Aller au contenu
  • billets
    14
  • commentaires
    52
  • vues
    5 436

À propos de ce blog

quatre mains

Billets dans ce blog

 

Humeur

La crue est au maximum !! Les vannes s'ouvrent avec beaucoup de difficultés, elles résistent encore ... mais quand elles vont lâcher, attention au déluge !   Je ne pensais pas que ce serait si dur. Même si on s'était éloignés, que ne routes prenaient des chemins différents, le manque est là ! Ça ne s'est vraiment pas passé comme je l'aurais souhaité.

s'agitte r

s'agitte r

 

Si ...

Tous les deux, allongés, nus, dans le même lit. Je me réveille et te regarde. Tu dors encore, sur le dos, comme toujours. Mes yeux parcourent ton corps. J’ai envie de me lover contre toi. Mais je ne le fais pas. Mes yeux se sont posés sur ton entrejambe … Je me laisse glisser dans le lit. Ma tête à la hauteur de ton bas ventre, je m’approche. Je commence à faire des petits bisous sur ton aine. Tu bouges légèrement mais ne te réveilles pas. Mes lèvres déposent encore et encore des baisers légers sur ton pubis et rejoignent ta jambe droite. Ma bouche descend sur ta cuisse, fais une incursion à l’intérieur et remonte lentement. Je sens que ton sexe s’éveille. Mais je l’ignore et continue ma progression de bisous papillons. Je suis remontée sur ton bas ventre et je trace une ligne avec ma langue, juste à la limite de ton sexe que j’évite avec difficulté. Mais j’y parviens ! Je lèche la jointure de ta jambe gauche et toujours à l’intérieur de ta cuisse, très très lentement mes lèvres cheminent. Tu remues, tu gémis. Ta queue maintenant complètement ranimée me fait de l’œil. Tout doucement, ma langue vient effleurer ton vit. Il se tend encore plus. Je l’atteins encore plus facilement. Et du bout de mon appendice lingual, je continue de le titiller. Il gonfle et durcit davantage. Alors, je viens déposer sur le bout un petit baiser, et de mes lèvres, je le décalotte. Tes jambes s’écartent. Tu es maintenant bien réveillé. Je te regarde. J’abandonne mon jouet, et viens t’embrasser. Bonjour mon cœur - avec un sourire mutin.
Je quitte tes lèvres et descend sur ton ventre, pas assez vite à ton goût, mais j’ai envie de te faire languir. J’arrive presque à ton trésor. Je lève la tête et mon regard pétillant de gourmandise s’accroche au tien, impatient. Ma bouche salivante s’ouvre. Ma langue s’anime. Alors, je vais enfin pouvoir te dire bonjour à ma façon …

s'agitte r

s'agitte r

 

Et pourtant ...

Il meurt lentement Celui qui ne voyage pas, Celui qui ne lit pas, Celui qui n'écoute pas de musique, Celui qui ne sait pas trouver Grâce à ses yeux. Il meurt lentement Celui qui détruit son amour-propre, Celui qui ne se laisse jamais aider. Il meurt lentement Celui qui devient esclave de l'habitude Refaisant tous les jours les mêmes chemins, Celui qui ne change jamais de repère, Ne se risque jamais à changer la couleur De ses vêtements Ou qui ne parle jamais à un inconnu Il meurt lentement Celui qui évite la passion Et son tourbillon d'émotions Celles qui redonnent la lumière dans les yeux Et réparent les cœurs blessés Il meurt lentement Celui qui ne change pas de cap Lorsqu’il est malheureux Au travail ou en amour, Celui qui ne prend pas de risques Pour réaliser ses rêves, Celui qui, pas une seule fois dans sa vie, N’a fui les conseils sensés. Vis maintenant! Risque-toi aujourd'hui! Agis tout de suite! Ne te laisse pas mourir lentement! Ne te prive pas d'être heureux! Pablo Neruda

s'agitte r

s'agitte r

 

Sieste crapuleuse

Satisfaire une envie Intimités à partager Entre deux amants Sur des draps froissés Tout un après-midi Et plus encore Chaudes et mutines caresses Rugissements coquins Assouvir ses désirs Pénétrations langoureuses Un peu plus rapides aussi Léchages et lapements Excitations mutuelles Un tantinet joueuses Savoureux, tendres et osés baisers Echangés entre ces deux amants

s'agitte r

s'agitte r

 

