Le parcours sportif

9 messages dans ce sujet

Posté(e)

.

                                                                                                   Le parcours sportif.

 

                            Pour me maintenir en forme et pour la ligne, je vais trois fois par semaine effectuer un parcours de santé qui se situe pas loin de chez nous. L'endroit est super agréable,en pleine nature dans une petite pinède assez ombragée, et la cerise sur le gâteau, il est très peu fréquenté en semaine. Depuis plus d'un an que je m'y rends régulièrement, je n'y ai croisé qu'une dizaine de personnes, tout le contraire de celui que je fréquentais avant, où beaucoup de mecs ne venaient là que pour draguer.

                        

                        Et fin juin, en arrivant sur le parking il y avait quatre voitures, fait rarissime pour m'interroger. Je me suis garée à coté d'un break immatriculé dans le 42, j'ai comme à mon habitude caché mes clefs derrière une roue et je me suis dirigée vers le parcours en trottinant. Arrivée au départ, j'ai mis mon chrono en marche et je me suis élancée, j'arrivais à l'atelier 13, quand j'ai entendu des bruits de pas derrière moi, je me suis retournée pour voir un jeune homme, la trentaine, très bien foutu, qui arrivait à fond. Je ne l'ai pas calculé plus que cela, étant ici pour le sport, je me suis installée sur la planche à abdos et j'ai commencé ma série.

                       

                        Il s'est installé sur la planche libre, m'a salué avec un large sourire, je lui ai répondu et j'ai continué mes exercices, j'ai ensuite repris ma progression, quelques instants plus tard, il était de nouveau derrière moi. Il s'est placé à ma hauteur et m'a demandé:

                      

                       ─ Je ne veux pas vous importunez, es ce que cela vous dérange si je vous accompagne pour la suite ?

 

                       Je lui ai répondu :

 

                      ─ Pourquoi pas, mais je vous préviens de suite, je suis ici pour le sport, pas pour me faire draguer.

 

                     ─ Ce n'était pas mon intention, c'est juste que c'est plus cool à deux, mais si vous n'en avez pas envie, je comprendrais.

 

                      J'ai accepté et nous avons continué, échangeant quelques mots de temps en temps, mais sans le moindre signe de drague de sa part, ça me changeais des autres types que j'avais pu croiser avant. Nous avons donc terminé le parcours a mon rythme, de retour au parking, nous avons continué à bavarder de choses et d'autres. Il m'a expliqué qu'il était pompier professionnel, et qu'il était dans la région en renfort jusqu'à mi septembre. Avant que je monte dans ma voiture, il m'a dit :

 

                       ─ Je ne me suis même pas présenté, moi c'est Julien, je suis ravi d'avoir fait votre connaissance et j’espère ne pas vous avoir trop importuné.

 

                      ─ Enchantée, moi c'est Britt, et ne vous inquiétez pas si vous m'aviez dérangé, je vous l'aurais fait savoir.

 

                     Je me suis installée au volant, je l'ai salué en lui souhaitant une bonne fin de journée et je suis partie. De retour à la maison, j'ai pris une douche et je me suis installée sur le canapé en attendant le retour de mon homme. A de nombreuses reprises j'ai repensé à ma rencontre de cet après-midi, le jeune pompier m'avait marqué les esprits, bien qu'il n'ai à aucun moment essayé de me draguer, je ne pouvais pas m'en défaire. C'est peut être justement son comportement qui m'attirait inconsciemment, me dis-je. Mais je pense que c'est surtout le fait qu'il soit beau gosse et bien bâtit. Quand mon chéri a franchi la porte d'entrée, j'étais en plein rêve érotique avec Julien.

 

                      Il s'est approché pour me faire un bisou, et de me dire que j'avais la mine réjouie, je lui ai alors raconté ma rencontre avec le jeune et charmant pompier, sa première question a été de savoir, si il m'avait dragué :

 

                     ─ Même pas, je l'ai prévenu que j'étais là pour le sport, et il s'est super bien tenu, pas la moindre tentative de drague, mais je dois t'avouer que je n'arrête pas de penser à lui, j'étais même dans un rêve assez hot en sa compagnie quand tu es arrivé.

 

                      Ce qui l'a fait sourire comme d'habitude,et de me dire :

 

                     ─ Te connaissant, je pense que tu vas t'arranger pour le revoir et je suis presque certain que ça vas être plus que du sport.

