Aller au contenu
  • billets
    7
  • commentaires
    28
  • vues
    2 530

À propos de ce blog

Billets dans ce blog

 

Te regarder prendre une douche

Pourquoi ne veux- tu pas me croire quand je te dis que c'est très agréable de te regarder prendre une douche? J'aime te regarder quand tu te diriges nue vers la salle de bain, quand tu ondules du bassin juste parce que tu sais que ça m'excite. J'aime te regarder lorsque tu entres sous l'eau chaude, quand elle ruisselle sur ton corps, quand tu commence à te mouiller les cheveux, que tu prends cette posture que je trouve si sexy, la tête penchée en arrière, les bras relevés, le buste en avant, le dos cambré, les jambes légèrement écartées. J'aime voir le shampoing coulé le long de ton dos, dessinant les chemins que mes mains voudraient suivre, de tes épaules à tes pieds. J'envie cette douce mousse qui caresse ta peau, passe sur tes fesses, coule le long de tes merveilleuses jambes. J'aime encore plus quand ton corps se couvre de la mousse du gel douche. Je voudrais te rejoindre, nettoyer chaque centimètres carré de ta peau, parcourir de mes doigts tes bras, ton cou, ton dos, m'attarder sur tes seins, sentir tes tétons durcir entre mes doigts, frotter en douceur ton ventre, descendre sous le nombril, laisser mes mains découvrir à nouveau ton intimité, puis glisser vers tes jolies fesses, les masser doucement, retenir ma langue trop entreprenante qui ne souhaite qu'une chose, partir à la recherche de ton bouton d'amour. Mais non, je reste sagement éloigné. Je t'admire. Mes yeux se régalent de la mousse qui disparaît subitement, de ta peau de pêche qui apparaît doucement sous le jet du pommeau de douche. J'espère secrètement que tu t'attarderas un peu sur ton minou, que tes doigts écarteront doucement tes lèvres, que le jet se fera coquin, que tu rechercheras un peu de plaisir. Tu es si belle quand il s'empare de toi. Et même si tu restes sage, je pourrais toujours profiter du spectacle de la serviette qui absorbe toutes les goûtes présentent. J'aime voir avec quelle délicatesse tu te sèches. J'aimerai être cette serviette qui passe entre tes seins, qui glisse le long de tes jambes, qui parcoure un à un tous les recoins de ton anatomie. J'aime te regarder prendre une douche.

iZno

iZno

 

Son rêve

Ce matin je me réveille. Je suis perdu, pas dans mon lit. A mes cotés, une femme sublime. Brune, les cheveux long, la peau dorée légèrement parfumée, un regard de braise, plein d'envie, de désir. "-Qui es tu?" "-Ne t'inquiètes pas, je rêve de toi" Tout s'explique, enfin, non pas vraiment. Elle me dit que je suis dans son rêve, je ne maîtrise rien. Elle me désir, c'est plutôt bien. Je ne contrôle rien. Elle dirige mes pensées, mes mouvements. Ma main se pose dans son cou. Sa peau est chaude, brûlante, le désir brûle si fort en elle. Je glisse vers sa nuque, descends entre ses épaules, remonte à la base du crane, mes doigts se perdent dans ses cheveux. Mon cœur accélère, le sien aussi, rythme identique. Je reviens par le même chemin, plus lentement, m'attarde sur son oreille, en fait le tour, un doigt cours sur le pourtour, passe sur le lobe puis en dessous, mes doigts se dirigent vers sa gorge, frôlement sensuel, soupir d'envie. Mon autre main se pose sur son ventre. C'est impossible, il faudrait que je sois sous elle. Je comprends enfin. Nos corps ne font qu'un. Je suis elle, elle est moi. Je la caresse avec ses mains. Mains douce et rugueuse à la fois, fine et forte, des mains qui veulent lui faire du bien. Je reste sur sa gorge, la caressant sans fin, retournant sur la nuque de temps en temps. J'aimerai faire descendre l'autre plus bas, elle s'y oppose, trop tôt, pas encore. Je dessine des cercles sur son ventre, tourne autour de son nombril, remonte vers ses seins. Elle résiste, mais je prends le dessus. Elle ne le regrette pas. Déjà ses tétons pointent, se retrouvent tour à tour coincés entre mes doigts, involontairement, non, pas tant que ça. Ma main l'explore, passe entre ses seins, redescend vers son ventre, pas d'arrêt, il est temps. Premier contact avec les poils, je ralentis, repart en arrière, puis reviens, un peu plus bas, découvre la fente humide encore fermée. Mon doigt y glisse, juste en surface, sans appuyer. Reviens en arrière, repart s'y enfoncer. Va et viens, doux, chaud, vite endiablé. Je dévie vers son bouton d'amour. Déjà gonflé, attendant son tour. Doucement mes doigts humide le découvrent, en font le tour. Elle gémie. J'aimerai y poser mes lèvres, le lécher, le sucer, le caresser avec ma langue, l'aspirer, le goûter. Sentir mon menton s'humidifier, son goût se diffuser dans ma bouche, lui donner du plaisir. Elle le comprend, porte ses doigts à sa bouche que je puisse me délecter de son miel intime. C'est bon, ce goût que je ne pourrai définir emplie mes papilles. Je suce ses doigts longuement, un à un, je ne veux en perdre un goutte. Elle ne peut plus attendre, ses doigts repartent, enjoués, frénétiques. Je sens une chaleur m'envahir, un doux plaisir emplir mon ventre. C'est fort, chaud, intense, violent, intenable, explosif... Je ne veux pas que ça s'arrête, j'en veux encore, encore, encore... Plus rien. Je me réveille pour de bon. Ce n'était pas mon rêve. J'espère qu'elle rêve encore...