Feu d’artifice du 14 juillet

Ce soir, comme des millions de Français(e)s, nous sommes allés voir le feu d’artifice du 14 juillet. Nous avons choisi une petite commune de province pour nous y retrouver. Des tables et des bancs ont été installés pour que les convives prennent place. Nous sommes arrivés en avance. Nous prenons un verre en attendant. Nous nous somme assis l’un à côté de l’autre. Il y a si longtemps que nous nous sommes vus…. Nous voulons pouvoir nous toucher, nous embrasser, nous dire des mots que les autres n’ont pas besoin d’entendre…. Nos yeux ne se quittent pas. Enfin, les tiens descendent de temps en temps sur mon décolleté… Et se mettent à pétiller… Ta main dans mon dos vient te confirmer ce que tu vois. « C’est bien, ******, tu as suivi mon souhait… Tout mon souhait ? » Mutine, je te souris. « Peut-être……. D’après toi ? » Tes yeux reviennent sur mes seins, mes tétons érigés, pointent à travers le tissu léger de ma robe… « Je crois que oui… ton corps te trahit… Je verrai bien tout à l’heure…. » Finalement, on décide d’aller s’isoler un peu (si on peut dire… il fait tellement beau que la population locale s’est presque toute déplacée pour ce 14 juillet !). Des rochers rendent l’endroit qu’on a choisi inaccessible aux familles. Quelques jeunes sont installés un peu plus loin devant nous. Tu t’assois dans l’herbe, les jambes écartées pour que je me m’installe à mon tour. Tes jambes enserrent mon bassin. Tes bras m’enlacent. Ton souffle sur ma nuque…. Je me laisse aller contre toi…. Le feu d’artifice ne devrait plus tarder. La nuit est tombée. Les lumières multicolores s’éteignent … ça va commencer … La première fusée explose. Tu m’embrasses dans le cou. Ta voix murmure à mon oreille…. « J’ai envie de toi… » Je frémis…. Je ronronne… Le ciel s’illumine de vert de jaune. Ta main droite se faufile sous ma robe pendant que la gauche vient titiller mon sein droit … « Hummm, j’aime tes seins lourds qui bougent sous mes doigts… sans entraves…. » Ta main caresse ma cuisse avec douceur, sensualité…. et remonte lentement…. « Je vais vérifier… si j’avais raison tout à l’heure…. » Tes doigts pianotent à l’intérieur de mes cuisses et continuent leur chemin…. Je palpite… Ma chatte se contracte… Elle a faim… faim de toi…. Ça y est… tu es arrivé à destination… Mes mains se crispent sur tes genoux … « J’aime que tu accèdes à mes désirs… » Je me love un peu plus contre toi… Je sens une bosse dans le creux de mes reins…. Tu bandes ! « Tu vois l’effet que tu me fais ? Te voir mouiller comme ça…. Hummm…. » Je me frotte contre toi… Des flammèches de toutes les couleurs scintillent dans le ciel…. « Remonte tes genoux, écarte les jambes ! » Tes mots murmurés à mon oreille me font fondre… Mes jambes presque complètement dénudées… ma robe qui cache mon intimité aux regards… je m’abandonne…. Tes doigts qui me caressent, m’écartent… et d’un coup s’enfoncent en moi… « Ahhh !!! » Et ressortent… pour re-rentrer… et ressortir…. Mes mains s’ancrent sur tes cuisses… Le plan d’eau s’éclaire … et éclaire les spectateurs !!! Des feux s’allument partout… PARTOUT !!! Ta main droite qui s’échappe… et ton index que tu portes à ta bouche et que tu lèches… Ta main gauche, entrée dans mon décolleté, triture, malmène mes tétons…. Un sein, va finir par se dévoiler…. « J’aime ton jus… tiens, suce ! » Ta main devant mes yeux, ton majeur sur mes lèvres, qui s’ouvrent et le tètent. Ta bite qui gonfle dans mon dos…. Des étoiles bleues, vertes, jaunes, rouges, violettes embrasent la nuit… Tes lèvres dans mon cou, sur mon oreille… Tes mots susurrés, presque inaudibles…« Je veux te faire jouir… » Ta main que tu me reprends, et qui revient sur mon sexe qui coule…. Ton index et ton majeur qui me pénètrent, ton pouce sur mon clito, que tu fais rouler…. « Je veux ton plaisir… » Le va et vient de tes doigts…. « Vas-y, lâches toi …. » Les fusées qui montent, de plus en plus haut dans le ciel ….. Tes doigts qui se recourbent…. Ton pouce qui tourne, de plus en plus vite…. Ton petit doigt qui effleure mon œillet…. « Viens, viens…. » Le ciel se pare de toutes les couleurs…. Les explosions retentissent… Mes jambes se raidissent… mon vagin se contracte sur tes doigts….. « Jouis, jouis …. » Ta main sur ma bouche…. « Ahhhhh Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Ouuuuuuiiiiiiiiiiiiiii » Le bouquet final est spectaculaire ! Le feu d’artifice est terminé…. Les spectateurs applaudissent. Nous sommes dans notre cocon. Je refais lentement surface. Tu me berces tendrement. Nous nous levons. Nous nous étions pourtant promis de regarder sagement le feu d’artifice ….. Nous repartons, enlacés. Notre nuit va se poursuivre. Un autre feu d’artifice aura lieu, privé, complètement privé, Notre feu d’artifice….

s'agitte r

s'agitte r

 

Attente ...

Avec lui, je me suis sentie femme Tendresse, douceur, abandon, passion… Touchée, il m’a mise en confiance Entre ses bras, j’étais si bien… Ni langue de bois, ni hypocrisie, ni Tabous entre nous ! Ainsi, l’avions-nous voulu… Envie de le revoir… de continuer…

s'agitte r

s'agitte r

 

Soirée au Repsor (suite)

Des voix ricanent et arrivent à nos oreilles « Et !! Prenez une chambre ! » « Ils vont finir par baiser devant nous !!! » « Oh, le spectacle !! …… et vous avez vu leur âge … » Ces paroles finissent par atteindre mon cerveau. Peut-être, le sien aussi. Nos bouches finissent par se séparer, avec réticence. Nous sommes toujours collés l’un à l’autre et ses mains toujours sous ma robe, sur mes fesses. Il ne les lâche pas. On se regarde. Il sourit doucement. « Viens… » Et il m’entraîne vers la plage. Nous n’y arriverons pas. C’est plus fort que nous. Il me plaque le long d’un mur dans la rue. Il m’embrasse, les lèvres, le cou, le lobe de mes oreilles. Il me pelote, les fesses, les seins. Ses mains vagabondent sur mon corps. Je ne peux m’empêcher de passer mes mains sous sa chemise. Mes paumes savourent le grain de sa peau. De son dos, je passe sur les cotés et mes pouces viennent titiller ses mamelons. Il gémit. Sa main qui malaxe ma fesse passe sous la dentelle de mon shorty. Je mouille ! Je suis trempée. Et ça ne me gêne pas… Son doigt caresse mes lèvres. Hummm !!! Sa bouche revient prendre la mienne. Sa langue est partout, comme s’il voulait explorer chaque recoin de ma bouche. Il me baise la bouche. Ma main droite quitte son torse et viens sur son jean. Je la plaque sur son sexe. Il doit se sentir à l’étroit. Il bande tellement. Je le veux. Je n’ai qu’une envie, passer ma main à l’intérieur de son pantalon. L’heure est avancée dans la nuit. Mais des gens passent. Il ne faut pas qu’on reste là ! « Je ne peux pas attendre !!! » « Moi, non plus, prends-moi, vite, maintenant… » Son regard scrute les alentours, et repère une impasse. Il me pousse le long d’un petit muret, me soulève ma robe, tire sur mon shorty pour le faire descendre un peu et m’assoit sur ce muret. Il me regarde dans les yeux, m’enlève ma culotte et …. la met dans sa poche de jean ! Mes mains bataillent avec sa ceinture… Je suis si impatiente, que mes doigts sont malhabiles… Je n’arrive pas à la défaire…. Avec un petit sourire, il me dit « laisse-moi faire… » et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, il a détaché cette foutue ceinture et ouvert son jean …. Il me ramène vers lui. Mon corps repose en équilibre sur le bord de mes fesses. Il m’écarte les cuisses. Je m’agrippe à ses épaules pour ne pas tomber. Je suis si excitée que je coule. Mais qu’est ce que je suis en train de faire ? Je me donne à un inconnu… Je suis folle !! Qu’est ce qui m’arrive ? Ce n’est pas moi !!! J’ai vraiment trop bu… Et pourtant, je ne me sens pas ivre…. Enfin, si ! Ivre des sens … Ivre de sensations…

