Aller au contenu

Arkadis

  • billets
    5
  • commentaire
    0
  • vues
    1 978

À propos de ce blog

Billets dans ce blog

 

Notre soirée III

" Voulez vous votre dessert maintenant , mademoiselle ? " dit le serveur après avoir ramassé nos assiettes , " Oui s'il vous plaît " dis tu d'un air satisfait par ce délicieux repas autant que par la vue de ce charmant jeune homme . Particulièrement de ce petit jeu avec nos pieds et nos regards . Puis tu rajoutes " je le partagerais avec monsieur " , je me suis fait avoir ... mon regard s'échappe , cherchant une solution qui n'existe pas . Plus rien ne cache notre situation , la regarder réfléchir est très frustrant car je ne sais pas à quoi elle pense et je me doute que je vais perdre le contrôle de la situation . j'imagine alors notre après soirée , je l'inviterais à boire un café chez moi alors qu'il me raccompagneras à ma porte et peut être aller plus loin . Tu rougis alors à cette pensée . Le serveur arrive et tends la petite assiette " Voila mademoiselle " , il donne aussi un autre couvert plus petit cette fois ou l'on pourrait y mettre une tasse de café . contenu au dessus d'un léger papier encré d'un noir profond , souvent significatif de retrait d'argent et donc de malheur pour nos banques . Je parcours du regard cette feuille et y trouve l'addition et fait mine d’être soucieux au vu du prix . Tu me regardes perplexe puis d'un air hésitant tu me dis " Veux-tu que je paye ? " je réponds directement " non laisse , je peux payer je suis juste étonné de la somme " d'un air un peu frustré . Tu profites alors de ta glace et me tend une bouché que je savoure , je lèche l'intérieur de la cuillère en ne laissant rien et avance ma langue sur le plat avant de la passer sur l'extérieure . En voyant cette scène , tu restes stupéfaites par mon action mais encore plus par ce léger frisson qui parcours ton corps , et tu le sais cela ne vient pas de l'effet de la glace mais de lui . Tu continues de savourer ton dessert, d'un mouvement tu poses cette question si délicate qui détermineras le reste de ta soirée " Tu viens prendre un café chez moi après ? " . J'acquiesce d'un mouvement de tête et lui tends le couvert avec une part de ce délicieux sorbet , mélangé à une part de banane. Tu te venges de la tentation que je t'ai provoqué tout à l'heure en prenant en bouche la cuillère jusqu'à sa garde . Tu donnes de petit coup de langue et rejette le couvert ou il ne reste plus que la glace avec un léger trait laper sûrement par ta langue . Je reste subjugué par cette scène et pourtant tu continues ton petit jeu en passant ta langue dessous ... tu la lapes , puis elle glisse sur le dessus et emporte le dernier morceau de glace . Puis tu la glisses dans ta bouche en avalant son contenu , puis ouvre la bouche et passe ta langue sensuellement sur le peu qu'il reste , laissant une cuillère propre comme neuf . Je ne sais plus quoi penser , je suis transfiguré d'une envie soudaine , d'un désir brûlant et assoiffé . « Excuses-moi , je dois m'absenter » , tu t'échappes alors de ta chaise et embrasse mon cou avant de filer vers le bar pour rejoindre la porte des toilettes . Je reste stupéfait de cette envie que je ressens , qui frissonne , qui ne peut être contenu , un besoin trop fort . Je m'étais dirigé vers le bar de manière à payer l'addition avant d'aller au toilette pour me remaquiller . « Bonsoir Monsieur , excusez-moi de vous déranger . Mais je voudrais payer l'addition de la table 4 » le jeune garçon , brun et digne d'un petit Don Juan . D'abord surpris par la douce voix de la demoiselle lui réplique alors « Désolé Mademoiselle , vous devez faire erreur l'addition a déjà été payer au début du repas par le jeune homme . » , tu es surprise , étonnée . Tu essayes de t'expliquer mais le jeune homme reste de marbre et confirme que l'addition a bel et bien était payé . Et que les billets qui reposaient sur la petite assiette n'était que le pourboire pour le service et la qualité du repas . Tu te diriges alors vers les toilettes , encore surprise et totalement déboussolé . Tu entres alors dans cette petite pièce et observe son espace , tu ne vois personne , tu te diriges d'un pas délicat vers le lavabo et tourne le robinet afin de ta laver les mains . J'entre alors , tu venais à peine de te sécher les mains . Je te saisi et te plaque contre le mur , je t'embrasse passionnément avec fougue . Surprise tu ne réponds pas et te laisse faire , jouant avec ma langue , suivant mes mouvements , puis je coupe l'action . Je te regarde dans les yeux , tu sens mon érection contre ton ventre , tu m'embrasses alors comme une réponse à cette soudaine envie . Je caresse ta hanche de ma main , la glisse lentement derrière ton dos , et appuie notre baiser avant sa rupture . J'embrasse ton cou de nombreux baisers , glissant le long de ton menton vers le creux , remonte doucement vers tes oreilles appuyé de légère caresse avec le bout de ma langue et l'appui de mes lèvres . Ma main caresse doucement tes cheveux d'un brun auburn , replace légèrement derrière l'oreille , ma bouche se rapproche , et murmure à vois basse et avec une douce sensualité … « J'ai envie de toi la maintenant . »

