Blogs

Our community blogs

  1. Latest Entry

    tumblr_nrryj2OFrg1t0j8ebo1_500.jpg

     

    Le genre de lingerie que j'aime porter... pour le faire craquer ^^

  2.  

    Je sens la brûlure, ils appellent ça "le retour".

    Les poches se remplissent, cette pointe en moi siphonne, la machine sélectionne.

    Va-t-elle aussi trier le bon et le mauvais qui circule en moi ?



    Prépares toi à me recevoir,

    Prépares toi à composer avec ces nouveaux éléments !

    Tu vivras, mais au prix d'une lente métamorphose :

    Ces pulsions de Haine qui te pousseront à la Furie,

    Ces pulsions de Désir qui te pousseront à la Débauche,

    Ces fragments de Passion qui te dévoreront,

    Ces fragments de ma Noirceur qui s'ancrent en toi,

    Ces silhouettes sombres charriées par la Vie :

    Tu ne pourras en déterminer la source,

    Elles viendront te susurrer à l'oreille quand viendront les moments,

    Ecoute leurs douces complaintes,

    Elles t'envahiront, te submergeront !

    Je suis le Vice et la Vie en toi,

    Sois témoin de mon ascension et de ma déchéance !

     

    be0fa1b1.png

    • 1
      entry
    • 1
      comment
    • 220
      views

    Recent Entries

    Bonjour a toutes et a tous, je m'appelle Zack, j'ai 19 ans,

    j'aime les mangas, les jeux vidéos, quelques musiques classique

    je mesure 1M84 , je suis chatains, les yeux vert marron,

    je vous invite a me connaitre pour qu'ont puisse passer des bons moments agréables.

    Je vous remercie d'avoir pris la peine de lire ma description et je vous souhaite une bonne journée

  3. Je ne sais pas encore si je vais faire les 4 saisons mais voilà déjà quelques photos (déjà postées) qui datent du printemps (il y avait encore de l'herbe verte à ce moment).

    Pas trop le temps de poster des choses nouvelles mais je me rappelle à votre souvenir par quelques images d'une balade innocente au départ mais ayant vite dégénérée en mode sexe, là c'est soft bien sûr!


    DSC_0713.thumb.jpg.d173c52d69aea6b40297e

     

    DSC_0723.thumb.jpg.8de65bf5d133183454d37

     

    DSC_0720.thumb.jpg.1d9dbe5b4f0745e84f200DSC_0724.thumb.jpg.45aa731d13537270afbb9

  4. Latest Entry

    un défi, un récit, une histoire de pied....

     

    Le rendez-vous avait été donné de façon basique. Un simple texto.

     

    - demain, 15h, mes pieds et toi ! pas de retard, pas d’excuse.

     

    De toute façon, comment refuser une telle invitation. Mais il fallait se préparer en conséquence. Un tel message ne pouvait signifier qu’une chose, la belle Olivia avait envie qu’on s’occupe de ses petons, et peut-être, avec un peu de chance, aussi un peu d’elle.

     

    Olivia est une jolie fille, brune, pas très grande, un carré déstructuré, un visage fin avec des lèvres joliment dessinées et des yeux très légèrement en amande. Surtout, elle a de jolis pieds, un mignon 38, toujours soignés et ornés de vernis.

     

    Il me faut donc préparer cette entrevue du lendemain. Quelques produits que la belle affectionne pour la beauté de ses pieds et un assortiment de vernis, pour prendre soins de ses petons. Après tout, elle veut qu’on prenne soin de ses pieds, c’est toujours pour ça qu’elle appelle.

     

    Le lendemain, 15h, je suis devant sa porte, cela fait quelques semaines que je ne l’ai pas vu. Et encore plus longtemps que je n’ai pas eu l’occasion d’avoir ses pieds ente mes mains, de caresser leur peau douce, de masser sa délicate cheville et de poser mes lèvres sur ses orteils délicats. Je respire un coup profondément, et sonne…

     

    La porte s’ouvre, Olivia est là, souriante, son grand sourire illumine son visage et ses yeux respirent la joie. Elle est superbe dans sa petite robe d’été rouge et noir. Machinalement, presque par automatisme, je regarde au sol, elle porte une paire de sandales et ses ongles sont au naturel, contrairement à ses mains dont ses doigts fins portent des ongles manucurés.

    Nous nous asseyons dans le canapé et buvons un café en discutant de tout et de rien. Ses jambes croisées de mon côté me permettent de voir ses jolis pieds et le léger tic qu’elle a toujours, celui de bouger les orteils en quasi permanence de façon inconsciente.

    Mais… que c’est charmant !

     

    Une fois son café finit, elle me regarde, son visage change, de souriante et pimpante, son visage devient coquin. Tout en me fixant, elle baisse la main le long de ses belles jambes, détache une première sandale qui tombe au sol, puis la deuxième. Ses pieds sont libres, et dans un geste délicat, ses pieds se retrouvent sur les cuisses au moment où elle me fait un clin d’œil furtif. C’est le signal de départ. Mes mains se posent sur ses pieds et les caressent doucement, sa peau est douce, je passe les doigts sur ces délicats orteils qui bougent en même temps. Elle lève une jambe et tend la pointe de son pied droit devant mon visage, j’y dépose tout doucement un baiser sur les orteils. Elle repose son pied à côté de moi et tend l’autre jambe, mais différemment, et c’est sur le coup de pied que je dépose un baiser cette fois. Une fois son pied reposé, elle me dit

     

    - la peau est un peu tendue, j’ai besoin d’un petit soin je crois…

     

    J’attrape la petite trousse que j’ai prise avec moi, trouve le bon tube de crème, et me met à genou devant elle, elle tend son pied vers moi, je dépose une noisette de crème et commence un massage. J’attarde un peu plus le massage sur la plante des pieds, la naissance des orteils puis masse un à un chacun des orteils avant de faire la même chose avec l’autre pied. Entre temps, Olivia s’est affalée dans le fond du canapé, profitant du moment, laissant même échappé quelques soupirs de plaisir. Cela fait maintenant longtemps que a crème a fini son office mais Olivia est belle ainsi, les yeux fermés, profitant de se massage, et je n’ai guère envie de lâcher ses jolis pieds délicats. Au bout ‘un temps incertain, je repose le pied que j’ai encore en main sur le bord du canapé et pose un tendre baiser sur chaque, ce qui la fait ouvrir les yeux. Elle se redresse, s’approche de mo, de son index soutien mon menton et pose doucement ses lèvres sur les miennes dans un chaste et tendre baiser qu’elle achève en susurrant un merci.