s'agitte r

s'agitte r

 

Trop tard

Tu me disais "ralentis" Je ne voulais pas t'écouter Je me croyais forte Je me croyais invincible Je t'ai malmené, maltraité J'aurais du prendre soin de toi Et tu as fini par me dire "stop" Je sais que je vais le payer

s'agitte r

s'agitte r

 

Souvenirs

Souvent, et même de plus en plus, Ombres furtives dans un premier temps Un tantinet excessives maintenant, Viennent à ma mémoire presque avec abus Etreintes du passé, étreintes passionnées. Nous étions si jeunes, un peu dépassés, Ivresses de sentiments, d’émotions … Renouer, se retrouver, … se demander : Souhait à réaliser… ou non … ???

s'agitte r

s'agitte r

 

Soirée au Repsor

Nous sommes un groupe d’amis, cinquantenaires pour la plupart, tous en couple. Toutes les occasions sont bonnes pour que l’on se retrouve. Un jour nous avons décidé de passer un week-end ensemble. Nous sommes partis en Vendée pour ce fameux week-end. Enfin un peu de liberté, nous allons pouvoir nous amuser, rire, boire et chanter… L’une d’entre nous (ce sont souvent les filles qui lancent les projets) propose d’aller danser en boîte : il y en a une juste à côté, on peut y aller à pied. « Allez, pourquoi pas ? Comme dans le bon vieux temps ! » Les garçons rechignent un peu mais finissent par se laisser convaincre. Tous sauf un, le mien, le schtroumpf grognon !! « Vous êtes complètement folles ! En plus j’ai jamais aimé ça. C’est pas à 50 ans passés que je vais vous suivre. » Je suis plus qu’agacée ! Il n’avait déjà pas envie de venir pour ce week-end et il va casser l’ambiance… « C’est pas grave…. Reste dormir, nous on y va ! » Nos amis ne savent plus trop ce qu’ils doivent faire. Ils ont bien vu que dernièrement, il m’est souvent arrivé de venir seule pour nos retrouvailles… Ils finissent par suivre mon point de vue. Et nous voilà partis (sans mon homme qui fait la gueule, tant pis pour lui)! Arrivés au Repsor, nous remarquons que nous ne sommes pas les seuls de notre âge. Génial, on ne sera peut-être pas largués !! Notre mot d’ordre avant de partir : boissons alcoolisées (pour une fois qu’on n’a pas de volant à prendre), danses, rires et pas de tabous (on se fout des autres et on s’éclate). La soirée est bien commencée, l’alcool commence à faire son effet, surtout sur les filles (forcément, on se dévoue toujours, on a moins l’habitude ou on l’a perdue !!), on se déchaîne sur la piste, on s’amuse… Et moi, j’en profite un max, je me démène, je bouge. Personne pour me dire « Arrêtes de te faire remarquer…. Oublie pas que t’es plus une gamine ! ….Bon allez, ça suffit, maintenant, tout le monde te regarde ! » J’ai chaud, je transpire, mais je m’en fous complètement !! Les garçons se sont occupés de nos boissons, pour ne jamais en manquer. Etant seule, je me propose pour refaire un plein au bar et un copain vient m’aider. Pendant que je commande, il part faire un tour aux toilettes soulager sa vessie (vu ce qu’il a déjà ingurgité, c’est normal). J’attends au bar et en profite pour mater ceux qui y prennent un verre. Mon regard glisse tranquillement de l’un à l’autre…Je ne fais pas plus attention que ça… J’ai à peine fini mon tour que je me fige. Ma tête vient de se mettre en alarme, avec un temps de retard (alcool, ou le fait que je ne voie pas trop bien ???). Retour en arrière ! Deux, trois personnes, rien ! Mais qu’est ce que j’ai bien pu remarquer ? Je continue mon inspection, je balaie une nouvelle fois, mais plus attentivement ceux et celles qui sont agglutinés au bar… Et quand mes yeux se posent sur LUI, je ne vois rien de particulier, mais mon corps, lui, voit quelque chose, il se contracte, je me sens presque fébrile…. Bordel, j’ai vraiment trop picolé… Qu’est ce qu’il a ce mec ? Ouais, d’accord, un peu plus vieux que moi, un certain charme…. Pas mal sapé (mieux que moi qui dégouline et paraît plus que défraichie). Les yeux rivés au fond de son verre qu’il fait légèrement tournoyer, il a l’air absent. J’en profite pour le dévisager. J’essaie de comprendre ce qui m’attire chez lui…. Je cherche ! Merde, je me suis fait griller ! Il a levé la tête et me regarde. Nos regards se prennent et ne se lâchent plus. Oh, ces yeux …..d’un vert envoutant, je vais m’y noyer. C’est ce moment que choisit le copain pour revenir des toilettes. Il y a pourtant pris son temps… Il me parle mais je ne l’entends pas. Il est obligé de tirer sur mon bras pour que je réalise qu’il est revenu. Avec beaucoup de difficultés, j’abandonne et lâche des yeux ce type, et je repars avec le copain et les bouteilles retrouver le reste de la bande. La soirée se poursuit. Je continue à bouger sur la piste, mais je ne suis plus aussi détendue qu’avant… Je suis perturbée… Mon regard est irrésistiblement attiré vers le bar. Il y est toujours. Il donne l’impression de ne pas avoir bougé, mais sa position s’est légèrement modifiée. On dirait qu’il m’épie, qu’il me surveille… Je le ressens dans mon corps, tous ces