêter au bas de leur rein. Vu le peu de bruit, j'arrivais à distinguer leur discussion. -Laure, je vois que l'on a passé un peu trop de temps au soleil, tu as un sacré coup de soleil. -Allez je suis bonne pour passer une mauvais nuit -Tu veux que je te passe un peu de crème pour calmer l'inflammation -Oui s'il te plait Cécile Là je vis Cécile prendre tout d'abord une serviette de son sac pour se mettre à essuyer doucement Laure. Elle lui essuya d'abord le dos avant de voir que la pauvre Laure avait aussi un début de coup de soleil sur sa poitrine. -Tu devrais faire attention de ne pas prendre un coup de soleil à cet endroit, il faut prendre soin de ta poitrine même si elle est un peu menue -Dis donc Cécile, ma poitrine est certe menue mais elle plait à beaucoup d'hommes -Excuse moi c'était une boutade puis tu as de très beaux seins et je comprends qu'ils plaisent. Cécile sortit alors la crème de son sac et commença par l'étaler sur le dos de celle-ci. Laure était allongée et avait l'air d'apprécier le petit massage de sa copine. Une fois le dos finit, Cécile lui demanda de se retourner pour lui faire le devant. Je n'en croyais pas mes yeux, la voir étaler cette crème sur la poitrine de Laure me fit gonfler de désir. Je commença à me sentir à l'étroit dans mon maillot mais je resta concentré sur ce qui se passait devant moi. Les mains de Cécile venaient et allaient sur le corps de Laure. Cette dernière se mettait à se cambrer de plus en plus. Je pouvais la voir onduler sous les mains expertes de sa compagne. Je pouvais entendre les gémissements de plus en plus puissant de Laure. Laure avait les yeux fermés et je pouvais la voir se mordiller les lèvres. Cécile se mit alors à lui masser les jambes et remonta vers l'intérieur de ses cuisses. Laure regarda Cécile et d'un hochement de tête lui fit comprendre que le massage devait se poursuivre mais de façon plus poussé. Cécile attrapa délicatement le bas de maillot de Laure pour le descendre et lui ôter. Laure était là nue comme un verre et on pouvait discerner dans le regard de Cécile une envie de gouter à ce corps offert à elle. Ni une, ni deux, Cécile se mit à remonter les jambes de Laure en la couvrant de baiser pour arriver à la zone du plaisir. Je n'en croyais pas mes yeux, deux femmes superbes commençaient à entreprendre un moment de sensualité et d'érotisme comme on rêve d'en voir plus souvent. Cécile était la tête entre ses jambes et Laure ne pouvait plus tenir, elle ne soupirait plus mais criait de plaisir. Plus rien n'existait pour elle sauf la langue de son amante qui lapait son intimité comme jamais. Laure ne resta pas longtemps inactive, elle se leva et pris soin d'embrasser Cécile et de venir embrasser sa belle poitrine pour ensuite mettre à son tour nue sa délicieuse compagne. Les voila nue toutes les deux, leurs corps s’entremêlant, elles se retrouvent vite en 69 et se lèchent sans vergogne. Elles sont avides de sexe et rien ne pourrait les arrêter. Laure insère plusieurs doigts en Cécile qui pousse un cri de plaisir. Cécile lui répond en insérant elle aussi ses doigts dans l'intimité de Laure. Je suis en pleine extase, j'ai sorti mon sexe et commence doucement à me toucher devant le spectacle qui s'offre à moi. Je vois Laure mettre ses doigts à sa bouche, les remplir de salive et ensuite se mettre à toucher l’œillet de Cécile. La réaction ne se fait pas attendre, Cécile se met à glisser sa langue vers le bouton de sa maitresse d'un soir et lèche abondamment ce petit trou qui n'attend qu'à être comblé. D'un coup d'un seul, Laure insère deux doigts dans les fesses à Cécile qui lâche un cri mêlé de jouissance et de douleur à la fois.Cécile se retourne et la regarde d'un air qui veut dire, tu veux jouer à ça on va jouer alors. Cécile attrape le tube de crème et ni une ni deux, elle l'insère dans son orifice. Laure pousse un cri mais reprend de plus belle ses mouvements. Elle sont entrain de se sodomiser devant moi et je n'en perds pas une miette. Mon sexe me brule et ne veut qu'une seule chose : les prendre et me vider en elle ou sur elle peu importe. Je suis tellement déconnecté que je me rends pas compte que plus rien ne me cache de la vue de ces demoiselles. Et là............

Alaundo34

Alaundo34

×

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.