     

    Elle se repose dans le canapé, lève une jambe pour regarder son pied gauche avant de dire

    -mais, et le vernis ?  sur un ton qu’une peste se préparant à faire un caprice n’aurait pas renier

     

    J’attrape quelques flacons de vernis que je lui montre, elle en désigne un du doigt et me tend son pied. Je passe le premier coup de pinceau de rouge bordeaux sur l’ongle de son orteil, en tenant son pied la main. Je jette un œil, elle a refermé les yeux et se laisse faire, je m’applique à ne pas la décevoir. Selon notre rituel, une fois fait, j’embrasse de nouveau ses pieds qui m’envoutent  chaque fois. Elle ouvre les yeux et observe scrupuleusement le résultat….avant de sourire, son joli sourire qui me ferait lui aussi faire n’importe quoi. Elle me fixe

    - debout !         Je me lève…

     

    Elle s’approche, défait mon pantalon qu’elle abaisse sous les genoux, ses pieds ont fait leur effet et cela se voit à travers mon boxer, elle sourit, d’un sourire lubrique cette fois

    - décidément, tu ne pourras jamais t’occuper de mes pieds sans bander !

    - c’est de leur faute, ils sont trop mignons !

     

    Elle fait avec mon boxer ce qu’elle vient de faire avec mon pantalon, mon sexe est tendu, elle donne un petit coup dessus avec son doigt, comme pour tester l’effet ressort, ce qui l’amuse toujours. Elle recule un peu sur le canapé, et remonte ses pieds vers moi. Ses orteils se posent sur mon sexe, ils sont doux, ils bougent en rythme le long de ma verge, avant qu’elle ne la serre ente ses pieds et commence des mouvements de bas en haut. Elle sait y faire, ses pieds sont agiles et cette masturbation est comme toujours parfaite. D’ailleurs cela ne tarde pas à faire son effet et au bout de quelques minutes, mon plaisir se repend sur ses orteils et ses pieds. Le temps de reprendre mes esprits, elle me regarde et me dit :

    - alors, j’attends…

     

    Enlevant pantalon et caleçon, je me dirige rapidement vers la cuisine et reviens avec le nécessaire pour essuyer ses pieds de mon hommage gluant. Le temps de faire l’aller-retour, elle a enlevé sa robe et ne porte pas/plus de sous-vêtement. J’essuie doucement et consciencieusement ses pieds avant de les embrasser de nouveau.

    - continue vers moi…

     

    Je poursuis avec de petits baisers le long de sa jambe, j’arrive près de son intimité, m’arrête, lui jette un œil, elle me fait signe de continuer, j’approche ma bouche de sa grotte aux mille plaisirs et débute un cunni qui va nous entrainer dans une danse lascive au milieu du salon pendant une bonne partie du reste de l’après-midi.

  5. r1bz3rcr.jpg

    Prends-moi comme la Pastille mais sans assaut ou je me révolte et prends l'arme.

    J'érigerai fièrement ta colonne au sein de mes arrondissements.

    Je Paris que c'est en cette place que tu aimes faire le tour et t'arrêter.
     

    Libère-toi-moi, Egaulise-toi-moi pour la Fratéternité.

     

    Fesses histotriques relatés par la Comtesse Aurore, d'après les archives Boréalis.

     

     

  6. Latest Entry

    « L'Amour naissant, L’Innamoramento italien. L’étincelle dans la grisaille quotidienne. Le bonheur mêlé d’inquiétude parce qu’on ignore si ce sentiment est partagé. Un état transitoire qui débouche parfois sur l'amour. Un phénomène comparable aux mouvements collectifs révolutionnaires ». Voilà l’édito de l’album, une citation du livre Innamoramento e amore du sociologue italien Francesco Alberoni. Ce mot Innamoramento provient de l’italien : la traduction française la plus proche serait « L'Amour naissant », « s’énamourer » ou « l’acte ou sensation de tomber amoureux »

     

    Toi qui n’as pas su me reconnaître
    Ignorant ma vie, ce monastère, j’ai
    Devant moi une porte entrouverte
    Sur un peut-être
    Même s’il me faut tout recommencer

    Toi qui n’as pas cru ma solitude
    Ignorant ses cris, ses angles durs. J’ai
    Dans le cœur un fil minuscule
    Filament de lune
    Qui soutient là, un diamant qui s’use...
    Mais qui aime

    J’n’ai pas choisi de l’être
    Mais c’est là, "L’Innamoramento"
    L’amour, la mort, peut-être
    Mais suspendre le temps pour un mot
    Tout se dilate et cède à tout
    Et c’est là, "L’Innamoramento"
    Tout son être s’impose à nous
    Trouver enfin peut-être un écho

    Toi qui n’as pas vu l’autre côté, de...
    Ma mémoire aux portes condamnées, j’ai
    Tout enfoui les trésors du passé
    Les années blessées
    Comprends-tu qu’il me faudra cesser...

    Moi qui n’ai plus regardé le ciel, j’ai
    Devant moi cette porte entrouverte, mais
    L’inconnu a meurtri plus d’un cœur
    Et son âme sœur
    On l’espère, on l’attend, on la fuit même
    Mais on aime

    http://www.dailymotion.com/video/xbxb1x_mylene-farmer-innamoramento-live_music

     

  7. Latest Entry

    Fraîchement débarquée de ma petite ville me voilà à Paris dans cette immense ville où je me sens totalement perdue. Je viens y faire mes études.