crépitements, ces sensations, cet émoi qu’il me procure alors qu’il semble étranger à ce qui se passe autour de lui ! Nos yeux ne se sont pas recroisés. Mais il y a une connexion entre nous…. Je la sens ! Les lumières de la salle se modifient et deviennent plus intimes. La voix de Tracy Chapman s’élève dans les haut-parleurs. Les couples de mes amis se reforment et se dirigent vers la piste. Deux d’entre eux ne voulant pas me laisser faire tapisserie, hésitent. Je les incite à aller danser et ils rejoignent les autres. Je les regarde, perdue dans mes pensées. Je ne veux pas regarder vers le bar… Les picotements dans ma nuque s’intensifient…………. IL est là devant moi et me fixe. Aucune parole. Il ne sourit pas, son regard est presque froid mais tellement intense….Il me tend la main, et moi, comme une automate, je la prends et je me lève. Sa main est chaude. Il enlace ses doigts aux miens. Merde, c’est intime ! Un très léger sourire passe sur ses lèvres. Oh, c’est mignon, comme s’il était timide. Mais il ne l’est pas. Je le sais, je le sens. Il m’entraîne sur la piste et m’enlace. Nos regards ne se lâchent pas. Sa main droite est posée sur le bas de ma fesse gauche et la gauche, bien à plat sur le haut de mon dos et me presse contre lui. J’ai mis mes bras autour de son cou. Nous sommes collés l’un à l’autre, mes seins sont plaqués contre son torse. Bordel, …. on ne se connait même pas ….. et on se comporte comme des amants !!! C’est si érotique, si puissant !!! Non, c’est sûr, je n’ai jamais ressenti ça avant ! Et toujours aucune parole, je ne connais pas le son de sa voix… Nous sommes immobiles sur la piste…. Puis, tout doucement, il se met à bouger. Ses jambes frôlent les miennes sans arrêt. Sa main droite appuie d’une pression un peu plus forte sur ma fesse. Ma robe est si légère que je sens la chaleur de sa paume sur moi. Ohhhhhhh !!!! Il empaume ma fesse et plaque mon bassin contre le sien. Son jean frotte contre ma robe… Il n’y a pas de doute, il bande !! Il se frotte contre moi et c’est très explicite. Il me fixe toujours de son regard vert. Ses yeux sont allumés de désir. Mais qu’est ce qui l’attire chez moi, je n’ai rien d’une diva. Il y a quelques années, j’aurais pu comprendre. Mais là, quand même… Je suis une femme mature qui accuse le poids des années et des maternités. Et en plus, je suis en sueur, échevelée certainement, probablement le visage rougi et luisant, et un peu éméchée….. Mais c’est tellement agréable de se sentir désirée, et tellement bon d’être dans ses bras. Mais c’est quand même plus qu’osé comme comportement…. Heureusement que les lumières sont tamisées, mais ça doit quand même se voir !!!! Pourvu que les copains/copines ne remarquent rien…. Quoiqu’avec ce qu’ils ont bu, je pourrais toujours feindre…. Nos yeux sont aimantés. Nos bouches sont si proches que je sens son souffle, une odeur de whisky atteint mon esprit embrumé. Mais nos visages ne se touchent pas. Ils sont pourtant si près. Il ne faudrait pas grand-chose… Il commence à bouger lentement, sensuellement ses doigts de la main droite…sur ma fesse. Ma robe va remonter !!! Je me tortille. Mais je n’arrive pas à bouger. Il me maintient toujours contre lui. Si ça continue, il va finir par montrer mon cul à tous… Mais, qu’est ce que j’aime ses caresses…Je suis si bien dans ses bras. La voix de Tracy Chapman s’éteint et le DJ enchaîne un autre morceau, mais je ne l’entends pas. Nos corps se sont figés. Son regard m’interroge… Et ses lèvres bougent. Il murmure « Tu viens ? » d’une voix si basse qui me chamboule.. Mon cœur palpite. Oui, j’en ai envie, je veux le suivre…Mais qu’est ce qui m’arrive, je suis complètement folle. Suivre un inconnu… Et je suis en couple, même s’il m’a abandonnée ce soir. Et je ne l’ai jamais trompé. Je ne vais pas commencer maintenant……Non, non !!!! Il faut que je me raisonne !!........... La raison m’abandonne ! Je vais le suivre. Dans un éclair de lucidité, je lui dis « Attends ! » et je rejoins un couple de copains. Ils ont remarqué notre petit manège. Je leur dit que je sors un instant mais que je les tiens au courant si je ne reviens pas de suite. Ils essaient de me raisonner mais n’y arrivent pas. Je suis déterminée. Je LE rejoins. Il était resté un peu à l’écart, le temps que je parlemente. Nous n’avons même pas échangé nos prénoms. Nous sommes deux inconnus qui se sont trouvés. Ses yeux me brûlent. Il passe un bras autour de ma taille et m’entraîne vers la sortie. La porte est juste passée qu’il me plaque contre lui et m’embrasse. Sa bouche me dévore, sa langue me fouille, nos salives se mélangent. C’est un baiser sauvage. Un baiser qui me laisse pantelante. Ses mains se faufilent sous ma robe et agrippent mes fesses. Des voix ricanent et arrivent à nos oreilles « Et !! Prenez une chambre ! » « Ils vont finir par baiser devant nous !!! » « Oh, le spectacle !! …… et vous avez vu leur âge … » .............. à suivre

s'agitte r

s'agitte r

 