 

                            Je l'ai attiré vers moi et je lui ai pris les lèvres en lui disant que je l'aimais. Le mercredi suivant, pour aller au parcours, j'ai passé une tenue hyper voyante ; un corsaire noir et fuchsia avec une brassière assortie qui met ma poitrine plus qu'en valeur, moi qui d'habitude ne me maquille pas pour aller courir, ce jour là, j'ai fais un maquillage discret avec un rose à lèvres nacré. Il me tardais de revoir mon jeune pompier, mais à ma grande déception, il n'est pas venu. Le vendredi même scénario et même tenue, mais toujours personne, je commençais à me dire que j'étais peut être tombée sur un mytho et que je m'étais fais des films pour rien.

 

                           J'étais quand même déçue qu'il ne soit pas là, car il était bien mignon, le genre de mecs qui me fait craquer. Le soir mon chéri m'a demandé si le pompier était venu, quand je lui ai dit que non, il m'a dit:

 

                       ─ Ne t'inquiète pas, si c'est réellement un pompier, il est peut être simplement d'astreinte, il ne faut pas oublier qu'ils sont ici pour les incendies et non pas pour faire du sport avec les femmes du coin.

 

                         Le samedi soir, nous étions invités à une soirée libertine chez des amis, Mark c'est fait un malin plaisir à raconter mon histoire de pompier, ce qui à eu pour effet de m'agacer un peu, mais cela a bien fait rire Sandrine, qui n'est pas la dernière pour se genre de rencontre.

 

                         Malgré les railleries de mon chéri et de nos amis, j'ai passé une excellente soirée. Le dimanche nous sommes allés faire une balade en bord de mer, il faisait un temps splendide, nous nous sommes posés sur le sable pour profiter du soleil. La chaleur jouant sur mes sens, une soudaine envie s'est emparée de moi, j'ai jeté un regard autour de nous, personne a l'horizon. Je me suis glissée entre les jambes de Mark, le coquin ne bronchait pas, il savait ce qui l'attendait, j'ai baisser son zip pour me saisir de sa queue déjà bien tendue et je lui ai administré une fellation comme il les aime en avalant toute sa semence. Il était temps, car une famille se profilait au loin, il a rangé son outil et nous avons quitté les lieux.

 

                        Le lundi matin en prenant notre petit-déjeuner, Mark m'as demandé ce que je comptais faire, si le pompier était là cet après-midi. Je n'en avais pas la moindre idée, je verrai au moment venu. Après le départ de mon homme, je me suis mise au ménage en ayant toujours à l'esprit Julien et en espérant que cet après-midi, il soit là. Après cela, je suis allée prendre une douche, une petite collation et je me suis préparée. J'ai remis ma tenue flashy, j'ai glissé dans mon tour de poignet, des lingettes et deux préservatifs au cas ou.

 

                        Les quelques kilomètres qui me séparent du parcours, m'ont parus interminable, en arrivant sur le parking la vue de sa voiture m'a procuré des picotements dans le bas ventre, j'étais excitée comme une puce. Je me suis garée à coté. Julien était au téléphone, je lui ai fait un sourire et je suis descendue de la voiture, mais bizarrement maintenant qu'il était là, je ne savais pas comment réagir. Je me suis alors placée devant sa voiture et je me suis bien penchée en avant mimant de refaire un lacet, lui offrant ainsi ma croupe tendue. Je me suis dirigée vers le départ, j'allais enclencher mon chrono quand j'ai entendu sa portière claquer.

 

                       Je me suis retournée vers lui, il arrivait sourire aux lèvres, il s'est approché et ma tendu la main :

 

                     ─ Bonjour Britt, cela me fais plaisir de vous revoir. Vous allez bien ?

 

                     ─ Merci, le plaisir est partagé, ça vas on ne peut mieux, surtout avec ce beau temps.

 

                      Après quelques mots, nous nous sommes élancés, il était un peu plus bavard que la dernière fois, mais toujours sans ambiguïté. Nous n'avons pas arrêté de discuter, je le questionnais innocemment sur son emploi du temps, cette semaine il était de garde au centre jusqu'à 13 heures, ce qui lui laissait les après-midi libres, tout en étant susceptible d’être appelé pour une intervention, je m'en réjouissais déjà. J'ai continué mon interrogatoire discret sur sa vie privée, avait il une copine ? Je ne savais pas comment tourner la chose sans être trop directe. Mais je n'ai pas eu à le faire, il m'a dit lui même qu'il était célibataire car avec son boulot, la vie de couple était compliquée, ce qui avait causé la rupture avec son ex. La voie est libre me dis-je.