    Je vais devoir à présent me faire des amis ,chose compliquée car je suis d'un naturel timide et très réservée. Pour commencer je vais déjà finir de m'installer dans ce minuscule appartement.

    Quelques semaines après mon installation et que j ai découvert un peu la ville, ma première journée de cours débute. Je rentre dans cet amphithéâtre et m'installe au premier rang.

    L'amphi se remplit rapidement et quand je tourne la tête sur ma droite,  je m'aperçois qu'un jeune homme, habillé de façon classe et arborant une paire de lunette, est assis à côté de moi.

    Il me sourit quand il voit que je le regarde, ce qui me fait rougir instantanément. Puis je tourne la tête sur la gauche et là, quelle surprise !  un tout autre genre de mec est assis la et me reluque

    Ce mec est à l'opposé de celui de ma droite ;  il a un côté Bad boy avec sa veste en cuir, ses piercing et ses tatouages .Je ne m'imaginais pas voir ce genre de mec en cours de littérature. Ses yeux d un bleu indigo me perturbent,  on ne peut s'empêcher de plonger dedans . 

    "Eh bien je vois que tu ne te gênes pas " 

    Oups est ce à moi qu'il parle ? et bien ... apparemment oui !

    "Euh euh " voilà que je n arrive plus à parler , il me regarde et éclate de rire, moi je pique un fard et si je pouvais me cacher sous la table je le ferais .

    Malheureusement le professeur rentre à ce moment là et le cours débute, j essaie de rester concentrée mais j ai du mal, j ai très envie de le regarder .

    Le cours se termine et le gentil garçon de ma droite se présente : "Salut, moi c'est Nicolas , tu es nouvelle à ce que je vois, ça te dirais d'aller prendre un verre pour faire connaissance ?"

    Mince comment je vais pouvoir refuser ?  Mais quand je m'aperçois que ce Bad boy approche je décide d'accepter l'invitation.

    "Allons y Nicolas " et je commence à avancer, Nicolas me suit, instinctivement je me retourne et je le vois là derrière nous à nous regarder nous éloigner.

    Je passe la fin d'après midi en compagnie de Nicolas : ce mec est super gentil et je pense que l'on va bien s'entendre, mais mes pensées divaguent par ce mec  

    Je demande à Nicolas s'il le connait et il me répond bien sur qu'il ne le connait pas  .

    J'apprend donc qu'il s appelle Mathias et qu'il est en seconde année. Nicolas me conseille de ne pas trop le fréquenter.

    Cette journée a été intéressante, je rentre à mon studio et m'installe devant la télé sur mon lit et je me mets à rêvasser de lui, de Mathias .

    Pourquoi ce mec m'obsède t'il ?  je ne le sais pas, mais je vais devoir le découvrir .

    Je m'endors et mes rêves se font érotiques  , j'imagine Mathias sur moi, entrain d'embrasser chaque parcelle de mon corps, de me caresser de ses longs doigts, de sa langue sur mon intimité, de son sexe en moi.

    Je me réveille en sursaut en sueur et excitée comme jamais . 

    Demain j espère de nouveau le croiser,  qu'il va venir m aborder, mais je ne me fais pas d'illusion moi, la jeune fille coincée qui sort de sa campagne, ne l'intéresse pas du tout

    Après cette nuit remplie de rêves torrides, je m'éveillai doucement, mon corps ressentant encore l'excitation de ces rêves .

    Je me lève et file sous la douche, je me savonne, mes mains s'attardent sur mes seins qui pointent rapidement, je sens mon entrejambe s'humidifier,serais -  je devenue folle? Je ne peut pas faire ça et je ne l' ai même jamais fait puisque l'on m'a toujours dit que ce n' était pas bien .

    Mais à cause de ce Mathias, mon corps réagit et il me donne envie de faire ces choses interdites. Mais pour aujourd'hui j'y résisterai encore.Ces limites sont là pour mon bien m'a t'on appris à l' adolescence.

    Je quitte mon appartement et vais prendre le  métro direction la fac, pendant ce trajet mon esprit divague de nouveau vers Mathias. Je nous imagine,collés l'un à l'autre, ses lèvres qui déposent des baisers dans mon cou , son sexe tendu contre mes fesses, moi qui ondule  du bassin pour me frotter encore plus et le rendre dingue.

    J'arrive à destination et il faut vraiment que j'arrête d'avoir ce genre de pensées, jamais je n'oserais faire ça surtout le métro. 

    Je retrouve Nicolas à l'entrée de la fac et nous rentrons ensemble assister à notre cours . Il est vraiment gentil , c'est un garçon comme cela qu'il me faut.

    Je sens que je l intéresse, mais dès que Mathias franchit la porte, plus rien d'autre n'a d'importance, je ne vois plus que lui et ses magnifiques yeux.

    De nouveau, il s'assoit à côté de moi. Je suis mal à l'aise mais lui, pas du tout. 

    "Salut, comment vas-tu aujourd'hui? " 

     Me tourne vers lui et  lui souris bêtement. 

    "...Je vais bien merci... " j'arrive à peine à articuler. 

    " Ça te dirait de m'accompagner à une soirée samedi soir? "

    C 'est bien à moi qu'il parle ? Je suis prise de panique mais il m' attire tellement...... J ' accepte dans un souffle, ce n' est pas moi , ce n'est plus moi qui lui répond .

    " Euh oui,mais ça se passe ou cette soirée?"

    " C'est une surprise habille toi joliment. " 

    Voilà tout ce que je sais, et cela ne va pas m'aider à calmer mes envies bien au contraire. Nicolas me regarde et ne comprend pas que j'ai pu accepter cette invitation alors qu'il m'avait mise en garde, à vrai dire moi non plus je ne le sais pas.... 