Mes nuits

Mes nuits Pendant toutes ces nuits Soumises à l’insomnie, Où je passe mon temps sur FI, Mes désirs, mes envies Ne sonnent pas l’hallali. C’est pourquoi, aujourd’hui, Ce qu’il y a peu, je n’aurais pas dit Maintenant, et oui ! je l’écris ! Un texte, des mots,… je souris Des pensées, des écrits,… je frémis Des actes, des pratiques,… je rougis Des effleurements, des caresses,… je jouis Mais fantasmes et tutti quanti Pas pour autant, je les assouvis ! Et quand enfin, je me suis endormie, Au petit matin, encore assoupie, Fantasmes et envies sont passés dans l’oubli.

s'agitte r

s'agitte r

 

Envie .... ou fantasme ....

Depuis qu’inscrite en toute intégrité Sur ce forum dédié à la sexualité, S’est réveillée ma sensualité. Et c’est en toute intimité, Tout en faisant fi d’émotivité, Que j’avoue être en pleine dualité Pour des envies de pluralité !

s'agitte r

s'agitte r

 

Insomnie

Impossible de dormir encore et encore… Nuit fragile qui ne veut pas de moi ! Sommeil qui me tourne le dos, qui Oublie que de repos, j’ai besoin parfois. Mal qui commence à se voir, qui me dévore : Nuances ombrées sous mes yeux fatigués. Impuissante, je l’admets, je le suis, Et, aujourd’hui, ne peux plus le nier !

s'agitte r

s'agitte r

 

Un massage de rêve, un massage en rêve (quatre mains de S'agitte r et Mariveau)