Arkadis

Arkadis

 

Notre soirée II

Nos regards se croisent , tes doigts s’entremêlent aux miens , je ressens ce plaisir qui me transcende . Ma respiration s’accélère doucement , je sens une chaleur agréable qui s'introduit en moi . Tu m'embrasses d'un léger baiser , savoureux , doux . Mais qui me sublime . Tu te blottit contre mon bras , d'un air rêveuse . Pour moi c'est le grand soir , après trois semaines à se jauger , à se regarder , se détailler , à jouer , à consumer ce désir si intense , si brûlant . Je pense à lui chaque nuit , je m'imagine me réfugier dans ses bras, mes jambes entrelaçaient aux siennes. Alors que tu repenses à ce moment , nous avançons vers le restaurant , puis arrivons devant le réceptionniste . " Bonsoir Monsieur , j'ai réservé au nom nom de Ducoutray " dis-je alors , " Bonsoir Monsieur " réplique-t-il , il regarde alors son carnet ou plusieurs noms sont notés et voit mon nom " Par ici s'il vous plait " dit-il en partant sur la droite pour se diriger vers la salle principale . Alors que nous marchons , tu t'imagines ailleurs , ton regard se perds . Ce n'est pas possible , je dois rêver ... jamais je n'aurais imaginer vivre ceci , cela est bien trop beau et trop irréaliste !! Un si bel homme , qui me fais rire , me réconforte , me complète sur mes passions , peut être que cela n'est qu'un rêve ... Alors que tes pensées s'égarent , je te saisis à la hanche et suis le réceptionniste. Nous suivons alors ce réceptionniste , alors que nous entrons dans la salle principale , il nous indique la table numéro quatre et son emplacement . Elle vous conviendra parfaitement , situé en coin , elle vous offre une merveilleuse vue sur la nuit profonde par la lucarne situé un peu au dessus sur la gauche . Pendant ce trajet si court mais qui nous parus si long suite à notre émerveillement de la salle ; d'une couleur rose pourpre marié à un jeu de chandelle avec un léger tissu rouge sombre qui couvrait les tables . Cette ambiance perlé d'une odeur de musc assez perforante mais agréable , habillé d'un léger parfum de cannelle . Tu es complètement troublée par ces mélanges qui éveillent tes sens , je retire alors ta chaise afin que tu puisses t'asseoir. Alors que tu t’assoies j'en profite pour passer ma main sur cette succulente épaule ; et embrasse ton cou avant de rejoindre ma place . Nos regards se scrutent , s'intensifient , j’observe ton visage . Qu'est-ce que tu es belle , ton sourire rayonnant , tes lèvres fines ,si douces que l'on voudrait les embrasser milles fois ; que cela ne nous empêcherait pas de continuer à chaque heure , chaque minute , que dis-je ! à chaque seconde ! Tes traits du visage qui s'extériorisent et trace un visage doux , élancé . Tes joues raffinés , ton nez fin qui dessine un léger arc . Ce front plissé surement du à mon obsession , à ce regard qui te détaille ; et ces yeux si envoûtants qui me baigne dans un nouveau monde . Un monde ou la tristesse ne peut exister , un monde ou je suis tiens . Je sors alors de mes songes quand je sens ta chaussure se coller à ma jambe , touchant le laisser tissu du pantalon , et me provoque une douce pression sur mon tibia . Ton pied remontes mollement jusqu'à ma cuisse avec une lenteur désapproprié . Je discerne alors une action plus présente , plus violente qui m'émoustille , me faisant chaviré et me révèle un besoin insatiable au niveau du bas ventre . Tu en profites alors en frottant légèrement le tissu du bout de ta chaussure , m'excitant encore plus avant de retirer ton pied et de me laisser à mon désarroi . Puis d'un coup , brisant l'ambiance que tu avais installé , tu me dis " Chéri , le serveur attends ta commande " . Je quitte un monde si chaud , si sensuel , si excitant ! pour revenir à la dure réalité... Tu t'amusais avec moi et tu viens à l'instant de me refroidir tel qu'on réveille un ivrogne avec un sceau d'eau froide . Je toise alors le serveur et m'excuse " hum hum , excusez-moi j'étais ailleurs .. " , tu simules un léger sourire et lâche un imperceptible pouffement de rire . " je prendrais des huîtres chaudes au foie gras , ainsi qu'un rôti de veau normand et cela accompagné d'un Bananas Split pour mademoiselle et d'une verrine de clémentines au chocolat et aux spéculoos " , tu me toises alors d'un regard , je venais de me venger d'une manière délicieuse en ayant choisi ton repas et sélectionné l'un de tes repas préfères . Je profite alors de ton désarroi pour passer ma main sur la tienne , l'effleurant tendrement avant de la poser sur la tienne d'une douce pression . " Cela ne va pas Chérie ? " dis-je en caressant le dos de sa main d'un mouvement fin et léger . Surprise " Tout va bien , je suis juste très étonnée que tu me connaisses si bien " dis-tu gêné . J'exploite alors l'attente de l'entrée pour caresser du plat du pied ton mollet caché par tes chaussures à talons , je soulève doucement mon pied en exerçant une douce pression sur ta peau nue jusqu'au haut de tes jambes. Tu me regardes alors avec un regard si bestiale , que je devine alors que tu as soif de désir , que tu es sous l'emprise d'une passion dévorante .