 

                     Arrivés à l'atelier des abdos, je lui ai demandé si ça ne le dérangeait pas de me maintenir les chevilles, prétextant que la barre prévue à cet effet était peu pratique, il n'a pas hésité un instant.

   

                    Je me suis allongée sur la planche, Julien s'est agenouillé devant moi, quand ses mains ont enserré mes chevilles, un frisson m'a parcouru l'échine. A chaque mouvement mon visage s'approchait du sien, il ne savait pas où regarder, mais je me doutais bien qu'il devait mater mon entre-jambe, le fin tissu de mon corsaire moulant laissant deviner les grandes lèvres de mon sexe nu. La situation m’excitais, j'essayais de ne pas le faire voir, c’était maintenant à son tour nous avons échangé nos places, je me suis saisie de ses chevilles, mes yeux avaient du mal à se détacher de la bosse qui déformait son short. La série d'abdos terminée nous avons repris, toujours en papotant, je me sentais super bien en sa compagnie.

 

                    Notre parcours terminé, nous nous sommes assis à une table proche du parking et nous avons longuement parlé. C'était maintenant lui qui me posait des questions plus indiscrètes sur ma vie privée, mais sans être lourd ni insistant. L'heure tournait, il était temps pour moi de rentrer, je lu ai proposé de nous retrouver mercredi, son visage s'est illuminé :

 

                   ─ Comment pourrais-je refuser, c'est un réel plaisir que d'être en votre compagnie.

 

                 ─ Alors, disons mercredi 14 heures. Cela vous convient ?

 

                  Pour lui c'était bon, cela lui laissait le temps de rentrer de sa permanence et de se changer. Je lui lancé un sourire enjôleur en lui disant :

 

                 ─ Bonne fin de journée Julien et à mercredi.

 

                  Il m'as raccompagné jusqu'à ma voiture, en partant je lui ai fais un petit signe de la main, le sourire aux lèvres. Je me posais pas mal de questions à son sujet, car malgré les quelques questions indiscrètes glissées dans notre conversation, il n'y avait aucun signe de drague. Peut être cherchait il juste une compagnie pour le sport, ou alors je n'étais pas son style de femme. De retour à la maison mon chéri était déjà là, je lui ai raconté mon après-midi avec Julien, je me suis bien attardée sur la séances d'abdos et l'excitation que j'avais ressentis quand ses mains s'étaient posées sur mes chevilles.

 

               ─ C'est quand même une des rares fois, où je me retrouve dans une telle situation et qu'il ne se passe rien, il est vraiment très respectueux et je ne sais pas trop comment agir.

 

              ─ Je ne m'en fais pas pour cela, je suis sûr que tu vas arriver à le faire craquer, coquine comme tu l'es, il ne vas pas résister longtemps.

 

                Toute la soirée, Mark n'a pas arrêté de me parler de Julien en me chauffant comme il sais si bien le faire, j'avais hâte d'être à mercredi. Le lendemain je suis allée faire un peu de shopping avec une amie libertine, je lui ai raconté ma rencontre avec le jeune pompier que je revoyais demain :

 

                ─ A t’entendre, je sais déjà comment cela vas se terminer, j'imagine la partie de jambes en l'air dans la nature, j’espère que tu me raconteras la suite des événements.

 

                Nous avons comme d'habitude profité de nos essayages pour chauffer plusieurs mecs, qui se sont bien régalés du spectacle. Avant de quitter la galerie nous sommes passées au magasin de sport, en passant aux rayon fitness, ma copine me donna une idée en me tendant un short noir ample et échancré avec un zip sur le coté, mais avec une sous short jaune fluo intégré.

 

              ─ Regarde Britt, j'ai trouvé ce qu'il te faut pour affrioler ton pompier, tu as juste le sous short à supprimer, deux coups de ciseaux, un peu de couture et c'est réglé, je peux te garantir que pour vos séances d'abdos il vas avoir une jolie vue sur ton minou.