Mathilde est épuisée, son travail l’accapare au point qu’elle ne pense plus à elle. Elle partage sa vie entre son rôle d’épouse, de mère, son travail et ses activités au service des autres. Mathilde est une femme superbe, les années, les maternités les aléas de la vie n’ont en aucune mesure altéré sa beauté. Elle est désirable, sensuelle dans son tailleur strict de chez Devernoy. Elle le sait, elle en joue avec ses jeunes et moins jeunes dans son entreprise. La semaine a été dure, et ce midi elle a expédié les affaires courantes et elle est rentrée chez elle. Elle sera seule, son mari et ses enfants ne sont pas là, il sont partis au sport d’hiver, elle les rejoindra ce weekend . En attendant, elle a décidé de se consacrer à son nouveau plaisir, la redécouverte de la littérature érotique à travers les mystères de l’internet. Elle a passé son après midi à préparer sa soirée. Le feu frémit dans l’âtre, elle a étendu sa couette devant la cheminée, elle s’est préparé un petit en cas et s’est servi un verre de vin blanc sucré, un Sauternes. Elle s’est fait belle, sous la douche, elle s’est surprise à se caresser en se souvenant d’un texte érotique lu dernièrement En sortant de la salle de bain simplement vêtue de sa beauté mature et de son délicat parfum, elle enfile un simple déshabillé de dentelle noire, offrant au regard ses magnifiques seins lourds aux aréoles larges et aux pointes dardées par le frottement espiègle du tissu. Elle boit une gorgée de ce nectar blond, s’allonge avec sensualité, offrant son corps aux courbes divines au rayonnement du feu de bois qui crépite avec force comme pour saluer la beauté de cette femme. Elle a disposé tout autour de la pièce des veilleuses, diffusant une lueur diaphane, se mêlant à celle émise par les flammes de ce feu quelque peu démoniaque. Des essences rares embaument la pièce, l’atmosphère est envoûtante, troublante, propice à bien des rêves, à bien des sensations. Elle ouvre son dernier achat, le dernier tome de ce roman érotique à succès. Elle s’y plonge avec délectation comme le premier tome, elle se laisse aller. Son corps se détend, mais ce qu’elle rêve c’est d’un massage. Les phrases, les mots qui se succèdent au rythme de sa lecture lui produisent en elle autant d’images que l’éveil de ses sens. Elle ferme les yeux, ses mains vagabondent sur son corps, elle se caresse, se donne du plaisir. Les pages défilent autant que les heures, elle s’endort. Depuis combien de temps dormait elle quant elle ressentit cette sensation Elle sent se poser des mains sur le bas de ses reins qui remontent jusqu’à ses épaules. Elle sent des mains chaudes et douces la masser, la caresser, lui effleurer, lui procurer de douces sensations, elle sent ce qui lui paraît être un souffle tiède et sensuel. On lui masse chaque partie de son dos afin de bien la détendre. Elle devine que l’on verse à nouveau de l’huile d’argan parfumée à la rose et qu’on commence à masser ses hanches, ses reins et ses fesses. Elle sent ces mains glisser de chaque coté de ses cuisses et redescendre lentement… La respiration de Mathilde s’accélère et elle ne dit mot. Elle aime ces mains d’homme qui la massent, la caressent ainsi pendant plusieurs minutes paradisiaques. Cet inconnu prend tour à tour son pied gauche puis son pied droit, la masse, la détend. Alors ses mains partent de ses mollets et remontent jusqu’à ses fesses, puis elles glissent de chaque cotés de ses cuisses et redescendent… Il procède ainsi à plusieurs reprises et à chaque fois sans oublier du bout de ses doigts d’effleurer son pubis…….. Puis il lui masse ses fesses ce qui la fait craquer. C’est une des zones les plus érogènes chez elle. Ses mains sont d’une douceur inimaginable, ses doigts puissants d’une habileté incroyable. Ses mouvements sont amples et elle commence à ressentir un plaisir si excitant. Que j’aime ce rêve se dit-elle. Je me suis encore endormie en lisant... Je me sens si bien... Est-ce dû à ma douche si profitable ? Au vin que j’ai bu ? A ma lecture ? Je me sens si détendue, si reposée. Hummm, c’est tellement bon ! Mais.... je rêve …. Oh oui, je rêve ! Des mains me massent !!!! Des mains d’homme, fermes mais tendres et douces à la fois, imprégnées d’huile. Des mains magiques !! Oh, ces mains j’ai l’impression qu’elles sont partout à la fois..... Je ressens encore les effleurements, les caresses, les frôlements sur ma peau. Ces mains sont si vagabondes, et déjà il me semble qu’elles s’égarent délicieusement. Oh, ça y est ! Elles viennent de se poser sur mes fesses ! Ce massage, ces doigts qui me pétrissent les fesses... J’adore. Elles se font tantôt douces et enjôleuses, tantôt musclées et viriles. C’est un régal, un pur délice. Je commence à être toute émoustillée, mon sexe palpite... Mon corps s’embrase. J’écarte inconsciemment mes cuisses. Mon corps réclame d’autres caresses.... Mais il s’entête. Ses mains sont toujours sur mes fesses, elles le cajolent et oui, j’aime ça ! Mais je voudrais plus... Enfin, ses mains glissent.... Elles redescendent sur mes cuisses et remontent lentement, très lentement, trop lentement....Je n’en peux plus d’attendre. Ses mains si douces, remontent sur mes fesses et.... oh oui!! ses pouces viennent frôler mon sexe.... Je sens son souffle sur le bas de mon dos. Et ses mains disparaissent.... Il laisse courir un doigt entre ses fesses tremblantes, effleure sa petite rose ce qui la fait frémir. Délicatement, il la met sur le dos pour pouvoir masser son ventre et sa poitrine. Il place ses mains en haut de son sexe et remonte sur sa poitrine jusqu’à ses épaules. Par la suite ses mains redescendent sur chaque coté de son corps en caressant ses seins. Il va et vient ainsi à plusieurs reprises. Il semble bien qu’elle ressent beaucoup de plaisir. Il passe le bout de sa langue sur ses tétons dardées par ce plaisir tactile, en dessine le contour tout doucement. Ses seins sont lourds et fiers et surtout très sensibles. Il les lèche enfin. Ses mamelons durcissent encore plus . Elle est dans un immense état d’excitation. Mais où sont donc passées ses mains ? Ah ! les revoilà ! Enfin, non, seulement un doigt.....Oh mon dieu, ce doigt est entre mes fesses et.... qui se rapproche …. de mon petit trou !!!! Ce doigt se fait caresse, doux... Hummm, c’est bon ! J’en tremble. Je suis tellement bouleversée que je me rends à peine compte qu’il me tourne. Ses mains se posent sur mon pubis et reprennent leur savant massage...Mes seins, mes hanches, mon ventre, mes épaules, ses mains s’y promènent sensuellement et tendrement.C’est un ballet qui n’en finit plus.... Je me sens fondre. J’ai l’impression que mon corps ne m’appartient plus. Je ne contrôle