Arkadis

Arkadis

 

Notre soirée I

Un jour d'hiver froid sous un ciel emprunté de nombreuses petites formes aux couleurs brillantes . Tu es là sous le porche du restaurant, m'attendant nerveusement ; du moins c'est ce que j'imagine à la vue de tes mouvements. Tu ne me vois pas mais je t'observe dans ta robe ciel étoilé qui descend jusqu'au dessous de tes genoux, ta longue chevelure brune qui cascade sur ton manteau. Rien n'existe de plus délicieux que de te regarder . Je te vois hésiter du regard, oscillant le long de la rue, regardant de gauche à droite ... attendant que j'arrive. Retardé à cause du travail, j'ai fait au plus vite et me voilà à t'observer. Puis tu me vois, tu me fixes, guettant ma réaction. Peut être que tu doutes que ce soit moi après tout. Avec ces flocons de neige qui descendent légèrement cela provoque une visibilité pas très nette. Puis soudainement tu t'avances, ton visage est éclairé alors par les lampadaires . Cette lumière qui se reflète sur tes yeux les révélant verts étincelants. Ces yeux où je découvre un regard mêlée de joie et de curiosité. Surement dû au fait que je ne bouge pas, trop concentré à t'observer... à regarder ce délicieux mouvement de hanche, cette grâce . Puis je retire la main de mon jean et m'avance vers toi, d'une démarche lente laissant planer l'attente. Je savoure ce léger bruit de craquement de la neige à chacun de mes pas, puis une fois en face de toi je t'embrasse d'un baiser rapide. Tu n'as pas le temps de réagir, mes lèvres entrent en contact avec les tiennes, glissent dessus. Ma main passe dans ton dos et te colle à moi par une légère pression. Nos langues se touchent, tu joues avec la mienne en l'enroulant... puis je m'écarte mettant fin à notre baiser. Je te dis alors " désolé pour l'attente... j'espère m'être fait pardonné. "

Arkadis

Arkadis

 

Une vie qui s'en va

La vie ou peut être ce que l'on ne peut définir . Tantôt agréable , tantôt rude . Tu es tel une mer déchaînée envoyant ses précieuses vagues se briser sur les rochers ; et parfois tu te laisses bercer doucement , offrant ta paix aux autres .. savourant ce délicieux bruit . Rien n'est aussi savoureux que vivre , on s'y attache par ses surprises. Souvent je m'imaginais ailleurs virevoltant dans les airs , avec cette douce brise que tu m'offrais . Tu ne peux être représentée mais tu es toujours présente. Quand tu me quittes , le monde devient froid , distant ; La chaleur s'en va et les larmes arrivent. Ma joie me quitte pour la dernière fois , je repense à nos moment . Ces moments si joyeux , ceux qui sont difficiles aussi car tu m'as soutenu et j'étais avec toi à chaque pas pour remonter . Ta main s'enlève de la mienne , tu t'éloignes lentement , la lumière disparaît , tu t'effaces... laissant place à ces ténèbres . Puis surgit ton ami , glacial , il est dit être la pour m'aider , pour m'accompagner vers un nouveau monde . Je n'ai pas peur de partir mais peur de t'oublier , de voir ces moments s'effacer et ne plus jamais y repenser à cause de cette obscurité qu'est la mort .

Arkadis

Arkadis

×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur Forum-Intime.com, vous acceptez l'utilisation de cookies ainsi que nos Conditions d’utilisation.