    Mais mon dieu samedi c'est demain ! Comment vais-je m'habiller ? ( eh oui les femmes on n'a jamais rien à se mettre ). Je passe ma garde robe au crible et trouve finalement une petite robe noire classique mais indémodable, accompagnée de talons pas trop hauts, ça devrait le faire.

    Je dois me reposer pour demain et de nouveau mes rêves se font encore plus chauds. Cette fois, je vois Mathias en face de moi sexe tendu, il s'avance vers moi et je le saisis entre mes lèvres, j'entends nos soupirs remplirent la pièce.

    Puis, il quitte ma bouche, m'allonge sur le dos et pose sa langue sur mon intimité. Doucement,sa langue ouvre mes lèvres et viennent trouver cette petite perle enfermée dans son écrin, il la fait rouler délicatement sous sa langue.

    Cette fois se sont mes soupirs que l'on entend, la température augmente de plus en plus.

    Boum, un bruit sourd se fait entendre et me sort de ce rêve , je suis trempée de sueur et d'excitation, je m'aperçois qu'une de mes mains s'est égarée entre mes cuisses. Je la retire rapidement, honteuse.

    J'ai beau avoir 20 ans mais je suis encore vierge et j'espère donner cette virginité à un homme qui la mérite .

    En attendant, il est 4 h du matin, mon voisin m'a réveillé et je suis déjà impatiente d'être à ce soir et de le retrouver.

     

     

    Ça y est nous y sommes et il est l'heure de rejoindre Mathias, on c'est donnés rendez vous devant le café qui se trouve à côté de l université.

    Plus je m approche du café plus mon coeur tape dans ma poitrine, je suis morte de trouille .

    Au loin je le vois,adossé au mur, il à l air si mauvais garçon. Mais pourquoi j'ai accepté ce rendez vous !! Je devrais peut être faire demi-tour. Oups, il m'a vue et s'approche de moi à grand pas, il est vêtu d'un jean noir assez moulant, d'un tee-shirt blanc qui moule son torse à la perfection et sa veste en cuir qui ne le quitte jamais .

    "Bonsoir Cathy "

    "Bon..bonsoir "j'arrive à peine à articuler ce qui le fait beaucoup sourire.

    " Allons-y " et je le suis sans savoir ou nous allons , on descend dans le métro il est bondé à cette heure.

    La rame arrive et on s'avance pour y pénétrer, Mathias se retrouve collé dans mon dos ce qui a pour effet de m'électriser instantanément je repense à la scène que j'avais imaginée, mais rien ne  s'est produit, il est resté collé derrière moi, silencieux, le regard perdu dans le vague.

    3 stations plus tard il me fit signe que nous descendions, nous étions dans un quartier que je ne connaissais pas, il y avait pleins de petits bouquinistes. J'étais surprise, je ne m'attendais pas à ça, je pensais qu'il allait m'emmener dans un bar glauque, mais non.

    Nous sommes entrés dans une petite librairie, il salua le libraire et il semblait bien le connaître, décidément Mathias était pleins de mystère.

    Il m'a emmené vers le fond de la boutique,dans un petit coin où se trouvait des oeuvres rares.

    " j'ai pensé que cela pourrait te plaire" me dit-il

    " Wahou j'adore ! Merci de m'avoir emmenée ici "

    Je restais ébahi devant cette collection de livres,nous sommes restés un long moment a regarder plusieurs exemplaires. Mathias s'était rapproché de moi, il était à présent derrière moi, je sentis sa main sur ma hanche mais je ne me dégageais pas, ce contact était agréable puis je sentis ses lèvres dans mon cou, je penchais la tête en arrière pour savourer ce baiser.

    Il me fit me retourner et m'embrassa doucement, nos langues se mirent a jouer ensemble, j'avais chaud...  mais il été (était) impensable qu'il se passe quoi que ce soit ici,  maintenant.

    Mathias me plaqua contre une étagère de livres, il se pressa contre moi  une de ses mains vint pétrir ma poitrine qui darda sous cet assaut j'haletai sous ses caresses, je sentais son érection contre moi. 

    Entre 2 baisers je l'interrompais, et cherchant mes mots je dus lui avouer que je n'avais jamais fait ça. Il me sourit et me dit " moi non plus je n'ai jamais fait ça ici " 

    " Non mais tu ne comprends pas, je n'ai jamais fait l'amour, je suis vierge Mathias "

    Il resta figé face à moi, il était bouche bée. J'ai cru qu'il allait simplement me laisser là et partir, et bien non.

    " ma douce ce n'est pas un problème " il se mit à me sourire. J'étais surprise mais ravie.

    Il s'approcha de nouveau de moi et m'embrassa de plus belle sa bouche descendit dans mon cou et il baissa le décolleté de ma robe, à travers la dentelle de mon soutiens gorge il lécha mon téton durci.

    Son autre main caressa mon flanc puis ma cuisse, il remonta délicatement ma robe et fit glisser ses doigts contre la dentelle de mon shorty, j'étais déjà trempée à ce moment là.

    "Humm je vois que tu mouille " 

    Il écarta mon shorty sur le côté et fit glisser ses doigts sur ma fente, il le fit avec une telle lenteur que que s'en était divin.

    De ses doigts il explora ma fente sans jamais me pénétrer il écarta mes lèvres et mit à nue cette petite perle, il la fit rouler entre ses doigts ce qui me fit gémir, il plaqua son autre main sur ma bouche pour ne pas que le bouquiniste nous entende.

    Il était doux et continua de faire rouler mon clitoris entre ses doigts, je gémissais de plus en plus et pour me faire taire il m'embrassa.

    Je sentis une douce chaleur m'envahir,j'étais sur le point de jouir sous ses doigts experts, dans un long gémissement je jouis sur ses doigts, mes jambes ne me portaient plus tellement ce fût puissant, il me rattrapa et il m'enlaça sans cesser de m'embrasser.