 

L'idée me plaisait, maintenant il me fallait un haut, et c'est encore elle qui me l'a déniché, cette fois si au rayon danse, un tee shirt court et assez ample très léger, avec l'inscription “ express yourself ”, j'ai pris l'ensemble et je suis entrée dans une cabine pour essayer. Porté, l'ensemble était vraiment sympa, le tee shirt tombait à merveille, tendu par mon imposante poitrine, je m'imaginais déjà couchée les mains derrière la tête pour les abdos ce que cela pouvait donner et que dire du short bien échancré, je n’ai pas hésité une seconde pour acheter l'ensemble.

 

                      De retour à la maison je me suis lancée dans la couture, Cécile avait raison, quelques coups de ciseaux suffirent pour faire disparaître le sous short. Il ne restait plus qu'a voir le résultat porté, n'ayant pas la patience d'attendre le retour de mon chéri, j'ai enfilé l'ensemble et je me suis placé face à mon grand miroir, en tournant sur moi même, je dois dire que ma tenue était très sexy, je me suis ensuite allongée par terre en position abdos, les genoux relevés et les mains derrière la tête, mon minou et ma poitrine s'offraient impudiquement à qui serait placé face à moi. Pour en avoir le cœur net, j'ai gardé ma tenue pour avoir l'avis de mon homme, à peine avait il franchi le seuil de la porte que j'ai eu droit à des compliments :

 

                    ─ Waouh ! Tu es magnifique ma chérie, j'en connais un qui vas apprécier, avec cette tenue il ne vas pas résister.

 

                    ─ C'est une idée de Cécile, et tu n'a encore rien vu, viens j'ai envie de faire des abdos.

 

                      Je me suis installée sur le tapis en position d'abdos en demandant à Mark de me tenir les chevilles, sa réaction a été instantanée :

 

                   ─ Petite salope, tu vas le rendre dingue avec ta petite chatte ainsi offerte, si avec cela il ne comprend pas le message. Tu es quand même la reine des garces, mais c'est aussi pour cela que je t'aime.

 

                    Il a plongé sa tête entre mes cuisses pour me dévorer le minou, je me projetais à demain, imaginant Julien à la place de mon homme. Les coups de langue habiles de Mark m'ont procuré un premier orgasme, il m'a ensuite fait mettre à quatre pattes, il a écarté le short pour me prendre fougueusement en levrette, en proférant des mots crus :

 

                   ─ Tu aimes cela salope, te faire prendre comme une chienne, demain c'est la queue du pompier qui vas fourrer ta petite chatte de femme adultère. Tu en as envie de sa queue ?

 

                  Je n'ai pas eu le temps de lui répondre, sa semence chaude inondant mon ventre, et ses mains me claquant les fesses m'ont arraché des cris de jouissance, mon coquin m'avait fait jouir deux fois en peu de temps, je me suis affalée sur le tapis pour reprendre mes esprits. Le lendemain matin j'étais encore couchée quand mark partit au travail, il est venu dans la chambre me déposer un doux baiser sur les lèvres en me souhaitant une bonne journée et surtout un bon après-midi. Je me suis levée peu de temps après son départ, j'ai pris mon petit-déjeuner et ensuite je suis allée à la salle de bains pour parfaire mon épilation des jambes et du minou.

 

                   Pour une fois, j'ai laissé tomber les tâches ménagères et je me suis affalée sur le canapé pour regarder des clips et laisser aller mon imagination. Après un repas léger, je suis allée prendre un douche est me préparer, je me suis enduis le corps d'huile prodigieuse et j'ai passé ma nouvelle tenue à même la peau. Je me suis mise en retard volontairement pour voir sa réaction. J'ai quitté la maison toute guillerette, en route j'ai appelé Mark, mais je suis tombée sur sa boîte vocale, je lui ai laissé un message plein de tendresse. Le météo était de la partie, il faisait une journée magnifique avec un soleil radieux, tout ce qu'il faut pour des galipettes dans la nature.

 

                  En m'approchant du parking, j'ai tout de suite vu la voiture de Julien, mais aussi deux autres véhicules, ce qui m'a quelque peu contrariée. Avec la chance que j'ai, il vas bien y avoir du monde aujourd'hui, me dis-je. En descendant de voiture, j'ai aperçu Julien qui m'attendais à la table où nous avions discuté, il s'est aussitôt levé pour venir à ma rencontre affichant un large sourire. Nous nous sommes serrés la main, je me suis excusée pour le retard , il m'a répondu :

 

                ─ Je pensais que vous n'alliez pas venir, mais comme vous êtes là ce n'est pas grave, mieux vaut tard que jamais. Et si je peux me permettre, je ne regrette pas de vous avoir attendu, vous êtes ravissante dans votre nouvelle tenue, le soleil a du bon.