iZno

iZno

 

Une pipe, deux points de vue

-Arrêtes s'il te plait, j'essaie d'écrire... -Ah ouais, et ça parle de quoi? -Devines, c'est pour FI. -Hummm... Besoin d'inspiration? -Non, c'est bon, j'ai deux trois idées en tête mais je ne sais pas encore où ça va me mener. -Tu veux un petit coup de main? -Penses tu que ce soit une bonne idée de mettre ta main dans mon caleçon? -Où veux tu que je la mette, tu ne portes que ça? -Tu es consciente que ça me perturbe un peu? -Qu'un peu! Attends j'ai mieux alors. -C'est sur qu'avec la langue, je n'ai plus aucune chance d'écrire quoi que ce soit... -Tu ne vas pas me reprocher d'aimer ta queue? -Bien sur que non ma chérie. -Alors laisses moi faire... -Comment pourrais je te dire non? -Enlèves ce satané caleçon que je puisse faire ce que j'ai à faire. -Oui tout de suite... -Humm, j'aime vraiment ta queue. -Je sais... et moi j'aime ta bouche quand tu joues les petites cochonnes. -Tais toi je suis occupé. -Tu ne vas pas me reprocher d'aimer quand tu me suces quand même? -ah humm slurp.... -Je prend ça pour un non. -humm, slurp slurp... -oh oui -slurp slurp, smack... -Encore... t’arrêtes pas.. -Hummm -Ah! aahh! aaaaaahhhhhh oui. -slurp humm -Oh oui, oh oui..... Arghh oui... hummmmmmmmmmmm -Humm, j'aime quand tu viens vite comme ça. -ahhh..... -Je retourne au lit, t'as intérêt à me suivre. -Oui ma chérie, de toute façon, je n'écris rien de bien en ce moment... ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Enfin un peu de soleil, je désespéré de le voir revenir. J’aime sentir les rayons du soleil sur ma peau dès le réveil, et à dix heures du mat, ils commencent à être bien chauds. Volets ouvert, ok. Fenêtre ouverte, ok Un petit coup d’œil aux alentours, histoire de pas me faire traiter à nouveau traiter de pervers parce que j’ouvre les volets à poil. A droite, RAS A gauche, RAS Devant, RAS aussi. Attends. Non, pas RAS. Il y a les voisins d’en face. Elle me fait trop fantasmer avec ses cheveux longs, son petit cul bien bombé. Il ne lui manque qu’une paire de nénés digne de ce nom pour prendre la tête de mon top ten des nanas les plus bandantes !! Tiens donc, que fait-elle en peignoir? Ah merde, il y a son mari. ‘tain, si j’étais une fille, il me ferait mouiller grave celui la. Il a tout eu à la naissance c’t’enflure. Grand, brun, des yeux bleus, la peau mate, un corps de rêve, pile poil musclé comme j’aimerai l’être, un sourire ravageur… Il a du faire la fortune d’un orthodontiste, ce n’est pas possible d’avoir de si belles dents naturellement. Bon, alors ma grande qu’est ce que t’attends ? Il est à moitié nu sur une chaise en train de faire je ne sais quoi et toi tu reste planté juste derrière. Ben voilà, caresse lui les épaules. Tiens, ça t’intéresse ce qu’il fait sur son PC. Non, la cochonne, elle est en train de le branler ! Ben voilà, j’ai la gaule maintenant. Bon, toujours personne à droite ? Non tranquille. A gauche ? Le calme plat. Je crois que je vais vous accompagner, ce n’est pas tous les jours qu’on peut s’astiquer la nouille devant un show en direct live. Aller, vas-y bébé, garde le bien en main. T’as raison, enlève donc ce peignoir qui ne sert à rien. Ah ouais, je savais que t’avais un corps de rêve. Je vais lancer un nénéthon, histoire de te faire gonfler tout ça. Oh ça devient chaud, c’est ça, enlèves-lui le caleçon. Ouais, ouais descend, si tu veux le sucer, tu es sur la bonne voie. Oh le salaud. Tu peux sourire mon cochon, elle à l’air d’y aller de bon coeur. Toujours personnes en vu ? Non c’est bon, je peux continuer de mon coté. Humm bébé, continues comme ça. Vas- y mon gars tortilles toi sur ta chaise. Oh, j’en connais un qui va jouir dans ta bouche ma jolie. Hé hé, je l’avais dis. Chanceux va ! Ah bah non, vous allez où ? Revenez merde, j’ai pas fini moi. Fais chier. Vous ne pouvez pas baiser devant la fenêtre ? J’ai plus qu’à faire marcher mon imagination. « Oh bonjour madame Grandin, belle journée » Brrr, débandade immédiate, la gérontophilie n’est vraiment pas mon truc…

iZno

iZno

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.