    Quand il me relâcha , j'étais encore fébrile mais je reprenais mes esprits.

    Nous quittâmes la librairie et nous sommes retournés au métro. 

    Mathias avait de nouveau cet air sombre, pourquoi réagit-il comme ça ? Je ne le savais pas mais j'essaierais de le découvrir.

    Une fois devant le café, il m'embrassa tendrement.

    " A très bientôt ma douce, pour une nouvelle expérience "

    " j'ai déjà hâte "

    Je rentrais chez moi toute légère et je m'endormis en rêvant de ce merveilleux moment passez avec lui .

    Après une nuit emplie de doux rêves, je dus m'extirper du lit a regrets, une nouvelle journée de cours m'attendait et je l'espère une nouvelle rencontre avec Mathias.

    Je sortis de chez moi habillée d'une petite jupe en jeans, d'un décolleté et d'une petite paire de ballerines. La galère des transports passées j'arrive enfin à la fac, j'y retrouve Nicolas, il s'avance vers moi d'un pas élancé, il est élégant et attirant mais mon esprit ne pense plus qu'à Mathias.

    Arrivé a ma hauteur Nicolas se penche pour me faire la bise, ses yeux se plongèrent instantanément dans mon décolleté, je ne dit rien et me contentais de lui sourire.

    Il été troublé et je trouvais ça mignon mais je ne voulais pas le laisser espérer quoi que ce soit de moi car c'est Mathias que je voulais .

    Dans l'après-midi , je me suis assise dans l'amphi entre Mathias et Nicolas, j'essaie d'écouter le cours mais la main de Mathias qui glisse sur ma cuisse me perturbe, je ne cesse de gesticuler. Sa main monte de plus en plus haut et mon souffle s'accélère. Je ne dois rien laisser paraitre mais j'ai du mal, j'ai envie de sentir de nouveau ses doigts sur mon intimité, j'ai envie qu'il me fasse jouir de nouveau.

    Nicolas quand à lui nous regarde du coin de l'oeil et je vois qu'il se pose des questions, je les surprend, lui et Mathias a échanger un regard mais je n'y porte pas attention car Mathias continue de me caresser, lentement.

    Mathias se penche vers moi et me susurre à l'oreille que je vais devoir attendre pour notre prochaine séance de plaisir mais qu'il en meurt déjà d'envie.

    "Rendez-vous ce soir ma douce devant le même café que l'autre jour"

    La journée de cours se termina, j'avais hâte de rentrer chez moi et retrouver Mathias pour cette nouvelle surprise.

    Le soir venu je le rejoint comme convenu, il me pris dans ses bras et m'embrassa fougueusement ses mains dans mon dos descendant sur mes fesses . 

    Quand il a relâché son emprise je lui ai demandé "Où allons nous cette fois ? "

    "Petite curieuse, tu veux savoir où je vais de nouveau te faire jouir, mais tu va devoir attendre d'y être. "

    Je rougis de sa façon assez cru de me dire les choses mais j'aimais beaucoup ça .

    Comme la dernière fois nous prenons le métro, mais cette fois il se colla derrière moi et m'enlaça au creux de ses bras, j'été toute émoustillée.

    Nous voilà sortis du métro, mais où étions-nous ?? Je ne connaissais pas ce quartier .

    " Prête ma douce pour jouir dans un lieu public, tu va devoir être à nouveau silencieuse "

    Mais où m'emmenait t'il, faire ça dans un lieu public... non je ne pouvais pas, mais il ne l'entendait pas de cette oreille et il m'entrainait vers la grand bibliothèque de Paris.

    Alors, nous allons encore restés dans le monde du livre ; "Ma douce je sais que tu te sens à l'aise au milieu des livres donc j'ai eu cette idée !"

    Nous pénétrons dans la bibliothèque et avançons dans les allées, il y avait un monde fou assis aux tables en train de travailler, mais comment allait-il s'y prendre pour me faire ça dans un lieu aussi ouvert et rempli de monde

    " Suis moi " me dit-il, je le suivis et nous nous sommes retrouvés dans le fond de la salle où il y avait beaucoup de tables mais peu de monde .

    Il choisit une table un peu plus cachée et m'y fit asseoir ." mais t'es dingue on va nous voir ici "

    " fais moi confiance ma douce"

    Il s'installa entre mes jambes et m'embrassa délicatement, je me laissais aller sous son baiser, sa main parcouru ma nuque puis elle descendit sur ma poitrine au dessus des vêtements avant de passer en dessous. Il me caressa à travers la dentelle de mon soutien-gorge et me fit pointer instantanément, son autre main partait, elle, à l'exploration de mon entre jambe. Il fit glisser ses doigts sur mon shorty et très vite l'écarta pour jouer avec mon clito déjà gonflé, mes gémissements étaient étouffés par ses baisers.

    Je ne pouvais m'empêcher de vérifier si personne ne nous voyait mais apparemment nous passions inaperçu.

    Il quitta mes lèvres pour venir embrasser mes seins , il en fit sortir un de son carcan pour le lécher, le sucer. Je me mordais les lèvres pour ne pas laisser échapper mes gémissements.

    Il se redressa me regarda intensément et me dit " Prête ma douce à t'offrir à moi ?"

    Un mouvement de panique me saisi. Non je ne pouvais pas perdre ma virginité là comme ça au milieu d'un tel endroit.

    " Ne t'inquiète pas ma douce je ne vais pas te prendre là, maintenant, pas comme ça "

    Ouf j'étais soulagée, mais qu'allait-il me faire .

    " je vais te faire goûter un autre plaisir ma douce celui de ma langue "

    Non, il ne va pas faire ça là, je n'y crois pas, mais si il en avait bien l'intention.