 

               ─ Merci, c'est toujours agréable de recevoir un compliment, et tant que nous y sommes, nous pourrions peut être nous tutoyer. Qu'en penses tu ?

 

                     ─ Bien sûr, je n'osais pas te le demander.

 

                     A sa façon de parler, il paraissait plus à l'aise et semblait s'enhardir un peu, je pense que son compliment sur ma tenue était un signe, le pompier n'était pas insensible à mes charmes. Nous avons rejoints le parcours en trottinant et en papotant, derrière mes lunettes de soleil, je voyais bien que Julien qui d'habitude, était hyper concentré avait aujourd'hui, beaucoup de mal à regarder devant lui, ses yeux étaient attirés par ma poitrine nue qui se balançait insolemment au rythme de mes foulées.

 

                   A l'atelier saute-moutons Julien est passé devant, puis il m'a fait face en sautillant, derrière ses lunettes, je devinais ses yeux rivés sur ma poitrine, qui à chaque sauts se balançait impudiquement. Nous avons poursuivis tranquillement le parcours par une petite séance d'étirements, discrètement j'ai remonté les deux zips de mon short, plus que quelques foulées et l'atelier abdos se profilait devant nous. Les battements de mon cœur s' accéléraient, Julien a prit place sur la planche, je me suis accroupis devant pour lui tenir les chevilles, j'observais son entre-jambes qui contrairement à la fois précédente paraissait mollassonne. La série de trente fut une simple formalité pour le jeune homme, il s'est relevé pour me laisser la place.

 

                A mon tour, je me suis allongée sur le bois chaud, en plaçant mes mains derrière ma tête, mon tee shirt a remonté comme prévu, laissant apparaître le dessous de ma poitrine, il n'osait pas regarder et quand j'ai plié les jambes, la surprise se lisait sur son visage, il en restait bouche bée. J'ai pris mon temps pour effectuer ma série, lui laissant le loisir de se rincer l'œil, chose qu'il a fait sans se priver, je me suis redressée et au lieu de rependre notre progression, il a voulût en refaire une. Mais là je me rendis compte que j'avais réussi mon coup, son érection étant bien visible, j'étais à deux doigts de me jeter sur lui, quand il eut terminé il me demandât:

 

                ─ Tu veux en refaire une toi aussi ou nous continuons ?

 

               Je ne me suis pas fais prier et j'ai repris place sur la planche, mais je n'eus pas le loisir de terminer ma séance, ses mains ont lentement desserrés mes chevilles pour me caresser les mollets, ne voyant aucune réaction de ma part il a continué sa progression. Je suis restée allongée sans bouger, pour apprécier ses caresses mais il s'est ravisé :

 

              ─ Britt, tu me rends dingue, je ne sais pas ce qu'il m'a prit.

 

              Je n’ai pas répondu, mais je lui ai fait comprendre en me levant pour me collée contre lui et en plaquant ma main sur son sexe :

 

             ─ Ne dis rien, et suis moi.

 

               Nous sommes partis en trottinant vers le petit bois tout proche où se trouve une table de pique-nique, nous y serions à l'abri des regards. Arrivés sur place je me suis assise sur le bord de table, les pieds posés sur le banc et je l'ai attiré vers moi pour l'embrasser à pleine bouche. Ma main a aussitôt plongé dans son short, pour libérer et branler cette belle queue qui s'offrait à moi, il a glissé une main sous mon short pour me titiller le clito assez brutalement, moi qui apprécie la douceur pendant les préliminaires, c'était tout le contraire, mais mon état d'excitation était telle que je me suis laisser faire. Le bougre me malaxait le minou maladroitement, et soudain il y plantât deux doigts, pour me labourer violemment, m'arrachant au passage un cri de surprise. Je ne suis pas tombée sur un tendre, me dis-je.

 

               Je serrais fortement sa queue, pour le calmer, mais rien n'y faisait et malgré cela, j'avais envie de continuer. J'ai lâché son sexe pour sortir une capote de mon tour de poignet et je lui ais tendu :

 

             ─ Tiens prends moi maintenant.