plus rien. Mes tétons sont érigés. Ils n’ont jamais été si agréablement douloureux.... Oh ! à ses mains, sa langue vient se rajouter....Elle vient à la rencontre de mes tétons, l’un après l’autre, tout en douceur. Elle se fait d’abord tendre et lente, si lente...Puis, elle se fait gourmande, sa bouche me dévore... Non, c’est pas possible , mes tétons s’allongent encore plus.... Et ces mains qui continuent leur vagabondage.... Mes sens sont exacerbés ! Ses mains, sa bouche, sa langue sont un supplice. Mais quel supplice !!! Et ça monte encore en puissance.... Sa bouche quitte mes seins tendus et descend lentement.... Mon corps se tend, il attend …..Mes jambes s’ouvrent..... Elle écarte les cuisses pour laisser sa main le caresser. Sa bouche descend sur son ventre et elle sent sa langue fouiller son intimité , puis s’attarder sur son clitoris. Il savoure son petit bouton telle une gourmandise. Il passe ensuite sa langue en sa corolle humide comme la rosée du matin , entre ses petites lèvres, puis enfonce sa langue encore plus loin. Il lui soulève le bassin et avec son doigt, il le pénètre puis un deuxième et sans aucun effort un troisième doigt. Il recommence à lui lécher l’entrée de sa coupe puis sa langue la pénètre de nouveau. Ses petits attouchements sur son bourgeon la mettent en transe. Sa langue tourbillonne dans sa vulve et ses lèvres charnues aspirent son petit bouton avec des mouvements très appuyés. C’est si bon que elle se tord de plaisir. Elle lui supplie de ne pas lâcher prise et renforce ses mouvements. Un dernier coup de langue, elle sent l’orgasme venir. Elle crie, elle jouit. Ses mains précèdent sa bouche. Elles caressent lascivement mes hanches puis descendent sur mes cuisses. Ses mains sont des délices...elles passent à l’intérieur de mes cuisses. Mon corps s’abandonne, il m’abandonne, je n’en ai plus la raison !!! Mon sexe palpite et coule.... Hummm !!! Sa bouche est enfin arrivée !!! Son baiser intime est divin ! Sa langue vient de découvrir mon bourgeon. Elle prend son temps !! Je voudrais qu’elle se précipite. Mais non, elle s’obstine et savoure langoureusement mon petit bouton. Sa bouche descend un peu et mange ma vulve....Ses mains qui me maintenaient le bassin se déplacent et il entre un doigt en moi.... Oh, j’ai maintenant trois doigts dans le vagin !! Et sa langue et ses lèvres qui continuent de me torturer...Je n’en peux plus. Ils suivent le même tempo, lents, puis appuyés, puis précipités, et encore lents, tournoyant, pour aller crescendo... Oh, surtout qu’il ne s’arrête pas !!!! Je serre mes cuisses contre sa tête. Je ne veux surtout pas qu’il s’échappe. Je ne sais plus qui je suis... ni où je suis et encore moins avec qui je suis …... Et pourtant, il sait me donner du plaisir !!!! Je tremble. Le plaisir monte !!!! Je ne me contrôle plus. Je me lâche. Je convulse. Je crie. JE JOUIS !!!! Maintenant il l'embrassait délicatement dans son cou . Fais moi l'amour lui dit elle ,il entreprit de réveiller ses sens par une délicieuse sensation, , sa langue dessinait des figures abstraites sur son corps et descendait aux creux de ses reins, chatouillant tendrement ses fesses. Doucement, il l’avait fait se retourner sur le dos afin de pouvoir lécher à nouveau le devant de son corps. Il voulait la faire languir Des oreilles , il descendit le long de son cou, il s'attardait à chacun de ses seins avant d'atteindre enfin son ventre. Il lui embrassait les cuisses, les genoux, les chevilles, les pieds. il lui fit des baisers furtifs, elle gisait immobile profitant pleinement de ses caresses. Quand il se me mit à nouveau à lui écarter les jambes et insinuer sa langue en elle, elle sursauta pour encore céder au plaisir. Il la mordillait avec douceur, heureux de l'entendre soupirer sous l’effet de ses caresses buccales.. D'un geste tendre il écartait délicatement les lèvres gonflées de son sexe pour pouvoir accéder plus facilement à l'endroit le plus vulnérable de son corps. Il y darda ensuite sa langue pointue, agaçant la chair légèrement meurtrie de Mathilde. Elle nageait en pleine jouissance corps et esprit emprunts de rêverie. Il la sentait vibrer. Ses doigts remplacèrent sa langue , s'insinuant plus profondément en elle, la faisant haleter de douleur et de plaisir. Sa langue revint se joindre à nouveau à ses doigts . Il sentait le sexe de cette femme sublime palpiter sous les coups de ses doigts. Il se décida enfin de se glisser sur elle, en elle ,s'enfonçant aisément dans le sexe humide de cette beauté, prolongeant la caresse d’un frottement précis entre ses lèvres ouvertes qui lui arrachèrent de nouveaux gémissements. J’ai du mal à reprendre mes esprits. J’ai du mal à reprendre mon souffle. Je suis si bien....Et pourtant, j’en veux encore ! Il est si doux, si tendre... Mais il ne me laisse pas de répit. Je suis un pantin entre ses mains ! Sur le dos, sur le ventre, sur le dos, il me retourne, pour que sa bouche et sa langue continuent leur petit bonhomme de chemin vers le plaisir, encore et encore ! Chaque parcelle de mon corps est dégustée. Je suis à sa merci... Je suis tétanisée. Je n’ai pas encore émergé de ma jouissance : les contractions sont encore présentes et s’estompent tout doucement... Oh ! Mais non ! Déjà ! Il m’écarte à nouveau les jambes et sa langue encore …...Je ne peux résister. Je m’abandonne.... Je rêve !!! Ce n’est pas possible ! Il va encore me faire jouir... je suis bien partie pour !! Et maintenant, ses doigts qui tournent en moi. Et toujours sa bouche, sa langue.... Mon vagin se contracte de plus belle. Je me sens oppressée, je halète, je n’en peux plus !!! Il vient de retirer ses doigts et sa bouche. Son corps se colle contre moi. Hummmm !!! Son sexe vient buter contre mes lèvres. Le chemin est si aisé. Il s’insère enfin en moi ….Il bouge et se positionne pour que mon clito frotte contre lui......Ahhhhhh !! Ahhhhhhhhhh !!! Il est si gros, il me remplit... Et il coulisse si facilement, je suis si mouillée.... Et il prend son temps..... Il l'emplissait, il s'insinuait lentement et profondément laissant son membre couler de lui même au tréfonds de son corps. Leurs souffles s’accélèrent quand ils se mirent à entamer une danse lascive de leurs corps . Il la fit ensuite s'asseoir sur lui , ramenant ses seins à ses lèvres ouvertes. Son corps se cadençait sur sa verge raidie, sa main se remit à fouiller entre les cuisses de la belle, agaçant, torturant son bourgeon lui arrachant de nouveaux gémissements . Il allait exploser en elle quand d'un mouvement de ruade, elle se retira et s'agenouilla devant lui. Je me sens comblée (dans tous les sens du terme) …. Ses va-et- vient sont divins ! D’abord d’une