    " Appuie toi sur la table ma douce, écarte les jambes et laisse moi faire "

    Sous ses ordres je ne pouvais faire que ce qu'il me demandait. J'écartais les jambes et je le vis se baisser et mettre sa tête entre mes cuisses, sa langue commença a me lécher au travers du tissu de mon shorty et c'était déjà divin, comment allais-je pouvoir rester silencieuse sous cette caresse buccale.

    Il glissa ses doigts sous l'élastique de mon shorty et le fit glisser pour me l'enlever, une fois libérée de ce tissu, il repris là ou il s'était arrêté mais cette fois sa langue directement sur mon intimité, ce fut une explosion de sensations pour moi et je ne pus retenir un profond gémissements.

    Il explora de sa langue chaque recoin de mon sexe, il suçait et léchait mon clito.

    Moi je prenais mon pied, les yeux fermés la tête en arrière en pleins milieu de cette bibliothèque.

    Il accéléra encore et encore et je gémissais de plus en plus au risque de me faire entendre mais je m en fichais, tout ce que je voulais c'est qu'il me fasse jouir là maintenant avec sa langue , mais Mathias n'en avait pas fini avec moi.

    Il continuait de faire jouer sa langue et a un moment, je sentis un doigts à l'entrée de mon antre, je redressais la tête et croisais son regard pour avoir mon accord, d'un signe je lui dit oui même si j'avais peur de souffrir .

    Il sentit ma crispation et redoubla d'attention avec sa langue sur mon sexe ce qui me fit oublier ce qu'il allait faire, puis je sentis son doigt pousser doucement à l'entrée de mon antre, il le faisait avec tant de délicatesse que je ne sentis aucune douleur, sans que je m'en aperçoive son doigt me pénétrait à présent et il décupla mon plaisir, il commença à le faire doucement bouger en moi, je n'en pouvais plus il allait me faire jouir .

    Il s'arrêta un instant, me regarda et me dit " jouis ma douce lâche-toi "

    Il reprit et je sentis cette explosion en moi, cette jouissance m'envahir et dans un cri je jouis... 

    j'étais encore en train de jouir quand on entendit des pas, et oui mon orgasme n'avait pas du passer inaperçu.

    Il me fit me lever, mais mes jambes étaient encore flageolante, je dus le suivre et il m'entraina avec lui. On riait tous les deux et on réussi à sortir sans se faire attraper, nous sommes dingues mais si je devais recommencer je le referais sans souci.

    Une fois dehors, le portable de Mathias sonna, il répondit et s'éloigna un peu mais j'écoutais sa conversation.

    " Oui mec, je te dis mec que je vais y arriver, j ai déjà bien avancé ce soir, au prochain coup j'aurais réussi et tu aura perdu."

    Il avait raccroché et s'approcha de moi " DSL c'était un pote "

    Sur le coup sa conversation ne me perturba pas.

    On se promena un peu ensemble et il me reconduit chez moi.

    Mathias avait de nouveau cet air sombre que je n'aimais pas, mais bientôt j'allais découvrir la sombre vérité.

    Après l'avoir quitté avec un baiser passionné, je me retrouvais chez moi, seule, je repensais à ce moment dans la bibliothèque et me dit que j'étais folle mais que c'étais tellement bon que la prochaine fois je pense que je serais prête à offrir ma virginité à Mathias.

    Mais une fois dans mon lit je repensais à sa conversation téléphonique et je ne sais pourquoi quelque chose me chiffonnait, à qui pouvait il parler et quand il a dit "j'ai bien avancé ce soir" étais ce de moi qu'il parlait .

    Je m'endormie avec des tonnes de questions en tête mais l'avenir me donnera bien vite les réponses à mes questions....

     

     

     
     
  8. Latest Entry

    Souvenirs d'une soirée romanti-queue.

    large.20150630_230437.jpg.537a8991f1c59ad34d3eedf85ecfe4e2.jpg

    large.55978cf6eb02f_20150629_2345541.jpg.60e1f1c00740040da7774db6f4461929.jpg

  9. Le bondage ou l'art d'encorder...

     

    Certains y trouveront bien évidemment une pratique quelque peu déroutante, peu commune voire extrême mais bien menée une séance de corde s'en retrouve apaisante et sensuelle. En effet, j'adore sentir la corde glisser sur la peau de mon partenaire et la mienne, elle provoque des frissons et si la confiance est là le lâcher prise est total. Alors oui, bien sûr, je ne suis pas une experte, loin de là, je me considère encore plutôt comme une débutante mais cette pratique me plaît énormément. C'est une autre facette de la libertine que je suis...

    Je joins à ce billet une sélection de photos prises au cours de laquelle c'était exceptionnellement moi qui me suis faite encordée... Par défaut de partenaire encordeur actuellement, ce rôle n'est jamais le mien.

    Les photographies sont signées GAS.

     

    Comme toujours les commentaires sont les bienvenus

     

     

    IMG_2603.thumb.JPG.3b4ecf37aed0f01cc56b6IMG_2602.thumb.JPG.35926963158d5aa277bacIMG_2601.thumb.JPG.62b07fedfad831311e200IMG_2600.thumb.JPG.a729770950284cec25038IMG_2599.thumb.JPG.d693b9b95a7aa8c689422IMG_2597.thumb.JPG.811c86387ce18bde562faIMG_2596.thumb.JPG.e550feee4449f02516c49IMG_2588.thumb.JPG.4933a10fb7f571ff1f917IMG_2581.thumb.JPG.925daf7f1b899cd1160caIMG_2607.thumb.JPG.3c6e068e4d65b9d4f00deIMG_2599.thumb.JPG.fe0e9b636a72ed9a7f826

  10. The Wild

    • 2
      entries
    • 8
      comments
    • 200
      views

    Recent Entries

  11. Latest Entry

    Il peut m'arriver de photographier d'autres personnes que ma chère et tendre.

    Voici un sujet que vous reconnaîtrez peut-être, car il s'agit de notre chère Ladyvine, et qu'elle a déjà posé l'une de ses photos il y a quelque temps.