 

                Il a déchiré l'étui avec ses dents, et a déroulé la capote avec une rare dextérité, je me suis positionnée en bout de la table pour lui tendre ma croupe. Il s'est approché, a écarté mon short et sans le moindre ménagement m'a violemment pénétré, s'ensuivit un pilonnage énergique accompagné de râles bestial, qui j'avoue me transcendait. Je me mordais les lèvres pour ne pas crier, jusqu'à ce qu'il me donne une claque appuyé sur la fesse, je me suis lâchée en poussant un gémissement qui l'a encourager à continuer. Chaque claque m’électrisait, je ne pouvais contenir mon plaisir en silence, se qui l'incitât à poursuivre ses violents coups de boutoirs et ses claques sur les fesses. Puis il s'est retiré pour baisser mon short qui a glisser sur mes chevilles.

 

                Maintenant il flagellait les fesses avec son sexe, et toujours sans le moindre ménagement il à repris possession de mon minou, quand j'ai senti son pouce se poser sur mon œillet je craignais le pire. Avec son autre main, il a passé ses doigts de chaque coté de son sexe sur mes lèvres trempées pour en recueillir ma mouille, afin d'en enduire mon petit :

 

              ─ Tu aimes te faire baiser sauvagement, salope, je vais t'enculer comme tu le mérite.

 

               Je n'ai pas eu le temps de dire quoi que ce soit, son gland se présentait à l'entré de mon cul, il à forcé le passage m'arrachant un cri de douleur mélangé au plaisir et il a toujours avec autant de fougue, défoncer mon petit cul. Je mordais mon tee shirt pour étouffer mes cris. Son comportement bestial, me procurait un plaisir intense, quand son foutre chaud a rempli le latex, j'ai joui intensément, en me caressant le clito, il est resté en moi quelques secondes, puis s'est retiré, en m'administrant une nouvelle volée de claques sur mes fesses endolories par le traitement quelles venaient de subir.

 

             Je me suis redressée, pour rajuster ma tenue et en regardant julien, j'eus peine à le reconnaître, son doux regard avait laissé place à un regard vicieux qui m'a limite angoissé. Je ne savais pas quoi faire, et là :

 

             ─ J'ai su dès notre première rencontre que tu étais à la recherche de sexe, et je ne m'étais pas trompé. J'espère que l'on remettras cela prochainement.

 

            Je ne savais pas quoi répondre, j'ai regardé ma montre en lui disant qu'il se faisait tard, nous avons regagné nos voitures en trottinant sans dire un mot. J'ai récupéré ma clef et je lui ai dis au revoir avec un smack, avant de monter dans la voiture il m'a lancer un:

 

           ─ A bientôt ma cochonne !

 

            Je me suis installée au volant, et j'ai pris la direction de la maison. C'était la première fois que je me faisais prendre de la sorte, sans le moindre ménagement, qui pourtant m'avais procuré un énorme plaisir. Mais une chose était sûre, c'est que je ne recommencerais pas avec lui, son regard m'avais fait froid dans le dos. De retour à la maison, j'ai pris une bonne douche réparatrice en attendant le retour de mon homme, qui à peine avait il franchit le pas de la porte, m’a demandé comment c'était passé mon après-midi. Je lui ais raconté ce qu'il c'était passé et surtout la façon dont je m'étais fait prendre, lui avouant que j'avais apprécié. Julien avec son comportement aura servi de déclic, car depuis ce jour, j'ai renouvelé se genres d’expériences à plusieurs reprises, en y prenant à chaque fois un plaisir intense.

7 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Posté(e)

Récit très prenant Britt! C'était une séance de sport intensif :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Posté(e)

Délicieusement décrit, délicieusement écrit.

Bravo et j'ai qu'un mot à rajouter, Encore !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Posté(e)

Délicieux sauf "la fin" j'avoue... ca donne envie de courir par contre :P Mais je dois pas aller sur le parcours pas loin de chez moi aux bonnes heures :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Posté(e)

Super bien raconté !

Après perso, continuer à mettre des claques sur les fesses après l'orgasme, ça fait un peu sketch d'Elie Semoune, je n'y serai pas retourné non plus à ta place, y a de la graine de déglingué !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Posté(e)

Ouahhh!! j'en ai l'esprit tout retourné... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Posté(e)

Excitant...

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Posté(e)

Tu devais prendre bcp de tzmps avec lui . Si j etais a ta place j pars avec lui en voiture

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Posté(e)

c'est un vrai plaisir ces récits de britt. on s'y croirait tellement les choses sont bien décrites.

merci britt:hi:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant


Facebook Twitter