lenteur à me pâmer. Et qui montent crescendo au rythme de nos respirations qui s’affolent. Le tempo se précipite.... Mmmmmmmmmm !!! Il me tire vers lui. Je suis maintenant assise sur lui. Sa bouche vient prendre mes tétons entre ses lèvres. Il les lape, les embrasse, les suçote, les mordille !!! Et que j’aime ça..... Je prends enfin le contrôle de nos ébats. Empalée sur sa verge, je me balance à l’écoute de mon plaisir qui monte, qui monte.... Oh ! Sa main qui se faufile entre nos corps.....Elle me caresse, me titille le clitoris... Je suis sa cadence..... ou c’est lui qui suit la mienne !!! Ha ha haaaaaaaaaa !!! C’est si bon …. Je vais jouir ! Et je le sens palpiter....... NON ! NON!!!! Pas déjà !!! Je me retire, un peu brusquement, c’est vrai. Tous mes sens sont en émoi !!! Sauf un, le goût !!! Je veux connaître sa saveur.....Je m’agenouille entre ses cuisses et je m’approche lentement de son pénis, ce phallus si membré et si dur ! Il me fait envie.....Je ne peux attendre, ni prendre mon temps, il me le faut, tout de suite ! Je l’enfourne d’un coup dans ma bouche. Il est si gros, si dur et si doux sous mes lèvres..... Ma langue le caresse, le cajole ! Il a si bon goût ! Je le déguste ! Je le fais coulisser entre mes lèvres et ma langue savoure son gland ! Mes mains s’activent. L’une l’enserre à la base du pénis et le caresse. L’autre vient doucement frôler ses bourses et les flatte avec délicatesse.... Ses yeux brûlaient de désirs, elle approcha ses fines lèvres de sa verge durcie par le plaisir puis d'un coup elle l’ a mise directement en bouche, serrant son vît fortement de ses lèvres. Il arracha un gémissement qui ne fit que serrer encore plus l'emprise de sa bouche comme une gaine enserrant un glaive. Puis sa langue s'est mise en mouvement tournant autour de son gland meurtri. Elle se mit à faire des va et viens tout en jouant de ses mains fines de sa hampe et de ses testicules. Son rythme s'est accéléré lui arrachant des gémissements de plus en plus fort il était à la limité de l'extase amoureuse. Elle se leva et lui tourna le dos pour offrir son corps nu à la chaleur de la cheminée. Il soupire. Son souffle s’accélère. Mes mouvements aussi... Il faut que je ralentisse ! Je ne veux pas qu’il s’abandonne complètement... Mais quand même !...... Je devrais pourtant être rassasiée.!!!... Je pourrais le laisser jouir à son tour..... Un dernier coup de langue, une dernière succion et je le laisse !!!!! Je me lève et me dirige vers la cheminée..... Je le sens aussitôt, dans mon dos.... Ses bras m’enlacent ! Une main entoure et prend mon sein, puis l’autre.... et sa deuxième main vient se poser sur mon mont de vénus et s’aventure encore plus entre mes cuisses.... Je reste immobile !!! Il s’agenouille derrière moi et me caresse les fesses... Je me penche légèrement en avant et écarte mes jambes..... En un instant il fut derrière elle soupesant le doux volume de ses seins généreux d'une main et explorant son entrejambe de l'autre. Elle resta comme elle était dès le début devant le feu crépitant il se laissa tomber à genou derrière elle. Elle plia un peu les jambes et écarta ses fesses afin qu’il puisse la lécher à nouveau. Le parfum de son corps était intense et le goût de son sexe écarlate évoquait un fruit mur éclaté. Ensuite il se leva et introduit son pénis en feu, là où sa langue s'était glissée. Elle poussa un long gémissement. Alors qu’il la soutenait en elle, elle se mit à genou. La labourant désormais avec frénésie , il ne cessa plus ses mouvements de va et vient . Sa bouche revient sur ma vulve, se pose sur mes lèvres et me lèche encore et toujours.... Comme j’aime ce qu’il me fait !!!! Il se lève et je me sens frustrée !!! Oh ! pas longtemps ! Il s’introduit en moi, je feule.....Je veux qu’il me remplisse complètement. Je me laisse tomber à genoux. Ma position préférée ! Mais comment pourrait-il le savoir ? Il me défonce maintenant ! J’accompagne ses mouvements et même les provoque, les précède.... J’y suis presque !!!!! Oh oui oui , encore, encore, ouuuuuiiiiiiiiiii !!!! Il se retira, et ils s’allongèrent sur le tapis devant ce feu d'enfer, leurs corps s’emmêlèrent, leurs bouches s'unirent, leurs langues se trouvèrent, des goûts sucré salé se mêlaient à leurs salives, excitant encore plus leurs sens . Elle senti la turgescence de son sexe se présentant à la porte de son intimité, elle ne le repoussa pas, elle serra alors ses hanches fortement se cambra pour mieux lui présenter ses secrets intimes . D'une main assurée, elle empoigna sa verge dont la pointe frémissante butta contre son anus et trouva sans tarder l'entrée de cet orifice hospitalier qui se dilatait pour la faire pénétrer. Il poussa imperceptiblement et le gland s'engouffra tout entier enserré aussitôt par ses muscles intimes avec une telle force qu’il n'aurait pu se retirer sans effort. Il la pénétra lentement pour prolonger autant que possible l’ineffable sensation qui l'envahissait. Il s’est retiré mais n’a toujours pas joui ! !! Nous sommes allongés devant la cheminée et nous nous embrassons, pour la première fois !!!! C’est si intime, même après nos ébats....Et tellement délicieux... Oh, sa verge vient buter sur mon petit trou !!!! Je me tends vers lui....prends sa verge d’une main et la présente à mon anus. Ah ! Il entre, je me resserre sur son gland.... et doucement, il pousse et me remplit. Ouuuiii !!! Il entreprend des va-et vient de plus en plus amples et puissants...... Je m’agrippe à lui et l’embrasse. Oh ! C’est bon , oui, oui, encore, encore …....Je viens, je viens....... Je le sens palpiter..... et se répandre en moi..... Ah ! Ah ! Aaaaaaaahhhhhhh ! Aaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhh !!! Il donna un nouvel assaut s'enfonçant en elle un peu plus lui arrachant un cri de plaisir, il se retira alors pour mieux s'enfoncer à nouveau avec puissance. Elle haletait son plaisir, leurs sueurs se mêlaient. Elle serra ses cuisse contre lui encore plus fort, bouche contre bouche . Il entreprit un léger va et vient qui devint plus intense à chacun des appels de son bassin jusqu'à ce que son écume ardente et dense jaillisse longuement de lui et se répande en elle le retenant alors très fort, extirpant les dernières gouttes de l'essence de sa virilité. Je suis alanguie, comblée, épanouie....... Mais qui était cet homme ? Je ne peux mettre un visage sur lui …..Qui était-ce ? Ai-je rêvé ? Ou pas ? Est-ce mon inconscient qui s’est mis en marche ? Je voudrais tellement le revoir.... ou le voir vraiment..... et recommencer !!!!! Merci à LUI, c’était un si beau rêve......

s'agitte r

s'agitte r

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.