    Vu la variété de choix que j'avais, je ne peux pas, aujourd'hui, vous proposer un vote pour un thème en particulier, mais plus sur l'aspect technique car je vous demanderai plutôt de choisir votre format préféré.

    Nombril_Lady_(1).JPG

    Nombril_Lady_(2).JPG

  12. J'en ai marre de mon voisin Adrien qui me demande tout les deux jours du sucre pour que je le branle. Cette fois c'est fini. Hop je lui là coupe plus de bite

    Photo0993.jpg

  13. Latest Entry

    quelques jolies vues

    002.JPG

    003.JPG

    011.JPG

    013.JPG

    018.JPG

    019.JPG

    024.JPG

  14. Bon bon bon. Je veux bien que parfois, certains artistes aient besoin d'extérioriser leurs émotions en la mettant en chanson. Mais quand je pense que le public va se reconnaître dedans, je m'énerve. Tellement de gens plus ou moins âgés vont soudainement prétexter que ce sont des émotions normales, et les revendiquer comme faisant partie de leur personnalité, dans le style "Ouais, je suis orgueilleuse/jalouse/futile/etc., et alors ? Je suis qui je suis et je vous emmerde !" ... C'est ça, ne cherchez même pas à évoluer ! C'est tellement agréable pour votre entourage... Je veux bien que nos défauts soient ce qui nous rendent intéressant, que c'est tellement chiant d'être parfait. En revanche, les caprices, ça ne se laisse passer ni chez un enfant ni chez un adulte. Alors chers auteurs des paroles que je vais citer en coup de gueule dans mes billets de blog, et cher public qui ne prend aucun recul sur lui-même, je n'ai qu'un mot à vous dire : évoluez !!!

    Battez-vous - Brigitte (album Et vous, tu m'aimes ? - 2011)

    Faites-vous la guerre pour me faire la cour
    Maintenant battez-vous
    Soyez gangsters, soyez voyous
    Maintenant battez-vous
    Toi mon tout, mon loubard
    Tu serais mon lascar superstar

    J’ai tellement besoin d’amour
    De tes bras, de ta voix de velours

    Sortez les dollars et les bijoux
    Mettez-vous à genoux
    Dans la Jaguar, dans la gadoue
    Mettez-vous à genoux
    Toi mon tout, mon loubard
    Tu serais mon lascar superstar

    J’ai tellement besoin d’amour
    De tes bras, de ta voix de velours
    J’ai tellement besoin d’amour
    Tu ferais de moi ta belle de jour

    Je rêve d’un king de kidnapping
    De quitter mon pauvre living
    Je veux du swing et du bling bling
    Et que le meilleur gagne sur le ring
    Toi mon tout, mon loubard
    Tu serais mon lascar superstar
    Et moi j'ai si peur dans le noir

    J’ai tellement besoin d’amour
    De tes bras, de ta voix de velours
    J’ai tellement besoin d’amour
    Tu ferais de moi ta belle de jour
    J’ai tellement besoin d’amour

    Hey, maintenant battez-vous (x 20)

     

    J'ai tellement halluciné quand j'ai lu les paroles... Mais quel niveau >.<  Vous les sentez, les baffes qui se perdent ? Et ce ne sont même pas des chansons pour ados, quoique je ne vois pas en quoi ce serait mieux de faire croire à des femmes en devenir qu'elles peuvent se permettent d'être de telles divas. Des femmes ou des hommes, d'ailleurs, car cet état d'esprit n'est acceptable pour personne. Second degré ? Même pas ! Sinon je ne râlerai pas ! Ceux qui discutent avec moi sur le chat savent que j'adore me la jouer, rapport à mon pseudo. Et c'est d'ailleurs bien ce qui m'énerve dans cette chanson : c'est déjà tellement simple de glisser entre être sophistiquée et être une pétasse que les femmes n'ont pas besoin de telles paroles pour les conforter dans leur idée d'être supérieure aux autres.

    Qu'un groupe se la joue très sexy, séduction, féminité, etc., pourquoi pas, c'est sympa comme concept. Sauf qu'être girly et être pétasse est très différent. Je ne sais pas où est la limite dans les jupes, talons aiguilles, maquillage, parfum... Sans doute simplement dans la façon d'être, à vouloir tout, tout de suite, tout cuit dans le bec, et appeler ça "être sophistiquée". Manquerait plus qu'un brin d'élitisme pour compléter le tableau. Pfff...

    J'en profite pour glisser un conseil à celles comme moi qui ne veulent en aucun cas glisser pétasse : vérifiez que votre attitude vis-à-vis des autres ne change pas selon ce que vous portez. Avec les dictats des pubs et des magazines féminins, mettre une jupe, des talons et du maquillage aide parfois inconsciemment à ce que l'habit fasse le moine.

    • 0
      entries
    • 0
      comments
    • 1525
      views

    No blog entries yet

  15. Nue ... exhibe ton corps légèrement voilé,

    Tes courbes harmonieuses, pleines de volupté,

    Hante le cœur de cette silencieuse forêt.

    Encore chaude en cette fin d'été

    Déjà sur le sol, un tapis de feuilles séchées

    Donne cette belle couleur cuivrée,

    En ce lieu, Femme, tendrement,  je t'aimerai

    8f142510.jpg

  16. Cela faisait plusieurs jours que ton voyage nous avait séparés .
    Nos échanges par mails ou le soir sur Skype me rendaient folle .

    Encore ce matin tes mots m'ont renvoyé des images de coquineries .

    Tu es là , assis sur notre canapé et doucement j'approche de toi dans ton dos , dans cette petite tenue voilée de noir que tu as pu découvrir en MMS .
    Je me penche , posant mes mains sur tes épaules . J'étire un ruban de satin qui recouvre tes yeux .

    Pas un mot , tu te laisses faire .

    Mes mains glissent de tes épaules à ton torse , je sens qu'il se bombe .

    Je fais le tour du canapé et me retrouve face à ton sourire enjôleur .
    Ma bouche vient se greffer à lui , puis mon visage glisse le long de ton poitrail à peine velu .

    Que j'aime sentir ton odeur , ta chaleur , ce manque tous ces jours ne me calme pas , bien au contraire .
    Je caresse tes cuisses alors que je m'agenouille devant toi .

    Mon visage se promène contre ton ventre , mes mains viennent fouiller ton boxer bien rempli .

    Mon menton dévêtit ce membre fièrement dressé . Ma main l'empoigne et je viens redécouvrir ce goût de toi .

    Ma langue longe cet arc courbé et ces deux joyaux gonflés de désir .

    Ma main se fait compagne de ces gestes excités .

    Ma bouche enfourne cet anneau boursouflé , tout en décalottant ce gland brillant .

    Mes lèvres vont et viennent à la verticale , ma main palpant tes bourses dures .

    Ta main s'appuie sur ma tête , des mouvements de ton bassin accompagnent ma gourmandise .
    L'intérieur de ma joue reçoit des coups .
    Ma main retient l'amplitude de coups qui iraient trop loin dans ma gorge .

    Je vide ma bouche et ma langue vient tournoyer sur ce bout luisant , récupérant ces larmes salées .

    Elle recommence son cinéma de longer ce dard . Ma main masse sa base pendant que l'autre monte et descend au rythme de tes coups de bassin .
    Je me redresse en me collant contre toi , tout en continuant mes caresses .

    Ta tête bascule en arrière , ta bouche entre ouverte , ton visage est sérieux .

    Je sens ces palpitations qui annoncent ta jouissance .

    Je viens déposer un baiser sur ton souffle indiscret , mon ventre collé au tien et je sens ces jets de liquide chaud au creux de ma main entre nous deux , mes caresses se calment , tes coups de reins s'arrêtent .

    Ton sourire revient , de nouveau je l'embrasse .


    Je défais ton bandeau et tu découvres ma tenue ...

    • 1
      entry
    • 2
      comments
    • 78
      views

    Recent Entries

    Latest Entry

    Ah bien si je ne peux plus manger de Nutella...Nue, elle l'a, le trempa dans le pot et le suça...Nu tel l'a...mant friandise, elle s'en régala apportant un peu de vanille crémeuse pour parfaire son envie...Et faire joli.

    Nutella.jpg.jpg

  17. Latest Entry
    tumblr_static_80o3qtz513k8kgssw080k4k0o.
    Qu'est-ce que c'est ?

    Lesbeton dénonce le harcèlement de rue envers les femmes attirées par d'autres femmes et qui le montrent en public.

    Le blog regroupe les remarques déplacées entendues par ces femmes alors qu'elles témoignaient des signes d'affection à une autre fille dans la rue.

     

    http://lesbeton.tumblr.com/

    • 1
      entry
    • 0
      comments
    • 46
      views

    Recent Entries

    Latest Entry

    Voici quelques photos de mon sexe, afin d'avoir l'avis des membres.
    Merci.

    11195529_1574734939470616_1574239846_n.jpg

    11198800_1574734919470618_895502220_n.jpg

    IMG_20150202_134435.jpg

    IMG_20141207_003648.jpg

  18. Les rayons du soleil matinal pénètrent par la fenêtre

    Réchauffant nos corps endormis étroitement mêlés

    Leurs chaleurs réveillent lentement nos êtres

    Rappelant nos caresses, nos désirs, nos étreintes endiablées

     

    Ma main s’anime et glisse sur ton ventre frémissant

    Pour se frayer un chemin vers ton antre qui palpite

    Tu t’abandonnes déjà à mes caresses, à mon désir brûlant

    Véritable brasier, j’atteins ton humide pépite

     

    Contre ton corps rayonnant des étreintes de la nuit

    Je frotte mon membre dressé par le désir

    Ton corps frémit, tu te cambres, offrant à mon envie ton doux fruit

    Mes doigts vagabondent vers ta vallée des plaisirs

     

    Nos bouches se cherchent, se trouvent, s’unissent

    Nos langues se mêlent ne cessant de danser

    L’un contre l’autre nos corps frémissant glissent

    Tu abandonnes ma bouche, tes lèvres parcourent mon corps abandonné

     

    Te voilà accroupie au pied du lit, comme en prière devant mon érection

    D’une main habile et douce tu caresses mes bourses avec volupté

    De l’autre tu me décalottes et sur ta joue tu frottes avec passion

    La peau fine et tendue de mon sexe mis à nu aux veines gonflées

     

    Maintenant tu joues de ta langue agile

    Le long de ma hampe tendue et fébrile

    Tes lèvres lisses sur ma verge coulissent

    Tes vas et viens sur mon pieu en feu, indicible plaisir

     

     

    Ta salive humecte, mon gland turgescent

    Plaisir si puissant, indescriptibles sensations

    Je m’abandonne en râles et gémissements

    De jouir me tente sous le rythme de tes succions

     

    J’essaye de garder l’ascendant et le contrôle

    La fièvre me traverse de part en part

    Mais toi animale de mon vit tu t’empares

    Tu me rends fou de plaisir, de ta bouche je raffole

     

    Mon ventre se creuse, mes reins se cambrent

    Je ne peux juguler ma jouissance, je ne peux plus attendre

    Tu sens ma verge tremblante se tendre

    Tu la retiens pour sentir dans ta bouche ma sève se répandre

     

    Je cris, je jouis, faiblesse d’amour

    Je coule en toi mon écume, nectar nacré

    A ton doux palais sur ta langue de velours

    J’essaime ma semence, que tu savoures avec volupté

     

    Jusqu’à la dernière goutte, tu te délectes avec avidité

    Tes yeux coquins et lascifs me regardent avec désir

    Tu approches tes douces lèvres de ma bouche et tu viens m’embrasser

    Réanimant ma lance sur laquelle tu viens gémissante  t’empaler  et jouir


Facebook Twitter